Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 00:00

 

     Observateur attentif des grands mouvements cosmiques (course solaire, alternance du jour et de la nuit ...) et des phénomènes géographiques locaux, tel le retour périodique de la crue dispensatrice de vie,  l'Égyptien allait progressivement construire une vision originale des débuts du monde et de son fonctionnement.  Le soleil apparaît comme le démiurge par excellence, organisateur d'un univers équilibré où chaque élément trouve "sa place en son temps". Le roi, héritier légitime et continuateur de l'oeuvre divine, a pour tâche essentielle le maintien de cette harmonie grâce au culte quotidien. Chaque individu, du paysan le plus modeste au puissant vizir, a sa place bien définie dans une société idéalement hiérarchisée.

 

     Or, ce monde, en équilibre parfait, reste cependant sous la menace d'une manifestation toujours possible des forces hostiles qui, maintenues à distance par les rites religieux et magiques, se tiennent en embuscade sur le pourtour du monde organisé, prêtes à se déchaîner dans les moments critiques de passages : alternance du jour et de la nuit, changement de saisons, d'année ou de règne. C'est en ces circonstances que l'équilibre universel est provisoirement rompu.

 

     Religion et magie ne s'opposent pas dans la pensée égyptienne, mais au contraire se complètent pour aider efficacement à la bonne marche du monde.

 

 

 

 

 

Philippe  GERMOND

Le monde symbolique des amulettes égyptiennes

de la collection Jacques-Édouard Berger

 

Milan, 5 Continents Éditions, 2005, p. 13

 

 

 

 

     Après le petit excursus de la semaine dernière dans le domaine de la littérature qui vint, je pense, bien à propos pour, si besoin en était encore dans le chef de certains, corroborer mes assertions exposées dans le premier des articles que j'escompte consacrer au décryptage d'une peinture murale récurrente au sein des chapelles funéraires, la scène de chasse et de pêche dans les marais nilotiques, et à mettre en lumière la symbolique érotique qui sous-tend plus spécifiquement celles du Nouvel Empire égyptien, - article applaudi par beaucoup qui, s'il ne déplut toutefois ouvertement qu'à un seul de mes lecteurs, entraîna non seulement le silence de maints autres d'habitude plus prolixes à manifester leur enthousiasme mais aussi, dernière "prise de position", la défection sur la pointe des pieds de quatre ou cinq d'entre eux qui se désabonnèrent d'ÉgyptoMusée -, vous étonnera-t-il, amis visiteurs, que j'aie évidemment choisi ce mardi, fidèle au projet que je m'étais promis de développer, de poursuivre avec vous ce décodage jugé par d'aucuns politiquement incorrect ?
 
     Portons donc l'éclairage sur la portion de droite de ce célèbre tableau : la partie de pêche que, dans un premier temps, j'ai pour l'illustrer jugé opportun de vous permettre de revoir grâce à celle peinte dans l'hypogée de Nakht, scribe et prêtre d'Amon à l'époque de Thoutmosis IV, proposée sur l'excellent site OsirisNet.
(À nouveau, merci Thierry) 
 
 
DE LA CONNOTATION ÉROTIQUE DE CERTAINES PEINTURES PARIÉTALES ÉGYPTIENNES : 3. LA SCÈNE DE PÊCHE DANS LES MARAIS

 

     Pas plus ici, vous en conviendrez après un regard attentif, que dans la scène de chasse qui lui est antithétique évoquée précédemment, et pour les mêmes raisons : vêtements de luxe, bijoux, perruques féminines, fleurs de lotus, frêle esquif , cette pêche dans les marais n'est en rien emblématique d'une stricte réalité issue du quotidien.

 

     Petit détail au passage : vous remarquerez que, interprétation personnelle de l'artiste, nous n'avons plus chez Nakht un bosquet central de papyrus à l'image de celui présent chez Neferhotep, mais plutôt un décor de fond, linéaire, constitué toutefois des mêmes plantes et des mêmes volatiles s'y ébattant. Si l'esprit de l'ensemble est resté parfaitement identique, vous admettrez que la figuration des marais a quelque peu changé. Ce qui, une nouvelle fois, me permet de mettre l'accent sur le fait que l'art égyptien n'est pas aussi immuable qu'il y paraît quand on veut bien se donner la peine de voir, et non de simplement , - oserais-je dire "bêtement" ? -, regarder ... 

 

     Concentrons-nous à présent, voulez-vous, sur la seule représentation de la pêche elle-même.

 

     Empruntant la dénomination à la langue allemande, les égyptologues ont coutume d'appeler "Wasserberg" (montagne d'eau), cette sorte d’excroissance verticale arrondie tout à fait incongrue d'apparence et qui symbolise une vague, - chez Nakht, bleue très foncée -,  dans laquelle seuls deux poissons différents sont harponnés ensemble par le défunt.

 

     Que signifie exactement cette métaphore ?

 

     Partant du principe qu'à l'instar de la chasse,  la pêche constituait une activité ressortissant au domaine du sacré, elle avait également un rôle à l’évidence apotropaïque : les proies, que ce soient volatiles ou poissons, figurant les ennemis de l’Égypte, il était primordial au défunt de les anéantir, puisque associées au chaos. Ainsi représenté en pleine action prédatrice, il apportait son concours pour éliminer "Isefet", les forces du mal.

 

     Mais vous devez aussi avoir à l’esprit que ce type même d’action fut, dès les premiers temps de l’histoire égyptienne, l’apanage des seuls souverains et qu'ainsi uniques intermédiaires entre les dieux et les hommes, ils accomplissaient de la sorte un rituel d’importance : le combat symbolique contre tout ce qui pouvait perturber la "Maât", cette notion parfois quelque peu abstraite à nos yeux mais si importante au pays des Deux-Terres, dans la mesure où elle permettait d'y maintenir l’ordre.

 

     Aussi vous faut-il mettre ces scènes en parallèle avec le mythe bien connu d'Osiris, tué par son frère Seth ; Osiris qui, grâce à son épouse Isis, a un instant recouvré ses facultés d'engendrer et la féconde afin qu'elle puisse donner naissance au futur Horus ; Horus qu'elle élèvera en des lieux tenus secrets pour éviter la vengeance de Seth menacé, par la présence de ce soudain héritier légitime, de voir lui échapper le trône et le pouvoir qu'il briguait ; lieux secrets qui, selon plusieurs passages des célèbres Textes des Pyramides, ne sont autres, précisément, que les fourrés de papyrus qui se développèrent en abondance dans les marécages égyptiens et  que vous retrouvez représentés dans les chapelles funéraires.

     J'y reviendrai la semaine prochaine,

 

 

     Le mythe osirien, s'il a commencé avec le meurtre du dieu, entraînant conséquemment la fin d'un règne, donc le désordre ("Isefet") toujours susceptible de menacer l'ordre établi, ("Maât"), s'achève en quelque sorte par la résurrection du dieu grâce à sa réincarnation dans son fils Horus : tout redeviendra "normal" puisque, la végétation nilotique constitua la cachette idéale de laquelle, jeune adulte, il s'en ira  reprendre le pouvoir qui lui revenait de droit.

 

     Et ainsi chaque souverain sera un nouvel Horus ; et ainsi chaque défunt qui se faisait représenter dans sa tombe chassant ou pêchant se trouvait par là même assimilé à la personne royale. Aussi se devait-il, la magie de l'image aidant, de mettre tout en oeuvre pour repousser définitivement les puissances négatives, quelles qu'elles fussent, susceptibles soit d'entraver, soit d'irrémédiablement perturber sa propre destinée dans l’Au-delà.

 

     Toutefois, dépassant la simple représentation d’un rituel ancestral permettant de personnellement triompher des dangers éventuels, cette scène de pêche porte elle aussi en elle une connotation érotique à envisager sous l'angle d'une régénération, d'une renaissance des trépassés. 

 

 

Neferhotep harponne - Croquis d'après Cailliaud

 

 

 

     Développons cette assertion en nous penchant à nouveau sur la figuration de cette scène de pêche relevée, souvenez-vous, dans l'hypogée aujourd'hui perdu de Neferhotep haut fonctionnaire palatial à l'époque de Thoutmosis III et de son fils Amenhotep II, - XVIIIème dynastie, donc -, par Frédéric Cailliaud : avez-vous remarqué, amis visiteurs que le harpon enfourche bizarrement deux poissons différents en même temps, placés ici l'un au-dessus de l'autre ? Le dessin est tellement net et précis que les ichtyologistes ont pu déterminer sans peine qu'il s'agissait d'un lates et d'une tilapia nilotica.

 

     Depuis un article du 3 juin 2008, vous n'ignorez plus je pense, que si le lates symbolisait le sacré, la tilapia, quant à elle, était synonyme de renaissance : les Égyptiens, très soucieux des phénomènes que la nature leur offrait, s'étaient en effet aperçu que cette espèce présentait la particularité d’incuber ses petits dans la gueule, juste après la ponte, les mettant ainsi bien à l’abri, et de recracher les alevins dès leur éclosion. C’est la raison pour laquelle ils admirent que ce poisson symbolisait la régénération.

 

     Dès lors, le défunt propriétaire du tombeau dans lequel figure cette "Wasserberg" s’appropriait, toujours par la magie de l’image, les vertus inhérentes aux deux poissons, à savoir essentiellement, pour ce qui le concerne au premier chef, l'indispensable devenir post-mortem, la régénérescence.

 

     L'égyptologue belge Philippe Derchain pense même que dans un contexte essentiellement funéraire, en plus d'être une métaphore de la fécondité, la tilapia en serait une de la jouissance. J'ajouterai, et ce détail est loin d’être mineur à mes yeux, que la langue égyptienne se servait du même verbe (setchet) pour signifier "transpercer à l’aide d’un harpon", mais aussi "s’accoupler", "éjaculer". 

 

     Il est dès lors avéré que nous sommes en présence ici d’une régénération métaphorique : pour renaître dans l’Au-delà, pour y poursuivre la vie qu'il avait connue ici-bas, le défunt avait besoin de surmonter les dangers, de les affronter pour mieux en triompher. Et pour ce faire, l'acte sexuel lui était nécessaire.

 

     Dès lors, comment mettre tout en oeuvre pour qu'il soit possible ?

 

     C'est là que nous retrouvons les symboles érotiques forts que sont les vêtements de lin fin, et leur transparence suggestive, les bijoux, les fleurs de lotus et, surtout, le port de la perruque auxquels j'ai déjà fait allusion en décryptant pour vous la scène de chasse au bâton de jet : nul besoin pour moi d'y revenir dans le détail aujourd'hui.

 

     Admirez une fois encore la représentation de la pêche dans la tombe de Nakht, la première que je vous ai proposée ci-avant : le défunt debout, superbement vêtu, est censé harponner les deux poissons. Derrière lui, son épouse, une fleur de lotus à la main ; et entre ses jambes, l'agrippant au mollet, une de ses filles : pensez-vous vraiment, amis lecteurs, que s’ils n’avaient pas indéniablement valeur érotique, tous ces détails vestimentaires seraient ainsi mis en évidence ? Pensez-vous vraiment que semblables tenues soient celles de pêcheurs dans les marais boueux ? Pensez-vous enfin que toute cette coquetterie déployée s’impose, convienne à ce type d’activité dans les régions palustres ?

 

     Il est indiscutable - et Ph. Derchain l'a définitivement démontré - que tout ceci constitue une allusion relativement discrète à la vie sensuelle, érotique des défunts.

 

     Aux fins de corroborer mes propos quant à la symbolique particulière qu'il faut attacher à certains animaux, je terminerai à nouveau par un petit détour dans la poésie amoureuse du Nouvel Empire, avec ce très court extrait libellé sur deux ostraca de Deir el-Médineh (numérotés 1635 et 1636) ; l'amante s'exprime  à propos de celui qu'elle aime :

 

     "... mon coeur défaille. Il a donné pour être caché que je passe le jour à le piéger comme des oiseaux et le pêcher comme des poissons ..." 

 

 

     Thématique récurrente donc, vous en conviendrez, amis visiteurs, que vous trouverez peinte ou gravée sur les parois de chapelles funéraires et qui fit aussi florès dans la poésie amoureuse du Nouvel Empire.

 

 

     En conclusion, et c’est bien là toute la pertinence d’une herméneutique portant sur l’image égyptienne, c’est bien là l’intérêt de suivre les dernières recherches en date des égyptologues comme celles des philologues qui se sont succédé depuis un siècle pour les analyser, je me dois d'ajouter que ces scènes recèlent à l’évidence plusieurs niveaux sémantiques, du littéral au symbolique, qui, si on peut leur trouver une indéniable indépendance, convergent néanmoins tous en définitive vers une seule et unique intention : après son trépas ici-bas, permettre la survie du défunt et sa renaissance dans l’Au-delà.

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

 

 

ALTENMÜLLER Hartwig, Le maître du tombeau en tant qu'Horus, fils d'Osiris - Réflexion sur le sens de la décoration murale des tombeaux de l'Ancien Empire en Égypte (2500-2100 av. J.-C.), dans Revue Ankh, n° 4/5, 1995-1996, pp. 196-213.

 

 

ANGENOT  Valérie, Pour une herméneutique de l'image égyptienne, CdE 80, Fasc. 159-60, Bruxelles, A.E.R.E., 2005, pp. 11-35.

 

 

DE KEYSER  E., Scènes de chasse et pêche, CdE 43, Bruxelles, F.E.R.E., 1947. pp. 42-9.
 

 

DERCHAIN  PhilippeLe lotus, la mandragore et le perséa, CdE 50, n° 99-100, Bruxelles, F.E.R.E., 1975, passim.

 

 

ID.La perruque et le cristal, SAK 2, Hamburg, Helmut Buske Verlag, 1975, passim.

 

 

ID. Pour l'érotisme, CdE 74, n° 148, Bruxelles, F.E.R.E., 1999, p. 265.

 

 

ID.La belle oiseleuse, CdE 77, n° 153-154, Bruxelles, F.E.R.E., 2002, p. 75.

 

 

LABOURY Dimitri, Une relecture de la tombe de Nakht, dans Tefnin R. (s/d) La peinture égyptienne ancienne. Un monde de signes à préserver, Monumenta Aegyptiaca 7, (Imago 1), Bruxelles, F.E.R.E., 1997, pp. 49-81. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

FAN 08/05/2017 17:29

Merci Richard, comme je suis plus concise dans mes analyses, je dirais simplement que l'expression "aller à la pêche" ou aller à la chasse" lorsque l'individu mâle (en principe) parle de chercher une femelle pour un instant ou toute une vie, viendrait de ces dessins égyptiens si bien explicites!!hihi Comme moi et ma coiffure à la "Cléopâtre"!! hihi J'en apprends des choses!!Bisous Richard

Richard LEJEUNE 09/05/2017 18:44

Oups ! Désolé, Fan : j'ai complètement loupé votre commentaire de ce lundi : veuillez m'en excuser.
D'autant que j'ai, à l'instar de celui dans lequel vous me décriviez votre coiffure "assassine", beaucoup apprécié votre humour dans celui-ci aussi ...

Ceci posé, aux fins de vous détromper sur votre "en principe" ci-dessus, je publierai un jour un poème datant du Nouvel Empire, de la XVIIIème dynastie, je crois me souvenir, qui vous prouvera que la "recherche" amoureuse de l'Autre ne fut pas, au sein de la société égyptienne, que l'apanage des seuls mâles ...

Alain 06/05/2017 14:46

Devant une telle envolée lyrique de Cendrine, je me sentais obligé de réagir. Tu es gâté, Richard. Sur un article concernant l’érotisme dans les peintures pariétales égyptiennes, son commentaire colle parfaitement au sujet. Le tout dit sur un ton poétique : « la pointe de vanille friponne » ; « jouir pour se régénérer » ; « les mouvements subtils de nos corps » ; ou encore « chaque brindille de plaisir, je la déguste sans aucune culpabilité ». Rimbaud et Verlaine auraient été jaloux devant cet élan de vie érotique. Cendrine devrait écrire un livre sur le sujet : L’érotisme sans tabous.
L’érotisme est d’actualité ces temps ci car toute la semaine sur France Culture, « Les chemins de la philosophie » étaient consacrés à ce thème.
« Décodage jugé par d'aucuns politiquement incorrect ? » dis-tu, concernant la « Scène de chasse et de pêche » ? Etonnant à notre époque de liberté sexuelle… Les Egyptiens seraient-ils différents de nous-mêmes dans leurs moeurs…
En voyant la peinture, je n’aurais pas vu cette excroissance dont tu parles symbolisant une vague d’eau montrant deux poissons harponnés par le défunt, poissons symbolisant une métaphore de la fécondité et même de la jouissance, permettant la régénérescence dans l’au-delà.
Le texte poétique de la femme à son amant exprime parfaitement ton analyse puisque qu’elle « passe le jour à le piéger comme des oiseaux et le pêcher comme des poissons ..."
Epatant ton article, Richard. Je ne comprends pas que l’on puisse se désabonner de ton blog à sa lecture ?

Richard LEJEUNE 08/05/2017 09:28

Merci à toi aussi Alain pour ta lecture attentive de mes articles et des commentaires laissés par mes lecteurs : tu as évidemment eu raison, toi qui l'as découvert bien avant moi, d'épingler le très beau qu'une fois encore a déposé Cendrine, avec la sensibilité qui la caractérise ...

Cendrine 05/05/2017 19:49

Cher Richard,
Je poursuis la lecture de vos articles avec grande joie. C'est un moment où je m'installe avec une tasse de ce fameux thé aux fleurs de cerisiers relevé d'une petite pointe de vanille friponne et d'un rien de poivre rose, juste ce qu'il faut pour que mes papilles se mettent à danser...

Les mots de votre plume s'animent, avec des couleurs que n'aurait pas renié Rimbaud, lui qui aimait faire pétiller les voyelles et donnait aux consonnes un puissant pouvoir de sensibilité...

Le voyage continue auprès de ces enivrantes beautés. Les symboles (vêtements de lin fin, bijoux, perruques...) dévoilent leur force et leur subtilité fascinantes. Quête d'une vie au-delà de la vie, passage initiatique sur l'eau, luxuriance... Les poissons guident les voyageurs vers des rives de renaissance et l'on ne peut que se sentir happé !

La générosité qui vous anime lorsque vous écrivez et votre désir d'éclairer, d'évoquer les Mânes de la Culture sont si perceptibles que c'est un Merci avec un M majuscule que nous sommes nombreux à vous adresser.

« Il est dès lors avéré que nous sommes en présence ici d’une régénération métaphorique : pour renaître dans l’Au-delà, pour y poursuivre la vie qu'il avait connue ici-bas, le défunt avait besoin de surmonter les dangers, de les affronter pour mieux en triompher. Et pour ce faire, l'acte sexuel lui était nécessaire. »

Ce que je ne comprends pas et ça restera, je pense, toujours un mystère pour moi, ayant déjà tant réfléchi sur le sujet..., c'est que des personnes préfèrent se claquemurer derrière une attitude choquée, courroucée, heurtée plutôt que de s'ouvrir à la vie, à la vie qui danse, à ce fluide d'existence qui nous offre de si belles possibilités de nous exprimer.

Toutes les époques sont compliquées. Elles ont leurs dangers, leurs enjeux, leurs contradictions et nous, humains, menons nos petites barques sur des flots souvent tumultueux mais quand les tempêtes s'apaisent et que l'on peut enfin se faire du bien, tout simplement, dans différents domaines, pourquoi se le refuser ? Pourquoi se refermer et rejeter ce qu'on nous a donné : la capacité à ressentir, à aimer, à jouir et notamment sexuellement. Jouir pour se régénérer.

Avec une pathologie comme la mienne, je connais trop le poids de la douleur alors chaque brindille de plaisir, je la déguste sans aucune culpabilité ! Heureusement, je ne suis pas la seule mais d'autres se refusent des joies qui leur offriraient tant... C'est un sujet philosophiquement très intéressant !

Chacun a ses croyances mais si l'on pense que nos âmes peuvent ressentir les mouvements subtils de nos corps, pourquoi ne pas imaginer qu'une vie où le plaisir a eu sa place à chaque fois que c'était possible puisse ouvrir sur d'autres vies, des vies qui prennent place dans des cycles mystérieux ?

Je voulais aussi vous remercier pour le magnifique commentaire que vous avez déposé sur mon blog. J'ai été très touchée par l'évocation de votre maman et de ce petit bouquet de tulipes qui représente tant... C'était si beau... Cette intense douceur illumine le « temps de brutes » que nous vivons avec une élection présidentielle des plus alambiquées... Merci beaucoup !

Je vous fais de grosses bises toutes pleines d'amitié !

Cendrine

Richard LEJEUNE 08/05/2017 09:25

WAW !
Que vous répondre, chère Cendrine, après aussi superbe commentaire ?
Sinon, vous remercier pour cette fidélité que vous avez non seulement à me lire mais aussi à ajouter un "plus" inouï à mes modestes articles.
Merci. Merci. Merci

Tout en dévorant "Décadence", le dernier opus de Michel Onfray, je relisais Lucrèce ces derniers jours qui, un peu plus loin encore, poussa l'épicurisme initialement grec et me dis, en réponse à votre incompréhension, à la mienne aussi, d'ailleurs, indiquée dans le sixième paragraphe de votre commentaire ci-dessus que le judéo-christianisme et ses théories de la "haine du corps", du "mépris du désir", de la "détestation des plaisirs", de la "condamnation de la chair", du "châtiment des passions", de la "répression des pulsions", etc., a vraiment fait d'immense ravages dans la pensée et la vie de millions de gens au cours des siècles...

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages