Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 23:00



     Mardi dernier, après le congé pascal, vous étiez nombreux au rendez-vous que je vous avais fixé ici, dans la salle 4 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, devant la vitrine 10.

     Nous y avons, souvenez-vous, en plus de succinctement évoquer le précieux site de Deir el-Médineh, détaillé ensemble les quelques ustensiles exposés sur le panneau mural, en  nous promettant de plus spécifiquement consacrer un moment important aux trois houes qui, devant nous, sont chacune posées sur un pied métallique.

     C'est d'elles donc, et au questionnement que ce type d'outil suscite chez les égyptologues quant à son utilisation, que je voudrais aujourd'hui vous entretenir.

De droite à gauche, nous avons :






N 1394

(Manche : 71 cm; soc : 48,50 cm)
















E 19184

(Manche : 73,50 cm; soc : 62 cm) 














et
AF 9679

(Manche : 47,50 cm; soc : 35,50 cm)















     Toutes trois datent du Nouvel Empire, celle du milieu provenant comme d'autres objets ici de Deir el Médineh, à l'époque de Ramsès II. Toutes trois aussi présentent approximativement la même configuration générale que reflète d'ailleurs le hiéroglyphe qui en est l'image (U 6 de la liste de Gardiner ) : le manche et le soc sont en effet assemblés de la même manière dans la mesure où ce dernier se termine, dans sa partie supérieure, par un tenon inséré à angle aigu dans une mortaise aménagée dans le haut du manche. Ces deux parties sont reliées l'une à l'autre grâce à une corde de chanvre tressée passant autour du manche dans lequel une encoche l'empêche de glisser; corde de longueur adaptable en fonction de l'angle désiré suite évidemment à l'usage qui fut celui de l'outil.

     Car si, de toute évidence, vous pensez directement à la houe en tant qu'instrument aratoire - ce que la présence de ces trois exemplaires, ici dans cette salle, tendrait à corroborer -, il n'en demeure pas moins que différents corps de métier s'en servirent à des fins tout autres : je pense par exemple à cette scène de la tombe du vizir Rekhmirê (TT 100), à Gournah, qui nous montre un ouvrier l'utilisant pour confectionner les briques crues dont les maçons auront besoin pour construire une maison; je pense aussi à ceux qui creusaient soit les bassins ou les canaux d'irrigation destinés à amener l'eau bienfaitrice au-delà de la zone agricole habituellement inondée par le Nil; je pense enfin à ceux auxquels était dévolu le rôle de préparer les tranchées de fondation d'un temple ...

     Quoiqu'il en soit des différentes exploitations de cet outil aux multiples fonctions, la houe - que certains égyptologues appellent aussi pioche -, resta tout au long de l'histoire égyptienne, et même bien après, sous d'autres cieux, un outil extrêmement rudimentaire qui, dans la seule fonctionnalité des travaux agricoles, fut de toute évidence à l'origine de l'araire.

     Déjà présente dès la Ière dynastie pharaonique, elle peut toutefois se décliner sous deux aspects : soit avec un soc en pointe, comme sur le dernier exemplaire, à gauche dans la vitrine (AF 9679), soit avec un se terminant par une partie plus large, aux angles sensiblement arrondis : c'est le cas ici de celle du milieu (E 19184). Nous retrouverons fréquemment par exemple, ailleurs dans le Musée, les deux types ainsi différenciés dans les mains des ouchebtis. J'aurai l'occasion d'y revenir un peu plus tard ...

     D'après certains égyptologues, la forme large du soc devait probablement permettre de détacher les mottes de terre assez volumineuses qui pouvaient se présenter en terrain sec alors que celle plus pointue servait certainement à réduire leur dimension.

     Je voudrais, ici et maintenant, introduire cette notion d'interrogations suscitées par la houe en tant qu'instrument agricole auxquelles j'ai d'emblée aujourd'hui fait allusion.

     Vous vous souvenez probablement, ami lecteur, de cette scène de labour, fragment peint de la chapelle funéraire d'Ounsou, exposée de l'autre côté de la vitrine devant laquelle nous nous retrouvons, et que nous avions ensemble découverte le 2 décembre
2008. Je vous propose de nous la remettre en mémoire ...

     
     Sans entrer dans plus de détails à l'époque, parce que j'escomptais bien vous en reparler, je vous avais expliqué que, telle qu'elle était présentée, il était manifeste que les paysans de cette scène qui maniaient la houe, à gauche, au registre inférieur, préparaient le terrain en cassant les mottes de terre un peu trop épaisses, et ce, AVANT le passage de l'araire, à droite. Cette explication d'alors traduisait en fait une opinion communément admise par certains égyptologues.

     En revanche, d'autres, analysant semblables représentations de la même scène du travail de la terre avancent une hypothèse quelque peu différente; que je vous soumets, sans vraiment prendre position et en laissant à votre réflexion, à votre sagacité, le soin d'éventuellement trancher entre les deux.

     D'aucuns en effet soutiennent que c'est APRÈS le passage d'un araire destiné à creuser les sillons initiaux qu'avec la houe ils brisaient les mottes gênantes qui s'étaient formées sur ce sol détrempé par l'inondation bienfaitrice. 

     Détail de puristes, penserez-vous, qui ne change pas vraiment grand-chose au problème. Je vous l'accorde, sauf que dans un cas, houe et araire servent à préparer le sol avant l'arrivée des semeurs (dont un est ici représenté jetant les graines d'un geste large), tandis que dans l'autre, houe ou araire interviennent après les semeurs aux fins d'enfouir les semences en les recouvrant de terre.

     Les tenants de la seconde hypothèse arguent de deux faits pour étayer leurs propos :

1. Dans certaines tombes, il appert que le semeur précède l'attelage des bovins qui tirent l'araire. Dès lors, cela signifie à leurs yeux que le paysan qui ne dispose pas des traditionnels moutons ou des porcs pour piétiner le sol et enfouir les semences se sert bien de cette charrue primitive pour effectuer ce travail nécessaire.

2. Dans certaines tombes également, et je fais ici plus précisément allusion au mastaba de Ti, à Saqqarah, les textes hiéroglyphiques qui accompagnent la scène de labour précisent, de manière très explicite, qu'il faut  recouvrir les grains (les semences) avec l'araire ("seka em heb") ou qu'il faut recouvrir avec la pioche ("seka em henen").


     J'ajouterai aussi un troisième argument en faisant référence au texte de la Description de l'Egypte, ce monument encyclopédique de première main publié au début du XIXème siècle, après l'expédition de Bonaparte sur les rives du Nil, dans lequel on peut découvrir qu'après plusieurs milliers d'années, les fellahs rencontrés continuaient encore à utiliser le même type de houe et le même type de charrue légère qu'était l'araire à l'époque pharaonique pour effectivement procéder aux mêmes travaux.

     Pérennité de gestes antiques, pérennité d'instruments millénaires ...


(Andreu : 2002, 95; Desroches Noblecourt : 1981, 210; James : 1988, 109; Montet : 1925, 183 sqq; Vandier : 1978, passim

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Jean-Claude+Vincent 30/04/2009 11:33

Effectivement, au vu de tes explications, mon raisonnement ne tient pas. Une chose est certaine : je ne serai jamais agriculteur, ni égyptologue. Trop de lacunes apparaissent !

Jean-Claude Vincent 29/04/2009 22:04

Petite erreur d'observation : le semeur précède la partie de l'outil qui creuse. Et donc, les graines sont semées puis enfouies par l'araire. Ensuite, la houe recouvre et "égalise" le sol.

Richard LEJEUNE 30/04/2009 09:17



Là, ton raisonnement ne tient pas, mon cher Jean-Claude : quelle serait l'utilité de semer d'abord, puis de creuser les sillons par la suite, sillons qui doivent
recevoir les semences, pourrait-on penser ?
Le semeur précède en effet le soc de l'araire, tu as tout à fait raison : mais c'est bien la preuve que l'araire alors sert à recouvrir, à enfouir plus profondément dans le sol les graines
disséminées. 

Sur ce fragment précis, donc :

1. Passage des paysans avec leur houe pour préparer le sol en cassant les mottes les plus épaisses.

2. Un semeur disperse les semences à la main.

3. L'araire enfouit les graines quasiment instantanément.

Mais comme je l'ai noté suite à ton précédent commentaire, c'est bien entre représentations de scènes semblables, avec toutefois un semeur intervenant avant les outils, que la question se
pose.  



Jean-Claude Vincent 29/04/2009 22:00

Voici mon hypothèse, basée sur l’observation de la position des paysans en mouvement de part et d’autre de ce registre inférieur.

Les paysans côté droit tirent l’araire (comme des animaux ou machines agricoles le feraient avec une charrue ?) ce qui pourrait leur permettre de creuser relativement profondément le sol en rejetant la terre de part et d’autre du sillon ainsi créé. Le fait de collaborer à la traction de l’instrument leur donne en effet probablement davantage de puissance. Le semeur marche derrière ces paysans, et non derrière ceux de gauche.

Ces derniers tirent leur houe vers eux, le dos courbé, en ramenant la terre superficiellement sur les graines semées dans le sillon. Travaillant individuellement, ils recouvrent plultôt que de creuser. Tirer l’instrument vers soi, en étant seul à le manier, ne donne-t-il pas plus de précision dans le geste ?

La houe, alors, servirait alors à couper la terre, l’émietter, la retourner sans ramener à la surface les couches profondes, et donc les graines enfouies au préalable, après le passage de l’araire ?

Et donc, je pencherais pour l’utilisation de l’araire en un premier temps pour creuser, puis ensuite de la houe pour recouvrir…

Richard LEJEUNE 30/04/2009 09:07



Ce n'était pas au niveau de ce fragment de bas-relief que le "problème" se posait : ici, c'est très clair, la houe passe avant l'araire pour les raisons que j'ai
données dans l'article ...
En revanche, là où il peut y avoir questionnement, c'est quand des scènes proposent un semeur précédant le maniement de tous  ces instruments agricoles, seconde hypothèse que j'ai développée
:  ces représentations-là parfois accompagnées, comme au mastaba de Ti, par des textes explicatifs s'opposent alors à celles d'Ounsou que nous avons ici.

C'est la raison pour laquelle je pencherais pour la réponse de Tifet : parfois c'est avant, parfois c'est après le semeur que l'araire et la houe interviennent ...



Louvre-passion 28/04/2009 21:36

Ces outils nous rappellent que l'agriculture égyptiennes était renommée pour l'abondance de sa production mais aussi sa variété y compris pour les cultures maraîchères. Les auteurs s'étaient émerveillés de la richesse de la "terre noire", richesse issue du travail de ses paysans.

Richard LEJEUNE 29/04/2009 11:58



"Richesse issue du travail de ses paysans", écris-tu : certes, mais aussi des crues bienfaitrices du Nil ... L'un ne va pas sans l'autre !



Tifet 28/04/2009 09:11

C'est vrai que l'on a l'impression que les gestes sont toujours les mêmes ! moi j'aurais tendance à penser qu'ils se servaient de ces instruments avant et après les semailles.......et que dire des tenons et mortaises qui existaient déjà à l'époque ! moi qui suis artisane (d'autres diraient femme artisan) je trouve cela extraordinaire. Bonne journée Richard. Tifet

Richard LEJEUNE 29/04/2009 11:56



Et c'est loin d'être une impresssion, Tifet !
Quant à votre opinion, elle rejoint à la fois les tenants des deux théories que j'ai expliquées. Ce qui pourrait figurer d'ailleurs en tant que troisième possibilité ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages