Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 06:33
VOEUX ....

     

     Avec le désir de vous présenter mes voeux, je ne pouvais évidemment pas vous quitter au terme de cette particulièrement pénible année 2020 sans évoquer conjointement mes deux sujets majeurs de dilection intellectuelle : l'Égyptologie et Marcel Proust.

     Nouveaux lecteurs ou fidèles de plus de 13 ans qui, grâce à  l'une de ces deux miennes passions, m'emboîtez chaque semaine le pas dans cette superbe aventure d' "Ouvreur de chemins" que constitua déjà ma vie d'Enseignant, j'espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de vous avoir proposé la présente intervention "spéciale" en ce dernier lundi de 2020. 

 

***

 

     " À vrai dire je n'attachais aucun prix à cette possibilité d'entendre la Berma qui, quelques années auparavant, m'avait causé tant d'agitation. Et ce ne fut pas sans mélancolie que je constatai mon indifférence à ce que jadis j'avais préféré à la santé, au repos. Ce n'est pas que fût moins passionné qu'alors mon désir de pouvoir contempler de près les parcelles précieuses de réalité qu'entrevoyait mon imagination. Mais celle-ci ne les situait plus maintenant dans la diction d'une grande actrice ; depuis mes visites chez Elstir, c'est sur certaines tapisseries, sur certains tableaux modernes, que j'avais reporté la foi intérieure que j'avais eue jadis en ce jeu, en cet art tragique de la Berma ; ma foi, mon désir ne venant plus rendre à la diction et aux attitudes de la Berma un culte incessant, le « double » que je possédais d'eux, dans mon coeur, avait dépéri peu à peu comme ces autres « doubles » des trépassés de l'ancienne Égypte qu'il fallait constamment nourrir pour entretenir leur vie."

 

Marcel PROUST,

"Le côté de Guermantes",

dans "À la recherche du temps perdu",

Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade², II, 1988,

p. 336.

 

***

 

     Nonobstant le fait qu'il soit indéniable que ses études entreprises au Lycée Condorcet firent la part belle, je l'ai précédemment déjà souligné, à l'histoire et à la mythologie des civilisations antiques, grecque et romaine essentiellement, délaissant bizarrement celles de l'Égypte pharaonique, Marcel Proust, toujours avide pourtant de connaissances dans de nombreux domaines, évoqua avec une incontestable parcimonie le mode de vie et les moeurs des anciens habitants des rives du Nil : il est vrai qu'au sein de ses cours, - et le Professeur Luc Fraisse l'a magistralement démontré dans le premier chapitre de son puissant volume "L'éclectisme philosophique de Marcel Proust", (voir référence bibliographique infrapaginale n°1) -, ce ne furent ni ceux d'Histoire ni ceux de Littérature qui retinrent la prime attention du jeune homme mais bien ceux de philosophie. J'aurai très probablement un jour l'opportunité de m'étendre sur ce point "capitalissime" éclairant son oeuvre maîtresse. 

     Il n'en demeure pas moins vrai que sa correspondance, - je pense notamment à une lettre de décembre 1906 à Marie Nordlinger (référence bibliograhique n° 2) -, mais également un passage de son roman "À l'ombre des jeunes filles en fleurs", (référence bibliographique n° 3), dans lequel le héros masculin évoque "un livre de Maspero", le corroborent : Proust a, peu ou prou, pris connaissance de l'ouvrage "Au temps de Ramsès et d'Assourbanipal" du grand égyptologue français Gaston Maspero (1846-1916). 

     Seriez-vous surpris si je vous avouais que quelques (trop) rares fois dans son oeuvre, l'une ou l'autre allusion à l'Égypte me réjouit néanmoins pleinement ? Ce fut le cas la semaine dernière quand, relisant la relation qu'il fit d'une soirée que son héros s'apprêtait à vivre à l'Opéra de Paris, je "croisai" la notion très particulière, très pointue, très spécifique de "double" qui, dans la conception que se faisaient jadis les Égyptiens de la personne humaine, recouvre une importance majeure.    

     Ressortissant au domaine complexe de l'anthropologie propre au "Pays des Deux-Terres", - comprenez la Basse et la Haute-Égypte réunies -, ce que les premiers philologues égyptisants du XIXème siècle traduisirent, un peu vite, par le terme "double", constituait en fait l'une des sept composantes, réelles ou fictives à nos yeux, de la personnalité de  tout  être humain : le Corps, l'Ombre, le Coeur, le Nom, le Ka, le Ba et l'Akh.

     Remarquez que dans la liste que je viens d'évoquer, les égyptologues, aux fins d'être compris par tous et avant de déployer de plus précises explications que seules de nouvelles sources égyptiennes successivement traduites au fil des deux derniers siècles permirent d'encore affiner, préférèrent conserver les termes originels Ka, Ba et Akh, éminemment compliqués à traduire pour nos esprits cartésiens.  

     Traditionnellement figurée dans la langue classique du Moyen Empire égyptien, soit par un humain les bras levés, soit, comme sur la statue provenant du Musée du Caire ici présentée, par le signe hiéroglyphique des deux bras horizontalement accolés et verticalement tendus, la notion de "Ka", - car c'est bien de celle-là qu'il s'agira prioritairement ce matin -, fut, à la suite de Gaston Maspero, longtemps considérée par ses pairs  et ses épigones les plus sérieux comme un "double", une sorte de "sosie" concentrant en lui les réserves d'énergie vitale de tout être humain.

     Parce que son acception se révèle extrêmement complexe, l'on juge de nos jours préférable de ne plus rendre ce concept par le terme français "double", en définitive trop réducteur, et de plutôt conserver la dénomination égyptienne d'origine, "Ka", en l'assortissant, cela va de soi, pour ceux qui désirent en pénétrer plus avant la signification, d'une glose détaillée, à savoir celle aujourd'hui unanimement admise de l'égyptologue français Claude Traunecker, (référence bibliographique n° 4), à savoir : "Le "Ka" est la force vitale comprise non pas comme une puissance globale et théorique, mais comme LA vie de chacun." Et le Professeur mulhousien d'ajouter que ce "Ka" représente : " La force créatrice qui, nichée dans l'homme, construit et entretient son corps."

     Désignant en définitive la personnalité d'un individu, le "Ka", "sorte de capital de vie thésaurisé pendant son existence terrestre", constitua un reflet de la vitalité et de la santé morale de tout Égyptien de l'Antiquité qui, même après sa mort physique ici-bas, - dans les textes funéraires, "aller à son Ka" signifiait mourir -, perdurait dans les constellations sociales de cet "Au-delà" auquel il croyait et dans lequel son "Ka" le protégerait. Le "Ka" forme une paire, précise l'égyptologue allemand Jan Assmann, non avec le corps, mais avec le "moi" de l'homme.

 

***

Chers amis visiteurs,

     À toutes et à tous, je souhaite la plus favorable et agréable année 2021 qu'il sera possible ou permis de vivre.

     Et, si cela vous agrée de poursuivre en ma compagnie, sachez dès à présent que je vous donne rendez-vous lundi 4 janvier prochain pour de nouvelles aventures en terres proustiennes ...

 

***

 

Références bibliographiques : 

 

1.  FRAISSE Luc, L'éclectisme philosophique de Marcel Proust, Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2013. 

 

2. PROUST  Marcel, Correspondance, Choix de lettres et présentation par Jérôme PICON, Paris, GF Flammarion 1251, 2015, Lettre à Marie Nordlinger, p. 139.

 

3. PROUST  Marcel, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, dans À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade², I, 1991, p. 469.

 

4. TRAUNECKER Claude, Les dieux de l'Égypte, Paris, P.U.F., Coll. "Que sais-je ?" n° 1194, 1993, pp. 26-7.

 

5. ASSMANN Jan, Mort et au-delà dans l'Égypte ancienne, Monaco, Éditions du Rocher, 2003, pp. 106 et 157-8.  

 

 

Référence iconographique : le "Ka" du roi Aoutibrê Hor, au Musée du Caire :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aoutibr%C3%AA_Hor

 

Chers amis visiteurs,

 

     À toutes et à tous, je souhaite la plus favorable et agréable année 2021 qu'il sera possible ou permis de vivre.

     Et, si cela vous agrée de poursuivre en ma compagnie, sachez dès à présent que je vous donne rendez-vous lundi 4 janvier prochain pour de nouvelles aventures en terres proustiennes ...

 

     Richard 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Barbara Séréda 04/01/2021 12:20

Bonjour Richard ,

-Grand plaisir de vous retrouver sur ce site que j'ai adoré suivre au fil de vos publications .
-Aujourd'hui ,j'ai pris le temps pour vous relire à mon aise . Merci infiniment pour vos bons voeux . Et dites-vous que je ne vous oublie jamais car mes cours me relient à vous . Des cours suspendus , pas de distanciel mais juste des exercices concernant la TT 96- Sennefer , superbe petite tombe que j'ai eu la chance de visiter en février 2020.....
-Par le biais de ce site , je voudrais moi-aussi vous présenter mes meilleurs voeux pour 2021 ,à vous et votre famille . Puissions-nous encore vivre longtemps ,en bonne santé , pour profiter de la vie ,de notre famille et de nos passions respectives .

- Amicalement
BARBARA
-

Richard LEJEUNE 04/01/2021 14:51

Merci pour vos voeux et ce si pénétrant message qui les accompagne, chère Barbara. À mon tourt, je vous souhaite le meilleur pour chaque instant de votre vie..
Très amicalement,
Richard.

N@n 03/01/2021 14:12

Quel plaisir de te lire à nouveau ici, cher Richard ;-)
Meilleurs voeux pour toi et tes proches, en espérant que cet an neuf sera bien mieux que 2020...
Amitiés et bises,
N@n

ps: notification reçue par email.

Richard LEJEUNE 03/01/2021 14:33

Grand merci pour tes voeux, chère N@n. En plus que sur ma page FB, j'ai aussi souhaité ici publier cet article de Nouvel An concrétisant les éphémères "épousailles" de Marcel Proust et de l'Égyptologie, aux fins de "retrouver" les amis d'avant.
Même si l'on s'en crée de nouveaux sous d'autres cieux dits sociaux, ils ne remplaceront jamais mes anciennes amours avec la même tendresse. Malheureusement, je semble avoir été grandement oublié ... C'est aussi cela la Vie, paraît-il .

J'espère que tout va bien chez toi..
Affectueusement,
Richard.

Cendrine 01/01/2021 04:44

Vous avez donc retrouvé le chemin de votre blog, Richard...
J'en suis ravie!
Je n'ai reçu aucune notification mais ça, ce sont les voies du net...
Elles sont ce qu'elles sont et vu les complications du temps présent, cela n'est pas bien grave...
Je suis passée à tout hasard et je voulais vous présenter mes voeux, en cette année 2021 qui commence...
Une année qui, je vous le souhaite, ainsi qu'à vos proches, sera riche de mille et un bonheurs multipliés par tant et tant, sourires d'amitié!
Gros bisous Richard
Cendrine

Richard LEJEUNE 01/01/2021 08:41

Merci à vous chère Cendrine. À présent que la technique pense pour nous, voilà également un long temps que je ne reçois plus de notification dans ma boîte de courriels concernant votre blog et celui de bien d'autres aussi, d'ailleurs ... Heureux grâce à mon ancien blog d'égyptologie exceptionnellement réveillé, mais effectivement délaissé pour mieux me consacrer à ma page FB dédiée à Marcel Proust, de vous y retrouver en ce matin de 1er janvier. Pour vous, votre époux et vos proches, je souhaite le meilleur qu'il sera possible ou permis en cette pauvre année 2021 qui verra s'effondrer non seulement l'économie mais également notre envie d'une vie meilleure ...Il faudra bien du temps pour que les si nombreuses plaies de 2020 soient refermées. La cicatrisation sera-t-elle même possible ? J'en doute ...

Portez-vous au mieux. Prenez bien soin de vous ... et de ceux qui vous sont chers.

Amitiés,
Richard

mathieu 31/12/2020 18:15

Vivement 2021, quel beau cadeau et quel plaisir de te lire.
Merci Richard.

Richard LEJEUNE 01/01/2021 08:24

Merci à toi, N., pour cette fidélité ...

Françoise 30/12/2020 15:48

Heureuse de vous retrouver. Bonne année en souhaitant que tout se passe mieux que l'année précédente. Je vous avoue que j'ai du mal à lire le grand Marcel... mais qui sait en ces temps de confinement je partage mon temps entre musique et lecture. À bientôt.. Amicalement.

Richard LEJEUNE 30/12/2020 16:58

Bonjour et merci Françoise pour vos voeux. Voici peut-être le moment, effectivement, comme d'autres s'y sont aussi mis, d'essayer de reprendre un peu de Proust ... avec votre thé matinal. Qui sait, peut-être cette fois aimerez-vous le croiser à Combray ou à Balbec ...Belle année nouvelle à vous également : en prenant soin de vous et des autres, cela devrait certainement être plus aisé que 2020 qui se termine. Richard.

christiana 28/12/2020 16:06

Cher Richard, j'ai été surprise de recevoir une notification par mail pour ton blog déserté depuis si longtemps. Tu sais que je ne suis pas une inconditionnelle de Proust, mais je vois que tu as réussi à concilier ici tes deux passions. Je te souhaite à mon tour une très bonne nouvelle année 2021, la meilleure possible, pleine d'espoir et surtout de santé. Amicalement, Christiana.

Richard LEJEUNE 28/12/2020 16:44

Grand merci à toi, Christiana. Prenez tous les deux bien soin de vous ... et de ceux qui vous sont proches. Et pour toi plus spécifiquement, mes voeux les meilleurs pour la suite de tes multiples carrières artistiques. Amitiés, Richard

SiM 28/12/2020 10:16

Cher Richard
Recevoir de tels vœux après cette triste année est un vrai plaisir, bien réconfortant. Un grand merci en souhaitant pour tous que 2021 nous rapporte la sérénité. Nous ne t'avons guère suivi "sur les terres proustiennes", l’Égypte et maintenant le Soudan accaparent notre temps, mais cela n'empêche pas nos pensées de voguer parfois vers des ailleurs tout aussi séduisants.
Bonne année ou au moins la meilleure possible.
Simone et François


.

Richard LEJEUNE 28/12/2020 11:05

Que je suis heureux de vous retrouver, chers vous deux !! Très sincèrement. Et toujours sillonnant par monts et par vaux ! La grande forme ! Portez-vous bien, protégez-vous bien ainsi que ceux que vous chérissez. Et immense merci de m'avoir ici répondu. Richard.

Françoise GRANDIN 28/12/2020 08:50

Cher Richard, j'ai reçu un mail pour m'avertir de vos bons voeux 2021 en la présence de M.Proust sur ce blog que, nous, habitués suivons depuis très long temps!! Je ne sais si dans ces années du XXI siècle, les élèves sont toujours des cours sur l'Egypte ancienne mais je me souviens que c'étaient mes cours préfères!!!A bientôt sur FB pour M.Proust et recevez mes bons voeux pour 2021 avec pour principal, LA SANTE!!!!!!! Il va falloir se faire vacciner!!! Bisous amicaux Françoise

Richard LEJEUNE 28/12/2020 09:12

Eh oui, chère Fan, pour ces voeux dans un contexte aussi particulier, j'ai pensé bon d'associer égyptologie et prousterie aux fins d'ainsi renouer un temps avec cet ancien blog qui n'était qu'égyptisant ...Belle année 2021 à vous également et prenez bien soin de vous ... et des autres.
Très amicalement, Richard.

Présentation

  • : D' EgyptoMusée à Marcel Proust- Le blog de Richard LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

Archives

EgyptoMusée est membre de

Pages