Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 23:05
JEAN  CAPART  -  9.  " MERCI " ...

 

      La semaine dernière, souvenez-vous, amis visiteurs, je vous ai proposé l'introduction que Jean Capart avait rédigée pour la passionnante publication, en 1946, - soit quelques mois avant son décès intervenu en juin de l'année suivante -, de ses impressions, de ses souvenirs des différentes campagnes qu'il dirigea à el Kab.

     Aujourd'hui, désirant clôturer cette série de billets initiée au début du mois de
juillet, et qui s'est poursuivie chaque mardi depuis, j'aimerais vous donner à lire un texte, émouvant, d'un de ses précieux collaborateurs, par ailleurs Secrétaire général de la Fondation égyptologique Reine Elisabeth : Arpag Mekhitarian (1911-2004).

     Qui mieux que lui, en effet, pouvait apposer un point final à cet ensemble de "morceaux choisis" parmi les nombreux ouvrages de Jean Capart, évidemment loin de toute exhaustivité, que j'ai voulu vous donner à lire en guise de respectueux hommage de tous les amateurs passionnés par la discipline égyptologique qu'il créa et développa à Bruxelles et à l'Université de Liège dans la première moitié du précédent siècle ?



     Pour apprécier pleinement les qualités humaines de Jean Capart, ses réactions devant les événements, ses convictions, ses habitudes, voire ses manies - pourquoi pas ? - il fallait le contact quotidien d'une vie commune. Nous avons eu le privilège de l'accompagner en voyage plusieurs fois et notamment à sa première et à sa dernière campagne de fouilles à El Kab; seul arabophone du groupe, nous étions appelé à tout instant à être son interprète et son porte-parole.

     Bien qu'il se trouvât souvent sur des chantiers, notre Maître était, par vocation, davantage un homme de musée, un savant de cabinet qu'un fouilleur. C'est presque par hasard, grâce à l'intervention d'un mécène américain,  qu'il le devint. Pensez qu'il était sexagénaire quand il se lança, avec une allégresse juvénile, dans cette nouvelle aventure. Il a fallu aussitôt tout improviser : équipe, outillage, logement, choix d'un contre-maître qui eût l'ascendant sur ses ouvriers, embauche de travailleurs dans une région formée de plusieurs villages entre lesquels un habile dosage était nécessaire, enfin, chose essentielle, l'organisation même du chantier et une méthode d'investigation adaptée au site. C'est avec sa simplicité habituelle, avec bonhomie qu'il entreprit la tâche; et la découverte, au premier coup de pioche, d'une magnifique statue de lion le confirma dans son optimisme. Il sut ainsi créer autour de lui une atmosphère détendue et un climat de confiance dans la mission que chacun assumait. 
 (...)

     Ceux qui, aux fouilles, ont vécu dans l'intimité de Jean Capart, ont eu le privilège de connaître les aspects multiples de sa personnalité attachante. Ce savant avait un coeur d'adolescent. Il aimait profondément El Kab, il aimait ces lieux où il avait passé les jours les plus heureux peut-être de sa verte vieillesse. Il fallait le voir sur la terrasse de la maison de Somers Clarke, debout, les coudes appuyés à la haute balustrade, lorsqu'il contemplait les beautés argentées du Nil, la sévérité rocailleuse du désert contre lequel s'étendait, comme un sourire, un mince filet de culture. (...)

     En quittant El Kab, le 9 février 1946, a-t-il eu le pressentiment qu'il n'y reviendrait plus ? A cette minute pathétique du départ, il a donné une grandeur qui restera dans la mémoire de ceux qui en ont été les témoins. Il prenait le train à la station d'El Kilh. De là, à El Mahamid, le chemin de fer traverse le site de nos fouilles.  Debout à la fenêtre de son compartiment, calme mais visiblement en proie à une profonde émotion, il regardait. Il contemplait une dernière fois les coupoles de notre palais, les grandes murailles qui abritent les temples de Nekhabit, le lointain rocher aux vautours où perchent encore les représentants vivants de la déesse. On eût dit qu'il voulait emporter avec lui pour toujours la vision de ces sanctuaires païens qu'il avait glorifiés par sa science et où il avait élevé, vers son Dieu, ses prières de chrétien.

     En cela encore, il renouvelait le geste de ces Egyptiens de haut rang qui, sur les parois de leurs chapelles funéraires, se faisaient représenter en contemplation devant les travaux qui sont exécutés à leur bénéfice pour l'éternité. Quel sentiment de gratitude, pour les joies de l'esprit et du coeur que les fouilles lui avaient procurées, le fit-il, la vision d'El Kab passée, se retourner vers nous et dire simplement : Merci !

     Par cet unique mot de reconnaissance, il faisait le bilan de sa vie : tous ses rêves avaient été comblés.





 

 

 

 

 

      Ce simple terme, ce même Merci, je tiens à vous l'adresser, amis visiteurs, pour m'avoir emboîté le pas dans cette évocation de quelques jalons de la vie professionnelle du grand égyptologue belge Jean Capart qu'il me tenait à coeur de vous faire connaître tout au long des deux mois de "vacances" de mon blog. 

   

     Mais aussi, - et surtout ? - pour m'avoir ici accompagné depuis mars 2008 car il vous faut considérer ce point final apposé aux écrits égyptologiques de Capart comme l'étant également aux miens : je viens en effet de prendre conscience pendant ces très fructueuses semaines estivales, occupé, en Belgique et à l'étranger, à lire ou relire de grands noms de la littérature, des essais, des ouvrages historiques ou philosophiques, des recueils de poésie, qu'en consacrant presque entièrement chacun de mes jours à la seule égyptologie pour vous offrir mes articles, je m'étais, 90 mois durant, abondamment retiré d'un monde qui fut pourtant mien dès l'adolescence et qui, peu ou prou, l'est resté jusqu'à aujourd'hui, - Montaigne, Spinoza et Descartes, Saint-Simon, Voltaire et Châteaubriand, Baudelaire et Rimbaud, Heidegger et Sartre, et tant et tant, en ce compris Leroi-Gourhan, Coppens, Vernant, Duby, Le Goff, Braudel et autres Le Roy Ladurie -, et que je ne dévorais pratiquement plus que des ouvrages d'égyptologues.

 

     À l'instar de l'anguille qui, sa maturité atteinte, décide de remonter les courants aux fins de rallier la mer des Sargasses, j'envisage, mutatis mutandis, un retour vers le berceau de mes premières amours de lecteur. 

 

    Un voyage qui, à mon âge, n'a plus rien d'initiatique se prépare : j'en ressens un besoin vital. Peut-être perturbera-t-il un temps mon quotidien, et éventuellement le vôtre : mais dites-vous que personne n'est irremplaçable et que d'autres viendront pour prendre le relais et, mêmement, vous feront visiter le Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre ... car j'ai pris la décision de vous permettre de maintenant y déambuler seuls pendant que, personnellement, je naviguerai sur d'anciens chenaux au long desquels je retrouverai ceux que, jeune homme, j'ai dévoré avec appétence et dont l'écriture, l'univers, me manquent en définitive bien plus que je ne l'imaginais.

 

      Cette dilection pour la littérature me fait être : je l'avais quelque peu laissée dans l'ombre des seuls travaux égyptologiques !

 

     Sachez toutefois qu'au sein des mers originelles vers lesquelles cette odyssée littéraire m'entraînera, toujours, je me souviendrai des moments privilégiés qu'ensemble nous avons vécus.

     Ils ont constitué l'essence même d'une de mes vies.

 

 

     Pour ces nombreux instants d'exception à vos côtés, 

 

MERCI  !

 

 

 

     Post Scriptum

 

     Ceci posé, si sur le blog officiel, j'ai choisi dne plus systématiquement poursuivre nos pérégrinations muséales, de ne plus rédiger de nouveaux textes, vous vous doutez assurément, amis visiteurs, que je ne puis abandonner complètement ma passion viscérale pour l'égyptologie.

 

     Aussi, ce sera maintenant sur mes deux pages Facebook initiées en septembre 2014 que j'interviendrai encore en proposant à mes 420 abonnés actuels des rééditions d'anciennes séries d'articles. 

     De sorte que bientôt, de mardi en mardi toujours, je donnerai à (re)découvrir l'histoire de l'égyptologie tchèque, publiée à partir de février 2010.  

 

    Mais, à tout seigneur tout honneur, dans un premier temps, c'est à notre maître à tous, Jean-François CHAMPOLLION, que je consacrerai quelques-unes de ces reprises de vieilles contributions ...

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 23:05

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 23:05

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 23:05

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 23:05

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 23:05

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 23:05

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 23:05

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 23:05

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 23:05

...

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème

De la Mer, infusé d'astres et lactescent,

Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême 

Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

 

(...)

 

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles

Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :

- Est-ce en ces nuits sans fond que tu dors et t'exiles,

Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ?

 

 

 

Arthur  RIMBAUD

Le bateau ivre

(Extraits)

 

 

Paris, Éditions "Aux Quais de Paris", 1957

pp. 120-5

 

 

 

     Je vous l'avais laissé sous-entendre la semaine dernière, amis visiteurs, dans l'introduction à l'étude des dernières vitrines, la septième et la huitième, non encore détaillées en cette salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Louvre : ÉgyptoMusée prend ses quartiers d'été jusqu'à la rentrée scolaire de septembre prochain.

 

ÉGYPTOMUSÉE  EN  VACANCES ...

 

     Mais pour qu'il ne s'efface pas totalement de vos mémoires, pour qu'il continue à accompagner ceux qui ne s'évaderont pas tout de suite et peut-être leur permettre d'apprendre quelque chose de nouveau à propos d'égyptologie, belge de surcroît, j'ai jugé intéressant de rééditer, chaque mardi de ces deux mois à venir, des interventions déjà proposées à mes lecteurs d'Overblog les samedis de juillet et août 2009.

 

     Ce n'est point être infatué de reconnaître que, depuis lors, mon lectorat s'est considérablement étoffé ; et mon inscription sur Facebook en septembre 2014 l'a encore amplifié. Mais beaucoup de mes visiteurs n'ont pas toujours pris le temps de lire ce que j'avais rédigé avant qu'ils ne me connaissent.  

 

     Belge d'origine, plus personne ne l'ignore à présent, j'avais cru bon, l'été 2009, d'évoquer le premier de nos égyptologues, l'un des plus grands de ce petit pays : je veux évidemment nommer le Professeur Jean CAPART.

 

ÉGYPTOMUSÉE  EN  VACANCES ...

 

     Ce blog avait deux mois quand, en mai 2008, je lui avais déjà rendu un premier hommage en esquissant sa riche carrière. C'est par cette modeste contribution que je vous convie à entamer ce matin votre voyage en sa compagnie.

     "En sa compagnie" constitue l'expression idoine dans la mesure où, dès mardi prochain, je m'effacerai totalement aux fins d'entièrement lui donner la parole pour vous permettre d'appréhender au plus près sa vie en égyptologie.

 

    Ce seront donc des extraits de ses écrits que, tout au long des vacances qui pour les Étudiants belges - et leurs Enseignants - commencent officiellement ce jour à 16 H., vous découvrirez.

 

     Il va sans dire que si vous souhaitez déposer un commentaire à la suite de l'un ou l'autre d'entre eux, je me ferai un plaisir d'y répondre lors de mes retours devant l'ordinateur ; car en effet, point de portable à mes côtés lors de ces escapades estivales hors frontières

     Soyez donc patients ; mais assurés aussi que ma mutité ne durera pas deux mois complets ! 

 

     Je vous souhaite à toutes et à tous, amis visiteurs d'Overblog et de Facebook réunis, d'excellentes vacances et de toutes aussi excellentes lectures en compagnie ou non d'ÉgyptoMusée.

 

     Richard

   

 

     Et donc, avant de le laisser s'exprimer, apprenons, grâce au lien ci-dessous sur lequel il vous suffira de cliquer, à connaître Jean CAPART ...

 

 

http://egyptomusee.over-blog.com/article-19579978.html

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages