Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2018 2 13 /03 /mars /2018 01:00

 

 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge ! 

 

 

 

Joachim DU BELLAY

 

Les Regrets

 

dans Kanters/Nadeau, Anthologie de la poésie française,

Le XVIème Siècle, Tome I,

Lausanne, Éditions Rencontre, 1966,

p. 335

 

 

 

 

 

 

     Sans aucun critère de choix autre que celui, très confortable, de la stricte chronologie, je souhaiterais commencer par évoquer avec vous aujourd'hui, amis visiteurs, un conte datant du Moyen Empire, très vraisemblablement du début de la XIIème dynastie, qui ne nous est connu que par un seul exemplaire, ce qui le différencie d'autres textes de cette époque parvenus jusqu'à nous, intégralement ou parcellairement recopiés sous la dictée de leur maître, au Nouvel Empire, donc trois siècles après, par des élèves apprentis scribes, soit sur papyrus, (mais rarement car, onéreux, ceux-ci étaient plutôt réservés aux scribes déjà pourvus d'un don certain de calligraphie) ; soit sur tablettes de bois préalablement recouvertes de stuc, présentant l'incontestable avantage de pouvoir être lavées, puis réutilisées pour un autre exercice de copie ; soit, le plus souvent, sur ostraca, c'est-à-dire des éclats de calcaire dont il suffisait de se baisser pour les ramasser par poignées.

  

     Loin de moi la volonté de lourdement insister sur un sujet qui pourtant m'a toujours tenu particulièrement à cœur en tant qu'Enseignant, mais il me faut vous concéder qu'au sein des travaux d'apprentissage de ces futurs lettrés égyptiens antiques se nichaient, - eh oui, déjà ! -, bien des fautes d'orthographe, bien des altérations diverses rendant parfois inintelligibles certains mots, partant, le sens de certaines de ces phrases qu'ils apprenaient à retranscrire.

 

 

     Présentant la particularité relativement rare d'être complet et dans un remarquable état de conservation, hormis l'un ou l'autre terme effacé, le papyrus de 3,80 mètres dont j'aurai plaisir à vous proposer des extraits ce matin se compose de 189 lignes rédigées en écriture hiératique. 

 

     Par hiératique, comprenez une graphie rapide simplifiant le dessin des hiéroglyphes eux-mêmes. L'ensemble du texte se déploie verticalement : 123 colonnes (dont vous pouvez découvrir le fac similé des onze premières grâce à ce lien), auxquelles succèdent horizontalement 53 lignes, avant de se terminer à nouveau verticalement par 13 dernières colonnes ; le tout se lisant de haut en bas et de droite à gauche.

 

     Ce document exceptionnel appartient aux collections du Musée de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg où il y est référencé sous le numéro 1115. Les différents égyptologues qui l'étudièrent et le traduisirent le désignèrent soit sous l'appellation "P. Ermitage 1115", soit "P. Léningrad 1115", voire parfois "P. hiératique Golénischeff 1115", simplement parce qu'il fut incidemment retrouvé aux environs de 1880 au fond d'un tiroir où il avait été relégué par on ne sait qui, on ne sait quand, et provenant d'on ne sait où, avant que le grand égyptologue russe que fut Vladimir Golénischeff s'y intéressât.

     Et rien depuis n'est venu apporter la moindre once de renseignement permettant d'éliminer toutes ces interrogations quant à ses origines ...

 

     Parce que monochrome, vous ne distinguerez évidemment pas au niveau du cliché ci-dessus, que les premiers signes hiératiques ont été inscrits en rouge : c'est, emprunté à rubrica latin, signifiant "terre rouge", ce qu'il est convenu d'appeler une rubrique, soit, dans ce cas, le début de la première section du texte, qui en tout en comporte dix-neuf.

 

     Hormis la littérature gnomique, - parfois aussi appelée sapientiale -, c'est-à-dire les ouvrages de maximes, de sentences, de sagesses au sein de laquelle sont généralement nommés ceux qui les ont composées, les "belles lettres" égyptiennes, tout comme les œuvres d'art d'ailleurs, dans la plus grande majorité des cas, ignorent superbement l'identité de ceux qui les ont créées.

 

     Différemment que sous l'angle de nos lois drastiques de propriété intellectuelle ou artistique, de plagiats et de peines qui en découlent inévitablement, il vous faut concevoir qu'en Égypte ancienne, s'approprier une oeuvre n'avait rien de délictueux : ainsi, au-delà de souverains qui, sans scrupule notoire, usurpèrent qui un monument, qui une statue, - souvenez-vous du Sphinx A 23 de la crypte du Louvre avec lequel vous avez pris connaissance en septembre dernier -, en y faisant simplement graver leur propre nom en lieu et place du cartouche de celui à qui l'œuvre avait originellement appartenu, certains scribes signèrent de leur patronyme des textes anciens qu'ils n'avaient pas hésité à plagier : probablement parce que peu de personnes étaient capables de lire, les Égyptiens n'accordaient-ils pas les mêmes valeurs que nous actuellement à l'incontournable "PLA", la propriété littéraire et artistique.

 

     Ceci posé, même si n'y apparaît pas nécessairement le nom de l'auteur d'origine, de maigres indications terminent les papyri littéraires : c'est ce qu'il est convenu d'appeler le colophon.

     Par exemple, celui qui clôture le P. Ermitage 1115 qui nous occupera aujourd'hui, indique :

 

     C'est (ainsi) qu'il doit aller (= le texte proprement dit) du début à la fin, comme cela a été trouvé écrit de l'écriture du scribe excellent de ses doigts, le fils d'Amény, Aménâa, - vie, intégrité, santé. 

 

     D'après cette note finale, il appert donc que le document soit la copie du manuscrit original du "Conte du Naufragé", - de l'édition princeps, est-il coutume de dire en bibliophilie -, rédigé par un certain Aménâa, vraisemblablement un personnage important de la XIIème dynastie dans la mesure où son nom est suivi d'une expression systématique destinée à honorer la mémoire d'une personnalité qui en est digne et que les égyptologues nomment "formule d'eulogie", à savoir : une phrase exclamative se déployant en trois souhaits valant pour son avenir post mortem.

 

     Souvent abrégés en trois hiéroglyphes,

DE LA NAVIGATION ÉGYPTIENNE  - CONSIDÉRATIONS LIMINALES :  3. LE CONTE DU NAUFRAGÉ

 

[ankh, oudja, seneb], ces vœux peuvent aussi être traduits, - je pense notamment à une des leçons des cours de Pierre Grandet et Bernard Mathieu référencés en note infrapaginale -, par cette proposition optative :  puisse-t-il être vivant, intact et en bonne santé !

 

     Après ces quelques propos introductifs, je crois qu'il est temps pour moi maintenant, amis visiteurs, d'enfin vous offrir les quelques passages promis de ce conte pour lequel, quant à sa forme, il me plaît encore de préciser qu'il est construit en abyme, comprenez qu'à l'instar des poupées russes s'emboîtant les unes dans les autres, trois récits autobiographiques, plus improbables, plus problématiques, plus antagoniques au fur et à mesure de leur énoncé, s'entremêlent ici. Mais, et voici là une autre particularité de l'œuvre : à la différence par exemple d'un autre immense classique littéraire de la même époque que nous aborderons la semaine prochaine, le roman de Sinouhé, aucun des trois intervenants n'est ici nominativement précisé, défini. Règne l'anonymat le plus complet que seule la fonction sociale de chacun d'eux vient quelque peu tempérer : un homme d'équipage égyptien, le maître d'une île lointaine et un roi d'Égypte narrent une situation dont le catastrophisme le dispute à la raison.   

     

     Les morceaux que j'ai choisis à votre intention illustrant la thématique de la navigation si chère à tout Égyptien relatent les aventures d'un marin engagé sur un bateau mandé pour rallier une région minière mais qui, malheureusement, fait naufrage lors d'une tempête, puis échoue en terre inconnue administrée par un imposant serpent divin, au corps d'or, chair des dieux, et doté de langage humain. 

     Ce dernier reçoit cordialement le naufragé, l'héberge quelques mois avant de lui permettre de rentrer chez lui, chargé de riches présents originaires de son île. De retour au pays, le marin égyptien est accueilli par son souverain auquel il offre les produits acceptés et entreposés sur le bateau venu le chercher.

     En une sorte de contre-don, pratique cultuelle coutumière en Égypte ancienne, - et que pour les sociétés archaïques l'anthropologue français Marcel Mauss, j'eus déjà l'opportunité de le souligner précédemment, mit remarquablement en lumière dans son oeuvre maîtresse publiée en 1924, Essai sur le don -, le roi promeut le naufragé favorisé des dieux à grade supérieur et lui alloue un nombre signifiant de serviteurs pour le reste de ses jours.

 

      De ces pénétrants extraits, je vous souhaite une excellente lecture.

 

 

 

     Que ton cœur se rassérène, prince. Vois, nous avons atteint la Résidence. Le maillet a été saisi, le piquet d'amarrage a été frappé, l'amarre de proue a été posée sur le sol, une action de grâce a été rendue. Le dieu a été adoré. Chacun embrasse son semblable.

(...)

     Je vais donc te raconter une chose qui m'est arrivée à moi-même étant sorti vers la mine du souverain [1] et étant descendu sur la mer [2] dans un bateau de cent vingt coudées de long, quarante coudées de large et où se trouvaient cent vingt marins, de l'élite de l'Égypte. Quand ils regardaient le ciel (ou) quand ils regardaient la terre, leur cœur était plus brave que (celui) des lions. C'est avant qu'elle ne fût venue qu'ils prédisaient la tempête et avant qu'il ne fût advenu,(qu'ils prédisaient) l'orage.

     Une tempête se leva alors que nous étions en mer, et avant que nous eussions atteint la terre qu'on eût levé la voile, faisant un mugissement, une vague de huit coudées s'y trouvant. C'est un espar qui le brisa pour moi. Alors le bateau sombra, et ceux qui étaient dedans, aucun ne survécut. Je fus déposé sur une île par une vague de la mer, et je passai trois jours, étant seul, mon cœur étant mon (unique) compagnon.  

(...)

     Alors j'entendis un bruit de tonnerre et je pensai que c'était une vague de la mer. Les arbres se mirent à craquer, la terre à trembler. Je découvris mon visage et je m'aperçus que c'était un serpent qui venait. Il faisait trente coudées, sa barbe dépassait deux coudées, son corps était recouvert d'or, ses sourcils étaient en lapis-lazuli véritable, il était recourbé vers l'avant..

(...)

     Alors il me mit dans sa bouche et m'emmena vers la place où il résidait. Il me déposa sans me faire du mal, me retrouvant intact sans m'avoir mutilé. Il ouvrit sa bouche vers moi alors que j'étais sur mon ventre devant lui. Alors, il me dit : "Qui t'a amené, qui t'a amené, homme (du commun) ? Qui t'a amené vers cette île de la mer dont les rivages sont les flots ?"

(...)

     Alors il me dit : " N'aie pas peur, n'aie pas peur, homme (du commun). Que ton visage ne pâlisse pas  (alors que) tu es arrivé à moi. (...) Vois, tu passeras mois après mois jusqu'à ce que tu aies fini de passer quatre mois dans cette île.  Un bateau viendra de la Résidence, à son bord, des marins que tu connais. Tu retourneras avec eux à la Résidence et tu mourras dans ta ville. Combien est réjoui celui qui raconte ce qu'il a éprouvé après que les choses douloureuses sont passées.

(...)

     Alors ce bateau-là vint comme ce qu'il avait prédit auparavant (...)  Alors il me dit : "En bonne santé, en bonne santé, homme (du commun), vers ta maison. Tu reverras tes enfants, fais que mon renom soit bon dans ta ville. Vois, c'est ce dont je te charge."

     Alors je me plaçai sur mon ventre, les bras courbés devant lui. Il me donna un chargement de myrrhe, d'huile-hekenou, de gomme aromatique, de baume, de galène, de queues de girafe, de grands morceaux d'encens, de défenses d'éléphant de chiens, de cercopithèques, de babouins, de toutes sortes de belles choses.

     Alors je chargeai cela sur ce bateau. Il arriva que je me mette sur mon ventre pour adorer le dieu en sa faveur. Alors il me dit : "Vois, tu atteindras la Résidence dans deux mois. Tu serreras tes enfants dans tes bras et tu redeviendras vigoureux à la Résidence, tu seras inhumé".

     Alors je descendis jusqu'au rivage près de ce bateau. Je me mis à appeler l'équipage qui était dans ce bateau, et je rendis des louanges, sur le rivage, au seigneur de cette île, et ceux qui étaient dedans firent de même.

     Et nous voyageâmes en direction du nord jusqu'à la Résidence du souverain. C'est après deux mois que nous atteignîmes la Résidence, conformément à tout ce qu'il avait dit. Alors j'entrai vers le souverain. Je lui offris ces cadeaux que j'avais rapportés de l'intérieur de cette île.

     Alors il adora le dieu en ma faveur devant le Conseil et le pays tout entier. Je fus promu Compagnon, je fus pourvu de deux cents serviteurs.   

 

Notes

 

1.  Probablement les mines de cuivre du Sinaï, selon Gustave Lefebvre. Et, suite à un échange sur le sujet la semaine dernière avec Thierry Benderitter, d'Osirisnet, j'ajouterai une précision : vraisemblablement celles de Serabit el-Khadim. (Merci Thierry.)

 

2. La mer Rouge.

 

*  *  *

 

     Il m'est agréable d'adresser ici et maintenant mes remerciements les plus appuyés à Michel Dessoudeix, bien connu du Forum égyptologique qu'il m'arrive de fréquenter et des Toulousains auxquels il enseigne les arcanes de l'écriture hiéroglyphique qui, avec l'amabilité dont il a toujours fait preuve lors de nos échanges sur mon blog, a immédiatement accepté que je lui emprunte la traduction qu'il a proposée de ce texte dans son dernier opus en date consacré aux belles "Lettres égyptiennes" (référence ci-après) ; troisième volume d'une intéressante et passionnante anthologie constituant LA série que tout amateur de littérature égyptienne se doit impérativement de posséder en sa bibliothèque.

 

     Merci Monsieur Dessoudeix pour les extraits ci-dessus que vous m'avez si généreusement permis d'insérer dans mon présent article ; mais également pour la remarquable somme que constituent vos trois ouvrages parus chez Actes Sud en 2010, 2012 et 2016, sans oublier l'indispensable et incontournable "Chronique de l'Égypte ancienne", chez le même éditeur, en 2008.  

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

 

 

 

DESSOUDEIX   Michel, Le conte du Naufragé, dans Lettres égyptiennes, Volume III, La littérature du Moyen Empire, Arles, Actes Sud, 2016, pp. 10-47.

 

 

GOLÉNISCHEFF  Vladimir, Le papyrus n° 1115 de l'Ermitage impérial de Saint-Pétersbourg, dans Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes pour servir de bulletin à la mission française du Caire, publié sous la direction de G. MASPERO, Volume XXIII, Paris, Librairie Honoré Champion éditeur, 1906, pp. 73-112.

 

 

GRANDET Pierre/MATHIEU  Bernard, Cours d'égyptien hiéroglyphique, Volume I, Paris, Éditions Khéops, 1990, p. 146.

 

 

LEFEBVRE  Gustave, Le conte de Naufragé, dans Romans et contes égyptiens de l'époque pharaonique, Paris, Librairie d'Amérique et d'Orient Adrien Maisonneuve, 1988, pp. 29-40.

 

 

MASPERO  GastonConte de Sinouhé, dans Les Contes populaires de l'Égypte ancienne, Paris, Libella, 2016, pp. 223-35.

 

ID. , Notes sur le Conte du Naufragé, dans Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes pour servir de bulletin à la mission française du Caire, publié sous la direction de G. MASPERO, Volume XXIX, Paris, Librairie Honoré Champion éditeur, 1907, pp. 106-9.

 

 

MATHIEU  Bernard, L'Enseignement de Ptahhotep, dans Visions d'Égypte - Émile Prisse d'Avennes (1807-1879), Catalogue d'exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2011, p. 84.

 

 

VAN DE WALLE  Baudouin, La transmission des textes littéraires égyptiens, Bruxelles, Édition de la Fondation Égyptologique Reine Élisabeth, 1948, pp. 5-39.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Un texte magistral et un grand souffle d'aventure...<br /> On est emporté sur les eaux vives et l'imagination s'emballe en songeant à Ulysse... Un morceau d'épopée qui se lit avec un plaisir immense parce que l'esprit a toujours besoin de rompre les amarres et que le talent des artistes, quelle que soit la civilisation et la période, nous offre cette possibilité.<br /> Merci à vous Richard pour ce passage de mémoire, ce cadeau qui ouvre grand ses ailes et sillonne des étendues aquatiques chatoyantes de connaissance et de culture. Et l'on pense avec émotion à ce naufragé...<br /> Merci également pour vos propos concernant mon article sur John Atkinson Grimshaw. Blessée à l'épaule droite, je n'ai pu répondre, je fais avec les moyens du bord, tapant sur un mode escargot ou limaçon c'est selon et heureusement, j'avais écrit des choses avant que cela m'arrive de nouveau... (cette épaule est un « carnage » depuis des années, tordue, pliée, vrillée en tous sens et périodiquement ça revient à cause d'une crise, je fais avec, je ne peux pas changer de bras ! Sourires...<br /> <br /> Bref, merci à vous et bon week-end auprès de ceux que vous aimez, en vous espérant en très belle forme, bien amicalement !<br /> Cendrine
Répondre
R
Bien qu'à nouveau attristé par ce que vous m'apprenez concernant vos ennuis de santé, j'apprécie grandement, chère Cendrine, chacun des termes du commentaire que vous venez de m'adresser après votre lecture de mon article dédié au "Conte du Naufragé" ...<br /> Merci à vous.
F
Comme Alain, je pensais au Robinson Crusoé de mon enfance et que j'aimais tant!! Comme quoi, l'imagination des humains se ressemble d'ère en ère!!! Bisous Fan
Répondre
R
Vous avez raison, chère Fan ...En outre, ce texte lu entièrement peut également, par sa structure et certaines scènes, se rapprocher d'autres grandes œuvres de la littérature universelle, notamment, dans les Contes des Mille et une Nuits, les aventures de Sindbad le marin : mais aussi, dans l'Odyssée d'Homère, le naufrage et l'arrivée d'Ulysse chez les Phéaciens.
A
Il s’agit d’une jolie histoire qui me fait penser à Robinson Crusoé. Heureusement pour le marin naufragé il restera moins longtemps coupé du monde.<br /> L’esprit imaginatif de l’auteur est bien présent, surtout dans l’évocation de cet immense serpent recouvert d’or et les cils en lapis-lazuli.<br /> Existe-il de nombreuses traductions de ce texte, et les différences entre chaque traducteur sont-elles importantes dans l’interprétation du récit ? Celle-ci me paraît claire et bien écrite. Cela démontre que des textes d’imagination très anciens existaient déjà au Moyen Empire, soit 2000 avant J.C., sans compter les bribes de textes que tu indiques écrit sur des ostraca ou autres tablettes.<br /> J’ai vu la transcription hiéroglyphique. Je suis toujours ébloui par le travail calligraphique des scribes à ces époques.
Répondre
R
Bien sûr, Alain, qu'il existe d'autres traductions d'égyptologues : de ce seul texte, j'en dispose par exemple de six différentes en français, en ce comprises celles que j'ai citées dans ma bibliographie infrapaginale. J'aurais très bien pu aussi, si je m'en étais donné la peine, proposer la mienne que j'aurais réalisée à partir d'une transcription hiéroglyphique comme je l'avais fait du "Sinouhé", à l'Université de liège, avec feu le Professeur Michel Malaise ; et que j'avais offerte sur mon blog à l'été 2012. J'y reviendrai d'ailleurs un prochain mardi.<br /> Ici, très honnêtement, j'ai choisi la facilité et ai emprunté avec son amical accord à Michel Dessoudeix la dernière traduction en date que je connaisse ...<br /> <br /> Pour répondre à ta question extrêmement intéressante mais qu'il serait trop long de développer ici : oui, les traductions diffèrent pas évidemment tellement au niveau du sens du texte mais à celui du vocabulaire que chacun choisit en fonction de sa culture et, aussi, de l'époque à laquelle il écrit.<br /> Pour prendre un exemple très simple, je pourrais très bien traduire le dessin du bateau, par grande barque, par embarcation, par bateau, ou navire ou tout autre synonyme valable dans ce cas-là ...
C
Malgré mon très grand retard de lecture, je n'ai pu m'empêcher de jeter un coup d'œil sur ce nouveau post et j'ai pu lire avec beaucoup de plaisir quelques vers d'un poème que j'adore; je le connaissais par cœur quand j'avais 14 ou 15 ans... <br /> Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village<br /> Fumer la cheminée, et en quelle saison<br /> Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,<br /> Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?<br /> <br /> Et puis j'ai vu ces "dessins" hiéroglyphes mystérieux... et c'est toujours un plaisir lorsque tu me permets d'y entrer en me donnant une clé pour les comprendre un peu... c'est comme si le magicien m'expliquait comment le lapin sort du chapeau.<br /> Mais je m'interdis de lire ceci avant d'avoir rattrapé mon retard! Il faut être sérieux!
Répondre
R
Moi aussi, je le connais par cœur : adolescent, je l'ai entre autres récité sur la scène du Grand-Théâtre de V. lors d'une représentation donnée par les élèves du Conservatoire. En revanche, ce que j'ai oublié, c'est l'année de ce spectacle ...

Présentation

  • : D' EgyptoMusée à Marcel Proust- Le blog de Richard LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages