Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 01:00

 

     Il n'y a pas de nature, il n'y a pas de culture, il y a le monde. On l'améliore par l'art, dont les gestes sont parfois un fragment. "

 

 

 

Charles  DANTZIG

Le Traité des gestes

Paris, Grasset, 2017

 

repris de Adrien GOETZ

Gestes du Louvre, gestes de tous

dans Grande Galerie. Le Journal du Louvre n° 42

Paris, 2017, p. 29

 

 

 

 

 

     Voilà : il a pris l'avion ! Il s'en est allé au devant d'une nouvelle et exaltante aventure : quitter les quais de Seine en jetant un regard discret sur la coupole de l'Académie française sous laquelle Jean d'Ormesson, le dernier grand thuriféraire de notre si belle langue, ne siégera plus ; passer "D'un Louvre à l'autre" et rejoindre un temps, exactement du 21 décembre prochain jusqu'au 7 avril 2018, une autre coupole, étoilée, spectaculaire, de 180 mètres de diamètre recouvrant les cinquante-cinq bâtiments de cette nouvellement inaugurée médina de la Culture, à Abu Dhabi, où il escompte bien se donner à connaître, lui le haut fonctionnaire aulique remarqué par Psammétique II, souverain de la XXVIème dynastie égyptienne, en  représentant son pays à la première exposition temporaire qui y est organisée, tout à côté qu'il sera d'un Moaï kavakava de l'Île de Pâques qui, pour sa part, a aussi quitté un musée parisien, celui du quai Branly, et avec lequel il essaiera vraisemblablement de converser ...  

 

     Maintenant seul avec vous, amis visiteurs, dans la salle 2 du Département des Antiquités égyptiennes après que Nakht-Hor-Heb, - car c'est bien de lui qu'il s'agit à nouveau, vous l'aurez reconnu, qui, plusieurs semaines durant, nous a expliqué qui il fut et ce qu'il fut -, s'est envolé vers des cieux bien plus bleus, je souhaiterais, avant de nous diriger de conserve vers la salle 3 en janvier prochain, répondre, lors des deux derniers rendez-vous que j'ai programmés en cette fin d'année, à certaines questions qui me furent posées durant la semaine écoulée et, notamment, évoquer la notion si importante en Égypte antique de "formule d'offrande".

 

     La sienne, il nous l'a précisé, mettant très fortement l'accent sur ses titres et qualités, se déployait à même les faces du socle qui l'accueillit, agenouillé, hiératique, les mains posées à plat sur les cuisses, geste "fragment de l'art", retenu par les Égyptiens de l'époque pour symboliser la prière,

 

D'après Louvre A 94 - © Ch. Décamps

D'après Louvre A 94 - © Ch. Décamps

 

pour manifester le respect, la déférence d'un particulier vis-à-vis d'un roi et de la, - ou des -, divinité(s) qu'il sollicite, aux fins d'assurer son éternité dans l'Au-delà grâce précisément à ce type d'incantation.

 

      Profitant de l'opportunité qui m'est donnée par la concision des formulations lues sur ses différents monuments, j'aimerais proposer à tous mes visiteurs de Facebook d'en découvrir ce matin une autre, bien plus prolixe celle-là, - ceux des fidèles lecteurs de mon blog s'en souviendront certainement -, ayant été gravée sur un linteau de la porte de la chapelle funéraire d'un certain Kaâper, pas le plus que célèbre Cheik el-Beled du Musée du Caire, mais un homonyme, celui dont nous avions entrevu la partie supérieure de la tombe à Abousir, en mai 2010 ; celui dont plusieurs reliefs issus de pillages avaient été achetés par divers musées dans le monde et dont l'un d'entre eux fait actuellement partie des Aegyptiaca qui assoient durablement la richesse et la renommée de la Fondation Martin Bodmer - Bibliotheca Bodmeriana - à Cologny, près de Genève.

 

     J'ai la chance et le plaisir de virtuellement connaître plusieurs personnes passionnées d'égyptologie qui ont visité ce Musée, notamment Corinne , une "voisine" liégeoise qui m'a permis de lui emprunter ce cliché de l'intégralité du monument réalisé avec le recul nécessaire de manière qu'il nous apparaisse sur toute la longueur de ses quelque trois mètres, - pour seulement 22,5 centimètres de hauteur et de 3,5 à 5 cm de profondeur ;

 

 

Linteau-de-Kaaper--Cliche---Bastet-.JPG

 

   

et, bien évidemment, mon amie genevoise qui m'a offert tous les autres clichés qu'elle a pris de ce relief et qui émailleront notre présent rendez-vous, ainsi que celui de la semaine prochaine, l'ultime avant de prendre congé de vous et de 2017.

 

(Grand merci à toi aussi, qui te reconnaîtras.)

 

 

 

 

     Offrande que donne le roi et (que donne) Anubis qui préside à la chapelle divine et à la nécropole : qu'il soit enterré dans la nécropole en tant que détenteur de privilèges, qu'il atteigne une très belle vieillesse auprès du grand dieu et que l'on invoque pour lui (des offrandes consistant en) pain, bière, viande, volaille (lors de) la fête de Thot, le premier de l'an, le nouvel an, la sortie de Min, la fête du feu, le premier du mois, chaque fête, chaque jour, (pour) le chambellan royal, le prêtre d'Heqet, le magistrat et administrateur, Kaâper.

  

     Voici donc, traduite par les égyptologues suisses Sandrine Vuilleumier et Jean-Luc Chappaz référencés dans ma bibliographie infrapaginale, l'intégralité de la formule d'offrande de Kaâper dont, parallèlement aux explications que je vous donnerai aujourd'hui, je vous invite à d'ores et déjà admirer dans l'incipit par lequel nous allons commencer le soin apporté par le lapicide à la graver en léger relief de beaux et fins hiéroglyphes 

 

     En guise de simple introduction, permettez-moi de préciser que ce Kaâper fut lui aussi, quelque deux mille ans avant Nakht-Hor-Heb, un important fonctionnaire royal auréolé de nombreux titres tels que, notamment, scribe des terres de pâturage du bétail tacheté ; scribe, puis inspecteur des scribes du département des documents royaux se rapportant à l'armée de plusieurs forteresses des zones frontalières ; surveillant de tous les travaux du roi, puis architecte en chef responsable des bâtiments royaux sur tout le territoire égyptien ...

 

     Mais qu'est-ce donc qu'une "formule d'offrande" ??

 

     Il s'agit d'un texte invocatoire qui, dès l'Ancien Empire, comporta cinq éléments se déclinant dans un ordre bien défini : l'en-tête, invariable (Offrande que donne le roi) ; le nom de l'un ou l'autre dieu, essentiellement à connotation funéraire ; le verbe d'action, lui aussi immuable (donner) ; l'énoncé d'une succession de produits alimentaires et se terminant par le prénom du défunt auquel cette "prière" s'adressait, souvent assorti de ses titres et qualités, parfois de l'une ou l'autre spécification d'ordre généalogique.

 

     Pour diverses raisons politiques et/ou religieuses, le texte un temps figé, évolua suivant les époques, tant au niveau de la forme, -  quelques graphies nouvelles apparurent -, que du fond : aux denrées de base, pain, bière, viande, volaille, vinrent s'en ajouter d'autres comme le vin ou le lait, différents biens comme des tissus ou des ustensiles de vaisselle mais aussi, parfois, l'un ou l'autre souhait personnel du défunt.

 

     Abordons à présent, voulez-vous, le linteau si élégamment gravé du mastaba de Kaâper que vous lirez, comme de tradition, en partant de la droite et en vous dirigeant vers la gauche ; et voyons si, in fine, le texte respecte la formulation classique que je viens de brièvement vous définir.

 

 

     Offrande que donne le roi et (que donne) Anubis

 

 KAAPER 01. Offrande que donne le roi et Anubis

 

 


     Avec "Htp di nsw.t" - prononcez "hétep di nésout" -, Offrande que donne le roi, nous sommes donc bien en présence de l'incipit obligé de cette formulation. Les deux premiers hiéroglyphes, le roseau des marais (1) et la galette de pain en dessous (2), symbolisent le roi de Haute-Égypte : ensemble, ils se traduisent littéralement par : "Celui qui appartient au roseau", dans la mesure où cette plante figure l’emblème du sud du pays, comprenez : la Haute-Égypte.

     Le troisième signe, un pain sur une natte concrétise le concept de l'offrande ; et le quatrième, le triangle, correspond à une des formes conjuguées du verbe "donner".

 

     En toute logique, respectant ma numérotation, au lieu de "Offrande que donne le roi" que je viens de vous dire,  je devrais donc traduire cette suite de pictogrammes par :  " Le roi (1-2 offrande (3 donne (4) ", ce qui, convenez-en ne respecte guère notre langue française mais respecterait mieux la langue égyptienne car la première place qu'occupent ici les hiéroglyphes symbolisant le roi constitue ce que les égyptologues sont convenus d’appeler soit une métathèse de respect, soit une antéposition honorifique, c'est-à-dire une inversion sémantique par rapport à la logique de manière à mettre la personne royale en exergue, de manière à porter sur elle l'éclairage, avant n'importe quelle autre indication.

 

     Quant au cinquième élément dessin gravé, ce superbe chacal assis, il concrétise le fait qu'aux premiers temps - à tout le moins au début de la Vème dynastie -, ces souhaits étaient subordonnés aux consentements conjoints du souverain, "patron" séculier de la nécropole et d'un dieu, Anubis ici en l'occurrence, divinité protectrice de cette même nécropole qui, comme l'indique la suite du texte sur le linteau : 

 

préside à la chapelle divine et à la nécropole.

 

 

Kaaper-02.-qui-preside-a-la-chapelle-divine-et-a-la-nec.jpg

 

 

     Parfois, ce seront d'autres divinités à connotation funéraire, Osiris, ou Ptah, ou Min ..., voire l'une ou l'autre ensemble, qui seront également convoquées par le défunt.

 

     Roi et dieu(x) accordaient donc de conserve plusieurs avantages aux privilégiés à récompenser, dont pourvoir à son alimentation n'était évidemment pas le moindre. 

 

     Par la suite, la formule se modifia dans la mesure où le roi, initiateur des offrandes, faisait oblation au dieu, devenu ainsi bénéficiaire premier, pour qu'il les rétrocède à un défunt, "allocataire" final : Offrande que donne le roi à Anubis, pourriez-vous lire dans ce cas.

 

     Les nombreuses variantes rencontrées au cours des temps dans le libellé des formules d'offrandes, notamment aux XIIème et XIIIème dynasties (Moyen Empire/Deuxième Période Intermédiaire) - sur lesquelles il serait fastidieux et trop pointu d'insister aujourd'hui -, constituent d'évidence, vous l'aurez compris amis visiteurs, autant de critères stylistiques permettant aux égyptologues de dater avec une certaine précision le monument sur lequel elles figurent.

 

     Avant de poursuivre, qu'il me soit également permis un nouvel excursus pour simplement mentionner, sans là aussi entrer dans de trop lourdes considérations lexicologiques, que certains égyptologues contemporains ont choisi de ne plus entériner la traduction classique de leurs pairs, Offrande que donne le roi, et de voir en ces termes des sens grammaticaux différents - verbe ou substantif ? ; formule descriptive ou optative ? Ils préfèrent alors traduire par Daigne le roi accorder une offrande à ... ou Puisse le roi ... ou  Veuille le roi ... ou encore Qu'il (le roi) daigne accorder ...

 

     Mais tout ceci, que je ne fais que citer par simple souci d'exhaustivité, mériterait évidemment d'être développé au sein d'un vrai cours d'apprentissage de la langue égyptienne, ce que mon modeste blog n'a nullement la prétention d'être ...

 

 

     L'incipit terminé, l'invocation proprement dite peut commencer avec d'abord le vœu que Kaâper soit enterré dans la nécropole en tant que détenteur de privilèges.

 

 

Kaaper-03.-qu-il-soit-enterre-dans-la-necropole-en-tant-q.jpg

 

 

     Ensuite, qu'il atteigne une très belle vieillesse auprès du grand dieu.

 

 

Kaaper-04.-qu-il-atteigne-une-tres-belle-vieillesse-aupre.jpg

 

 

     Comment ne pas songer, en lisant semblables souhaits, à ce passage que nous avons jadis rencontré dans les Maximes de Ptahhotep, précédant immédiatement le colophon :

 

J'ai obtenu cent dix ans de vie,

que m'a accordés le roi,

(...) pour avoir pratiqué la maât pour le roi,

jusqu'à la place de la vénération (comprenez : le tombeau).

 

 

 

     Sur le linteau de Kaâper vont ensuite être énumérées les offrandes alimentaires proprement dites : c'est, si vous y consentez, amis visiteurs, ce que nous découvrirons ensemble mardi prochain, 19 décembre, avant que je vous octroie le congé scolaire de fin d'année auquel, très probablement, vous aspirez grandement ...

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

 

BARTA  Windfried, Aufbau und Bedeutung der altägyptischen Opferformel, Glückstadt, ÄgForsch 24, 1968, passim

 

 

MASPERO  Gaston, La table d'offrandes des tombeaux égyptiens, Études de mythologie et d'archéologie égyptiennes, Tome 6, Paris, Leroux, 1912, pp. 365-9.

 

 

 

SAINTE FARE GARNOT  Jean, Religions de l'Égypte, dans École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, Annuaire 1948-1949, pp. 35-8.

(Site "Persée")

 

 

 

VUILLEUMIER Sandrine, CHAPPAZ Jean-Luc, Une offrande que donne le roi, dans "Sortir au jour" - Les aegyptiaca de la Fondation Martin Bodmer, Genève, Édition Fondation Martin Bodmer Cologny et Société d'égyptologie Genève, 2002, pp. 71-5.

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
J'ai 2 semaines de retard dans la lecture de votre blog Richard ; heureusement que vous faites une trêve jusqu'au 9 janvier 2018...<br /> <br /> Je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année ainsi qu'à ceux qui vous sont chers et plein de belles et bonnes choses pour 2018.
Répondre
R
Merci pour vos vœux, Jane.<br /> À mon tour de vous souhaiter le meilleur pour 2018.<br /> Bien amicalement,<br /> Richard
C
Je me joins au constat qui est le vôtre et celui de vos lecteurs, ces hiéroglyphes sont une merveille!<br /> Ce n'est pas seulement la finesse d'exécution, c'est la vibration qui en émane... Une écriture sacrée, oui! Et je ne parle pas de religion comme certains le font, je sais que vous me comprenez puisque les religions et leurs travers nous font, semble t-il, le même effet... <br /> Il y a quelque chose de puissamment vibratoire et spirituel quand on regarde ces formes harmonieuses et on sent, instinctivement, qu'elles sont des fragments d'éternité.<br /> Avec des pensées pour monsieur d'Ormesson et loin, très loin de la folie autour de la mort de Johnny Hallyday qui a pourtant marqué mon enfance puisque mon papa l'écoutait en boucle... Je vous avoue ne pas avoir compris cette fureur de fans, ce matraquage que nous avons subi en France pendant des jours et des jours... Et j'ai aussi été "gavée" par certains hommages à Jean d'Ormesson qui étaient atrocement larmoyants et mièvres, si éloignés de l'homme et de l'écrivain. Lamentable tout ça... Une marque d'irrespect mais nous ne referons pas le monde...<br /> Merci pour votre passionnant article, avec mes amicales pensées, belle soirée <br /> Cendrine
Répondre
R
Immense merci à vous, chère Cendrine, pour ce superbe commentaire : "fragments d'éternité", écrivez-vous si judicieusement à propos de ces hiéroglyphes si bellement gravés : on ne peut mieux les définir !<br /> Nous nous accordons effectivement, vous et moi, à propos de bien des regards portés sur notre société. L'"événementiel" qui a envahi Paris et, parfois, d'autres lieux en France, n'avait à mon sens d'autre but que celui de redorer le blason du pouvoir en place. Et d'après ce que je constate en prenant en compte le dernier bulletin de santé politique de votre président et de son premier ministre, il y a pour un temps, pour un temps seulement, réussi ! Triste exemple de récupération du peuple pour asseoir son pouvoir. Ainsi, ai-je estimé inopportun, pour ne pas écrire inconvenant, qu'au pied des marches de la Madeleine avant qu'arrive le corbillard, madame et monsieur Macron encadrent Laura Smet et son frère. <br /> <br /> Et effectivement, "nous ne referons pas le monde" !
F
Merci Richard pour ce post où l'on peut découvrir tout le talent artistique des sculpteurs de hiéroglyphes!! et le plus étonnant c'est leur conservation!!!Magnifique!!Bisous Fan
Répondre
R
Ils sont en effet superbes, chère Fan ... Personnellement, l'état de conservation exceptionnel de ce linteau ne m'étonne pas : il faut en effet se souvenir que c'est tout au fond d'un puits profond de 24 mètres situé dans le coin sud-ouest du mastaba de Kaâper, en Abousir, que fut aménagée sa chambre sépulcrale dont il surmontait l'entrée.
A
Je suis toujours étonné par la qualité et la finesse de ces dessins gravés et le travail que cela représente pour exprimer, sur un linteau de 3 mètres de longueur, une simple formule d’offrande qui tient en 6 lignes dans notre langue.<br /> La beauté artistique de ces hiéroglyphes démontre le talent de ces artistes égyptiens vieux de plusieurs millénaires.
Répondre
R
Tu as tout à fait raison, Alain : ces hiéroglyphes en bas-relief sont d'une beauté hors du commun. Il y eut d'immenses artistes en Égypte antique, pour la plupart anonymes ... car, rarement, le nom de l'un ou l'autre d'entre eux est parvenu jusqu'à nous.
P
Toujours passionnant ! J'espère toutefois qu'il n'y aura pas d'interrogation pour suivre en 2018 !!
Répondre
R
Non, non : rassurez-vous, Maryvonne ! Pas d'interro surprise à la rentrée, pas d'examen non plus ... Rien que le plaisir de lire, d'apprendre éventuellement ... et d'en conserver la substantifique moelle ...

Présentation

  • : D' EgyptoMusée à Marcel Proust- Le blog de Richard LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages