Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 23:00

     A nouveau, et en relation directe avec mon article de ce mardi, je vous propose aujourd'hui un extrait d'une poésie amoureuse, cette fois inscrite sur la panse d'un vase retrouvé dans le village des ouvriers de Deir el-Medineh.


L’amour de ma belle est là-bas, en face.
[= sur l’autre rive]
Le fleuve est susceptible d’engloutir mon corps,
Car le Noun (1)
est puissant à la saison de l’inondation;
Un crocodile se tient sur la berge;
Mais descendu dans l’eau, je veux traverser les flots,
En montrant un grand courage dans le canal.
Khenty (2)
ne m’aura paru qu’une souris,
Et l’eau, qu’un sol pour mes pieds.
C’est son amour qui m’affermit.
Aussi me servira-t-il de charme-d’eau
(3)
Quand je verrai celle qu’aime mon coeur
Debout juste en face de moi.


(Traduction Pascal Vernus : 1993, 88-9)

 

(1) Selon la cosmologie égyptienne, le Noun était l’Océan primordial d’où le monde était sorti. Tout flot en émanant, le Nil et ses canaux étaient donc considérés comme un de ses avatars.

(2) Représentation des forces vitales et dangereuses se trouvant au sein des eaux, notamment personnifiée par le crocodile.

(3) Conjuration destinée à se protéger des crocodiles utilisée par les paysans qui accompagnaient leurs troupeaux dans les régions palustres.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Littérature égyptienne
commenter cet article

commentaires

lady_en_balade 30/06/2008 13:58

Peut être bien, Richard.
La bravoure a souvent fait partie de la panoplie de séduction masculine, au fil des siècles et tout particulièrement en littérature ...

lady_en_balade 25/06/2008 21:11

quelle force d'expression dans ces quelques vers ...
j'étais sous le charme du précédent chant d'amour, et me voilà séduite par par ces mots simples qui chantent le courage des hommes du fleuve ...
merci Richard !

Richard LEJEUNE 25/06/2008 21:40



Les antiennes populaires s'accordent à dire, de nos jours, que l'homme, par amour, pourrait déplacer des montagnes. Serait-ce une transposition de ce qu'affirmait
l'Egyptien transi, à savoir que par amour, il pourrait sans difficulté aucune, braver le fleuve et ses dangers pour rejoindre sa belle sur l'autre rive ? 



Cat 19/06/2008 10:23

Vous enchantez cette journée Cher Richard qui déjà s'annonçait sous les meilleurs auspices!

Richard LEJEUNE 19/06/2008 20:29



Quelle gentillesse, Cat ...
Mais cela me conforte à poursuivre dans ce sens.



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages