Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 07:45

 

     L'une de ces trois épouses d'Aménophis IV-Akhenaton reposerait-elle à l'arrière de l'hypogée de Toutânkhamon ?

 

 

Lisons la presse belge

1/10/15 - 18h23  Source: AFP© afp.

 

 

L'Égypte s'attend à faire bientôt "la découverte du XXIe siècle" dans le tombeau du pharaon Toutankhamon en espérant y découvrir une chambre secrète où reposerait la momie de la légendaire reine Néfertiti, d'une autre épouse d'Akhenaton ou de sa fille.

 

"Le tombeau de Toutankhamon au siècle dernier fut la plus grande découverte culturelle en Égypte dans l'histoire de l'Humanité. Si l'on y trouve aujourd'hui autre chose, ce sera la plus importante découverte du XXIe siècle", s'est enthousiasmé jeudi le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh al-Damati, lors d'une conférence de presse au Caire. 

Accompagné de l'égyptologue britannique Nicholas Reeves, venu au Caire défendre son audacieuse hypothèse sur la tombe cachée de Néfertiti, M. Damati penche plutôt pour la découverte de la momie de Kiya, une épouse secondaire du pharaon Akhenaton, ou celle de sa fille, Mérytaton. 

Les deux hommes s'accordent néanmoins sur un point: dans un mois espèrent-ils, des radars sophistiqués vont sans doute révéler l'existence d'une autre chambre funéraire, au coeur du tombeau de Toutankhamon, dont la mise au jour le 4 novembre 1922 avait été la "découverte du XXe siècle". 

Ce jour-là, dans la Vallée des Rois près de Louxor, l'archéologue britannique Howard Carter avait trouvé la tombe de ce jeune pharaon, fils d'Akhenaton. Méconnu car n'ayant régné que neuf ans, il allait devenir le plus célèbre pharaon d'Egypte antique. 

Contrairement aux tombeaux d'autres pharaons qui ont tous été pillés au fil des millénaires, son mausolée recelait plus de 5.000 objets intacts, vieux de 3.300 ans, dont bon nombre en or massif: le plus fabuleux trésor jamais découvert en Égypte. 

À ce jour, les égyptologues n'ont jamais retrouvé la momie de Néfertiti, reine à la beauté légendaire qui exerça un rôle politique et religieux fondamental au XIVe siècle avant Jésus-Christ, au côté de son époux Akhenaton, qui convertit temporairement l'Égypte antique au monothéisme en imposant le culte exclusif du Dieu du soleil, Aton.

Portes dissimulées 
De retour de trois jours d'exploration dans la Vallée des Rois, M. Reeves a exposé au Caire son audacieuse théorie qui fait fureur sur les réseaux sociaux et tient en haleine les amateurs d'égyptologie: des lignes sur les murs couverts de fresques de la chambre funéraire de Toutankhamon, visibles seulement grâce à des scanners, démontrent qu'il existe deux portes dissimulées. 

Selon le professeur d'archéologie à l'université américaine de l'Arizona, l'une de ses portes pourrait dissimuler la sépulture de la propriétaire originelle de cet hypogée (tombe souterraine en archéologie): Néfertiti.

Lors d'une visite de la tombe lundi, M. Damati avait lui-même noté qu'un enduit appliqué sur une partie du mur nord de la chambre funéraire était similaire à celui du mur qui dissimulait l'entrée de cette pièce en 1922. Et d'après M. Reeves, les fresques de ce mur nord, montrant Toutankhamon et son successeur Ay, seraient en fait des représentations de la reine Néfertiti et de Toutankhamon enfant. Il relève notamment que le "double menton" qu'arbore celui qu'on présente comme le pharaon Ay est en fait la caractéristique traditionnellement utilisée pour représenter l'enfant roi. 

Jeudi, M. Damati a annoncé qu'un comité d'experts devait encore donner son accord pour des fouilles plus poussées, mais a dit espérer obtenir les autorisations nécessaires pour effectuer en novembre des analyses à l'aide de radars sophistiqués pour sonder les murs. "Si l'on utilise le radar et la thermographie (technologie utilisée pour sonder les murs) on devrait savoir en quelques jours s'il y a un espace creux derrière les murs", a estimé jeudi M. Reeves. 

M. Damati expliquait lundi à l'AFP qu'il était "sûr à 70% de trouver quelque chose". Mais il penche plutôt pour Kiya, une autre épouse d'Akhenaton, la fille du pharaon ou un membre de la famille royale. Et de conclure: "si l'on découvre une autre aile complétant la tombe ou une tombe antérieure, ce sera déjà une découverte majeure".

 

 

PETITE RECTIFICATION PERSONNELLE

 

    Comme je l'ai déjà précisé dans l'un ou l'autre de mes anciens articles, j'aimerais, à propos d'une idée souvent admise qui, certes, traduit une facilité d'expression mais qui, d'un point de vue purement technique, relève d'une méconnaissance des pratiques picturales, attirer votre atention sur un terme de nos jours couramment employé pour définir indiféremment n'importe quel type de peinture murale : il s'agit de "fresque" qui actuellement, force m'est de le reconnaître, est généralement utilisé - même chez les égyptologues -, sans considération aucune quant au procédé mis en oeuvre.  

 

     Pourtant, d'un point de vue étymologique, le terme,  provenant de la langue italienne "a fresco", signifie "dans le frais". De sorte que peindre à fresque consiste à apposer les couleurs avant que l'enduit ait eu le temps de sécher, et cela de manière à leur permettre de faire corps avec lui.

 

     Pour ce qui concerne les oeuvres pariétales égyptiennes en général, les artistes ont travaillé sur un substrat, parfois de plusieurs couches, et ont lié entre eux les pigments avec un fixatif, vraisemblablement de la gomme arabique.

 

     Cette technique qui diffère donc complètement de celle de la fresque proprement dite - qui ne sera inventée que bien plus tard - devrait plus correctement être nommée peinture à la détrempe.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE
commenter cet article

commentaires

le-gout-des-autres 05/10/2015 11:25

Je viens toujours avec grand plaisir chez vous, ne commente jamais mais sui passionné par ce que vous écrivez.
Il est toutefois bizarre que j'aie passé tant de temps au Louvre, puis y avoir emmené si souvent mon fils et maintenant si souvent ma petite-fille mais toujours pour y voir la peinture ante 1850 et si peu le département d'égyptologie.

Richard LEJEUNE 05/10/2015 11:55

Bonjour et merci pour cette fidélité de l'ombre.
"Bizarre", écrivez-vous d'avoir si peu déambulé au Département des Antiquités égyptiennes du Louvre : je ne vais certes pas vous contredire ; mais c'est apparemment un choix que vous avez fait, et ce n'est évidemment pas moi qui suis à même de vous l'expliquer.
Nonobstant, avec votre petite fille, pour pallier cette "carence", vous savez quel remède il vous faudra maintenant employer ...

Alain 03/10/2015 11:14

Cette Nefertiti devait être une épouse exceptionnelle pour que l'on en parle autant. Pourvu que "la découverte du 21e siècle" n'accouche pas d'une souris.

Richard LEJEUNE 05/10/2015 13:18

Elle est surtout l'épouse d'un pharaon exceptionnel dont le nom, l'image et les réformes ne pourront s'effacer de l'histoire religieuse et de l'histoire de l'art égyptiennes.

Carole 03/10/2015 00:27

Quoi qu'il en soit, j'attends moi aussi qu'on la retrouve enfin, cette Nefertiti toujours vivvante dans nos mémoires.

Richard LEJEUNE 03/10/2015 09:07

Mais peut-être sera-ce une des deux autres épouses du souverain ...
Patientons donc ...

Christiana 02/10/2015 16:39

Fresque ou détrempe...
On confond souvent détrempe et tempera
Aujourd'hui, la tempera, évoquant l'idée d'émulsion, est distinguée de la détrempe, peinture strictement aqueuse.
Mais ce débat n’existe qu’en français, la plupart des autres langues utilisent le mot tempera, quel que soit le liant. Pour préciser la nature de l'émulsion, on énonce simplement la nature des composants : tempera à l'œuf, tempera grasse à la colle de peau de lapin.

S'il s'avérait que les radars et la thermographie permettent de découvrir une autre aile complétant la tombe, est-ce que l'on pourrait choisir de détruire les "fresques" pour voir ce qu'il y a derrière?

Richard LEJEUNE 03/10/2015 09:05

Merci Christiana pour ces précisions bienvenues d'une spécialiste !

Aller voir derrière les murs de la chambre funéraire de l'hypogée de Toutânkhamon constituera effectivement un réel défi. Sans préjuger des moyens ultra-modernes actuels, je ne vois qu'une solution : repartir de l'extérieur pour arriver dans ces probables pièces dissimulées depuis des siècles !

Mais apparemment, il y aurait peut-être un autre moyen, celui évoqué par Bernadette Arnaud, dans "Sciences et Avenir", déjà utilisé à Pompéi :

"En cas de découvertes de pièces inconnues, le ministère des Antiquités Egyptiennes prendra ses décisions pour la marche à suivre, car le grand défi, sera d’accéder à ces pièces, sans abîmer les peintures murales inestimables. Mais il y a raison d’espérer, des restaurateurs seraient déjà parvenus à découper et prélever des fresques murales à Pompei en les conservant intactes…"

Voici le lien vers l'intégralité de son article du 1er octobre :

http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/20151001.OBS6845/egypte-toutankhamon-nefertiti-un-tombeau-a-double-fond.html

Jean-Marie Létienne 02/10/2015 16:16

Donc nous attendons avec une très grande impatience le jour J, et (peut-être) l'ouverture des pièces suivantes.
Merci pour votre travail toujours aussi intéressant.

Richard LEJEUNE 03/10/2015 08:43

Vous êtes très aimable, Jean-Marie, mais il ne s'agit ici nullement d'un travail personnel, sauf la mise au point finale à propos du terme "fresque" : pour le reste, à la mode Facebook, je me suis contenté de partager une information avec les lecteurs de mon blog.

Jean-Pierre 02/10/2015 15:52

Encore de quoi fasciner les chercheurs ! Mais attention à la malédiction...

Richard LEJEUNE 03/10/2015 08:40

Ah! La malédiction de Toutânkhamon !!
Je m'attends à ce qu'une presse "spécialisée", nettement moins ironique que vous, Jean-Pierre, ressorte en ses colonnes ce sempiternel "monstre du Loch Ness" !!

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages