Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 00:02

 

 

     Parmi les plaisirs accordés à un retraité, outre celui, essentiel parce que roboratif, de s'occuper certains jours de ses petits-enfants, existe celui, dès les volets ouverts sur un paysage bucolique, de choisir, dans la même soif d'esthétisme, l'auteur qui, après douche et petit-déjeuner, comblera votre journée.

 

 

CHAMPOLLION EN ÉGYPTE : LETTRE À MONSIEUR  DACIER

 

     Plus personne, ici, n'ignore mon besoin de continuer à apprendre de mes lectures, mon besoin aussi, consubstantiel, de me prélasser dans une belle langue : Proust, vous le savez, amis visiteurs, ainsi que Chateaubriand figurent parmi ces sauveurs de mes vieux jours.

 

     Aujourd'hui, dans la droite ligne de mes rééditions des semaines précédentes, j'ai un court instant délaissé ces deux immenses littérateurs pour me tourner - revenir, préciserais-je - vers Jean-François Champollion qui, je vous l'ai souvent répété, semble animé dans certaines de ses descriptions de ce souffle romantique particulièrement cher à Chateaubriand,    

 

     Pour la troisième fois consécutive, j'ai choisi de vous proposer l'une des missives datées du 1er janvier 1829, alors que le Figeacois séjourne à Ouady-Halfa, à l'extrême sud de la Nubie.

     Si les deux précédentes, relatant sa vision de Philae et d'Abou Simbel, constituaient des remises en lumière d'anciennes contributions au sein d'ÉgyptoMusée, vous aurez compris que le présent document, cadeau qu'il me sied de vous procurer, se révèle pour sa part tout à fait inédit sur ce blog.

 

     Les plus fidèles d'entre vous se souviendront certainement d'une Lettre à Monsieur Dacier, document capital dont j'avais donné à lire un extrait le 28 septembre dernier en introduction à un article intitulé Figeac, Grenoble, Paris : se battre pour des idées : il y exposait, rappelez-vous, les principes des hiéroglyphes égyptiens devant les membres de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres dont, précisément, Bon-Joseph Dacier était le Secrétaire perpétuel.

     C'est donc à cette même personne que Champollion adresse le courrier ci-après : 

 

 

 

 

 

 

Ouady-Halfa, le 1er janvier 1829

 

     Monsieur,

 

     Quoique séparé de vous par les déserts et par toute l'étendue de la Méditerranée, je sens le besoin de me joindre, au moins par la pensée, et de tout coeur, à ceux qui vous offrent leurs voeux au renouvellement de l'année. Partant du fond de la Nubie, les miens n'en sont ni moins ardents, ni moins sincères ; je vous prie de les agréer comme un témoignage du souvenir reconnaissant que je garderai toujours de vos bontés et de cette affection toute paternelle dont vous voulez bien nous honorer, mon frère et moi.

 

     Je suis fier maintenant que, ayant suivi le cours du Nil depuis son embouchure jusques à la seconde cataracte, j'ai le droit de vous annoncer qu'il n'y a rien à modifier dans notre Lettre sur l'alphabet des hiéroglyphes. Notre alphabet est bon : il s'applique avec un égal succès, d'abord aux monuments égyptiens du temps des Romains et des Lagides, et ensuite, ce qui devient d'un bien plus grand intérêt, aux inscriptions de tous les temples, palais et tombeaux des époques pharaoniques. Tout légitime donc les encouragements que vous avez bien voulu donner à mes travaux hiéroglyphiques, dans un temps où l'on n'était nullement disposé à leur prêter faveur.

 

     Me voici au point extrême de ma navigation vers le midi. La seconde cataracte m'arrête, d'abord par l'impossibilité de la faire franchir par mon escadre composée de sept voiles et, en second lieu, parce que la famine m'attend au-delà, et qu'elle terminerait promptement une pointe imprudente tentée sur l'Éthiopie. Ce n'est pas à moi de recommencer Cambyse : je suis, d'ailleurs, un peu plus attaché à mes compagnons de voyage qu'il ne l'était probablement aux siens. Je tourne donc dès aujourd'hui ma proue du côté de l'Égypte pour redescendre le Nil, en étudiant successivement à fond les monuments de ses deux rives : je prendrai tous les détails dignes de quelque intérêt, et, d'après l'idée générale que je m'en suis formée en montant, la moisson sera des plus riches et des plus abondantes.

 

     Vers le milieu de février, je serai à Thèbes, car je dois au moins donner quinze jours au magnifique temple d'Ibsamboul l'une des merveilles de la Nubie, créée par la puissance colossale de Rhamsès-Sésostris (sic), et un mois me suffira ensuite pour les monuments existants entre la première et la deuxième cataracte. Philae a été à peu près épuisée pendant les dix jours que nous y avons passés en remontant le Nil, et les templs d'Ombos, d'Edfou et d'Esné, si vantés par la Commission d'Égypte au détriment de ceux de Thèbes, que ces messieurs n'ont pas sentis, m'arrêteront peu de temps, parce que je les ai déjà classés, et que je trouve, sur des monuments plus anciens et d'un meilleur style, les détails mythologiques et religieux que je ne veux puiser qu'à des sources pures. Je me bornerai à recueillir quelques inscriptions historiques et certains détails de costume qui sentent la décadence. Malgré cela, il est utile de les avoir.

 

     Mes portefeuilles sont déjà bien riches : je me fais d'avance un plaisir de vous mettre successivement sous les yeux toute la vieille Égypte, religion, histoire, arts et métiers, moeurs et usages. 

 

 

CHAMPOLLION EN ÉGYPTE : LETTRE À MONSIEUR  DACIER

 

     Une grande partie de mes dessins sont coloriés, et je ne crains pas d'annoncer qu'ils ne ressemblent en rien à ceux de notre ami Jomard, parce qu'ils reproduisent le véritable style des originaux avec une scrupuleuse fidélité.

(...)

    Je vous prie, monsieur, d'agréer la nouvelle assurance de mon très respectueux attachement,

 

J.-F. Champollion Le Jeune

 

 

P.S. Rosellini et Duchesne me chargent de vous présenter leurs très respectueux hommages.

 

 

 

Jean-François CHAMPOLLION

Lettre à son frère

 

dans Lettres et journaux écrits pendant le voyage d'Égypte

Paris, Christian Bourgois éditeur, 1987,

pp. 181-3

 

 

 

 

 

 

Remarque.

 

 

     Je ne détiens évidemment pas l'ouvrage original de Champollion.

 

     Si toutefois je me suis autorisé à "signer" le cliché au bas de sa page introductive ci-dessus, c'est parce que je l'ai effectué à partir de ce que je possède, à savoir la reprographie en plusieurs volumes de l'édition originale qu'en ont réalisée les Éditions de Belles-Lettres, à Genève, en 1973.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en textes
commenter cet article

commentaires

Etienne Rémy 15/12/2015 19:20

Bonsoir cher ami,
merci pour ton mail sans lequel j'aurai loupé ce nouvel article!
Un plaisir que de te lire.

Amitiés!

Richard LEJEUNE 16/12/2015 09:11

... " plaisir de me lire", mais avant tout Champollion !!

Jean-Pierre 09/12/2015 23:45

Ce Monsieur Dacier, destinataire du courrier de Champollion, c'est bien lui qui était surnommé "L'homme de fer" ? mdr !

Richard LEJEUNE 10/12/2015 08:12

Quand on se prénomme Bon-Joseph, l'on ne peut qu'être de bonne trempe !

FAN 09/12/2015 18:15

Cher Richard, la photo du paysage qui vous éveille tous les matins ne peut que nous rendre envieux, cette vue est magnifique! Il faut juste ne pas oublier le sel !! Cela ne fait rien, le sel, il ne faut pas en abuser!! Hormis cette note d'humour, je constate que Champollion écrit humblement à ce satané DACIER car sans lui, nous ne saurions pas que Champollion fut un découvreur hardi au travail de déchiffrage des hiéroglyphes! Bisous Fan

Richard LEJEUNE 10/12/2015 08:16

Bonjour chère Fan : mon environnement est déjà bellement éclairé ce matin avec un ciel fleuri de teintes rosées mais probablement ne suis-je pas encore bien réveillé car je vous avoue ne pas comprendre votre allusion au sel ...

Alain 08/12/2015 14:10

Sacré Jomard !
Décidemment, Champollion ne loupait pas une occasion d’épingler ce personnage qui faisait partie, lui aussi, comme monsieur Dacier le destinataire de la lettre, de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Finalement, le monde de l’égyptologie oubliera ce français aux dessins besogneux pour ne retenir que le nom du prestigieux Champollion.
Je ne sais si le paysage de la photo est celui que tu découvres en ouvrant tes volets. Si oui, alors je comprends que cela doit inspirer des pensées poétiques pour débuter la journée.

Richard LEJEUNE 08/12/2015 17:59

Parce qu'il y eut des dissensions entre lui et Champollion, - je les ai récemment évoquées -, Jomard fut en effet le mal-aimé et le malmené des biographes du Déchiffreur.

Souhaitant rétablir la vérité historique, Yves Laissus, publia chez Fayard un ouvrage en 2004 : "Jomard, le dernier Égyptien".

Mais je ne suis pas vraiment certain, plus de 10 ans après, que les égyptologues en tiennent compte ...

Eh oui, Alain, j'ai cette chance, quand j'ouvre les volets de la chambre à coucher, d'avoir ce paysage sur ma droite. Ma photo date du 29 octobre dernier : la luminosité était particulièrement exceptionnelle grâce au soleil rasant qui s'élevait de dessus le bois en face et se faufilait derrière ces splendides chênes séculaires bordant la "route" qui passe devant notre maison - route que tu aperçois un peu à partir du bas à droite de la photo -, avant de s'épuiser quelque 50 mètres plus loin, au pied du bois qui nous entoure ...

Et pour ce qui concerne l'arrière de la maison, j'avais déjà montré une partie de ce fond de jardin, souviens-toi, dans cet article du 10 octobre 2015, pour introduire le texte de Chateaubriand sur l'automne :

http://egyptomusee.over-blog.com/2015/10/automne.html

ou, plus anciennement, dans cet autre du 1er septembre 2014 :

http://egyptomusee.over-blog.com/article-salle-5-vitrine-6-cote-seine-16-124160426.html


Évidemment, je te le concède, lire dehors dans un tel environnement, d'un calme que seules les pies viennent parfois perturber, confine au bonheur suprême ...

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages