Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 00:00

  
     Alors que dans la Cour carrée du Louvre, on peut l'admirer en pied :



à Berlin, à l'Altes Museum, uniquement la tête :

 



comme d'ailleurs au British Museum de Londres :


samedi dernier, ami lecteur, prenant prétexte du portrait virtuel que l’égyptologue Sally Ann Ashton voudrait nous voir accepter comme étant celui de Cléopâtre, dernière reine lagide ayant gouverné le pays du Nil avant qu’il devienne Province romaine,


j’avais, dans cette catégorie "L’Egypte en textes" choisi de vous proposer la relation que fit l’écrivain grec Plutarque (vers 50 - vers 125 de notre ère) de la rencontre de la reine avec le général romain Marc Antoine.


     C’est aujourd’hui à ce même Plutarque que je compte faire appel pour vous donner à lire la narration, plus que romanesque, mais combien tragique, des derniers moments de ce couple devenu mythique.


     Toutefois, j’aimerais en préambule, ajouter quelques considérations générales.


     Comme j’ai eu déjà l’occasion de le laisser sous-entendre dans l’article du 24 janvier, nous ne connaîtrons probablement jamais la véritable Cléopâtre : fragmentaires, malaisées à analyser ou, à tout le moins, à interpréter afin de distinguer le vrai du faux, les sources écrites anciennes à notre disposition, bien postérieures le plus souvent à son règne, ressortissent au domaine de la propagande pure et simple au seul profit de Rome, et plus spécifiquement d’Octave, neveu et héritier de Jules César; cet Octave que, par parenthèses, Plutarque appelle aussi César, et qui, sous le nom d’Auguste, devint en 27 A.J.-C., le premier des empereurs romains. 


     De sorte que tous, Suétone, Appien, Plutarque lui-même, pourtant le plus vraisemblable, brossent d’elle un portrait bien peu empreint de véracité : celui d’une incontestable ennemie de Rome.


     D’autres forcent encore le trait en lui faisant porter le fardeau de toutes les turpitudes, fussent-elles de moeurs ou de mentalité. Ainsi Properce et Pline la désignent-ils comme une putain royale (regina meretrix); Dion Cassius, dans son Histoire romaine insiste-t-il sur ses moeurs dissolues; et Lucain de la traiter de Déshonneur de Rome, dedecus Aegypti (
opprobre de l'Egypte) et de Obscena de matre (mère débauchée) ...


     Et l’Egypte elle-même devint, sous leur plume, un décor de théâtre, de légendes, un pays de mille et une nuits, de mille et une orgies.

    
     Bien peu crédibles, donc, ces "historiens" antiques !
 

     Certes, l’embryon de vérité qu’à notre époque les égyptologues s’efforcent de mettre au jour à partir de nouveaux documents que l’on exhume m’oblige à reconnaître qu’elle fut une femme extrêmement ambitieuse que vraisemblablement rien n’arrêta dans sa volonté d’arriver à ses fins, c’est-à-dire de conserver, voire même d’accroître son pouvoir : après avoir successivement, très jeune, épousé deux de ses demi-frères, après avoir succédé à son père sur le trône d’Egypte à la suite de sanglantes querelles fratricides éliminant les prétendants mâles, elle décide de séduire Rome, Jules César en tête, alors général quinquagénaire afin de continuer à assouvir politiquement sa propre soif de puissance.


     Après avoir été contrainte de quitter la capitale romaine où elle résidait au moment de l’assassinat de son protecteur et amant, en 44 A.J.-C., fuyant ainsi les guerres civiles qui déchirèrent la ville après ce meurtre, elle rentra en Egypte avec le petit Césarion, fruit de ses amours tapageuses, bien décidée à poursuivre sur la voie qu’elle s’était tracée.


     Elle eut donc besoin de l’appui d’un nouveau général romain : et ce fut Marc Antoine que, comme l’écrivit Plutarque, elle subjugua totalement.
De ses nouvelles amours naquirent des jumeaux, Alexandre-Hélios et Cléopâtre (VIII)-Séléné; puis un petit dernier, Ptolémée-Philadelphe. Tout allait donc pour le mieux, ou presque, dans le meilleur des mondes possibles ... jusqu’à ce qu’Octave, rival d’Antoine, mette définitivement un terme à cette romantique et politique ascension : à la bataille d’Actium, le 2 septembre 31 A.J.-C., sa flotte mit à mal celle d’Antoine et de Cléopâtre.


     L’avenir dès lors ne s’annonça plus sous d’aussi heureux auspices : Octave, bientôt Auguste, devenait le seul maître de Rome. Il pouvait ainsi "inventer" la notion d’empire à la tête duquel il serait le tout premier.


     C’est précisément cette déconfiture des deux amants que relate Plutarque dans ce nouvel extrait des Vies parallèles qu’aujourd’hui, ami lecteur, je vous propose de découvrir ensemble.



     Au point du jour, Antoine disposa lui-même son armée de terre sur les collines avant de la cité et il regarda ses navires qui avaient levé l’encre et se portaient contre ceux des ennemis; il attendit sans bouger de les voir passer à l’action. Dès qu’ils furent près des vaisseaux de César [comprenez : Octave], ils les saluèrent de leurs rames et, les autres leur ayant rendu leur salut, ils se rallièrent à eux; tous les bâtiments se réunirent et ne formèrent plus qu’une flotte qui cingla vers la cité, la proue tournée contre elle.

     Aussitôt après avoir assisté à cette scène, Antoine fut abandonné par ses cavaliers qui passèrent à l’ennemi et il fut vaincu par son infanterie. Il se replia dans la cité criant que Cléopâtre l’avait livré à ceux à qui il avait fait la guerre à cause d’elle.

     Craignant sa colère et son désespoir, Cléopâtre se réfugia dans le tombeau, dont elle fit baisser les herses, (...)
puis elle envoya annoncer à Antoine qu’elle était morte. Il crut ce message et se dit : "Qu’attends-tu encore, Antoine ? La Fortune t’a enlevé la seule raison qui te restait pour aimer la vie." Il entra dans sa chambre et, détachant et ouvrant sa cuirasse, il s’écria : "Cléopâtre, ce qui m’attriste, ce n’est pas d’être privé de toi, car je vais te rejoindre à l’instant, c’est de m’être montré, moi, un si grand général, inférieur en courage à une femme."

  

     Il avait un serviteur fidèle, nommé Eros, qu’il avait supplié depuis longtemps de le tuer s’il le lui demandait. Il lui ordonna de tenir sa promesse. Eros tira son épée et la brandit comme pour frapper son maître mais, quand celui-ci détourna la tête, il se tua.


     Il tomba aux pieds d’Antoine qui s’écria : "C’est bien, Eros; tu n’as pas été capable d’agir toi-même, mais tu m’enseignes ce que je dois faire."


     Il se frappa au ventre et se laissa tomber sur le lit. Sa blessure ne causa pas aussitôt sa mort; dès qu’il fut couché, le sang s’arrêta de couler. Quand il eut repris conscience, il supplia les assistants de lui trancher la gorge, mais ils s’enfuirent de la chambre, le laissant crier et se débattre jusqu’à l’arrivée du secrétaire Diomède, que Cléopâtre avait chargé de transporter Antoine auprès d’elle dans le tombeau.


     Apprenant que la reine était vivante, Antoine pria instamment ses serviteurs de le soulever et de le porter dans leurs bras jusqu’à l’entrée du tombeau. Cléopâtre n’ouvrit pas les portes; elle se montra à une fenêtre d’où elle jeta des cordes et des chaînes. On y attacha Antoine et elle le hissa, avec l’aide de deux femmes, les seules personnes qu’elle avait admises avec elle dans le tombeau. On ne vit jamais, d’après les témoins, spectacle plus pitoyable que celui-là. Antoine fut hissé, inondé de sang et agonisant : il tendait les bras vers Cléopâtre tandis qu’il était suspendu en l’air. Ce n’était pas une tâche facile pour des femmes; Cléopâtre s’agrippait des deux mains à la corde, le visage crispé, pour le faire remonter à grand-peine, tandis que ceux qui étaient en bas l’encourageaient et partageaient son angoisse. Elle parvint ainsi à l’introduire dans le tombeau.


     Alors elle le coucha, déchira ses vêtements sur lui, puis, se frappant la poitrine et la meurtrissant de ses mains, elle essuya avec son visage le sang du blessé qu’elle appelait son maître, son époux, son imperator; dans sa pitié pour les malheurs d’Antoine, elle en oubliait presque les siens.


     Antoine fit taire ses lamentations et demanda à boire du vin, soit qu’il eût soif, soit qu’il espérait ainsi en finir plus rapidement. Après avoir bu, il conjura Cléopâtre de veiller à son salut si cela lui était possible sans déshonneur. (...) Quant à lui, elle ne devait pas le pleurer, dans cette ultime vicissitude, mais l’estimer heureux pour les biens qu’il avait obtenus, puisqu’il avait été le plus illustre et le plus puissant des hommes et que la défaite qu’il subissait à présent, lui Romain, d’un autre Romain, ne manquait pas de noblesse. (...)


     Beaucoup de rois et de généraux voulaient ensevelir Antoine, mais César ne priva pas Cléopâtre de son corps; elle l’enterra de ses propres mains, à grands frais, de manière royale, et on lui donna pour cela tout ce qu’elle voulut. (...)


     Après avoir exhalé ses lamentations, elle couronna le tombeau et l’embrassa, puis se fit préparer un bain. Elle se baigna, s’allongea et prit un déjeuner magnifique. Alors un homme arriva de la campagne avec un panier. Les gardes lui demandèrent ce qu’il contenait : il l’ouvrit, écarta les feuilles et leur fit voir que la corbeille était pleine de figues.
(...)


     L’aspic, dit-on, avait été apporté avec les figues et caché sous les feuilles; tel était l’ordre de Cléopâtre qui voulait que l’animal l’attaquât sans même qu’elle le sût. Mais en enlevant les figues, elle le vit et s’écria : "Il était donc là", puis elle dénuda son bras et l’exposa à la morsure. Selon d’autres, elle gardait l’aspic dans un vase; elle l’agaça et l’excita avec un fuseau d’or, si bien qu’il sauta sur elle et se planta dans son bras. La vérité, personne ne la connaît. (...) 


     César, bien que vivement contrarié par la mort de cette femme, admira sa noblesse et fit enterrer son corps avec Antoine; les obsèques furent brillantes et royales.


(...)


(Plutarque : 2001, 1733 sqq.



      Le mythe, ensuite, s’empara de ce couple et alimenta la littérature, la peinture, la sculpture et le cinéma. Et depuis ce 29 janvier, dernier avatar d’une bien pathétique histoire, il va probablement faire courir le Tout Paris à la comédie musicale que Kamel Ouali présente au Palais des Sports ...


(Merci à Y.M. qui m'a permis de reprendre de son blog : http://egyptianeye.blogspot.com le cliché qu'il réalisa de la statue de Cléopâtre, de François Fannière, que vous rencontrez dans la Cour carrée du Musée du Louvre.) 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en textes
commenter cet article

commentaires

Francois 05/02/2009 09:15

Je ne savais pas qu'il était possible de prendre des photos au Louvre ? Est-ce que c'est le cas ou ce sont des photos issus de livres ou autres ?

Richard LEJEUNE 05/02/2009 12:02




 


Je ne sais si vous faites allusion aux photos de cet article précis, ou de celles qui émaillent mon blog en général. Je vais donc essayer d'être clair et
d'embrasser le plus simplement possible l'ensemble du sujet.

Dans un premier temps, je vous répondrai qu'il est tout à fait autorisé de photographier à l'intérieur du Louvre, pour autant que l'on n'y emploie pas de flash ! 
Par parenthèses, puis-je vous conseiller de jeter un oeil à l'article dont référence ci-après, sur l'excellent blog de "Louvre-passion" ?

(http://louvre-passion.over-blog.com/article-27135398.html)  

Dans un second temps, j'ajouterai que, pour ce qui me concerne, en règle générale, j'utilise pour l'iconographie de mes articles soit la riche base de données proposée sur le site du Louvre
lui-même, ou celle d'un site qui se nomme "Insecula".

Mais il m'arrive aussi, plus rarement, de puiser chez des particuliers qui publient sur le Net, en ayant pris l'élémentaire préalable de leur en demander l'autorisation; ce que, jusqu'à
présent, et pour autant que je cite mes sources, personne ne m'a encore refusé.

Enfin, et depuis peu, j'ai l'immense chance d'avoir virtuellement rencontré, grâce à son blog (référence dans mes liens ci-joints, à droite) une personne travaillant sur place, Louvreboîte,
qui m'envoie par mail les clichés que je ne trouve nulle part ailleurs.
Et là aussi, à chaque fois, je mentionne l'origine des documents proposés.     



sunny 04/02/2009 21:43

De Cléopâtre à Ségolène ... que de chemin parcouru ...

En lisant votre excellent article, Richard, je n'ai pu quant à moi, m'empêcher de penser à la scupturale Cléopâtre que fut Liz Taylor ...

Richard LEJEUNE 05/02/2009 11:40



"Que de chemin parcouru", écrivez-vous, Sunny. Dans le temps, certes, mais assurément et malheureusement pas dans l'évolution des mentalités "machistes"
...

C'est bien évidemment à Elisabeth Taylor que l'on pense en premier quand on évoque Cléopâtre, tant sa beauté de l'époque a marqué nos esprits. Et il est d'ailleurs malaisé de pleinement
en effacer son visage et son corps  afin de tenter d'imaginer l'aspect qu'eut véritablement l'ultime reine lagide d'Egypte. D'autant plus que, comme je l'ai écrit à droite et à gauche,
les effigies que nous en avons conservées sont loin de présenter des traits communs entre elles.  



Louvre-passion 03/02/2009 20:59

Et un peu plus loin dans le temps le sort d'Edith Cresson.... mais j'arrête là cette exploration.

Richard LEJEUNE 05/02/2009 10:51



On pourrait, en effet, en citer bien d'autres ... Et sur tous les continents. Et certaines qui y ont même laissé leur vie ...



Louvre-passion 02/02/2009 21:25

Quand tu cite les historiens Romains à propos de Cléopâtre cela me fait penser à ce qu'on a écrit à propos de Théodora, l'impératrice de Byzance et notamment ce qu'en disait Procope de Césarée.... C'est toujours difficile pour les femmes de pouvoir !

Richard LEJEUNE 03/02/2009 15:32



Ta comparaison et ta conclusion sont parfaitement judicieuses : et il faut malheureusemnt constater qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil de nos mentalités
contemporaines. Rappelle-toi les quolibets, typiquement misogynes et frôlant par ailleurs l'évidente grossièreté, qu'eut à subir Ségolène Royal, lors de sa campagne présidentielle, de la
part  - et c'est quand même un comble ! - des éléphants de son propre parti.  



Alain 02/02/2009 10:18

Finalement : Long, court… large, étroit… pointu, carré… ?
Depuis que Pascal nous a fait savoir que si le nez de cette femme avait été plus court, toute la face de la terre aurait changé, le format de cet appendice nous perturbe encore aujourd’hui.
Alors… Peut-on résoudre enfin ce problème ?

Richard LEJEUNE 03/02/2009 15:23



C'est probablement après avoir vu l'une ou l'autre monnaie d'époque lagide que Pascal, avec un certain trait d'humour, écrivit cette pensée devenue célèbre. Mais
faut-il plus ou moins accréditer les bustes réalisés ou les monnaies émises pendant son règne ?
Il me semble en outre que les images de synthèse en 3D qui nous sont actuellement proposées ne vont en rien résoudre ce "problème" nasal. Je n'ai donc pas vraiment
l'impression que le "mystère" sera résolu un jour. Le devrait-il, d'ailleurs ?
Contentons-nous, après Pascal, de retrouver l'humour de Goscinny et d'Uderzo qui firent dire à César : "Je ne voudrais tout de même pas que Cléopâtre m'ait dans le nez !" 

   



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages