Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 00:00


     Les fêtes de fin d'année étant déjà (presque) de l'histoire ancienne, je vous convie dès aujourd'hui, ami lecteur, à reprendre sans plus tarder notre visite des salles du circuit thématique du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.

      "Sans plus tarder", mais permettez-moi néanmoins, d'emblée, de réitérer l'esprit des voeux qu'à votre intention j'avais formulés dans mon dernier billet de cette année 2008 qui a vu naître le présent blog : puisse l'an neuf concrétiser non seulement vos souhaits les plus quotidiens, les plus anodins, mais aussi (surtout ?) les plus fous.

     Puisse - comme m'en a judicieusement rappelé la formule égyptienne dans un commentaire que m'a adressé, pendant ces vacances, un de mes précieux et plus fidèles lecteurs -, s'ouvrir pour vous une belle année 2009 ...




     Puissent les 360 jours qui s'annoncent pleinement rencontrer votre attente et nous permettre, à vous, toujours plus nombreux, comme à moi, toujours plus heureux, de poursuivre cette aventure qui, pour ce qui me concerne, reste véritablement un réel plaisir, à savoir : notre déambulation virtuelle à travers les salles de ce prodigieux département de l'aile Sully.


     Sur le mur nord, à gauche de l'entrée de cette salle 4 dédiée aux travaux des champs, parallèles donc à la reconstitution de la chapelle d'Ounsou qu'ensemble nous avons visitée différents mardis, du
25 novembre au 16 décembre derniers, ont été disposées deux vitrines portant les numéros 5 et 6, plus spécifiquement dévolues au régime juridique de la terre égyptienne.




VITRINE  5

     Dans celle-ci nous sont présentés quatre contrats rédigés aux XXVème et XXVIème dynasties, soit tout à la fin de l'histoire pharaonique proprement dite, à la Basse Epoque donc, comme la définissent les égyptologues, juste avant la première domination perse.

     Permettez-moi de profiter de ce premier article de 2009, pour simplement rappeler que, dès la création de ce blog, j'ai tenu à vous proposer, ami lecteur, une chronologie
de l'Histoire égyptienne qui, si elle peut parfois différer de ce que vous rencontrez en feuilletant l'un ou l'autre ouvrage spécialisé - tous ou presque étant assortis de tableaux de ce genre qui varient parfois considérablement selon leur concepteur -, n'en demeure pas moins un canevas de base qui vous permet  de visualiser sur une ligne du temps quelque peu fictive les époques auxquelles, d'article en article, je fais ici allusion.

     "Basse Epoque", viens-je de préciser. Et le détail est d'importance, à tout le moins pour ce qui concerne la graphie de ces quatre documents : l’écriture hiéroglyphique en effet, celle des textes religieux et régaliens, que le pays a connue durant les quelque trois millénaires et plus qu’a durés cette civilisation a bien évidemment évolué; et les graphies cursives que les scribes ont utilisées pour écrire sur leurs papyri comme sur leurs ostraca, ont également connu des modifications non négligeables.

     Rappelez-vous : dans le deuxième
des quatre articles qu'en septembre dernier j'avais consacrés à la bien sympathique petite ville médiévale de Figeac, dans le Quercy, à son extraordinaire musée tout entier tourné vers la diversité des écritures du monde, mais aussi, inévitablement, aux deux frères Champollion, j'ai déjà eu l'opportunité de préciser que l'écriture cursive démotique - celle que vous retrouvez au centre de la célèbre Pierre de Rosette -, fut inventée dans le but de faciliter la rédaction de communications courantes; et notamment des différents contrats juridiques, tels ceux exposés ici.

     Ce que les philologues nomment "écriture démotique", (en grec, le terme  demos fait référence au peuple), constituait en fait l'abrégé, employé à partir du milieu du VIIème siècle A.J.-C., d'une autre écriture cursive, de toute éternité celle-là, le "hiératique", dérivant pour sa part directement des premiers signes hiéroglyphiques de l'Ancien Empire. 

     Indubitablement, les très nombreux documents libellés dans ces cursives, hiératique et démotique, représentent pour les égyptologues un fonds extrêmement précieux dans la mesure où, abordant tous les domaines de la vie quotidienne, ils évoquent des sujets que les hiéroglyphes traditionnels, parce qu’exclusivement réservés aux documents officiels et religieux, comme je l'ai souligné ci-avant, ne s’autorisaient jamais. En outre, ils fournissent un appréciable nouvel éclairage concernant la rédaction, très formelle, de ces contrats et actes de droit privé; sans oublier d'épingler le fait qu'ils révèlent l’importance croissante que les rapports juridiques ont prise dans la société égyptienne du temps.

    En effet, en se référant au corpus papyrologique existant, force est de constater que la documentation juridique égyptienne de Basse Epoque se compose essentiellement de contrats, d'actes privés, et que manquent cruellement des documents faisant état de passages devant la Justice; alors que précédemment, au Nouvel Empire par exemple, il n'en était pas du tout ainsi : pléthore de témoignages nous permettant de mieux appréhender l'organisation judiciaire et pénurie de papyri juridiques privés.  


     Ce seront donc quatre contrats de droit privé que nous rencontrerons dans cette vitrine 5; mais nous n'aborderons aujourd'hui que deux d'entre eux, situés dans sa partie inférieure.

     Le premier, un acte de prêt de blé (E 3228), papyrus exposé en bas à droite, d’une largeur de 44 cm et d'une hauteur de 23, 5 cm, datant de la XXVème dynastie (aux environs de 704 A.J.-C.), fit partie de l’ancienne collection Anastasi.

 

 

     Il nous apprend que :

     "Le 25 du troisième mois de la saison de l’inondation de la treizième année [il ne spécifie malheureusement pas sous le règne de quel pharaon il s’agit], en ce jour, le prêtre funéraire Padibastet, fils de Padiimenipet a déclaré au prêtre d’Amon et scribe de la correspondance du roi, Neskhonsouounnekh, fils de Djedhor : "Je te donnerai 22 sacs et demi de blé mesuré en boisseau domestique le 30 du quatrième mois de la saison de l’inondation de cette treizième année. Si je ne respecte pas ce délai, ces 22 sacs et demi porteront régulièrement intérêt à partir de l’an 13 ... je te les remettrai sans contestation. Aussi vrai qu’Amon vit et que le roi vit, qu’il est en bonne santé et qu’Amon lui accorde la victoire, je ne reviendrai pas sur cet engagement."

     Suivent les attestations de sept témoins qui, chacun, ont inscrit de leur propre main, un résumé de l’acte. Un regard attentif jeté sur ce contrat vous convaincra facilement, ami lecteur, qu'il a été entièrement biffé : probablement parce que les clauses qu’il stipulait avaient été scrupuleusement honorées.
 

     Je dois à la vérité de préciser que, contrairement aux différents textes gravés sur la dyade d'Ounsou et de son épouse, qu'en partie je vous avais traduits le 16 décembre, je ne suis nullement habilité, n'ayant pas poursuivi d'études dans ce sens, à lire, comprendre et traduire les écritures cursives hiératique et démotique. Je m'en réfère donc aux traductions proposées par des égyptologues patentés (scientifiquement définis comme "hiératisants" et "démotisants"), auxquels je fais entièrement confiance et qu'il me plaît de mentionner dans mes références infra-paginales.

     Enfin, permettez-moi de convier ceux dont l'esprit serait encore quelque peu embrouillé par les derniers effluves des agapes de fin d'année, à se reporter à cet article du 25 novembre dernier, notamment : j'y ai en effet déjà longuement expliqué en quoi consistait les différentes saisons égyptiennes, précisant à la fois leur début et leur fin en rapport avec les mois de notre calendrier actuel. Ce qui permettra à tout un chacun de mieux comprendre ce à quoi correspond une notation calendérique telle que celle mentionnée d'entrée dans ce document.  

 


     A la gauche de cet acte de prêt de blé est exposé un autre papyrus, de 27 cm de haut sur 24 de large, acquis en 1885 de la collection Eisenlohr : il s’agit d’un contrat de métayage (E 7836) datant du règne du pharaon Amasis, de la XXVIème dynastie. Définissant les modalités de location d’un champ, il prend acte du fait qu'un certain Padimontou reconnaît avoir loué le terrain sus-mentionné afin de le cultiver à la place de son propriétaire initial.




     "En l’an 35 du roi Amasis [soit 535 A.J.-C.], le troisième mois de la saison de la moisson, le cultivateur du domaine du dieu Montou, Padimontou, fils de Paouahimen, a déclaré au prêtre funéraire Irtoutchai, fils de Djedkhi : «Tu m’as loué ton champ que l’on t’a donné pour assurer le culte funéraire du prêtre d’Amon, le roi des dieux, Irethorrou fils de Diskhonsou; champ situé sur la haute terre de l’étable de la ferme du lait d’Amon, appelé Tasébi, et limité à l’ouest par le champ de Khabsenkhonsou. »

Quand viendra le temps de la récolte en l’an 36, nous ferons deux parts de toutes les céréales et de tout le fourrage produits, une pour toi et une pour moi et mes associés. Nous nous acquitterons de l’impôt du temple d’Amon, qui nous incombe à tous deux. Gains et pertes sont à partager entre nous deux.


Ecrit
[= signé] par Neshor fils de Padihorresné, le chef de la nécropole [en tant que notaire], par Dikhonsououiaout, fils de Padihorresné et par Nespaséfi, fils de Paouahhor [= en tant que témoins]."


     Mardi prochain, ensemble, nous nous pencherons sur les deux papyri de la partie supérieure de cette même vitrine.


(Andreu/Rutschowscaya/Ziegler : 1997, 188-9; Malinine : 1951 1, 157-78; Ziegler : 1982, 279)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Merci pour ces explications si précises qui répondent amplement à mes interrogations. J'en profiterai pour me remettre en mémoire tes articles d'octobre et novembre dernier : je n'avais pas établi cette relation entre le culte funéraire alimentaire et la logique nécessité de produire dès lors les victuailles nécessaires à l'alimentation du défunt ... du personnel ... et des prêtres.
Répondre
J
Cher Richard,<br /> <br /> j'ai lu avec beaucoup d'intérêt et attention ces deux contrats de droit privé qui permettent effectivement d'appréhender l'organisation de la Justice dans la société égyptienne de la Basse Epoque.<br /> <br /> Le premier est intitulé "acte de prêt de blé". Sans vouloir jouer avec les mots,pourquoi "prêt" alors qu'il me paraît plutôt s'agir d'un don (je te donnerai...) ? Et pourquoi ce "don" ?<br /> <br /> Quant au 2ème, le contrat de métayage, dans lequel Padimontou reconnaît avoir loué un terrain afin de le cultiver à la place de son propriétaire initial, le prêtre funéraire Irtoutchai, je ne comprends pas bien l'explication "pour assurer le culte funéraire du prêtre d’Amon". Que veut dire le scribe par ces mots ? <br /> <br /> D'avance merci.
Répondre
R
<br /> <br />      Je suis ravi, mon cher Jean-Claude, de ta lecture approfondie d’un article relativement "ingrat" et qui, à mon sens, en rebutera plus d’un.<br /> Et pourtant, la description des deux vitrines 5 et 6 en entraînera encore d’autres, et de la même veine !<br /> <br /> <br /> Par ordre, et pour répondre à tes deux questions.<br /> <br /> <br />      1. Extrêmement judicieuse que cette première interrogation. En effet, dans le catalogue de l’exposition au Grand Palais, à Paris,<br /> Naissance de l’Ecriture, publié en 1982 par Christiane Ziegler - et dont j’ai indiqué la référence en fin d’article -, la traduction proposée pour ce papyrus E 3228, exactement intitulée<br /> "Acte de prêt de blé" par l’égyptologue qui l’a réalisée est assortie, immédiatement après les termes : Je te donnerai, d’un point d’interrogation mis entre parenthèses que,<br /> pour ne pas compliquer les choses, je n’ai pas repris dans mon article. J’ajoute que l’égyptologue en question n’a pas cru bon de commenter son point<br /> d’interrogation.<br /> <br /> <br />      Tu as donc parfaitement mis le doigt sur l’opposition sémantique entre les deux termes.<br /> <br /> <br />      Je ne vois, pour ma part - et sans être nullement péremptoire sur ce que j’avance -, qu’une seule explication : ce point d’interrogation et<br /> le titre qu’il donne au document sont là pour "rectifier" la formulation initiale dans la mesure où - (et là, tu m’amènes à anticiper sur un article à paraître le 27 janvier prochain, en relation<br /> avec l’histoire juridique de la terre d’Egypte) -, Pharaon est, en droit, seul possesseur (avec les dieux qui l’ont créé, certes) du territoire égyptien. Dont, par pur privilège, il peut, selon<br /> les degrés de sa générosité, en distribuer une partie à de fidèles fonctionnaires, à des courtisans, à des temples ... tout en en restant néanmoins officiellement l’unique propriétaire.<br /> D'où l'emploi du terme "prêt", plutôt que "don" par les égyptologues pour caractériser ce document. <br /> <br /> <br />      2. Quant à ta deuxième question, elle fait directement référence à ce sur quoi, avec les articles consacrés à la chapelle funéraire<br /> d’Akhethetep, à sa table d’offrandes, à la stèle fausse-porte et aux porteuses d’offrandes, je me suis longuement épanché en octobre et novembre derniers, à savoir le renouvellement régulier<br /> des aliments et des boissons nécessaires à sa survie qu’attendait tout défunt de la part de ses proches, son fils aîné en tête.<br /> <br /> <br />      Rappelle-toi que j’ai aussi expliqué à l’époque que, incertain d’être assuré pour l’éternité de ces vivres déposés sur sa table d’offrandes,<br /> le défunt faisait représenter sur différentes parois de sa chapelle funéraire des scènes figurant ici un repas, là les travaux des champs, ou le défilé des porteuses d’offrandes, voire même un<br /> "menu", etc., de manière que, par la magie de l’image, il puisse continuer à bénéficier dans l’au-delà de ce qui avait constitué sa nourriture ici-bas.<br /> <br /> <br />      Mais il est bien évident que pour que ce culte funéraire alimentaire puisse exister, pour que cette nourriture puisse lui être indéfiniment<br /> adressée, il fallait pouvoir la produire. D’où l’importance d’un domaine affecté à l’exécution de ce culte dont la production servait, non seulement à assurer l’alimentation du défunt, mais aussi<br /> celle du personnel qui cultivait les terres et des prêtres chargés de l’entretien de sa tombe.<br /> <br /> <br />      Et c’est précisément d’une relation de cet ordre dont il s’agit ici, avec le papyrus E 7836.<br /> <br /> <br /> <br />
L
Un aspect intéressant du quotidien, mais par goût, j'avoue préférer vos articles concernant la poésie ou l'histoire, Richard.<br /> <br /> Permettez moi de vous souhaiter une très belle année à venir et un succès grandissant pour Egyptomusée !<br /> Bises amicales
Répondre
R
<br /> <br /> Un grand merci pour vos voeux, chère Lady.<br /> <br /> Je vous comprends bien évidemment quant à vos goûts et vos choix ...<br /> Mais, et en cela suivant simplement la présentation voulue par les Conservateurs pour chacune des vitrines qui se succèdent de salle en salle dans ce Département des Antiquités<br /> égyptiennes du Louvre, je me dois d'évoquer l'ensemble de la civilisation : l'Amour, avec un grand A, comme également, pour ce cas précis, l'administration, avec un petit a.<br /> Et soyez assurée que les Egyptiens de l'Antiquité, comme nous tous par ailleurs, s'ils ne pouvaient se passer du premier, ne devaient certes pas dédaigner le second<br /> ...      <br /> <br /> <br /> <br />
J
Bonjour,<br /> <br /> Ceci n'est pas un commentaire sur l'article, mais plutôt un appel à l'aide.<br /> Je suis une connaissance de Cecile Vandermeulen qui m'a aimablement renseigné votre blog.<br /> Mon fils élève en rhétorique doit réaliser un travail de fin d'étude intitulé "Akhénaton, mythe ou réalité?". Seriez vous d'accord de répondre à quelques questions pour l'aider à enrichir son travail de manière notable.<br /> D'avance merci<br /> Jean-Marc Gathy
Répondre
R
<br /> <br /> Rendez-vous sur votre adresse mail privée.<br /> <br /> <br /> <br />
L
De retour de mon périple Californien je te remercie pour tes voeux et je continuerais en cette année 2009 à suivre tes "déambulation virtuelle à travers les salles de ce prodigieux département de l'aile Sully"/<br /> Bonne année.
Répondre
R
<br /> <br /> Merci à toi, L.-p., fidèle parmi les fidèles ...<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : D' EgyptoMusée à Marcel Proust- Le blog de Richard LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages