Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 23:00

     C'est à toi que je dois tout ce que je puis savoir.
     (22 décembre 1807)


     Dans un premier article consacré au tout nouveau Musée Champollion, les Ecritures du Monde publié le 2 septembre dernier,  j'avais déjà eu l'opportunité d'indiquer combien le rôle joué par Jacques-Joseph Champollion-Figeac, le frère aîné, avait été moralement, intellectuellement et matériellement plus que bénéfique dans le parcours du cadet, Jean-François.
     
     Dans un deuxième article, le 9 septembre, je m'étais abondamment et plus spécifiquement penché sur la Pierre de Rosette, rappelant que toute capitale qu'elle fut, elle constitua une partie seulement d'un vaste et éclectique ensemble dans lequel le jeune prodige figeacois puisa ce qui allait être une incontournable certitude scientifique.

     Et pour compléter aujourd'hui ce qui pourrait, à terme, devenir une tétralogie, je vous propose, ami lecteur, d'évoquer le combat de Champollion pour la juste légitimation de sa découverte, toutes les vicissitudes qui accompagnèrent, ici et là, ce déchiffrement et entachèrent la joie qui eût dû en découler dans son chef.


     Monsieur,

     Je dois aux bontés dont vous m'honorez l'indulgent intérêt que l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres a bien voulu accorder à mes travaux sur les écritures égyptiennes, en me permettant de lui soumettre mes deux mémoires sur l'écriture hiératique ou sacerdotale, et sur l'écriture démotique ou populaire; j'oserai enfin, après cette épreuve si flatteuse pour moi, espérer d'avoir réussi à démontrer que ces deux espèces d'écriture sont, l'une et l'autre, non pas alphabétiques, ainsi qu'on l'avait pensé si généralement, mais idéographiques, comme les hiéroglyphes mêmes, c'est-à-dire peignant les idées et non les sons d'une langue; et croire être parvenu, après dix années de recherches assidues, à réunir des données presque complètes sur la théorie générale de ces deux espèces d'écriture, sur l'origine, la nature, la forme et le nombre de leurs signes, les règles de leurs combinaisons, au moyen de ceux de ces signes qui remplissent des fonctions purement logiques ou grammaticales, et avoir ainsi jeté les premiers fondements de ce qu'on pourrait appeler la grammaire et le dictionnaire de ces deux écritures employées dans le grand nombre de monuments dont l'interprétation répandra tant de lumière sur l'histoire générale de l'Egypte. A l'égard de l'écriture démotique en particulier, il a suffi de la précieuse inscription de Rosette pour en reconnaître l'ensemble; la critique est redevable d'abord aux lumières de votre illustre confrère, M. Silvestre de Sacy, et successivement à celles de feu Åkerblad et de M. le docteur Young, des premières notions exactes qu'on a tirées de ce monument, et c'est de cette même inscription que j'ai déduit la série des signes démotiques qui, prenant une valeur syllabico-alphabétique, exprimaient dans les textes idéographiques les noms propres des personnages étrangers à l'Egypte. C'est ainsi encore que le nom des Ptolémées a été retrouvé et sur cette même inscription et sur un manuscrit en papyrus.

     Il ne me reste donc plus, pour compléter mon travail sur les trois espèces d'écritures égyptiennes, qu'à produire mon mémoire sur les hiéroglyphes purs. J'ose espérer que mes nouveaux efforts obtiendront aussi un accueil favorable de votre célèbre compagnie, dont la bienveillance a été pour moi un si précieux encouragement.

     Mais dans l'état actuel des études égyptiennes, lorsque de toutes parts les monuments affluent et sont recueillis par les souverains comme par les amateurs, lorsqu'aussi, et à leur sujet, les savants de tous les pays s'empressent de se livrer à de laborieuses recherches, et s'efforcent de pénétrer intimement dans la connaissance de ces monuments écrits qui doivent servir à expliquer tous les autres, je ne crois pas devoir remettre à un autre temps d'offir à ces savants et sous vos honorables auspices, une courte mais importante série de faits nouveaux, qui appartient naturellement à mon Mémoire sur l'écriture hiéroglyphique, et qui leur épargnera sans doute la peine que j'ai prise pour l'établir, peut-être aussi de graves erreurs sur les époques diverses de l'histoire des arts et de l'administration générale de l'Egypte : car il s'agit de la série des hiéroglyphes qui, faisant exception à la nature générale des signes de cette écriture, étaient doués de la faculté d'exprimer les sons des mots, et ont servi à inscrire sur les monuments publics de l'Egypte, les titres, les noms et les surnoms des souverains grecs ou romains qui la gouvernèrent successivement.  Bien des certitudes pour l'histoire de cette contrée célèbre doivent naître de ce nouveau résultat de mes recherches, auquel j'ai été conduit très naturellement.  


  

     C'est par ces mots que, le vendredi 27 septembre 1822, à la séance de l'Académie à laquelle assistait le monde scientifique et littéraire de l'époque, français bien sûr, mais ausssi anglais avec notamment Thomas Young, et allemand, avec les frères Humboldt, Jean-François Champollion le Jeune entama la lecture d'un résumé de huit pages de ce qui devait, fin octobre, constituer la publication d'une plaquette de quarante-quatre pages : la célébrissime Lettre à M. Dacier, Secrétaire perpétuel de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Egyptiens pour inscrire sur leurs monuments les titres, les noms et les surnoms des souverains grecs et romains; document qui consacrait sa propre découverte, en réalité rédigé par son frère aîné cinq jours plus tôt; document qui aux yeux des historiens du monde entier constitue, non pas comme certains l'ont affirmé un aboutissement, mais bien le véritable acte de naissance du déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens,  soit un point de départ à bien d'autres recherches, à bien d'autres conclusions avancées dans au moins deux autres publications, dont, quinze mois plus tard, son Précis du système hiéroglyphique des anciens Egyptiens  ou  recherches sur les éléments premiers de cette écriture sacrée, sur leurs diverses combinaisons, et sur les rapports de ce système avec les autres méthodes graphiques égyptiennes, dont la Lettre à M. Dacier n'est en définitive qu'un élément avant-coureur.
    
     Champollion a presque 32 ans. Mais le parcours fut long et souvent sujet à malsaines jalousies avant d'arriver à cette apothéose; et encore, sera-t-il par la suite la cible d'autres polémiques, pas toujours des plus rigoureusement scientifiques ...

     Jouer dans la cour des grands, il l'apprendra à ses dépens, n'est certes pas sinécure. Le parcours d'un génie aussi précoce, aussi incontestablement prometteur et porteur d'avenir ne pouvait manquer de susciter mécontentements, envies, déceptions, haine aussi. 

     De l'arène dans laquelle il s'aventura, trois noms de savants sont à épingler qui, comme lui, s'étaient penchés ou planchaient toujours sur l'écriture hiéroglyphique égyptienne - depuis l'apparition de la fameuse Pierre de Rosette, surtout -, afin d'en percer les arcanes avec, évidemment, moins de réflexion, moins d'intuition, ou de chance que le jeune et boulimique déchiffreur.
                                                          
                                                                       


     L'orientaliste français Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, tout d'abord (1758-1838), ainsi que le diplomate et archéologue suédois Johann-David Åkerblad (prononçons "Okerblad"; 1763-1819), tous deux, de leur côté, depuis 1802 s'entêtant à considérer que l'écriture égyptienne n'était qu'alphabétique; et donc, tous deux incapables de mener plus avant leurs recherches.

       






       
     Le médecin, physicien et érudit anglais Thomas Young (1773-1829), ensuite, parfait esprit encyclopédique, tout aussi parfait connaisseur des langues orientales, et féru d'égyptologie.

     Dès 1818-19, il suppute l'existence de hiéroglyphes phonétiques, ainsi que la parenté des trois écritures égyptiennes. Malheureusement pour lui, il n'a aucune connaissance du copte alors que l'on savait, depuis Athanase Kircher au XVIIème siècle, qu'il était une survivance de la langue populaire des anciens Egyptiens. 



     En 1815, déjà, le 20 juillet, de Sacy, éminemment perfide, volontairement insidieux, écrit à Young :

     ... Si j'ai un conseil à vous donner, c'est de ne pas trop communiquer vos découvertes à M. Champollion. Il se pourrait faire qu'il prétendît ensuite à la priorité. Il cherche en plusieurs endroits de son ouvrage à faire croire qu'il a découvert beaucoup de mots de l'inscription égyptienne de Rosette. J'ai bien peur que ce ne soit là que du charlatanisme. J'ajoute même que j'ai de fortes raisons de le penser.

     Fort heureusement, de Sacy revint par la suite sur ses préventions, et à de bien meilleurs sentiments vis-à-vis de Champollion. Mais pour l'heure, le mal était fait. La philippique, en outre, était doublée, le même mois, d'un petit compte rendu publié dans le Magasin encyclopédique, l'un des plus importants organes du mouvement littéraire et scientifique du Directoire, du Consulat et de l'Empire, à propos de L'Egypte sous les pharaons, de Jean-François Champollion, dans lequel le savant affirmait de manière péremptoire et inélégante que cet ouvrage aurait bien de la peine à prendre rang parmi les travaux intéressants sur l'Egypte

     Dans une lettre à son frère, concernant cette critique, Jean-François écrit le 21 juillet :

     Le rapport du jésuite est tel que je l'attendais : du venin sous du sucre; ne pouvant attaquer le fond, il se rejette sur la forme. C'est une chenille, qui, ne pouvant mordre et déchirer une plante, se contente de la couvrir de sa bave. Je ne suis point surpris de ce qui arrive. 

     Blessé, le frère aîné, installé très jeune à Grenoble, successivement bibliothécaire adjoint, puis bibliothécaire de la ville, professeur de littérature grecque, secrétaire puis doyen de la Faculté des Lettres, rédigea lui aussi pour le même Magasin encyclopédique une réfutation aux allusions malveillantes du vieil orientaliste.Ambiance ...

     Pour Jean-François Champollion, les échecs patents de de Sacy, d'Åkerblad et de Young étaient essentiellement dus à leur méconnaissance de la langue copte, mais aussi à leur manque de méthode : là où le Figeacois devenu Grenoblois à l'adolescence, puis Parisien pour parfaire ses études de langues orientales accumulait moulages, estampages et scrupuleuses copies manuscrites de ce qu'il estimait lui être utile dans ses recherches en tant que supports d'hiéroglyphes, ses prédécesseurs aînés dans la même tentative de déchiffrement se contentaient de la seule copie de la Pierre de Rosette, qu'ils considéraient comme le tout de l'écriture égyptienne.

     Aucun parmi ces savants n'avait pris conscience que les trois formes de l'écriture égyptienne antique, à savoir les hiéroglyphes, le hiératique et le démotique (tels que je les ai définis dans mon article de mardi dernier), appartenaient à un seul et unique système d'écriture; et que ce système était essentiellement composé, soit à 90 %, d'éléments phonétiques.

     Et c'est donc au dernier étage de la maison qu'il occupait avec son frère, au 28 de la rue Mazarine à Paris, dans ce qui fut, quelques années plus tôt, l'atelier du peintre Horace Vernet, que le 14 septembre 1822, Champollion eut l'illumination et la certitude suprêmes grâce à des reproductions de bas-reliefs provenant de temples égyptiens, celui d'Abou Simbel, notamment, réalisées par l'architecte Jean-Nicolas Huyot, celui-là même qui participa et acheva la construction de l'Arc de Triomphe.

     Sur une première feuille, Champollion reconnaît les signes et lit le nom de Ramsès; sur une seconde, celui de Thoutmes, le Thoutmosis des Grecs. Sa conviction est par là même confirmée : c'est bien en face d'un triple système d'écriture remontant à la plus haute antiquité qu'il se trouve. Il est de ce fait absolument, et à juste titre, convaincu que les hiéroglyphes expriment parfois les idées, parfois les sons de la langue égyptienne.

     Il n'eut de cesse d'immédiatement prévenir son frère : il tenait l'affaire ! A la fin du mois, la fameuse Lettre à M. Dacier concluait, pour un temps relativement court, ces longues années de recherches. 

     La publication et la lecture d'une partie de ce mémoire devant l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres déboucha chez lui sur une immense déception morale : l'envie, la petitesse qu'il avait déjà rencontrées tout au long de son parcours - et sa jeunesse bien sûr accroissait d'autant la hargne de ces doctes savants -, se mua très vite en haine, en inexcusables bassesses, en insupportables vilenies.

   Il est rare qu'il se produise une grande découverte sans que quelqu'un puisse prétendre, avec plus ou moins de raisons, l'avoir déjà entrevue. La découverte du radium par M. et Mme Curie aurait, dit-on, comme origine lointaine une remarque de M. Becquerel sur les sels d'urane... Il n'y a pas même une liaison de l'espèce entre les tentatives de Young et la découverte de Champollion (...) On ne saurait assez répéter que Young n'a pas réussi, avant Champollion, à lire, non pas deux lignes d'une inscription hiéroglyphique, mais pas un seul membre de phrase. Il n'a fait que deviner, avec un pourcentage de réussite plus élevé qu'on ne le trouve dans les tentatives antérieures, écrit en 1922 l'égyptologue Jean Capart dans le bulletin de l'Académie royale de Belgique.  
 

     Même si, dans un tout premier temps, ce Thomas Young que mentionne Capart y alla d'une élégante et gratifiante métaphore : le bruit peut bien courir qu'il a trouvé en Angleterre la clef qui a ouvert la porte et on dit souvent que le premier pas est le plus difficile, mais même s'il a emprunté une clef anglaise, la serrure était si effroyablement rouillée qu'aucun bras ordinaire n'aurait été assez fort pour la faire tourner, écrivit-il dans l'euphorie de l'instant, c'est bien à lui que l'on doit les premiers coups bas portés au déchiffreur. Il rédigea en effet un compte rendu, sous le couvert de l'anonymat, dans lequel il ne mâchait pas ses mots : on les aurait crus trempés dans le venin de l'aspic qui tua Cléopâtre !

     Très vite, il osa plus : dans un pamphlet publié quelques mois plus tard, au début de 1823, lui qui persistait à vouloir lire le nom de la reine Arsinoé quand Champollion avait bien  prouvé par son système qu'il s'agissait en réalité du terme "Autocrator", titre impérial en relation avec celui de César, il s'appropria purement et simplement l'intégralité des conclusions auxquelles le Français était arrivé, ne lui laissant - portion congrue de grand seigneur ! - que le "mérite" de les avoir développées.

     Mais il y eut aussi, et ce me semble peut-être encore plus grave, des traits vicieux, extrêmement malsains, tirés non pas de cette Angleterre qui n'était jamais que de l'autre côté du "Channel", mais de France. Ainsi Jomard.

     Edme-François Jomard (1777-1862), celui-là même qui avait remarquablement mené à bien l'édition de la monumentale Description de l'Egypte, le Jomard membre prestigieux de la non moins prestigieuse Académie des Inscriptions et Belles-Lettres marqua non seulement son mépris devant les résultats obtenus par le déchiffreur, car à ses yeux,  seuls ceux qui avaient fait partie de l'expédition de Bonaparte pouvaient prétendre à la connaissance, mais poussa même l'ignominie jusqu'à la dénonciation politique. Fort heureusement, et grâce à l'entremise d'un de ses protecteurs, le gentilhomme provençal Pierre-Louis Casimir de Blacas d'Aulps, que l'Histoire retiendra sous le nom de duc de Blacas, personnellement lié à Louis XVIIIl, Champollion bénéficia de la juste élégance du souverain de ne point accréditer d'aussi éhontés mensonges.

     Mais dans tous les milieux, les contempteurs veillaient, l'arme affutée. Ainsi y eut-il les catholiques - les "éteignoirs" comme il aimait à les nommer - avec, notamment Monseigneur de Frayssinous et un prélat, Raoul-Rochette, tout inquiets qu'ils étaient de ce que l'égyptologie naissante allait considérablement faire reculer la chronologie chrétienne admise par tous : il y aurait donc eu des hommes avant la naissance du Christ ? Balivernes ! Il fut dès lors patent que les assertions du petit provincial péchaient par manque de valeur scientifique. 

     Ainsi y eut-il aussi d'anciens condisciples aigris, qu'il avait côtoyés pendant ses études au Collège de France, en 1808 - 1809 : Saint-Martin, Letronne, Quatremère ..., hellénisants pour la plupart qui refusaient catégoriquement à l'Egypte de détrôner en un tournemain la jusqu'alors prépondérante suprématie grecque.    

      En janvier 1830 encore, un peu moins de trois ans avant sa mort, Champollion  écrit à Ippolito Rosellini (1800-1843) qui l'avait accompagné en Egypte, lors de l'expédition franco-toscane les deux années précédentes :

     J'ai parcouru ici une partie des pamphlets dont la clique a bien voulu me régaler pendant mon absence; cela est dégoûtant et vous sentez qu'on ne répond à cela que par le mépris et en continuant son chemin sans faire cas de tous ces moustiques. Ma Grammaire paraîtra à la fin de cette année : c'est la préface indispensable de notre voyage. Elle ne convertira pas, au reste, ceux qui combattent mon système et déprécient mes travaux, parce que ces messieurs ne veulent point être convertis et sont tous de la mauvaise foi la plus inique. Mais tout cela est dans l'ordre. Je les connais, j'y crache dessus et je passe.  

     Toutefois, il me plaît aussi d'ajouter que, lueur dans ce ciel français peuplé d'innombrables sycophantes qui avaient pris l'habitude de fondre sur lui tel un nuage de sauterelles sur les récoltes des rives du Nil, le 21 avril 1823, c'est avec une joie difficilement contenue qu'il s'était entendu dire, lors du discours d'ouverture de la première séance publique annuelle de la Société asiatique, à Paris, par le président d'honneur qui n'était autre que le duc Louis-Philippe d'Orléans en personne :

     La brillante découverte de l'alphabet hiéroglyphique est honorable non seulement pour le savant qui l'a faite, mais pour la Nation. Elle doit s'enorgueillir qu'un Français ait commencé à pénétrer les mystères que les Anciens ne dévoilaient qu'à quelques adeptes bien éprouvés et à déchiffrer ces emblèmes dont tous les peuples modernes désespéraient de découvrir la signification.

     A la fin de cette mémorable séance, le nouveau ministre de la Guerre, le maréchal Suchet, s'avançant vers Champollion lui lança, narquois et quelque peu accusateur : Les temps ont bien changé, mais j'espère que vous vous êtes réconcilié avec le nouvel état des choses.

     En un éclair, comprenant parfaitement la perfide allusion, Champollion dut entrevoir tout ce qu'ils étaient redevables, sa science et lui, à Napoléon. Mais dans un premier temps, la fuscine fut maniée par Chateaubriand qui, s'adressant à Suchet, le perça d'un magistral : Celui qui voit le soleil se lever devant lui ne peut guère pleurer la nuit qui disparaît !

     Et le Figeacois d'enchaîner : Pourtant, Excellence, en ma qualité de vieil Egyptien, j'ai toujours la moitié de mon moi dans le passé : je veux dire que mon coeur, tant qu'il battra dans ma poitrine, à côté du soleil que je salue avec gratitude, verra toujours briller les étoiles de la nuit qui m'ont éclairé, chacune avec sa lumière bien à elle.

     Manifestement, de semblables hommages auraient dû quelque peu le dédommager de tant d'attaques, de tant de calomnies passées. Mais jusqu'à son décès fin 1832 - et nous savons même, maintenant, que plusieurs de ses détracteurs ne déposèrent véritablement les armes que tout récemment -, Champollion eut à essuyer nombre de déconvenues, de refus de reconnaissance.

     Des Anglais, bien sûr, Young en tête, j'ai déjà eu l'occasion de le mentionner. Mais très vite, il faut bien le reconnaître, en septembre 1823 pour être précis, ce dernier annonce publiquement qu'il abandonne et ses invectives et ses recherches, estimant que Champollion en fait tant que désormais rien d'important ne peut plus lui échapper. Je considère donc mes études égyptiennes  comme terminées, conclut-il. 

     Malheureusement pour le philologue français, d'autres sujets de la perfide Albion dont Thomas Young s'était, bien malgré lui, fait le fourrier, ne baisseront pas la garde : savez-vous par exemple, ami lecteur, qu'il y a encore une vingtaine d'années, j'ai lu, sur certains panneaux explicatifs du British Museum, que Young était toujours considéré comme le premier déchiffreur ? 

     Et pourtant, le grand John Gardner Wilkinson, unanimement considéré comme le père de l'égyptologie britannique avait écrit, au lendemain du décès de Champollion, déjà :

     Personne ne peut apprécier mieux que moi l'inestimable talent de ce savant. Personne aussi ne saurait mesurer l'étendue de cette perte mieux que celui qui a été occupé si longtemps des mêmes études. Voici la fin des lumières que son savoir a pu jeter sur les hiéroglyphes. La torche est tombée à terre et personne n'est capable de la ramasser. Je crains beaucoup que sa mort ne soit le résultat des attaques peu généreuses qu'ont faites tant de personnes dernièrement en Italie, en Angleterre, en Allemagne et même en France, contre son système et sa réputation, mais j'espère que le monde sera assez juste pour lui accorder ce qui lui appartient. En effet, on ne saurait nier que l'étude des antiquités et de la langue égyptiennes ne doit ce qu'elle est qu'aux travaux de M. Champollion. 

     Justice lui est toutefois complètement rendue maintenant qu'une jeune génération d'égyptologues anglais a remis les pendules à l'heure. Big Ben sonne enfin correctement : Jean-François Champollion le Jeune est reconnu, de part et d'autre de la Manche, comme étant bien le "Père du Déchiffrement des Hiéroglyphes", comme étant bien celui qui rendit définitivement à l'Egypte la place qu'elle méritait dans les annales des civilisations antiques.

         En opposition à toute cette ambiance délétère, il y eut fort heureusement chez les savants du monde entier, les vrais savants, une sincère et infrangible reconnaissance de ses mérites, de sa pugnacité, de son génie en fait; une reconnaissance de sa prodigieuse découverte du déchiffrement de ces énigmatiques hiéroglyphes qui semblaient être un sceau mis sur les lèvres du désert, selon la formule de Chateaubriand à l'extrême fin de ses Mémoires d'Outre-Tombe; découverte qui allait ouvrir à l'Humanité tout entière, après quelque quinze siècles d'obscurité, la voie vers la lumière, la voie vers une incontestablement meilleure compréhension de la civilisation qui, pendant trois millénaires, avait vécu et s'était grandiosement développée sur les rives du Nil.


     Un homme disparaît, son cadavre est dans le sol.
     Tous ses contemporains ont quitté la terre.
     Mais l'écrit placera son souvenir dans la bouche 
     De celui qui le transmettra à une autre bouche. 

(Texte du Nouvel Empire relevé sur le Papyrus Chester Beatty IV)



(Andrews : 1993; Champollion : 1986, 476; et 1989; Goyon : 1989, 63-79; Hartleben : 1983, 193-268; Lacouture : 1988, 308-21; Vaillant : 1994, 71-5)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en France
commenter cet article

commentaires

La passante 16/09/2008 08:05

On trouve tout sur les blogs : des poetes, des rêveuses, et même des egyptologues très distingués.
N'ai point aperçu de ratons laveurs, seraient-ils en hibernation ?

Bien cordialement

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages