Samedi 6 septembre 2008 6 06 /09 /Sep /2008 00:00

     Le temps ne fut pas véritablement favorable en ces deux mois d'été belge, et guère plus, m'a-t-il semblé, dans certaines régions de France ...  

     Aussi, ai-je songé à vous proposer aujourd'hui, ami lecteur, afin de quelque peu conjurer le triste sort climatique qui est trop souvent le nôtre et, peut-être, d'inciter septembre à nous être plus clément, de découvrir un monument de la littérature égyptienne : le célèbre "Hymne à Aton" que l’on attribue à la plume, au calame devrais-je plutôt écrire, du pharaon Aménophis IV/Akhenaton.

     Il existe en fait, pour être précis, deux invocations au dieu Aton : celle que les égyptologues nomment "Grand Hymne à Aton", dont nous ne possédons qu'une seule occurrence et celle appelée "Petit Hymne à Aton", poème nettement moins développé que le précédent mais qui, indubitablement, fut sa première version et en constitua même les prémices. Du petit hymne, nous dénombrons actuellement au moins cinq exemplaires, gravés à Amarna, dans les tombes de certains hauts fonctionnaires : Méryrê I, Toutou, Mahou, Apy et Any.  

     Découvert à la fin du XIXème siècle dans la même nécropole amarnienne, le "Grand Hymne" que je vous donne à lire ci-après fut gravé en 13 colonnes sur l’embrasure ouest de la porte du tombeau du pharaon Aÿ, un des successeurs d'Aménophis IV, peut-être même, selon certains égyptologues, son beau-père : c'est l'unique version que nous en ayons.

     La structure du texte laisse supposer une métrique bien établie : il était donc, pour le dire simplement, écrit en vers et très probablement, en tant que texte liturgique, destiné à être récité, voire peut-être même chanté, à tout le moins psalmodié lors des cérémonies du culte dans les temples de la nouvelle capitale Akhetaton (Horizon d’Aton), construite ex nihilo sur la rive droite du Nil, en Moyenne Egypte et dédiée au Disque solaire; capitale qui nous est plus familière sous le nom de Tell el-Amarna.

     Deux thèmes prédominent : le cycle quotidien du Soleil et la Révélation du dieu à son "fils" Akhenaton (Celui qui est favorable à Aton).
 
     Contrairement à ce que l'on peut parfois lire chez certains romanciers à succès, l'hymne n'était pas prononcé par le roi tout à la fois mystique et poète, mais par un courtisan zélé, Aÿ donc, qui excipe de son loyalisme politique en faisant graver dans sa tombe un texte à la gloire de la doctrine nouvelle instaurée par le souverain.

     Il s'adresse en fait à trois personnes : au dieu Rê-Horakhty, en premier lieu, dont Aton, l'"Astre vivant", constitue l'évidente manifestation; à Pharaon lui-même, ensuite; à  Nefertiti enfin, qui, selon le désir de son époux, fut toujours intimement associée à toutes les étapes du pouvoir pharaonique. Dès lors, volonté idéologique affirmée, la louange divine se trouve ici de fait consubstantielle à l'éloge en faveur de la famille royale.

     Et pour continuer à rétablir la vérité historique, très éloignée de la facilité des thèses romanesques, j'ajouterai que ce que prôna Aménophis IV, et que l'on appelle souvent monothéisme, n'est en rien une nouveauté en Egypte : d'autres pharaons avant lui s'étaient déjà essayés à cette sorte d'hénothéisme en tentant d'amoindrir le clergé d'Amon et en favorisant les croyances solaires de la ville d'Héliopolis : Hatchepsout, par exemple, confiera au dieu héliopolitain Atoum, dieu créateur, dieu primordial devenu une des formes du dieu soleil Rê, des prérogatives qui, jadis, étaient réservées au seul dieu Amon. C'est ainsi que dans son temple funéraire, à Deir el-Bahari, elle fera représenter la classique scène du couronnement avec Atoum et non Amon, comme il eut mieux convenu. Thoutmosis III, son successeur, appellera Atoum le "Maître des Deux-Terres" (= de l'Egypte), et non d'Héliopolis seule. Aménophis II, après lui, fera construire un temple près du sphinx de Guizeh dédié au dieu soleil Harmachis (Hor-em-akhet, Horus de l'Horizon. Revoir à ce sujet précis la fin de mon article du 30 mars dernier et les explications que j'avais données des signes hiéroglyphiques qui s'y rapportent). Thoutmosis IV, rappelez-vous, ami lecteur, j'y avais fait allusion dans ce même article à propos de la "Stèle du Songe" et de la promesse d'être couronné que le dieu, sous forme de sphinx, lui aurait faite s'il le désensablait, fera graver un scarabée de pierre avec le nom d'Aton dont le texte précisait qu'il protège le roi

     Enfin, sous le règne d'Aménophis III, le propre père d'Akhenaton, Aton deviendra un des noms du soleil, au même titre que Khepri, soleil du matin, Rê, soleil de midi et, Atoum soleil du jour déclinant. Il n'est d'ailleurs pas anodin, dans cette perspective, de noter que ce souverain donna le nom de "Splendeur d'Aton" tout à la fois à son palais, à son bateau royal ainsi qu'à une unité militaire.

     Dès lors, Akhenaton, son fils, n'aurait que radicalisé ce qui était en gestation depuis plus d'un siècle. Toutefois, ce qui se révèle comme totalement neuf avec lui, c'est sa détermination à politiser la religion : avec le système qu'il met en place, Akhenaton devient l'unique détenteur de la Connaissance; Aton, le Disque solaire, principale manifestation visible du divin, n'étant en rien un interlocuteur pour l'homme car, à la différence des précédents dieux, anthropomorphes et/ou zoomorphes, Aton lui n'est représenté que par l'image du soleil, aveuglante pour l'homme. 

     En outre, comme son nom, celui de son épouse et de leurs enfants, Akhenaton fit graver à même la pierre le nom divin à l'intérieur de cartouches.

     Enfin, si preuve il fallait encore de la politisation de la religion, je terminerais en faisant remarquer que les seules figures de culte subsistant sont les effigies des membres de la famille royale, Akhenaton et Nefertiti en tête !

     Dès lors, peut-on encore à ce stade légitimement évoquer une quelconque "révolution amarnienne", une prétendue révolution religieuse ?  Ne serait-il pas plus correct d'employer les termes de royale manipulation ?

     A vrai dire, manipulation et religion ont toujours été, dans l'Histoire, fort proches. Non ?

     Mais ceci est un autre débat. Qui nous éloignerait considérablement de mon propos du jour : vous faire découvrir un texte de toute beauté, qui a traversé les âges et dont certains, après l'Egypte, se sont fortement inspirés pour créer l'un ou l'autre psaume ...               

 


Adoration de Rê-Horakhty qui exulte dans l’horizon,
En son nom de Shou qui est dans le Disque, qu’il vive toujours et à jamais !
Le grand Disque vivant qui est en fête sed, seigneur de tout ce dont le disque fait le tour,
Seigneur du ciel et seigneur de la terre, seigneur de la Maison d’Aton au sein d’Akhetaton.

Par le roi de Haute et Basse-Egypte qui vit de maât,
Le seigneur du Double-Pays, Neferkheperourê-Ouaenrê,
Le fils de Rê qui vit de maât,
Le seigneur des couronnes, Akhenaton, à la longue existence.

Et par la grande épouse du roi,
Sa bien-aimée, la maîtresse du Double-Pays,
Neferneferouaton Nefertiti,
Qu’elle soit vivante et jeune toujours et à jamais !



I.

Il dit : Quand tu poins magnifique à l’horizon du ciel,
Disque vivant, premier à vivre,
Brillant à l’horizon d’Orient,
Toute terre est par toi emplie de ta beauté.


Tu es beau, tu es grand, tu es étincelant,
Loin au-dessus de toute terre;
Tes rayons ceignent les pays,
Jusqu’aux limites de ce que tu as créé.


Comme tu es le soleil, tu atteins leurs confins,
Les plaçant au pouvoir de ton fils bien-aimé,
Lointain dont les rayons sont pourtant sur la terre,
Et de chaque être humain caressent le visage.


II.

Nul ne peut se flatter de connaître ta course,
Quand tu te couches dans l’horizon d’Occident.
La terre se trouve alors plongée dans les ténèbres,
Et se trouve figée dans l’aspect de la mort.

Comme on gît dans les chambres, la tête recouverte,
L’oeil ne peut plus dès lors apercevoir l’autre oeil,
Et jusque sous les têtes, sans qu’ils en soient conscients,
Toutes les possessions des gens sont dérobées.

Les fauves un à un ont quitté leur tanière,
Les reptiles, chacun d’eux, s’appliquent à piquer;
Ténèbres ! Obscurité ! La terre est silencieuse,
Car celui qui les crée est en son horizon.


III.

Mais dès le point du jour, brillant à l’horizon,
Etincelant Disque du jour nouveau,
Tu chasses les ténèbres, dispenses tes rayons,
Et l’Egypte éclairée chaque jour est en fête

Maintenant éveillés, debout sur leurs deux pieds,
Les gens vers toi se sont dressés,
Et lors le corps lavé,
Saisissent des habits

Du geste de leurs bras ils saluent ton lever,
Et le pays entier s’emploie à ses travaux;
Chaque bête domestique se trouve à sa pâture,
Arbres et plantes s’épanouissent.


IV.

Les oiseaux hors du nid se retrouvent envolés,
Leurs ailes, se mouvant, louant ton apparence;
Les petits animaux gambadent sur leurs pattes,
Tous ceux qui volent vivent car tu brilles pour eux.

Les bateaux font leurs courses en aval en amont,
Les chemins sont ouverts par ton apparition;
Les poissons dans le fleuve bondissent vers ta face,
Et tes rayons atteignent aux tréfonds de la mer.

Voici que dans les femmes l’embryon est formé,
Voici que dans les hommes est créée la semence,
Et l’enfant animé dans le sein de sa mère,
Apaisé par ce qui lui fait cesser ses pleurs.


V.

Nourrice dans les ventres qui dispenses le souffle,
A seule fin de faire vivre tout ce qu’il veut créer :
Lorsque du ventre il sort afin de respirer,au jour de sa venue au monde,
Tu veux alors ouvrir complètement sa bouche.
Ainsi comme tu veux créer son nécessaire,
L’oison encore dans l’oeuf, pépiant dans la coquille,
Tu lui donnes le souffle
Afin de l’y faire vivre.

Tu as fixé pour lui une maturité,
Pour briser la coquille étant encore dans l’oeuf,
Qu’il sorte pour caqueter complètement formé,
Et aille sur ses pattes dès l’instant qu’il en sort.


VI.

Innombrables tes actes,
Mais cachés au regard !
Ô toi ce dieu unique, dont il n’y a pas d’autre,
Solitaire en esprit tu façonnes la terre.

Les humains, le bétail, les petits animaux,
Tout ce qui est sur terre et qui va sur des pattes,
Ce qui est en hauteur et vole de ses ailes,
La Syrie, la Nubie et la terre d’Egypte.

Tu assignes à chacun sa juste position, créant pour ses besoins ce qui est nécessaire :
Chacun se voit ainsi pourvu de nourriture, et d’un temps d’existence justement mesuré.
Leurs langues dans leurs bouches en langage diffèrent, et leur apparence de même;
Leur couleur de peau est distincte, car tu différencies les peuples étrangers.


VII.

Dans le sein des Enfers, tu provoques une crue, l’amenant à ta guise,
Pour faire vivre les gens, car tu les crées pour toi,
Leur maître universel, qui prends peine pour eux,
Seigneur de toute terre, et qui brilles pour eux, toi le Disque du jour à l’immense prestige.

Quant aux contrées lointaines, toutes tu les fais vivre,
Ayant fait qu’une crue pour eux des cieux descende,
Telle une mer battant les montagnes de vagues,
Pour inonder leurs champs au moment qu’elle y tombe.

Que tes desseins sont harmonieux, Ô Seigneur de l’éternité !
Une crue vient du ciel pour les peuples étrangers
Et les bêtes sauvages cheminant sur des pattes;
Une autre pour l’Egypte surgit hors des Enfers !


VIII.

Tes rayons quand tu brilles nourrissent les campagnes,
De manière qu’elles vivent et prospèrent pour toi.
Pour faire se développer toutes tes créatures, tu produis de surcroît les saisons :
L’hiver qu’elles soient au frais, l’été pour qu’elles te goûtent.

Tu as formé le ciel au loin pour y briller,
Afin de contempler ce que toi seul tu crées,
Eclatant en ta forme de Disque vivant,
Apparu rayonnant, loin et proche à la fois.

De toi seul, tu produis des myriades de formes,
Cités, villes et champs, le chemin et le fleuve.
Juste en face de lui chaque oeil te contemple,
Toi le Disque du jour au-dessus de la terre.


IX.

Pour que chaque oeil existe tu t’es mis en chemin,
Et jusqu’à ce que tu cesses tu formes leurs visages.
Dès qu’on a vu ton corps, Ô toi, ce dieu unique,
Il faut agir pour toi, qui demeures en mon coeur.

Nul autre ne te connaît excepté ce tien fils,
Neferkheperourê Ouaenrê,
Celui que tu instruis de tes intentions et de ta puissance :
Par toi seul naît la terre puisque tu crées les gens.

Te lèves-tu qu’ils vivent, te couches-tu qu’ils meurent.
Existence incarnée, c’est de toi que l’on vit,
Et jusqu’à ton coucher, les yeux demeurent fixés sur ta perfection :
Te couches-tu à l’ouest qu’on cesse toute tâche.


X.

Toi qui rends pour le roi les bras fermes en brillant;
Quiconque à pied se meut, comme tu fondas la terre,
Tu le portes pour ton fils,
Rejeton de ton corps :

Le roi de Haute et Basse-Egypte qui vit de maât,
Le seigneur du Double-Pays, Neferkheperourê-Ouaenrê,
Le fils de Rê qui vit de maât,
Le seigneur des couronnes, Akhenaton, à la longue existence.

Et pour la grande épouse du roi,
Sa bien-aimée, la maîtresse du double-Pays,
Neferneferouaton Nefertiti,
Qu’elle soit vivante et jeune toujours et à jamais !



(Grandet : 1995, 99-119; Mathieu : 1996, 12-6)

Par Richard LEJEUNE - Publié dans : Littérature égyptienne - Communauté : ÉGYPTO-ARCHÉOLOGIE
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

OU ENCORE ...

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • : 18/03/2008
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes. Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique. Mais aussi la littérature égyptienne antique. Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés