Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 00:00

 

 

Quatrième Partie :

 

 

QUID DE LA LOCALISATION DU TOMBEAU D'ANTINOÜS ?

 

  

 

 

     

     Mais où diantre Hadrien, ce maître du monde romain du IIème siècle de notre ère, d'origine andalouse et tout imprégné d'un hellénisme raffiné, lui, l'infatigable bâtisseur qui, pour sa propre personne mais aussi pour ceux qui lui succéderaient à la tête de l'Empire, fit construire l'imposant Château Saint-Ange en guise de mausolée, où donc, dans quel pays ce grand amateur de voyages a-t-il dissimulé le tombeau d'Antinoüs, son favori ?

 

     Parodiant irrévérencieusement deux vers de la scène 2 de l'acte II du Bérénice de l'immense Racine, Titus improvisé évoquant cette sépulture, je pourrais me demander : Dois-je croire qu'assis au trône des Césars, un si grand empereur le cèle à nos regards ?   (*)

 

     Voilà donc la première "énigme" que, dans le dossier actuellement traité par ÉgyptoMusée depuis septembre, amis visiteurs, nous essayons pour l'heure de résoudre.

 

     Souvenez-vous, je vous ai expliqué la semaine dernière que, sur foi de quelques  hiéroglyphes de la première phrase gravée en creux dans la colonne de droite de la face ouest de l'obélisque dit "Barberini", sur le mont Pincio, à Rome,

 

Obélisque du Pincio - Face ouest : première phrase de la colonne de droite - (© Raymond Monfort)

Obélisque du Pincio - Face ouest : première phrase de la colonne de droite - (© Raymond Monfort)

 

des égyptologues du vingtième siècle ont cru pouvoir interpréter un passage amputé à cause d'une cassure et de sa réfection, en affirmant les uns, que le jeune éphèbe bithynien reposait en Égypte, à Antinoé, la ville que son mentor avait créée à sa seule gloire, les autres, qu'il fut inhumé à Rome, certains optant pour le temple double de Vénus et de Roma Aeterna, précisément construit sous le règne d'Hadrien, certains pour la Villa Adriana, prestigieux domaine impérial sis à la périphérie de la ville.

 

     Puis, en 2008, à nouveaux frais, feu l'égyptologue français Jean-Claude Grenier reprit l'analyse philologique des inscriptions, en en suggérant une nouvelle lecture, une nouvelle interprétation, catégorique, irréfragable à ses yeux, prouvant que ce n'est point en Égypte mais bien dans Rome qu'il faut chercher la demeure d'éternité du jeune homme. 

 

     Nous en étions restés là quand je pris congé de vous, promettant d'apposer aujourd'hui le point final à cette enquête.

 

 

     Reprenons, voulez-vous, LA phrase qui pose problème : " ḥsy nty im nty ḥtp m i3t tn n(ty)t m-ḫnw sḫt tš n nb w3s [ ... ] H3rmˁ " que le Professeur Grenier traduisait par : " Le Bienheureux qui est dans l'Au-delà et qui repose en ce lieu consacré qui se trouve à l'intérieur des Jardins du Prince, dans Rome."

 

     Dans un premier temps, remarquons l'emploi, - évidemment pas anodin -, de l'adjectif démonstratif  "ce" ( tn, en égyptien )... et non de l'article indéfini "un".

     Que signifie cette nuance grammaticale ? 

 

     Rappelez-vous que précédemment j'ai expliqué que l'obélisque gravé pour commémorer le souvenir de l'élu avait été initialement dressé sur sa tombe. De sorte que le choix d'un démonstratif , - signifiant en définitive : "ce tombeau-ci" -, donne à penser que le lapicide composa son texte pour celui qui, hypothétiquement, eût été à même de lire l'inscription hiéroglyphique. En d'autres termes, la phrase indique un emplacement à celui qui la lisait, c'est-à-dire, dans ce cas précis, lui confirme qu'il se trouve bien devant la tombe et l'obélisque qui la surmonte. 

 

     Quand sur une autre face du monument, les inscriptions évoquent Antinoé, c'est non seulement pour rendre hommage à l'empereur qui la fit bâtir en souvenir de son protégé mais aussi pour spécifier qu'il s'agit bien d'une ville égyptienne : si la sépulture du jeune homme s'y était trouvée, il est certain qu'avec le sens de la précision qui le caractérise, Pétarbeschénis l'eût mentionné.

     Or il n'a pas cru nécessaire de le faire. Donc, elle ne peut être qu'à Rome, affirme J.-C. Grenier !

     Oui, mais où ?

 

     Dans un deuxième temps, penchons-nous sur une autre expression : le "sḫt tš", ("sekhet tchès") "du Prince", à l'intérieur duquel, indique le texte, se trouve la tombe. 

     Mais qu'est donc ce "sḫt tš ", ce domaine personnel du "Prince", - "Princeps", pour les latinistes qui me liraient ?

 

     Deux sont retenus. Le premier, immense complexe impérial, - je vous en avais touché un mot lors de cette rencontre - : la résidence tiburtine, plus communément nommée Villa Adriana, située à moins de trente kilomètres de la ville, dans la municipalité de Tivoli, constitue une incontournable référence qui, esthétiquement, marqua tant de grands littérateurs, tels Chateaubriand ou Stendhal et, plus proche de nous, Marguerite Yourcenar qui, à vingt ans, la visita avec son père, confiant à la fin de sa vie, dans Les Yeux ouverts- Entretiens avec Matthieu Galey, qu'elle fut le point de départ, l'étincelle, l'événement séminal, pourrais-je ajouter, dans la longue genèse, - plus d'un quart de siècle -, de son remarquable roman Mémoires d'Hadrien.  

 

     L'égyptologue belge Philippe Derchain, je vous l'ai signifié déjà, considérait donc que le sḫt tš, ce "domaine campagnard de celui qui détient le pouvoir à Rome", ainsi qu'il traduisait les hiéroglyphes gravés sur l'obélisque, ne pouvait qu'idéalement être le lieu d'inhumation d'Antinoüs.  

     

     Dès lors, tout semblait entériner les propos du Professeur Derchain : sa traduction paraissait plausible et, surtout, quelques fouilles archéologiques menées sur le site, précisément à un endroit où subsistaient des parties d'une décoration d'un temple de toute évidence égyptisant, auraient pu le laisser croire : n'y avait-on pas mis au jour une dalle de trois mètres de côté ... que, l'euphorie du moment aidant, on voulut absolument considérer comme l'emplacement idoine pour supporter un obélisque ?  

 

     Mais l'engouement passé, à tête reposée, il appert que, analysés, les vestiges mis au jour n'étant pas absolument funéraires, rien  ne permettait d'affirmer qu'ils constituaient les restes du temple-tombeau d'Antinoüs.

 

     En outre, l'acception de "campagnard" pour laquelle avait opté Philippe Derchain, n'apparaissait pas, aux yeux de Jean-Claude Grenier, être en adéquation avec un milieu urbain comme l'est la Villa Adriana.

 

     Mais que seraient alors ces "jardins" ? 

 

     Le Professeur Grenier affirma qu'il s'agissait de ce que les sources antiques désignaient sous l'appellation de "horti", (hortus = jardin, en latin), c'est-à-dire un endroit planté de végétaux ; un parc public ou un espace vert, dirions-nous plus fréquemment à notre époque.

 

     D'où, en vue d'appuyer sa propre traduction : "à l'intérieur des Jardins du Prince, dans Rome", son option de se tourner vers la seconde des prestigieuses résidences impériales de la ville : le site de ce qu'il est convenu de nommer, depuis qu'au 17ème siècle il devint propriété de la richissime famille des Barberini, la Vigna ("vignoble") Barberini, sur le mont Palatin où maints empereurs, dont Hadrien, possédèrent une prestigieuse résidence, un palais pour le dire d'un mot et ainsi rappeler que notre terme français provient précisément de palatium, - Palatin -, désignation de l'une des sept collines de Rome, puis qui, par métonymie, s'est appliqué à la demeure d'Auguste, le premier empereur, et enfin par la suite, à toutes les grandes demeures impériales. 

 

    En outre, ce qui le confortait dans cette hypothèse, c'est que dans la phrase de l'obélisque, ce qu'il avait traduit par "ce lieu consacré", entendez : ce tombeau, -"m i3t tn"-, définit en égyptien ancien une sorte de tumulus, de butte recouverte de végétation au sein de laquelle les dieux défunts étaient enterrés ... ce qui, in fine, convenait parfaitement pour caractériser le Palatin, à peine haut de quelques dizaines de mètres, et ses Jardins d'Adonis.

 

     Mais au fil des ans, entre 1986 et 2008, poursuivant et affinant ses recherches, Jean-Claude Grenier comprit qu'il faisait fausse route en tablant sur le Palatin. Nonobstant, il demeura persuadé que sa traduction du texte de l'obélisque conservait son bien-fondé : il chercha donc d'autres "jardins", d'autres horti qui eussent aussi pu être, dans Rome, des propriétés d'Hadrien, partant, eussent été susceptibles d'abriter le caveau funéraire d'Antinoüs.

 

     Il pensa tout d'abord aux jardins ayant initialement appartenu à l'historien romain Salluste (Horti Sallustiani) avant de devenir propriété impériale, notamment d'Hadrien qui y effectua d'importants aménagements, dont l'édification d'un pavillon à connotations égyptiennes : cet ensemble résidentiel présentait à la fois des espaces de verdure et des bâtiments, aujourd'hui totalement en ruine depuis la sac de Rome par les Wisigoths, en 410 de notre ère. 

 

     Mais in fine, c'est sur les Horti Domitiae, les jardins de Domitia, - que des recherches entreprises à l'extrême fin du 20ème siècle identifièrent à Domiitia Paulina Lucilla, la propre mère d'Hadrien -, que portèrent les faveurs du Professeur Grenier pour une raison fort simple : après le décès de sa mère, l'empereur y fit ériger l'imposant monument funéraire que j'évoquai précisément au début de notre rendez-vous de ce matin : le Château Saint-Ange.

 

     

© https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7d/Roma_Hadrian_mausoleum.jpg?uselang=fr

© https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7d/Roma_Hadrian_mausoleum.jpg?uselang=fr

 

 

     Il est alors extrêmement tentant de penser, - mais dans l'état actuel des connaissances acquises, pas encore d'affirmer de manière péremptoire -, que l'empereur ayant hérité de ce domaine familial y ait aménagé la "maison d'éternité" de son jeune protégé, conjointement à son tombeau personnel et à ceux des membres de sa famille, en vue d'y abriter leurs urnes cinéraires. 

 

 

     Voici donc, amis visiteurs, le chemin au bout duquel m'ont mené mes lectures et recherches pour circonscrire la question de l'emplacement de la tombe d'Antinoüs. 

     Déçus seront probablement certains d'entre vous que, parmi toutes ces hypothèses, je ne puisse plus impérieusement désigner le lieu exact. 

 

     À ceux-là, je répondrai de deux manières.

     La première en citant la conclusion tout empreinte de sagesse et de modestie que déjà en 1986, alors qu'il n'avait pas encore peaufiné son enquête, le Professeur Grenier lui-même écrivait dans un article, référencé dans la bibliographie ci-dessous :

 

     "Cette proposition, - (à l'époque, c'était de croire que la tombe tant recherchée devait se trouver dans les jardins d'Adonis, sur le Palatin) -, est-elle recevable lorsqu'on la confronte au contexte historique en général ? Est-elle, de plus, compatible avec les données de l'histoire de la topographie de la Rome impériale ? 

     Répondre à ces questions sort du cadre des compétences de l'égyptologue et il est préférable de laisser ce soin à beaucoup plus qualifié que nous.

 

     La seconde manière, en reprenant ce que m'écrivit si bellement en commentaire la semaine dernière, Cendrine, une de mes fidèles lectrices :

 

      Ne repose-t-il pas dans le cœur de celui qui l'a tant aimé et peut-être caché pour la postérité ? "

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

 

 

 

GRENIER Jean-ClaudeL'Osiris Antinoos, dans Cahiers de l'ENIM (CENIM) I, Montpellier, Université Paul-Valéry, (Montpellier III), 2008, pp. 8 et 37 à 45.

 

 

GRENIER Jean-Claude/COARELLI PhilippoLa tombe d'Antinoüs à Rome, dans Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité, (MEFRA), Tome 98, n° 1,, 1986, pp. 217-53 (Version électronique)

 

 

GRIMM Alfred/KESSLER Dieter/MEYER HugoDer Obelisk des Antinoos. Eine kommentierte Edition, München, Wilhelm Finck Verlage, 1994. (Version électronique)

 

 

RACINE  Jean, Bérénice, dans Œuvres complètes de J. Racine et de Pierre et T. Corneille,  Paris, Gennequin Libraire, 1862, p. 84. 

 

 

YOURCENAR Marguerite, Les yeux ouverts. Entretiens avec Matthieu GaleyParis, Le Livre de Poche "Biblio" n° 5577,  Librairie Générale Française, 2015, p. 143. 

 

 

 

(*) Les deux vers originaux, placés par Racine dans la bouche de Titus évoquant pour leur part, la reine Bérénice, étaient bien évidemment :

 

 

" Dois-je croire qu'assise au trône des Césars

Une si belle reine offensât ses regards ? "

 

  

 

 

 

 ***

 

 

Excellent congé d'automne à vous tous, amis visiteurs d'ÉgyptoMusée, et à bientôt ...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte à Rome
commenter cet article

commentaires

PaSSION SCUPTURE 15/11/2016 08:25

Une étrange coïncidence que de se retrouver avec le bel ANTINOÜS !!!!
Très contente de retrouver de si passionnants articles.
Merci

Richard LEJEUNE 15/11/2016 08:44

Merci à vous pour cette appréciation.

Christiana 31/10/2016 18:05

C'est aussi bien de laisser des points de suspension... sinon, que resterait-il aux écrivains? Ce sont justement ces blancs historiques qui leur permettent de compléter romanesquement l'inconnu et de laisser vagabonder leur imagination.
Bonnes vacances bourguignonnes.

Richard LEJEUNE 11/11/2016 14:01

Merci à toi, Christiana : ce séjour bourguignon fut excellent et, de surcroît, riche en nouvelles découvertes ... mais m'apprit aussi combien, en trois ans, les prix avaient flambé !!

Quant aux "blancs historiques", pour reprendre ta belle expression, ils m'ont toujours gêné sur un plan scientifique, s'entend : j'ai rêvé plus qu'à mon tour dans ma vie d'Enseignant soit de les combler, soit d'apprendre que de vrais savants s'y évertuaient ...

FAN 31/10/2016 15:24

Un mystère non résolu pour l'heure mais d'autres chercheurs auront la curiosité d'approfondir celui-ci!! les générations suivantes en seront pour leur demandes et cette belle histoire continuera à faire fantasmer! Merci cher Richard et à bientôt pour de nouvelles aventures!!Bisous Fan

Richard LEJEUNE 11/11/2016 13:55

Excusez-moi, chère Fan, votre message adressé pendant mon séjour en Bourgogne m'avait complètement échappé !
Je ne sais si fantasmes futurs il y aura, mais j'espère que d'autres chercheurs, d'autres archéologues poursuivront l'enquête ...

Alain 26/10/2016 08:47

Le suspens se termine. Nous ne saurons donc jamais où repose Antinoüs. C’est aussi bien comme cela. Finalement, la fiction des funérailles contée par Marguerite Yourcenar est peut-être la meilleure.
L’imagination des écrivains est souvent plus féconde que celle des scientifiques en matière historique. Je me contenterai de rapporter quelques superbes passages relevés dans « Mémoires d’Hadrien » :
« Un soir, Chabrias m’appela pour me montrer dans la constellation de l’Aigle une étoile, jusque-là assez peu visible, qui palpitait soudain comme une gemme, battait comme un cœur. J’en fis son étoile, son signe. Je m’épuisais chaque nuit à suivre son cours ; j’ai vu d’étranges figures dans cette partie du ciel. On me crut fou. Mais peu importait. »
Ainsi que ce passage du livre, que tu as déjà cité au début de l'enquête, clôturant les funérailles :
« Les siècles encore contenus dans le sein opaque du temps passeraient par milliers sur cette tombe sans lui rendre l'existence, mais aussi sans ajouter à sa mort, sans empêcher qu'il eût été. »
Je terminerai mon commentaire, moi aussi, par les paroles de Cendrine, dont tu fais mention dans l’article. Elles rejoignent le texte littéraire de Marguerite Yourcenar :
" Ne repose-t-il pas dans le cœur de celui qui l'a tant aimé et peut-être caché pour la postérité ? "

Richard LEJEUNE 26/10/2016 09:18

Merci à toi, Alain, pour ce très beau commentaire qui nous donne le plaisir d'à nouveau nous plonger dans le splendide roman de Marguerite Yourcenar, mais aussi qui accrédite mon choix d'avoir mis le point final à cette première enquête par les mots de Cendrine,

"Première enquête" car, dès la rentrée après le congé de Toussaint, une autre suivra ...

Une toute petite remarque à propos de ta deuxième phrase : permets-moi de ne point être aussi catégorique que toi : l'histoire nous a déjà appris maintes et maintes fois que réponse une question fut apportée soit par des fouilles archéologiques précises mettant au jour un document écrit ou lithique, soit par le hasard d'une découverte lors d'une promenade d'une personne quelconque.
Rappelle-toi Lascaux !

De sorte que, peut-être, un jour découvrira-t-on ce fameux tombeau sur lequel se trouva l'obélisque ...

Cendrine 25/10/2016 19:48

Cher Richard, Ce mystère est fascinant... On s'accroche à l'envie de savoir et en même temps, on suit avec passion ceux qui cherchent l'emplacement de la tombe d'Antinoüs. Je suis vraiment touchée de lire, à la fin de votre article, les mots qui me sont venus en songeant à Hadrien et à son favori. Je l'ai ressenti ainsi.
Comme vous l'expliquez si bien, le moindre détail grammatical est précieux et peut modifier l'interprétation d'une phrase. Ces subtilités sont si riches. L'énigme se poursuit et vous nous alléchez.
Merci pour tout cela, je vous souhaite d'excellentes vacances, amitiés chaleureuses!
Cendrine

Richard LEJEUNE 26/10/2016 07:28

Merci chère Cendrine.
Ai-je besoin de vous préciser que de "mener cette enquête" m'a passionné ?

Jean-Pierre 25/10/2016 15:57

Nos langues modernes sont beaucoup trop précises. Elles ne laisseront à nos arrières petits enfants aucune possibilité d'interprétation. Adieu les européanologues du XXVème siècle qui auraient pu correspondre au égyptologues d'aujourd'hui...

Richard LEJEUNE 26/10/2016 08:57

N'en soyez pas si certain, Jean-Pierre : si, dans quelques siècles, ce ne seront plus les langues européennes qu'il faudra comprendre, ce seront les déclarations, les prises de position de l'un ou l'autre de nos dirigeants qui nécessiteront, avec le recul et les conséquences que nos descendants connaîtront, une interprétation, des précisions, voire une remise en question ...

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages