Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 23:00

     Pour poursuivre avec le dieu crocodile Sobek dont j'ai déjà abondamment évoqué la personnalité dans mon article du 17 juin dernier, et à propos duquel je vous ai déjà donné à lire, dans le cadre de cette série à la littérature égyptienne consacrée, un texte inscrit à l'intérieur d'un sarcophage du Moyen Empire, je vous propose aujourd'hui, ami lecteur, deux des nombreuses adresses qui lui ont été faites dans la partie qui lui était réservée à Kom Ombo.

     Il existe, en effet, dans ce que les égyptologues désignent comme le "Couloir de l'Inondation" situé dans la moitié sud de ce temple, la représentation d'une procession de délégations des villes du Fayoum, dans le nome arsinoïte, dont la principale, je vous le rappelle, fut appelée Crocodilopolis par les Grecs et connut, précisément à l'époque de ces rois Ptolémée une importance politique et une prospérité économique sans précédents.

     Les textes ptolémaïques de ce temple double (puisque nous avons vu que l'autre moitié, la partie nord, était dédiée au dieu Haroëris) célèbrent donc en parallèle à la fois le dieu Sobek du Fayoum et le "Seigneur d'Ombos" (Kom Ombo).

     Les prêtres de Sobek (Soukhos, en grec) qui conçurent la décoration firent représenter, sur la paroi est de ce corridor Ptolémée VI Philometor et son épouse ouvrant le cortège qui se dirige, à l'intérieur du temple, vers la salle dite des Offrandes.

     Les hiéroglyphes gravés restituent le discours royal, à l'attention du dieu crocodile :

Nous venons à toi, ô Père des dieux. [Ici, Sobek est identifié au dieu chtonien Geb]

Nos mains sont chargées de richesses.
Nous t’apportons l’inondation
Et les prairies humides avec leurs offrandes,
Les aliments et toutes choses bonnes qui sont entre leurs mains
Afin d’embellir ta maison
Et de surcharger ta table d’offrandes.

  
     Pour être complet, j'ajouterai qu'à l'époque romaine, reprenant la tradition, des empereurs tel Auguste, par exemple, apportèrent leur contribution en faisant graver par leurs hiérogrammates des hymnes à Sobek afin, eux aussi, de s'en concilier les bonnes grâces.

     Pour les différentes raisons précédemment évoquées, il nous est facile d'admettre que Sobek fut donc vénéré tout à la fois dans le Delta, dans le Fayoum et dans certains temples dont le plus spécifique est Kom Ombo.

     En revanche, plus malaisé à comprendre est quand même le fait que les Egyptiens, pourtant tellement traumatisés par cet animal, lui accordèrent le statut de divinité bénéfique, miséricordieuse, prête à écouter les prières ...

     C'est ce que vise à faire comprendre l'un des nombreux hymnes du temple ombite, gravé en trois colonnes, que je vous donne à lire ci-après. Nous y retrouvons un texte mettant l'accent sur le caractère solaire de Sobek-Rê comme l'était, souvenez-vous ami lecteur, la figurine de crocodile en bois de tamaris
 E 16 358 de la vitrine 2 de la salle 3 du Département des Antiquités égyptiennes du Louvre (article sus-cité) :


C’est Sobek, le ka divin du Grand (dieu primordial).
Son pouvoir vénérable est Créateur -de -la -terre.
Il a créé le Noun en son temps,
dieu grand, des yeux de qui sont sortis les deux disques :
son oeil droit qui brille durant le jour,
et son oeil gauche durant la nuit;
dont les deux yeux Oudjat vénérables illuminent les ténèbres.
Le vent sort de sa bouche
et le vent du nord de son nez.
Le Nil coule comme sa sueur vivante
et féconde les champs.
Il agit avec son phallus
pour inonder le Double -Pays de ce qu’il a créé.
Il terrifie les impies par sa manifestation
en son nom de Sobek -Rê -qui -est -dans -son -lac.
Sa puissance est forte comme celle de Sa Majesté Rê
quand il extermine son ennemi par sa force.
Il est le prince divin de Maât,
qui a jugé le droit des deux dieux devant Geb;
l’aîné qui prend soin de ses enfants;
qui fait la sécheresse ...
le dieu puissant qui prot
ège le faible. (?)
Comme il est doux de le prier !
Lui qui écoute et vient vers qui l’appelle,
parfait en vision, riche en oreilles,
présent aux paroles de qui a besoin de lui;
fort, vainqueur, à qui personne ne ressemble.
Il est le plus prestigieux des dieux en sa force,

Sobek -Rê, Seigneur d’Ombos,
qui aime la clémence après la colère.

(Barucq/Daumas : 1980, 430-2; Gardiner : 1957, 43-56; Yoyotte : 1962, 79-138

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Dans le "dictionnaire de la civilisation égyptienne" de Georges Posener à l'article "crocodile" il est expliqué que cet animal est mangeur d'homme par accident et se nourrit surtout de poisson. <br /> L'article indique aussi que dans certains temples dédiés à Sobek il y avait des crocodiles apprivoisés. Il ne semble donc pas si étonnant que l'animal ait été divinisé.
Répondre
R
<br /> <br /> Je ne sais pas vraiment si ce n'est que par accident ...<br /> Mais quoiqu'il en soit, les textes prouvent à l'envi qu'il était véritablement craint.<br /> <br /> Pour ce qui concerne l'élevage des sauriens, j'y ai en effet fait allusion dans mon article du mardi 17 juin (http://egyptomusee.over-blog.com/article-20007472.html) en évoquant le temple de Kom Ombo dans lequel ont été mises au jour des<br /> structures manifestement destinées à la couvaison et à l'élevage de ces "charmantes petites bêtes".   <br /> <br /> <br /> <br />
C
Merci pour ces détails et conseils. C'est passionnant!
Répondre
C
Maginfique texte! Me voilà "calée" sur Sobek. Je voulais vous demander si les ouvrages écrits par Christiane Desroches Noblecourt sont sérieux ou non?
Répondre
R
<br /> <br /> Il est incontestable que la majorité des ouvrages de Madame Ch. Desroches Noblecourt constituent des monuments de rigueur scientifique rédigés en des termes<br /> accessibles à nous tous. Ses monographies sur Toutankhamon, la reine Hatchepsout ou Ramsès II, par exemple, sont incontournables.<br /> <br /> Ceux de ses livres dans lesquels elle évoque et son parcours égyptologique et celui au Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, pour passionnants qu'ils soient, pêchent un<br /> tantinet par manque de modestie.<br /> Puis-je me permettre, à ce sujet, de vous conseiller de lire notamment le texte sur le lien suivant : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2007/10/24/idee0.htm<br /> Edifiant ! <br /> <br /> Mais, il est évident que ces petits défauts de modestie (et je pourrais, en privé, vous citer d'autres détails, que j'ai personnellement vécus), bien humains, ne m'autorisent en rien à<br /> dénigrer les grandes compétences de Madame Desroches Noblecourt.<br /> <br /> Il y a toutefois quelque chose qui me gêne depuis un certain nombre d'années. Est-ce l'âge, est-ce une volonté d'affirmer un féminisme de bon aloi, je n'en sais rien, mais ne comprends<br /> nullement - et la majorité des égyptologues non plus - que Madame Desroches Noblecourt persiste à vouloir développer, au fil de ses derniers ouvrages et de ses derniers articles<br /> scientifiques, la théorie, fumeuse !, que si les Egyptiens du Nouvel Empire ont choisi le site actuellement appelé "Vallée des Reines" pour inhumer essentiellement les épouses des pharaons<br /> enterrés dans la toute proche "Vallée des Rois", c'est parce qu'ils avaient constaté que la morphologie de la roche qui délimitait l'entrée de cette vallée ressemblait à une vulve de vache,<br /> d'où référence à la vache Hathor, la vulve, le ventre maternel, etc.<br /> <br /> Et photos de l'actuelle configuration de cette entrée rocheuse à l'appui - ce qui ne prouve nullement qu'elle avait le même aspect voici 5 000 ans ! -, Madame Desroches Noblecourt n'en<br /> démord pas. <br /> <br /> Mais ce "détail" mis à part, lire ses ouvrages vous en apprendra mille fois plus, Cat, et de manière scientifique et rigoureuse, que ceux de certains romanciers à succès qui "pondent" un bouquin<br /> vite fait mal fait tous les trois mois et qui brodent à merveille, mais en dépit du bon sens ... <br /> <br /> Ceci dit, mon grand esprit de tolérance conclura qu'il en faut pour tous les goûts. Et à mes Etudiants qui, évidemment, trouvaient attrayants de tels romans, j'ai toujours dit de commencer par<br /> cela, et de continuer avec la lecture de vrais historiens pour en savoir plus ... <br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : D' EgyptoMusée à Marcel Proust- Le blog de Richard LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages