Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 23:00

Thèbes, 24 novembre 1828.

     (...) Le 16 au soir, nous arrivâmes enfin à Dendéra. Il faisait un clair de lune magnifique, et nous n'étions qu'à une heure de distance des temples : pouvions-nous résister à la tentation ? Je le demande aux plus froids des mortels ! Souper et partir sur-le-champ furent l'affaire d'un instant : seuls et sans guides, mais armés jusques aux dents, nous prîmes à travers champs, présumant que les temples étaient en ligne droite (...) Nous marchâmes ainsi, chantant les marches des opéras les plus récents, pendant une heure et demie sans rien trouver.  (...) 

   Les temples nous apparurent enfin. Je n'essaierai pas de décrire l'impression que nous fit le grand propylon et surtout le portique du grand temple. On peut bien le mesurer, mais en donner une idée, c'est impossible. c'est la grâce et la majesté réunies au plus haut degré. Nous y restâmes deux heures en extase, courant les grandes salles avec notre pauvre falot, et cherchant à lire les inscriptions extérieures au clair de la lune. On ne rentra qu'à trois heures du matin pour retourner aux temples à sept heures. C'est là que nous passâmes toute la journée du 17. 

     Ce qui était magnifique à la clarté de la lune l'était encore plus lorsque les rayons du soleil nous firent distinguer tous les détails. Je vis dès lors que j'avais sous les yeux un chef-d'oeuvre d'architecture, couvert de sculptures de détail du plus mauvais style. N'en déplaise à la Commission d'Egypte, les bas-reliefs de Dendéra sont détestables, et cela ne pouvait être autrement : ils sont d'un temps de décadence. La sculpture s'était déjà corrompue, tandis que l'architecture, moins sujette à varier puisqu'elle est un art chiffré, s'était soutenue digne des dieux de l'Egypte et de l'admiration de tous les siècles.     

(Lettre de Jean-François Champollion à son frère, dans Lettres et journaux écrits pendant le voyage d'Egypte, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1987, pp. 152-3) 


Congés de Toussaint en vue, en Belgique : ce sera donc relâche et petit séjour hors pays ...
Je vous donne ainsi rendez-vous le mardi 4 novembre prochain.
Bonne semaine à tous ... 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en textes
commenter cet article

commentaires

Jean-Claude 02/11/2008 21:39

Merci pour cet éclairage : j’y vois maintenant plus clair !

S’il est vrai que je me doutais quelque peu du contenu de ta réponse, elle m’aura clairement (!) permis de découvrir de quelle manière ces gravures murales de Dendera de « l’après Bonaparte » (et tant d’autres sans doute) peuvent être sujettes à d’erronées interprétations… et permis tout autant de rafraîchir mes connaissances en langue anglaise et allemande… par le biai de ce site de l’allemand Frank Dörnenburg.

A bientôt, et au plaisir de continuer à lire (ou plutôt à fouiller davantage dans) ton excellent blog (ce mot n’est sans doute pas à la hauteur de ce qu’il contient).

lady_en_balade 27/10/2008 21:36

Une fois de plus, ce qui me frappe, c'est la fougue et l'enthousiasme de Champollion ...

Richard LEJEUNE 02/11/2008 15:41



Et oui, chère Lady : non seulement, il n'a jamais que 38 ans à l'époque, mais en outre, ce voyage constitue l'aboutissement de nombreuses et
épuisantes années de recherches : il peut enfin, de temple en temple, de monument gravé en monument gravé, se prouver - s'il en était encore besoin - que le système qu'il a découvert lui
permet de lire (presque) sans difficultés une écriture vieille de plusieurs millénaires et d'ainsi "clouer le bec" à tous ses détracteurs.
On serait "excité" à moins, non ? 



Jean-Claude 26/10/2008 08:55

Cher Richard,
je lis que Champollion a écrit "N'en déplaise à la Commission d'Egypte, les bas-reliefs de Dendéra sont détestables..."
et je lis également (http://www.cirac.org/infos-fr/denderah.htm) que, "dans les chambres souterraines du Temple de la déesse Hathor à Denderah en Egypte, on trouve sur les murs de curieux bas-reliefs représentant des objets techniques ressemblant étrangement à de grosses lampes électriques".
Qu'en est-il ? Parle-t-on des mêmes bas-reliefs? Les Egyptiens maîtrisaient-ils réellement l'électricité, comme le prétend ce site? Et donc, ces bas-reliefs ne méritaient pas d'être qualifiés de détestables? Ou faut-il verser ce site dans la liste des sites auxquels il est préférable de ne pas accorder sa confiance?
Bon congé de Toussaint!!!

Richard LEJEUNE 02/11/2008 15:32



Plusieurs points, Jean-Claude, pour répondre à ton commentaire.

1. Quand Champollion écrit que les bas-reliefs de Dendera sont détestables, il émet une appréciation personnelle que l'on retrouve dans l'ensemble de ses textes : les temples d'époque
gréco-romaine sont restés architecturalement parlant de tradition égyptienne, donc à ses yeux, d'excellente facture, tandis que les bas-reliefs sculptés qui font allusion soit aux Ptolémées,
soit aux empereurs romains qui se sont auto-proclamés souverains d'Egypte sont l'exemple même (toujours selon son point de vue) de la décadence esthétique inhérente à toute occupation
étrangère. C'est simplement cela qu'il exprime et explique d'ailleurs dans les quelques dernières lignes de l'extrait que tu as lu ci-dessus; et dans d'autres que je publierai par la suite.
C'est, chez lui, une constante.
Libre à nous, maintenant, d'être ou non d'accord avec cette assertion un peu péremptoire ...

2. En parlant de "décadence", il ne fait nullement allusion aux gravures murales présentées sur le site que tu indiques. Pour une raison très simple : il n'aurait pas pu
les voir dans la mesure où, au début du XIXème siècle encore, beaucoup de monuments de cette Egypte pratiquement "oubliée" depuis la fin de la domination romaine étaient toujours
partiellement ensablés. Il faudra patienter que l'archéologie naissant après l'Expédition de Bonaparte y dégage les trésors que nous connaissons et apprécions actuellement.

3. Tu n'es évidemment pas sans ignorer qu'Internet brasse à la fois de l'excellent (mon blog, par exemple ....) et de l'exécrable; et que tout doit y être pris avec les brucelles de la
réflexion.
Le côté absolument loufoque du site que tu m'as proposé de visiter n'a d'égal que son pendant de véracité : l'auteur, en effet, se donne l'apparence d'une certaine scientificité en
puisant d'indiscutables éléments avérés chez d'éminents égyptologues, mais qu'insidieusement il présente en mettant ses phrases au futur et en les assortissant d'adverbes destinés à laisser
planer un certain doute  (je reprends textuellement ses propos ) :

- " l'égyptologue traditionnel expliquera probablement ainsi ..."
- " il ajoutera certainement ..."

Bref, sa façon de rédiger, extrêmement vicieuse, fait la part belle à sa thèse qui, par parenthèses, n'est nullement la sienne et qu'il a en partie puisée chez un certain Frank Dörnenburg
qui n'a de cesse, quant à lui, de terminer son article en démolissant cette interprétation donnée aux bas-reliefs de la crypte du temple d'Hathor de Dendera.
http://doernenburg.alien.de/alternativ/dendera/dend00_e.php 

Il est bien certain qu'aucune technologie électrique n'existait à l'antiquité et que ces représentations d'ophidiens que l'on voit sur le mur sud de la salle souterraine sont des allusions
aux mythes, aux symboles magico-religieux ayant notamment le serpent comme allégorie de départ. Serpent qui, tu en conviendras facilement, faisait partie de leur quotidien dans le désert ou les
marais nilotiques.

J'espère, mon cher Jean-Claude, avoir le plus sereinement possible répondu à tes questions. Si non, nous pourrons toujours continuer cet intéressant débat dans les prochains jours.



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages