Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 23:03

 

 

     Ainsi l'égyptophilie s'est-elle nourrie des tâtonnements des débuts de l'archéologie égyptienne, des premières visites des voyageurs aux monuments, des premiers contacts, aussi, des collectionneurs et des érudits avec les objets mobiliers, statues ou amulettes. Les publications de textes et de dessins qui en sont issues et qui vont continuer à se multiplier jusqu'à la véritable naissance de l'égyptologie ont servi de base à l'apparition, puis au développement de l'égyptomanie.

 

 

Jean  LECLANT

Avant-propos

 

dans Jean-Marcel  HUMBERT 

L'égyptomanie dans l'art occidental

 

Paris, ACR Édition internationale, 1989

p. 9

 

 

 

     Si d'aventure certains d'entre vous, amis visiteurs, persistaient à croire qu'une exposition égyptologique ne constitue jamais que l'éternel retour d'une précédente exposition égyptologique, sorte de tautologie au sein de différentes institutions muséales, il serait opportun de venir ces prochains mois, jusqu'au 20 novembre très exactement, au Musée royal de Mariemont, à Morlanwelz, en province de Hainaut, pour y découvrir des événements ayant la mythologie pour toile de fond qui, assurément, marqueront au coin de l'excellence le paysage culturel belge.  

 

    En guise de prémices, je vous les avais déjà voici deux semaines annoncés. Du premier d'entre eux, "Dieux, génies, démons en Égypte ancienne", je vous en avais mardi dernier, souvenez-vous, simplement présenté les lignes directrices, vous assurant de m'y consacrer plus en détail dans le courant de ce tout proche mois de juin.

 

     Aujourd'hui, comme promis, j'aborderai ce qui très probablement constituera l'ÉVÉNEMENT - avec d'incommensurables majuscules ! -, au coeur de cette remarquable trilogie du semestre à venir : " De Stargate TM aux Ccomics. Les dieux égyptiens dans la culture geek (1975-2015).

 

     Ainsi l'égyptophilie s'est-elle nourrie des tâtonnements des débuts de l'archéologie égyptienne, des premières visites des voyageurs aux monuments, des premiers contacts, aussi, des collectionneurs et des érudits avec les objets mobiliers, statues ou amulettes. Les publications de textes et de dessins qui en sont issues et qui vont continuer  à se multiplier jusqu'à la véritable naissance de l'égyptologie ont servi de base à l'apparition, puis au développement de l'égyptomanie.

 

 

Jean  LECLANT

Avant-propos

 

dans Jean-Marcel  HUMBERT 

L'égyptomanie dans l'art occidental

 

Paris, ACR Édition internationale, 1989

p. 9

 

 

 

     Si d'aventure certains d'entre vous, amis visiteurs, persistaient à croire qu'une exposition égyptologique ne constitue jamais que l'éternel retour d'une précédente exposition égyptologique, sorte de tautologie au sein de différents musées, il serait opportun de venir ces prochains mois, jusqu'au 20 novembre très exactement, au Musée royal de Mariemont, à Morlanwelz, en province de Hainaut, pour y découvrir des événements qui, assurément, marqueront au coin de l'excellence le paysage culturel belge.  

 

    En guise de prémices, je vous avais déjà voici deux semaines, annoncé ces trois expositions ayant la mythologie pour de toile de fond.

 

     De celles plus spécifiquement dédiées à l'Égypte, j'avais la semaine dernière, souvenez-vous, simplement présenté les lignes directrices de la première, "Dieux, génies, démons en Égypte ancienne", vous assurant d'y revenir plus en détails dans le courant de ce prochain mois de juin.

 

     Aujourd'hui, comme promis, je voudrais aborder ce qui très probablement constituera l'ÉVÉNEMENT - avec d'incommensurables majuscules ! -, au coeur de cette remarquable trilogie du semestre à venir : " De Stargate TM aux Ccomics. Les dieux égyptiens dans la culture geek (1975-2015) 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

         L'égyptomanie, - car c'est effectivement de cela qu'il s'agit quand parmi ses différents aspects possibles l'on convoque la partie de culture geek dans laquelle est manifeste la résurgence des déités égyptiennes -, n'assoit nullement ses fondemements, à l'encontre de ce que l'on lit trop souvent sur le Net, sur la seule Campagne d'Égypte de Bonaparte, à l'extrême fin du XVIIIème siècle.

 

     Bien antérieurement, - et feu Jean Leclant le souligne judicieusement dans l'exergue que j'ai ce matin choisi pour vous -, c'est à la Renaissance que se développe en Europe l'envie de collectionner des objets en provenance des rives du Nil, dans le chef des premiers voyageurs d'abord, des puissants souverains très vite ensuite - je pense notamment à François Ier et à Charles Quint qui s'offrirent d'imposantes galeries d'antiques -, puis, enfin de riches particuliers souhaitant adorner leur environnement quotidien avec ce qu'il est convenu de nommer un "Cabinet de curiosités".

 

     C'est Bertrand Federinov, Licencié en Histoire et diplômé en Sciences du livre, Conservateur du fonds ancien de la Réserve précieuse et Responsable de la bibliothèque documentaire au Musée de Mariemont 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

qui nous guidera dans cette exposition qu'il a mise sur pied avec son collègue Arnaud Quertinmont, Égyptologue, Docteur en Histoire, Art et Archéologie et Conservateur du Département Égypte/Proche-Orient de ce même Musée.

 

     Dans un premier temps, il attirera notre attention sur la fascination, l'engouement pour tout ce qui, peu ou prou, eut un rapport avec l'Égypte en nous proposant la reconstitution d'une partie du mobilier ayant appartenu à Raoul Warocqué, ce très riche collectionneur hennuyer qui légua ses "trésors" à l'État belge ; meubles que vous distinguez ici de part et d'autre du tapis rouge de l'entrée. 

 

      Ainsi, parmi eux, je retiendrai cette armoire vitrée contenant entre autres quelques exemplaires de vases pansus

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

dont, sur l'étagère médiane, celui de droite

 
(© Cliché J.M. Humbert)

(© Cliché J.M. Humbert)

 

 

qui provient de la célèbre manufacture de porcelaine Wedgwood qui, à partir de 1771 introduisit en Grande-Bretagne le style égyptien dans l'art de la céramique en fabriquant entre autres ce type d'objet décoratif, interprétation plus que libre des vases canopes qui, au nombre de quatre, étaient destinés à contenir certains des viscères des défunts égyptiens antiques.

    Cet exemplaire en biscuit, prêté par un collectionneur privé parisien, fut réalisé en 1978, d'après un modèle créé au début du XIXème siècle.

 

    L'égyptomanie perdura et se développa dans différents domaines artistiques pour, au XXème siècle, également faire florès dans le cinéma et la télévision : il faut bien admettre aussi que la découverte, en 1922, de l'hypogée quasiment intact de Toutankhamon, - et la pseudo-malédiction qui lui fut associée -, ne constitua pas le moindre des phénomènes qui entretinrent dans la population, - et qui, l'actualité la plus récente le prouve encore à l'envi, entretient toujours -, cet engouement égyptomaniaque.

     Mais il faut bien reconnaître également qu'une certaine littérature ne fut pas en reste : c'est ce que démontre le contenu de cette armoire style milieu des années '60 

 

    

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

qui me rappelle ma toute première "bibliothèque" de jeune adolescent, tant par le modèle vitré que par certains des livres ici exposés : j'ai reconnu là le goût immodéré que j'avais à cette époque pour les romans de H. P. Lovecraft, notamment ceux évoquant le mythe de Cthulhu, mais aussi pour la revue bimestrielle "Planète", de Jacques Bergier et Louis Pauwels, mais encore pour les ouvrages de Robert Charroux publiés par les éditions Laffont sous couverture noire ... jusqu'à ce que, mes études d'histoire entamées, l'âge de raison, - ou de discernement -, aidant, il me fallut convenir que rien n'était crédible dans tout ce qui avait pourtant alimenté maints rêves de ma prime jeunesse.

 

    Notion d'importance soulignée par l'exposition : c'est dans cette littérature et à cette époque que naquit la théorie des anciens dieux astronautes venus d'autres mondes auxquels nous serions redevables de connaissances technologiques de pointe, - dont ne disposaient évidemment pas les civilisations antiques -, permettant par exemple la construction des pyramides, celle des statues de l'Île de Pâques et d'autres monuments tout aussi imposants qui, dans certains esprits, entraînent questionnement.

     Théorie interventionniste des extraterrestres dans l'histoire de l'Égypte ancienne donc qui, au-delà de la littérature, connut comme je viens de l'indiquer, un important retentissement dans le domaine des productions cinématographiques de science-fiction faisant intervenir les dieux et qui sous-tendit incontestablement la genèse de films, voire de séries télévisées, dont Stargate, la Porte des étoiles", du réalisateur allemand Roland Emmerich, sorti en 1994 fut probablement le plus emblématique du genre. 

  

© http://soogeek.com/fr/stargate-histoire/stargate-le-film/

© http://soogeek.com/fr/stargate-histoire/stargate-le-film/

 

     À ceux d'entre vous auxquels auraient échappé les premiers moments du film, permettez-moi de très rapidement vous raviver les grandes lignes de son synopsis : sur le plateau de Guizeh, en 1928, un archéologue et sa fille exhument de dessous une dalle protectrice un énorme anneau d'une matière inconnue qui se révélera être du naqahdahminerai extrêmement rare présentant la propriété d'absorber, d'accumuler et de restituer de l'énergie.

 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

    L'anneau central de cette imposante pièce couverte de symboles hiéroglyphiques devait être activé de façon que certains d'entre eux viennent se placer à l'aplomb d'un des chevrons de l'immense anneau extérieur aux fins de permettre de se déplacer dans l'espace, vers d'autres constellations, en franchissant cette "Porte des étoiles". 

 

     C'est ce que comprit, près de soixante années plus tard, le jeune égyptologue Daniel Jackson en déchiffrant l'inscription gravée, - (http://projetrosette.info/page.php?Id=116) -, qu'a pour nous reproduite sur un tableau scolaire semblable l'un des concepteurs de l'exposition.

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

     La traduction de ces quelques phrases permirent d'ouvrir la voie à une expédition dirigée par le colonel Jack O'Neil menant à la découverte de la planète Abydos et de ses habitants dirigés par un humain, Kasuf,

 

 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

 

père de Skaara. 

 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

     Admirez au passage l'esthétique des costumes.

 

     Dans le film, Abydos nommait donc une planète aride dont la population, aux us et coutumes fort semblables à ceux des Égyptiens de l'Antiquité, se débat sous la coulpe de Râ, un tyran de l'engeance des dieux hostiles, les Goa'ulds, qui assure son autorité grâce à une soldatesque - les Jaffa's - présentant, certains, les attributs d'Horus 

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

et d'autres, ceux d'Anubis

 

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

et dont les lances bénéficient d'une réserve de naqahdah en guise d'accumulateur d'énérgie pour mieux attaquer l'ennemi.

 

     Et, in fine, ce ne sera que quand les soldats du colonel O'Neil auront tué cet extraterrestre parasite qu'est Râ que les Abydossiens seront enfin à même de recouvrer leur liberté.

 

     Cette histoire, je pense donc qu'en substance beaucoup parmi vous, amis visiteurs, s'en souviennent mais sans certainement avoir eu l'opportunité d'admirer de près tout ou parties des tenues arborées par les personnages, acteurs principaux ou leur doublure,

Armure de Bra'tac, un des Jaffas originaire de Chulak, planète du Goa'uld Apophis, dans la série télévisée "Stargate SG-1".

Armure de Bra'tac, un des Jaffas originaire de Chulak, planète du Goa'uld Apophis, dans la série télévisée "Stargate SG-1".

EXPOSITIONS Á MARIEMONT : 2. LES  DIEUX  ÉGYPTIENS  DANS  LA  CULTURE  GEEK - Première partie : FASCINATION POUR L'ÉGYPTE DANS LES PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ET TÉLÉVISUELLES

 

que les commissaires de cette exposition hors du commun sont parvenus à rassembler grâce à des collectionneurs privés qui ont accepté de s'en départir six mois durant pour les prêter à Mariemont.

 

    En revanche, saviez-vous que Roalnd Emmerich, attentif à néanmoins garantir une certaine crédibilité historique à son scénario, s'adjoignit le concours de spécialistes en histoire de l'art, en archéologie, en philologie aussi, dont le moindre de ses conseillers scientifiques ne fut pas l'égyptologue américain Stuart Tyson Smith, actuellement Professeur à l'Université de Californie, à Santa Barbara, et qui, grâce à sa parfaite connaissance de l'égyptien ancien, fut en 1999 également consulté par Stephen Sommers, réalisateur d'un autre film célèbre : "La momie".

 

    Pour l'heure, avant de vous quitter et de vous proposer d'à nouveau me rejoindre ici même mardi prochain, le 7 juin, aux fins d'ensemble terminer notre visite par la seconde partie de cette remarquable exposition, permettez-moi de simplement attirer l'attention de ceux qui, parmi vous, seraient amateurs du genre sur les récentes sorties, en mars dernier, du film "Gods of Egypt", d'Alex Proyas et, ce mois-ci, de "X-men : Apocalypse", de Bryan Singer, productions cinématographiques dans lesquelles l'Égypte continue à être sollicitée ... 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article

commentaires

Carole 05/06/2016 01:27

Adolescent, mon fils atteint d'égyptomanie adorait en effet Stargate et Lovecraft, mais je n'avais jamais fait le rapprochement.

Richard LEJEUNE 05/06/2016 09:09

Lovecraft était féru de mythologies - son oeuvre indiscutablement le prouve.
Il n'est pas anodin que la couverture de la publication des communications proposées lors du colloque de Cerisy de 1995 consacré à Lovecraft présente en toile de fond la fameuse "Porte des étoiles" de Stargate.
(http://www.noosfere.org/Icarus/livres/niourf.asp?numlivre=-321188)

FAN 03/06/2016 10:41

je me souviens de cette revue "Planète" qui nous emmenait souvent vers des horizons imaginaires!Stargate est dans cette expo, bien représenté!!les costumes sont superbes!! Un univers qui plait surtout aux "garçons" et une manne financière pour les USA!! Bisous Fan

Richard LEJEUNE 03/06/2016 15:37

Cette revue connut effectivement à cette époque un retentissement phénoménal dont la publication, un an avant la sortie de son premier numéro, d'un ouvrage rédigé par ses deux créateurs, "Le Matin des Magiciens", ne fut pas vraiment étrangère.
Si j'osais chère Fan, et parce qu'elle parut très vite traduite en plusieurs langues, j'avancerais que son succès fut "planétaire" ...

Etienne Rémy 01/06/2016 21:54

Super! Tu peux le trouver en dvd aussi ou sur le net.

Richard LEJEUNE 01/06/2016 22:17

Je vais essayer demain. Merci Étienne. Bonne nuit.

Etienne Rémy 01/06/2016 09:18

Ok logique.
En effet je comprends bien le travail que ça t'a pris toi qui ne connaissait pas.
Bravo!
En cinéma j'aile aussi les grands classiques et les bons films.
Belle journée!

Richard LEJEUNE 01/06/2016 10:46

Ceci posé, Étienne, si Stargate, le film de Roland Emmerich, était prochainement programmé sur une chaîne de télévision, - ce que la RTBF devrait faire en parallèle avec l'exposition, d'ailleurs -, maintenant que je l'ai visitée, maintenant que je l'ai évoquée, il ne me déplairait nullement de "visualiser" ce sur quoi j'ai fait des recherches et de visualiser "en action", les vêtements que j'ai admirés à Mariemont ...

Etienne Rémy 01/06/2016 00:05

Pardon pour les fautes de frappes sur le smartphone avec son fichu correcteur orthographique qui fait des siennes.

Richard LEJEUNE 01/06/2016 07:17

Aucun problème, Étienne, ne te tracasse pas pour cela !

Etienne Rémy 01/06/2016 00:04

Bonjour Richard!

Alors la question pour le trentenaire que je suis et qui a vu le film Stargate et un peu la série est...
As tu vus le film?

Car tu decris bien l'univers en tout cas!
Alors je suis curieux de savoirnsi tu aimes ce genre de film et si tu aimes le cinéma et la télé en plus de la littérature.

Hihi.
Amitiés!

Richard LEJEUNE 01/06/2016 07:16

Comme pour tout ce que j'écris quand le sujet ne m'est pas vraiment familier, ou que je ne m'y connais guère, cher Étienne, je me suis évidemment beaucoup documenté : j'ai en premier lieu compulsé l'album de l'exposition mais aussi trouvé l'un ou l'autre site sur le Net de "fans" absolus à partir desquels, comme toujours, en comparant les informations, j'ai rédigé un article de manière à surtout mettre en valeur les photos que j'ai prises des documents exposés à l'exposition.
J'ai aussi sollicité Arnaud Quertinmont, - que je connais personnellement -, quand un point devait être précisé ; et lui ai aussi demandé de me signaler si tout était bien correct dans ce que j'avançais à propos du "résumé que je proposais, car certains détails du scénario d'origine différaient parfois d'un fan à l'autre !

Je t'avouerais que la rédaction de cet article m'a pris énormément de temps, bien plus que ceux d'égyptologie "normaux" car, bien que j'aie toujours aimé le cinéma, non, je n'ai jamais vu ce film ni un seul des épisodes, - il y en eut 214, si j'ai bien lu -, de la série télévisée qui s'ensuivit.

Au risque de te décevoir, Étienne, j'ai toujours préféré le cinéma que, jadis, l'on appelait "d'Art et d'Essai", avec des réalisateurs comme Fellini, Pasolini, les frères Taviani, pour commencer par les grands Italiens, Godard et la "Nouvelle Vague", Éric Rohmer, pour évoquer les Français, et bien d'autres qui ne me viennent pas tout de suite à l'esprit ...

Jean-Pierre 31/05/2016 16:25

J'ai encore la collection complète de la revue "Planète" et la plupart des bouquins de Robert Charroux.
Aujourd'hui, mon besoin de rêver s'est reporté sur la recherche de civilisations extraterrestres que je suis passionnément !

Richard LEJEUNE 31/05/2016 17:18

Ah, Jean-Pierre : quelle chance vous avez de ne point avoir été aussi sot que moi !
Rien que pour le plaisir de la relecture, - et peut-être aussi celui d'une critique plus étayée que celle que je pouvais avancer en ces années-là -, que je regrette au plus haut point de m'être départi de ces volumes "Planète" ...

N@n 31/05/2016 15:36

Merci cher Richard :-)

Des livres à couverture noire, de chez Laffont ? Bizarre bizarre...
J'en ai eu, moi aussi, dans ma bibliothèque ;-)

Outre les costumes de Stargate, il y a aussi de nombreuses planches de "comics"...
Suis assez tentée de revoir le film... Pas vous ?

Bises,
N@n

Richard LEJEUNE 31/05/2016 16:13

Il y avait longtemps, chère N@n !!
Raison pour laquelle probablement tu me vouvoies dans ta dernière phrase ...

Comme indiqué dans l'ultime paragraphe de l'article ci-dessus, déjà fort fort long, je réserve à mardi prochain l'évocation de la seconde partie de l'exposition, donc les bandes dessinées européennes et américaines, ainsi que les jeux présentés...

Alain 31/05/2016 12:54

La belle iconographie que tu nous montres inciterait à laisser aller son imaginaire.
Dans mon enfance, je n’ai pas été sensibilisé aux livres, revues dont tu parles. Quand aux films, à part quelques extraits de « La momie », je n’ai pas vu grand chose. J’allais oublier quatre gros bouquins de l’auteur sud-africain Wilbur Smith, il y a une vingtaine d’années, qui contait une aventure se passant en Egypte Ancienne. Passionnant…
Je pense à Hubert Robert dont je parle dans FB et son tableau du Louvre en ruine inspirant une réflexion sur le passage du temps et la pérennité de l’art marquée par le goût de son époque pour la ruine et l’Antiquité. Il en est un peu de même pour l’égyptomanie dont tu nous parles aujourd’hui.

Richard LEJEUNE 31/05/2016 15:57

Ne lisant plus de romans depuis de très nombreuses années - les grands classiques exceptés, évidemment, que je retrouve depuis un an avec délectation -, je ne connais pas ceux de Wilbur. Smith auxquels tu fais référence.

Abonné au "podcast" de l'émission "Les Regardeurs" depuis que tu m'en as touché un mot, je viens de vérifier qu'elle est bien téléchargée pour l'écouter dès que j'en prendrai le temps. J'aime beaucoup les toiles de Hubert Robert : je les connaissais un peu avant que je lise quelques dossiers à propos de cette exposition au Louvre grâce, notamment au magazine "Grande Galerie. Journal du Louvre" que je reçois chaque trimestre.

Quant à la réflexion sur le temps qui passe et la pérennité des traces archéologiques, j'y suis naturellement très sensible : raison pour laquelle, j'a repris en exergue dans mon article du 9 mai dernier consacré au marché de Fetekti. quelques phrases de Chateaubriand extraites de son "Voyage en Italie" que j'ai lu dans la foulée des "Mémoires d'Outre-Tombes", repris, eux, dans leur intégralité, ce que je n'avais pas fait adolescent ...

François 31/05/2016 08:36

Je crois que nous allons être nombreux ce matin à revoir notre bibliothèque d'adolescents remplie des livres que tu évoques, Richard, les "couvertures noires", les mystères révélés, les mythes explorés et toutes les réponses apportées qui remplissaient nos jeunes cerveaux de vérités absolues et de connaissances certifiées...
Bon, heureusement nos maîtres nous ont donné la possibilité de remettre les choses en place même si souvent nous avons parfois douté de leur objectivité et conservé au fond de nous ce "et si on nous mentait" ;-))
C'est donc tout jeune que je vais grâce à ton article entamer ce mardi ! C'est trop de la balle !!!
Bonne journée à toi et à tes lecteurs !
Amicalement !
François

Richard LEJEUNE 31/05/2016 15:38

Merci François : à peu d'années près, nous sommes de la même génération.
Nous avons donc probablement lu les mêmes livres dans notre jeunesse.

Mais apparemment pas tous car avec ton "C'est trop de la balle", tu m'as appris une expression totalement inconnue de mon répertoire proustien et chateaubriandesque !
Je ne l'avais non plus jamais entendue ... ou en tout cas, je ne m'en souviens pas !

Christiana 31/05/2016 07:49

Lorsque je suis allée en janvier au château de Fontainebleau, j'y ai vu une porte décorée d'Isis et Osiris du règne de François Ier ainsi que deux sphinges dans sa chambre.

Parmi le contenu de l'armoire style années '60, je distingue la revue Planète dont j'avais tout comme toi, la collection dans ma bibliothèque(perdue dans un déménagement) et moi aussi, naïve, j'y croyais....
C'était une revue bimestrielle française éditée entre 1961 et 1971 dont le slogan était « Rien de ce qui est étrange ne nous est étranger ! ». Elle rassemblait des articles ésotériques et insolites plus que de la vulgarisation scientifique. Malgré son succès, elle fut accusée d'imposture intellectuelle et scientifique.

Quant à Stargate, la Porte des étoiles, je suis allergique à ce genre de films.

Richard LEJEUNE 31/05/2016 16:05

Si je t'avouais que, tout sot d'être jeune Prof d'Histoire, Christiana, je me suis débarrassé des revues "Planète" !!!

Furent également mis à la poubelle les quelques numéros d'une revue consacrée aux civilisations anciennes disparues ; revue qui portait le nom de Kadath.

Mais heureusement j'ai conservé les romans de Lovecraft ... parce qu'ils ne se voulaient pas des livres pseudo-scientifiques, je présume.

Mais ne les ai jamais plus relus !

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages