Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 23:00

     Dans la foulée d'un premier article consacré, mardi 21 avril, aux outils agricoles exposés dans la vitrine 10 de la salle 4 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, je vous ai proposé, ami lecteur, samedi dernier, de prendre connaissance du rapport des fouilles que Bernard Bruyère entreprit, en 1949, dans le "Grand Puits" de Deir el-Médineh. Et vous faisais d'emblée remarquer que son opinion varierait avec la poursuite de ses recherches et, surtout, de ses découvertes.

     Aujourd'hui, fidèle à ma promesse, je vous donne à lire la suite de ce compte rendu, relatant ses conclusions en clôture des investigations de la campagne suivante, celle de 1950.
  


 
    
La fouille du grand puits situé au nord du temple ptolémaïque d'Hathor à Deir el-Medineh, commencée l'année dernière, s'était arrêtée en fin de campagne, à une profondeur de 35 mètres environ et un sondage partiel, poussé verticalement jusqu'à 7 mètres, n'avait pas atteint le fond.

     L'escalier antique, retrouvé le long de la paroi nord, descendait d'ouest en est et, après un premier palier d'angle, s'amorçait déjà une série de quelques marches en direction du sud, contre la paroi orientale.

     Malheureusement, cet escalier taillé dans une roche marneuse inconsistante, était tellement usé et en grande partie détruit qu'il fallut le reconstruire en briques cuites et en ciment avant de reprendre la fouille, car il constituait la seule voie possible d'évacuation des déblais.

     L'an passé, la couche de décombres, riche en ostraca, avait été totalement épuisée par prudence et aucune perspective de trouvaille semblable ne s'offrait désormais, le sondage ayant révélé uniquement un remplissage composé de marne en gros blocs ou réduite en poussière.

     Pendant cinquante-deux jours, avec un effectif de cent vingt ouvriers en moyenne sur cent quatre-vingt dix inscrits au début, la tâche, de plus en plus pénible et dangereuse à mesure que l'on s'enfonçait, fut de piocher dans ce conglomérat et de remonter à pleines corbeilles des terres de comblement presque dénuées d'intérêt.

     Afin d'éviter un surmenage rapide, voire des accidents, le travail s'opérait en quatre phases. Un premier groupe d'une douzaine de piocheurs débitaient à coups de pics les quartiers de roc et les masses durcies de débris qui étaient entassés depuis des siècles au fond du puits; ils en remplissaient des corbeilles dans une demi-obscurité qu'aucun rayon de soleil ne perçait et sous la menace constante d'un éboulement de paroi ou de la chute d'un fragment de roche échappé d'un panier et tombant d'une hauteur de plus en plus grande. Un deuxième groupe, le plus nombreux, debout, face au vide intérieur, au bord de chaque marche des escaliers étroits et glissants, se passait de mains en mains les corbeilles pleines jusqu'à l'un des paliers supérieurs tandis que derrière cette ligne immobile, quelques hommes faisaient redescendre les corbeilles vides. Comme il y avait un total de cent quatre-vingt-six marches et un nombre insuffisant d'ouvriers pour les garnir toutes, un troisième groupe prenait les lourds paniers pleins et, en trois relais marqués par les paliers angulaires, gravissait cent fois par jours les degrés usés, jusqu'aux wagonnets qu'un quatrième groupe transportait à une centaine de mètres de là jusqu'au déversoir.

     Cet aperçu de la méthode de travail imposée par les circonstances et le mérite des exécutants n'est donné ici qu'à titre documentaire en raison du caractère exceptionnel que présentait cette fouille en profondeur accomplie en un laps de temps très court et sans engins spéciaux; il fournit l'occasion de rendre un juste hommage à l'esprit de prudente initiative et à l'énergie du Reis Ahmed Hassane comme à l'endurance et au courage de toute son équipe. Si le résultat de leurs efforts n'a pas répondu aux espérances que les légendes locales avaient fait miroiter à leurs yeux depuis longtemps, il n'en reste pas moins qu'ils ont remis au jour une curiosité archéologique dont la valeur est indiscutable.

     On avait en effet escompté qu'un grand tombeau pouvait seul avoir été le but d'un aussi gigantesque forage et l'on pensait que la nature même du sol avait conditionné les dimensions inhabituelles d'un tel cratère. Guidé par les affleurements crétacés environnants, le constructeur pouvait avoir voulu atteindre sous les sédiments de marne un banc de calcaire qui, forcément, devait se trouver à une certaine profondeur et qui lui aurait permis de creuser dans cette roche solide, compacte et apte à recevoir une décoration gravée ou sculptée, une série de couloirs souterrains et de salles composant le dispositif traditionnel d'un hypogée important.

     Le comblement postérieur du puits, la destruction qui paraissait à première vue intentionnelle des escaliers, pouvaient être interprétés comme des mesures de sécurité prises après une inhumation pour interdire à jamais l'accès du caveau. Ces escaliers larges d'à peine 1,20 m, taillés le long des quatre parois, descendaient en spirale par six révolutions et sept paliers d'angles. Quant aux parois de cet immense carré de 12 mètres de côté, elles étaient aussi soigneusement ravalées verticalement que le permettait la qualité médiocre de la roche. On y voyait encore, tracés en rouge, les axes médians de chaque face et les bandes horizontales de points indiquant la limite de ravalement.

     Un détail cependant pouvait en apparence constituer un argument contre l'hypothèse d'une destination funéraire du puits : à partir du cinquième palier, l'escalier de marne, jugé trop peu solide, avait été revêtu de dalles en calcaire et bordé de la même pierre, vers l'intérieur, par une sorte de basse rambarde ne dépassant pas l'arête des marches. Un tel souci de durée était incompatible avec l'idée de l'emploi sans lendemain d'une descente vers un tombeau et ne cadrait pas avec la ruine supposée volontaire des volées de marches entre les troisième et cinquième paliers. Toutefois ce détail n'avait rien de probant car les quatre mois de la fouille actuelle ont suffi à produire une telle usure qu'on fut obligé de rétablir en maint endroit l'antique dallage.

     A une profondeur de 42 mètres la marne, devenue de moins en moins friable, s'arrêtait brusquement en suivant une ligne presque horizontale  se relevant de quelques centimètres en allant du sud-ouest au nord-est et le banc de calcaire apparaissait. D'abord, il était fissuré verticalement mais ces fentes cessaient plus bas et le calcaire, très blanc et bien paré, promettait l'utilisation projetée, s'il pouvait se continuer assez pour donner à un souterrain l'épaisseur suffisante de plafond pour éviter tout danger d'effondrement. Par malchance, la couche calcaire ne mesurait pas plus de 8 mètres de hauteur et, de même qu'elle avait succédé sans transition à la marne, celle-ci reparaissait soudain à la cote 39,25 m.

     Depuis le sixième palier, l'escalier des deux dernières portions était taillé en plein calcaire avec rampe externe, contre les parois de l'ouest et du nord. Les quelques marches inférieures qui aboutissaient au fond du puits étaient seulement revêtues de dalles dès la réapparition de la marne.

     Par les fissures du calcaire au flanc sud et à l'angle sud-ouest s'écoulaient de minces filets d'eau saumâtre, tantôt froids, tantôt tièdes, plus abondants le matin que le soir, qui transformaient peu à peu en boue gluante les terres de comblement, de sorte qu'il fallut poursuivre le déblaiement à l'aide de corbeilles étanches et de sceaux. Il était évident qu'une poche d'eau souterraine se trouvait au sud du puits. Existait-elle quand le forage fut entrepris et fut-elle une des causes de l'interruption des travaux ? Le niveau actuel du Nil est à la cote 76 mètres, calculé à la limite du désert; mais on sait qu'il n'a cessé de croître depuis les temps antiques. 

     Une autre cause technique possible de l'abandon de l'ouvrage serait-elle la brusque disparition du calcaire et la déception de ne pouvoir creuser dans les parois l'agencement d'un caveau à multiples chambres ? Sur aucune de ces parois ne se montrait la moindre trace d'un semblant d'ébauche d'une porte et le fond lui-même ne recelait point d'indice d'un puits plus petit descendant vers une possibilité d'autre banc calcaire plus profond.

     Le terminus du grand puits présentait l'aspect d'un chantier de carrière dont l'exploitation aurait été brutalement arrêtée, soit, comme il vient d'être dit, par suite de difficultés matérielles insurmontables, soit pour une cause historique, un bouleversement politique par exemple.

     On pouvait se rendre compte du procédé employé par les carriers de jadis qui, pour approfondir le puits, débitaient la roche, couche par couche, sous la forme de dalles plus ou moins épaises et de gros blocs rectangulaires. Certains de ces blocs, détachés ou tenant au fond, restaient en place et certaines de ces dalles, dressées contre les parois, semblaient attendre d'être remontées par le moyen de poulies au bout de madriers horizontaux dont les cavités d'engagement se voient encore dans les parois 3 et 4.

     Ainsi les espoirs de trouvaille d'un grand tombeau s'évanouissaient, sans toutefois que fût complètement anéantie l'hypothèse d'une destination funéraire, mais en donnant plus de force à d'autres suppositions.

     L'opinion de G. Foucart était que cet immense cratère, dans une dépression naturelle proche du temple d'Hathor, pouvait être une source sacrée (et non un lac sacré à une telle profondeur). Cela trouverait une possibilité de vraisemblance dans le fait qu'en 1940, près de l'angle externe nord-est de l'enceinte ptolémaïque du temple, on découvrit un groupement de cuves rectangulaires en grès ayant contenu de l'eau bourbeuse et portant dans le fond des traces profondes d'écopage. Des amphores piquées dans le sol entouraient les cuves et, non loin de là, furent recueillis de nombreux petits vases en céramique vulgaire en forme de calices.

     En admettant l'antiquité des écoulements d'eau signalés plus haut et leur recherche voulue par le créateur du puits et prise pour but du forage, on pourrait être amené à déduire que les anciens, d'une époque encore indéterminée, attribuaient à cette eau des vertus curatives et miraculeuses et venaient là, comme on va aux sources thermales, absorber des calices de ce liquide médicinal.
 

     Quoiqu'il en soit des diverses hypothèses et du résultat négatif de la fouille, il demeure que ce grand puits constitue un exemple rare, sinon unique, au moins à Thèbes, d'une oeuvre aussi colossale en sa conception et en son exécution.

     Le problème subsiste toujours de savoir quand et pourquoi fut creusé ce gouffre et qui en fut l'auteur responsable. Les mêmes questions se posent au sujet de son abandon subit et de son recomblement.

     La présence des objets et des ostraca du Nouvel Empire au milieu des terres de remplissage n'apporte aucune précision de date antérieure à la XXème dynastie et la marge reste grande entre cette époque et les temps modernes. Une relation entre les puits et les tombes voisines des grandes adoratrices saïtes garde malgré tout une certaine valeur de probabilité. C'est ce que les fouilles prochaines veulent essayer de rechercher par une exploration des sépultures et des vestiges de constructions de la région.

     La saison de 1950 n'aurait eu que ce résultat d'intérêt purement archéologique, il eût été satisfaisant; mais elle ne fut pas infructueuse à d'autres points de vue car plus de deux mille trois cents nouveaux ostraca ont été recueillis en fin de campagne par un quatrième triage de nos déblais et par le criblage de ceux de nos prédécesseurs. Conformément à nos traditions, les déblais déjà plusieurs fois inspectés pendant la fouille, ont été de nouveau passés au tamis car il est facile que des ostraca ou de menus objets, mêlés à ces monceaux de tessons et de cailloux sans valeur, échappent à l'attention des ouvriers et des surveillants.

     Les ostraca des deux campagnes ont déjà commencé à être étudiés par les deux savants épigraphistes MM. Cerny et Posener, venus spécialement en Egypte pour préparer leur prochaine publication dans la suite des
Documents de Fouilles. Il ne convient pas de déflorer le résultat obtenu par nos confrères, mais on peut dire pourtant que leurs constatations apporteront de nouvelles et importantes révélations dans le domaine des connaissances littéraires et démographiques que nous possédions sur le village des ouvriers et artisans des nécropoles royales thébaines.

     La richesse de cette collection d'ostraca, la plus importante en nombre et en valeur qui ait été faite depuis bien longtemps, prouvera, s'il en était encore besoin, l'opportunité de la fouille qui vient d'être faite et compensera, pour la science égyptologique, l'absence d'un tombeau, si beau soit-il, au fond du grand puits de Deir el-Medineh.

       

(Bernard Bruyère, Deir el Medineh. - Fouilles de 1950, dans Chronique d'Egypte n° 51, Vingt-sixième année, Musées Royaux d'Art et d'Histoire, Parc du Cinquantenaire, Bruxelles, Janvier 1951, pp. 67-72) 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en textes
commenter cet article

commentaires

Tifet 05/05/2009 10:18

"Si d'aventure dans mes propos vous avez décelé une quelconque incrédulité de ma part concernant vos compétences et vos connaissances, je vs prierai simplement de me relire" je pense qu'effectivement je me suis sentie quelque peu "blessée" par vos propos lors d'un précédent commentaire "et que votre époux assurément doit connaître !....."ceci-dit je reconnais que je n'ai pas eu le temps de lire l'article du 21 avril et je comprends que cela ait pu vous énerver ! donc merci de m'avoir fait un résumé en gros caractères et surligné en jaune pour que je comprenne bien !

Tifet 04/05/2009 14:07

oups ! un ostracon : des ostraca (je confonds souvent les deux ! )

Tifet 04/05/2009 09:11

Bonjour Richard, ce que je voulais dire pour ce grand puits, c'est que je ne pense pas qu'à l'origine les égyptiens avaient creuser ce puits pour y mettre des milliers d'ostracon, alors quel était le but primaire ? ns avions visité l'expo sur les artisans de Pharaon à Paris, et effectivement ces découvertes étaient plus qu'intéressantes quant à leur vie quotidienne, et si mon mari en parle ds son bouquin, moi je les reproduis sur des pierres que j'ai ramenées d'Egypte, je sais un peu de quoi je parle quand même !....bonne journée; Tifet

Richard LEJEUNE 04/05/2009 21:08



" je sais un peu de quoi je parle quand même ! "
Ce sont, Tifet, vos propres mots que je reproduis ici. Et qui m'ont quelque peu décontenancé (surtout les deux derniers
!!!).
Si d'aventure, dans mes propos, vous avez décelé une quelconque incrédulité de ma part concernant vos compétences et vos connaissances, je vous prierai
simplement de me relire : dans les différents articles publiés, notamment celui du 21 avril, je réponds d'emblée à ce qui fait, dans vos commentaires, l'objet d'un questionnement.

Mais parce que je ne voudrais pas vous obliger à en lire à nouveau l'intégralité, permettez-moi, ici, de simplement vous reproposer cet extrait : je pense que tout y est pour vous
satisfaire... !
 Les égyptologues ont en effet donné ce nom à un trou d'une cinquantaine de mètres
de profondeur, probablement creusé par les hommes du village en vue d'atteindre une éventuelle nappe phréatique que jamais ils ne découvrirent. De sorte qu'à l'époque ramesside, il servit de
décharge.



Louvre-passion 03/05/2009 17:41

En lisant ton article je me suis souvenu de l'exposition "Les artistes de Pharaon - Deir el-Médineh et la Vallée des Rois" organisée par le Louvre en 2002. Il était notamment fait état de tout ce que les ostraca avaient appris aux égyptologues sur la vie quotidienne des habitants du village.
Par chance les informations sur l'exposition sont encore présentes sur le site du musée. Les liens sont les suivants :

http://www.louvre.fr/llv/exposition/detail_exposition.jsp?CONTENT%3C%3Ecnt_id=10134198673240429&CURRENT_LLV_EXPO%3C%3Ecnt_id=10134198673240429

http://mini-site.louvre.fr/artistesdepharaon/home.htm

Richard LEJEUNE 03/05/2009 21:33



Merci V. pour ces références.

En novembre 2002, j'ai moi aussi visité cette remarquable exposition, à tout le moins celle que le Louvre "exporta" à Bruxelles : ce fut, comme pour toi, un grand et remarquable moment
...

Le catalogue, rédigé entre autres par la Commissaire de l'exposition, madame Guillemette Andreu, constitue le seul souvenir matériel qu'il me reste de cette manifestation. Mais quel précieux
document !    



Tifet 03/05/2009 11:33

Bonjour Richard, sait-on ce qu'est devenu ce "grand puits" au nord du temple, je me rappelle du temple mais je n'avais jamais entendu parlé de ces fouilles, j'aime à penser qu'ils allaient y chercher une eau peut-être "miraculeuse" ou en tout cas bienfaitrice, mais ça doit être bien décevant de faire tant de travail pour ne rien trouver de probant, Bon dimanche; Tifet

Richard LEJEUNE 03/05/2009 21:18



Rien de probant ? Vous êtes très sévère, Tifet !
La très abondante littérature égyptologique sur le sujet - dont je vous parlais ici même la semaine dernière, et que votre époux, assurément doit connaître -, nous a appris que des
milliers d'ostraca furent ainsi mis au jour, qui maintenant, nous permettent de mieux appréhender la vie quotidienne, professionnelle, sociale, économique et religieuse de ces familles qui,
pendant près d'un demi-millénaire, vécurent dans ce Village.
Ce n'est pas rien, je vous l'assure !

En outre, souvenez-vous, j'ai dans cet article du 21 avril, (http://egyptomusee.over-blog.com/archive-04-21-2009.html) par le biais duquel j'ai
évoqué les fouilles de Bernard Bruyère sur le site de Deir el-Médineh, quelque peu expliqué ce qu'était exactement ce "Grand Puits" et ce qu'il y avait trouvé ...





Alain 02/05/2009 11:53

Pas de chance !
Quel travail ne faut-il pas faire pour mettre à jour des vestiges dont on ignore tout au départ. Cela doit être un grand bonheur lorsque le résultat est à la hauteur des attentes.

Richard LEJEUNE 03/05/2009 21:07



J'imagine, effectivement, le bonheur qui doit envahir tous ces archéologues, tous ces égyptologues qui, un jour, ont réalisé l'aboutissement de leur rêve : trouver
l'objet, la tombe, le document rare qu'ils cherchaient depuis un long temps.

Il y a des jours où je me dis qu'à la place d'être Enseignant, il m'eût plu de n'être que la petite main qui fouillait le sol pour un grand savant : et être ainsi à l'origine d'une découverte
exceptionnelle. Non pas pour la gloire, certes, qui de toute manière ne me serait pas revenue, mais pour le seul plaisir de mettre au jour quelque chose dont l'étude scientifique allait
faire avancer les connaissances de l'humanité sur une civilisation précise ...      



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages