Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 23:00

     Tu me conseilles d'étudier l'inscription de Rosette. C'est justement là par où je veux commencer.

(21 avril 1809)


     "Il faut tâcher de venir à bout de l'inscription égyptienne". C'est bien mon projet. Mais tu en parles fort à ton aise ! Laisse-moi avoir celles de la Commission et, les unes aidant les autres, je pourrai peut-être m'en tirer. Enfin je perscrute toujours celle de Rosette, mais sans de notables succès.

(15 août 1814)


     Il est hors de doute qu'avec la gravure de la Commission, je viendrai à bout de placer sous chaque hiéroglyphe le mot français correspondant et même le cursif égyptien; le grec va sans dire. Je ne m'avance pas trop en disant cela, puisque ce travail est aux trois quarts terminé; je sais où commence et où finit l'inscription hiéroglyphique par rapport au cursif et au grec.

(19 août 1818)    

                                                                                   

 

 

Jean-François CHAMPOLLION

Lettres à son frère (1804-1818)

 

Paris, L'Asiathèque, 1984

 

 



     Indépendamment des reproductions de la Pierre de Rosette en miniature que l'on peut trouver dans certains magasins de la ville, voire même dans le hall du musée proprement dit qui en propose une destinée à devenir tapis pour la souris d'ordinateur, Figeac peut s'enorgueillir de posséder deux exemplaires, totalement différents quant à leur format, de ce célèbre monument.

     Le plus conforme à la réalité figure bien évidemment en bonne place dans la première salle du Musée Champollion, les Ecritures du Monde, bizarrement appelée "Salle 0", (musée que je vous ai présenté, ami lecteur, dans mon article de mardi dernier) : il s'agit d'un moulage de la stèle de 762 kgs se trouvant, comme chacun sait, au British Museum de Londres. Elle mesure 114 cm de haut, 72 cm de large et 28 cm d'épaisseur.
 


     Le plus spectaculaire se situe derrière l'espace muséal, en un endroit rebaptisé "Place des Ecritures" : il s'agit d'une immense dalle de granite noir, reproduction géante, oeuvre de l'artiste américain Joseph Kosuth.

 

FIGEAC ET LES PIERRES DE ROSETTE


    
     Comme sur la pièce originale, les trois parties ont été représentées par l'artiste :

* les hiéroglyphes, écriture des textes religieux et officiels, dans la partie supérieure ;

FIGEAC ET LES PIERRES DE ROSETTE



* l'écriture cursive démotique, écriture des communications courantes, au centre, qui constituait en fait l'abrégé, employé à partir du milieu du VIIème siècle A.J.-C. (dans les textes religieux exceptés) d'une autre écriture cursive, le hiératique, dérivant pour sa part directement des hiéroglyphes ; 

 

FIGEAC ET LES PIERRES DE ROSETTE

     
 * enfin, l'écriture grecque, en lettres uniquement majuscules, dans la partie inférieure.

 

FIGEAC ET LES PIERRES DE ROSETTE

 

     Mais qu'est exactement cette tant célèbre Pierre de Rosette ?

 

     Il s'agit d'une stèle de granodiorite, initialement cintrée, initialement d'une hauteur se situant entre 150 et 183 cm., retrouvée à Rachîd, petit village du Delta occidental, mieux connu sous le nom francisé de Rosette, à quelques kilomètres de la Méditerranée. Elle était insérée dans un vieux mur qui devait être démoli par les soldats français afin d'établir de nouvelles fondations pour agrandir le fort Julien.

 

© Pat l'Expat (que je remercie encore vivement pour m'avoir offert son cliché)

© Pat l'Expat (que je remercie encore vivement pour m'avoir offert son cliché)


     C'est au lieutenant du Génie Pierre François Xavier Bouchard que l'on doit cette précieuse découverte à la mi-juillet 1799.

     Bouchard et ses collègues officiers auraient, selon l'Histoire (ou la légende ?) immédiatement supputé que les inscriptions qui y étaient gravées constituaient la même version d'un texte, mais rédigé dans trois écritures différentes. Le général Menou fit d'ailleurs très vite traduire la partie grecque afin de connaître la nature du document : il s'agit en fait de la copie d'un décret promulgué par un ensemble de prêtres réunis à Memphis à l'occasion du premier anniversaire du couronnement de Ptolémée V Epiphane, régnant sur l'Egypte entière. Ce texte, connu des égyptologues sous le nom de décret de Memphis, date du 27 mars 196 A.J.-C. et fait notamment allusion aux privilèges fiscaux accordés par le pouvoir aux temples du pays. Il évoque aussi le culte rendu à Ptolémée V dans ces mêmes temples, ainsi que la cérémonie de son couronnement.

     Je profite de cette évocation pour rappeler que tous ces souverains portant le même patronyme (une quinzaine en tout) étaient les descendants directs d'un premier Ptolémée, fils de Lagos, et général, d'origine macédonienne, d'Alexandre le Grand. Les historiens ont d'ailleurs pris l'habitude, quand d'aventure ils évoquent cette période, d'indistinctement lui attribuer le nom de "ptolémaïque", ou de "lagide".

     C'est donc précisément ce Ptolémée Ier qui, en tant que satrape, gouverna l'Egypte après le décès d'Alexandre, en 323 A.J.-C., au moment du partage de son vaste Empire, tout d'abord au nom du demi-frère, puis du fils du défunt; puis, à partir de 305 A.J.-C., à la mort de ces derniers, en son nom propre, se faisant dès lors appeler Ptolémée I Sôter (Le sauveur). Et jusqu'à la mort de Cléopâtre VII, en 30 A.J-C., cette dynastie, qui pratiqua le mariage consanguin, restera installée sur le trône pharaonique.      

 

     La Pierre de Rosette, pour revenir à elle, fut immédiatement envoyée au Caire, à l'Institut d'Egypte nouvellement fondé par Bonaparte. Il en fut fait un certain nombre de copies en la recouvrant d'encre, puis en impressionnant, grâce à un rouleau de caoutchouc, des feuilles de papier posées dessus. Copies que l'on destina aux grandes Institutions et aux plus illustres savants européens de ce temps. L'Institut national de Paris en reçut deux.

     En 1801, la ville du Caire étant menacée par les Anglais, les savants de l'expédition française décidèrent de se mettre à l'abri à Alexandrie, emportant avec eux leurs notes, leurs dessins, leurs collections d'objets antiques et, bien évidemment, la précieuse Pierre de Rosette.

     Mal leur en prit car s'ils étaient restés au Caire, ils auraient eu tout loisir de profiter de sa capitulation et d'ainsi conserver, notamment, ce monument capital qui, on peut le supposer, serait actuellement au Musée du Louvre.

     Au lieu de cela, et en vertu d'un des articles de la capitulation d'Alexandrie, précisément, ils furent sommés de céder la précieuse stèle au colonel anglais Turner qui la ramena en Grande-Bretagne où, le 11 mars 1802, elle fut déposée au siège de la "Society of Antiquaries" de Londres; et à la fin de la même année, cédée par cette société au British Museum qui l'exposa désormais dans la galerie de la sculpture égyptienne. 

     Le petit Jean-François Champollion avait tout juste 12 ans ...

     Mais en quoi ce bloc de granodiorite lui fut-il, bien plus tard, d'une quelconque utilité ? 

     Tout le monde s'accorde à dire, de prime abord, qu'il constitue le monument qui lui permit de déchiffrer l'écriture hiéroglyphique des anciens Egyptiens. C'est tout à la fois vrai et faux. Réducteur, à tout le moins.

     Il est bien évident que le texte bilingue (langue égyptienne représentée par l'écriture hiéroglyphique et la cursive démotique, ainsi que langue grecque) joua un rôle essentiel dans le cheminement de ses recherches : c'est en effet grâce, notamment, à l'étude des cartouches des souverains grecs d'Egypte qu'il trouva véritablement une des clés des hiéroglyphes.

FIGEAC ET LES PIERRES DE ROSETTE

 

     Comme le montre cette page de notes dans une des vitrines de la première salle du musée, c'est à partir de son analyse du nom de Ptolémée, à la fois en grec et en démotique, qu'il se rendit très vite compte que dans la partie hiéroglyphique de la Pierre de Rosette, ce nom avait été transcrit de manière alphabétique : P - T - O - L - M - I - S

     (A gauche, dans les cartouches ou, en rouge sur fond noir, le premier nom verticalement écrit ; le second étant celui de Cléopâtre :  K-L-I-O-P-A-T-R-A)

    
     Bien évidemment, une hirondelle ne faisant pas le printemps, il eut besoin de moult autres sources documentaires : il suffit en effet de lire toute la correspondance que le jeune prodige adressa à son frère aîné, et dont cette salle fait largement écho; il suffit de compulser quelques-unes des milliers de notes qu'il rédigea, pour prendre conscience de la profusion de documents qu'il utilisa, textes hiéroglyphiques essentiellement, avant d'enfin aboutir à la géniale découverte.



 

FIGEAC ET LES PIERRES DE ROSETTE

 

     C'est ainsi donc qu'il s'attarda aussi sur le patronyme de Cléopâtre, la septième du nom, et dernière reine d'Egypte : grâce à la comparaison d'un papyrus bilingue (grec et démotique) et d'une copie d'un texte gravé en hiéroglyphes sur l'obélisque emporté de Philae à Kingston Lacy, dans le Dorset (Grande-Bretagne) par l'explorateur et aventurier anglais William John Bankes, il put constituer un début d'alphabet. Alphabet qu'il développa aussi lors de son voyage sur la terre des pharaons, en visitant les temples d'époque gréco-romaine tels que Denderah, Philae, Kom Ombo, Edfou, Esnah ... et en y relevant d'autres prénoms célèbres : Alexandre, César, Tibère, Auguste, Trajan, pour ne citer que les principaux.


     Petite parenthèse, pour tordre le cou à différents canards : je précise que Champollion ne vit jamais la Pierre de Rosette originale - il n'avait pas encore 9 ans au moment de sa découverte ! - ; qu'il ne se rendit jamais en Grande-Bretagne et que seuls estampages, calques et copies, mais aussi certains papyri originaux reçus en prêt, furent les documents à partir desquels il travailla.

     Cet alphabet lentement constitué ne fut qu'un début car, ne traduisant que les noms propres des derniers souverains étrangers ayant gouverné l'Egypte, il était parfaitement inadapté, insuffisant à vrai dire, pour déboucher sur le déchiffrement complet de l'écriture hiéroglyphique.

     A l'instar d'un Eurêka ! célèbre, Je tiens mon affaire se serait exclamé Jean-François Champollion en confiant le résultat de ses travaux à Jacques-Joseph, son frère aîné. Car, de réflexion en réflexion, de tâtonnements en tâtonnements, de nuits en nuits, il arriva, le 14 septembre 1822, illumination de génie, à la conclusion que cette écriture combinait tout à la fois des idéogrammes et des signes phonétiques, dont quelques-uns, uniquement, étaient alphabétiques. Sans oublier ceux qui, n'ayant là où ils se trouvaient aucune valeur phonétique, servaient de déterminatifs, - de "classificateurs", comme on a tendance à les appeler de nos jours -, afin de fournir une précision sur le mot qu'ils terminaient.


     Pour faire très très simple, je prendrai l'exemple des deux consonnes V et R, qui se prononceraient "VER". En français, le terme pourrait s'écrire ver, verre, vert, vers ou vair. Si un ajout, que l'on appelle déterminatif, ne précise pas la catégorie lexicale dans laquelle il faut le concevoir, il restera vague, incompris. En revanche, si j'y adjoins un dernier pictogramme représentant un lombric, ou un récipient, ou une flèche ou une chaussure par exemple, le terme deviendra tout de suite compréhensible à tous.       


     Dans la grammaire que ce frère et mentor publia après le décès de son cadet, le 4 mars 1832, on peut lire ces mots, résumant admirablement son immortelle découverte : 

     "C'est un système complexe, une écriture tout à la fois figurative, symbolique et phonétique, dans un même texte, une même phrase, je dirais presque dans le même mot."


     L'Egypte ancienne était restée énigmatique pendant approximativement quinze siècles quant à la connaissance de ses écritures. La langue, elle, fort heureusement, avait survécu, écrite au moyen de l'alphabet grec augmenté de 7 signes empruntés au démotique, grâce aux Coptes, descendants chrétiens des anciens Egyptiens.

     A ce propos, permettez-moi de rappeler, ami lecteur, que les termes "Copte" et "Egypte" dérivent tous deux de la même occurrence grecque : "Aiguptos", provenant elle-même de l'adaptation phonétique de l'égyptien "Hout-Ka-Ptah" (Le temple du Ka de Ptah) qui désignait Memphis, l'ancienne capitale du pays.

     Ce fut donc grâce à la comparaison de textes entre eux, tant hiéroglyphiques que démotiques, provenant de la Pierre de Rosette, mais aussi de nombreux autres types de documents ; grâce à la constitution d'un premier type d'alphabet ; grâce enfin à sa remarquable connaissance de la langue copte et ce, dès son plus jeune âge, que le Figeacois Jean-François Champollion parvint à élaborer le système de déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens qui constitue, dans l'ensemble, celui que nous utilisons encore de nos jours.


(Andrews : 1993Champollion : 1984; Devauchelle : 1990; Dewachter : 1986; 1990 ²Goyon : 1989

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en France
commenter cet article

commentaires

N@n 22/09/2015 17:34

Ah, quel plaisir de voir Champollion reprendre vie en te lisant, cher Richard !
Grand merci à toi ;-)

Amitiés et bises,
N@n

Richard LEJEUNE 23/09/2015 07:35

Et nous n'avons avancé que de quelques pas sur le chemin qu'il espère nous voir emprunter à ses côtés, chère N@n ...

À mardi pour la suite ...

Christiana 22/09/2015 08:36

Quel bel article "complètissimime"!
J'avais beau avoir lu des billets et chroniques, ci et là, la pierre de Rosette ne m'avait jamais été aussi bien détaillée ni aussi clairement expliquée.

Richard LEJEUNE 22/09/2015 08:48

Que tu es gentille ! Merci Christiana !
Mais c'est probablement parce que tu n'avais pas trouvé de bons ouvrages car je n'avais modestement rédigé que ce qui me paraissait l'essentiel à en connaître ...
Le seul point nouveau que j'ai aujourd'hui ajouté à cet ancien article de 2008, c'est la photo - que je n'avais vue nulle part ailleurs -, du mur où elle fut jadis encastrée, qu'un ami blogueur parisien avait prise quand il était en poste en Égypte et qu'il m'a permis d'insérer ici ...

JA 02/10/2010 21:09


Belles connaissances sur J.F Champollion, qui est DCD juste aprés avoir réalisé son rêve d'enfant, étonnant....
Ici à Grenoble, il fait partie du patrimoine....le grand lycée Champollion est au coeur de la ville....

Merci pour le partage de vos connaissances.

A bientôt
JA


Richard LEJEUNE 03/10/2010 09:32



     Tout à fait, Madame, oui : Grenoble respire le passage de Champollion en ses murs.


 


     Je pense d'ailleurs vous avoir déjà écrit que, lors d'un colloque d'égyptologie à Grenoble, en 1990, c'est sous cet angle "commémoratif" que
nous fut proposé une visite de certains bâtiments de la ville.


 


     Quant au partage de mes connaissances, il fut tout naturellement l'essence même de ma vie professionnelle ; ce blog n'en étant qu'une des
facettes "post-retraite" ...


Cela reste donc un plaisir pour moi !



lady_en_balade 28/09/2008 17:54

C'est avec plaisir, que je reviens explorer de nouveaux articles, Richard. Merci de nous faire connaître mieux, ce Champollion dont tout le monde connaît le nom, mais si peu d'autres choses (j'aurais même du dire ces Champollion ...)
Même si je sais, que c'est votre métier et votre passion, j'aimerais aussi vous remercier de prendre tout ce temps, pour mettre vos connaissances à la portée de gens comme moi ... intéressés mais avec si peu de connaissances préalables. En plus du plaisir, vous nous donnez un véritable cours (ou peut être l'inverse ?).
Bon dimanche et à bientôt.

Richard LEJEUNE 29/09/2008 08:11



Soyez assurée, en tout cas, chère Lady que le plaisir qu'apparemment vous éprouvez à lire mes modestes contributions à une meilleure connaissance du parcours de
Jean-François Champollion n'a d'égal que celui qui est le mien de pouvoir, grâce à vous, grâce à mes lecteurs et, parfois à leurs commentaires, continuer à distiller une passion comme ce fut le
cas pendant toute ma vie professionnelle.

Je crois avoir déjà écrit quelque part que donner cours ne fut jamais, à mes yeux, un métier : je fus en quelque sorte payé par l'Education nationale pour expliquer le jour ce que
j'avais lu la veille au soir. Vie professionnelle qui me convint pendant trente-trois années.
 
Et mon seul regret fut, à cause de certains problèmes de santé, d'avoir été mis d'office à la retraite à seulement 54 ans. Fort heureusement, grâce à ce blog et aux échanges qu'il me
permet, j'ai recouvré une évidente sérénité : et je puis maintenant écrire que c'est grâce à cette retraite anticipée et aux immenses moments de loisirs qu'elle me permet que je peux avec autant
de plaisir et m'occuper de mon petit-fils, et rédiger quelques articles qui ont l'heur d'en intéresser plus d'un.

A bientôt.
Bonne semaine.
Richard 



Louvre-passion 10/09/2008 21:19

Que dire de plus après ce si savant article... Finalement si on veut être un peu cocardier on peut se dire que le fait d'avoir saisi la pierre de Rosette comme "prise de guerre" n'a pas profité aux anglais dans le déchiffrement des hiéroglyphes.

Richard LEJEUNE 11/09/2008 21:37



Je dirais même plus !

Dans mon article de mardi prochain, 16 septembre ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages