Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 23:00

      
      Il existe, un peu partout dans le monde, des lieux extrêmement attractifs pour tous les amateurs de lecture que l'on regroupe sous l'appellation "Villages du Livre". Si, dans les années soixante, le premier d'entre eux vit le jour au Pays de Galles, c'est en Belgique, à Redu, que naquit en 1984 celui qui donna l'impulsion à une série qui allait se développer en Europe continentale.

      J'eus notamment à plusieurs reprises, lors de séjours en France, l'occasion de déambuler dans ceux de Fontenoy-la-Joûte, en Lorraine et de Montolieu, dans l'Aude. Mais c'est évidemment à Redu, à ma porte, que je me retrouve le plus souvent. Là, par le plus grand des hasards, 
je dénichai, en 1993, une fine plaquette d'une quinzaine de pages due à la plume de Jean Capart (et d'ailleurs autographiée et signée de sa main en 1947, donc quelques mois avant son décès) : il y relatait l'histoire de sa découverte d'un morceau manquant au célèbre Papyrus Amherst, fragment qui en réalité avait été ramené d'Egypte au milieu du XIXème siècle par celui qui allait être notre deuxième souverain, le futur roi Léopold II. 

     Dans la série de textes dus à la plume de Jean Capart que j'ai pré-programmée pour ces deux mois de vacances scolaires belges, et que vous suivez depuis le 4 juillet dernier, je vous propose aujourd'hui quelques extraits de ce petit ouvrage jadis acquis chez un bouquiniste de Redu.

     Les plus fidèles de mes lecteurs se souviendront assurément avoir déjà découvert ce document lors de la publication d'un article que j'avais consacré en mai 2008 au premier égyptologue belge; mais je ne résiste pas au plaisir d'à nouveau le proposer de manière qu'il soit inclus dans ce modeste projet que constitue l'hommage qu'il m'a plu de lui rendre ici cet été. 



     "Le mardi 5 février de cette année [1935], j'arrivai de bonne heure au Cinquantenaire, sachant que j'allais y trouver quelques antiquités dont S.M. le Roi avait bien voulu autoriser la remise à notre département égyptien. Il s'agissait de divers souvenirs rapportés de la vallée du Nil par le Duc de Brabant, le futur Léopold II, lors de ses voyages en 1854 et 1862-63. Je me rappelais les avoir examinés sommairement dans une vitrine au Palais de Bruxelles, il y a quelques années déjà. Je savais qu'ils consistaient en statuettes de faïence, en idoles de bronze (...)
J'étais naturellement fort heureux de pouvoir ainsi ajouter à nos séries archéologiques quelques spécimens dont plusieurs combleraient des lacunes, mais j'étais loin de m'attendre à ce que ce lot d'antiquités pût me réserver une découverte sensationnelle.

     Mon attention se porta tout de suite sur une figurine de bois
(...)
c'est une de ces statuettes funéraires, de facture peu soignée, avec une inscription peinte au nom de Khay, chef de travaux et scribe royal dans le temple du roi. Généralement ces figurines creuses, posées debout sur un socle, servaient de réceptacle à un papyrus funéraire. Pour le spécimen qui nous occupe, le socle avait disparu et une étoffe, manifestement ancienne, apparaissait au dehors. Quelle idée ! Y aurait-il quelque chose encore dans la cavité ? Je tire lentement le linge et je puis à peine en croire mes yeux de voir surgir un rouleau de papyrus, d'une bonne vingtaine de centimètres en hauteur, qui paraît être dans un état de conservation remarquable. Deux menus fragments détachés permettent de reconnaître une large écriture hiératique. Ma première impression fut qu'il s'agissait d'un papyrus funéraire et je remis à l'après-midi le soin de poursuivre mon investigation.

     Le moment venu, je commençai par soulever de la pointe d'un canif le pli extérieur du rouleau. Mes lecteurs comprendront-ils le sentiment étrange qui m'envahit au moment où je pus lire, à haute voix pour les assistants qui m'entouraient, la date de l'an XVI du pharaon Ramsès IX (1126 environ A.J.-C.) ?

     Cette date de l'an XVI de Ramsès IX est fameuse dans les annales de l'égyptologie. C'est celle du célèbre papyrus Abbott, au British Museum depuis 1857.
(...)
C'est par lui que nous avons connu, pour la première fois, les péripéties de l'enquête ouverte contre les voleurs qui pillaient la nécropole de Thèbes. 

     Avions-nous retrouvé une pièce nouvelle à joindre au dossier dont le papyrus Abbott est le document central ?

     Les préparatifs ne furent pas longs. Le rouleau fut placé sur d'épaisses feuilles de buvard saturées d'eau claire. On l'humecta et bientôt la première couche avait absorbé suffisamment d'humidité pour le dérouler sans risque. Quelle joie de voir apparaître la belle écriture, ferme autant qu'élégante, d'un bon scribe thébain, soucieux de montrer son savoir-faire dans une importante pièce officielle ! Au fur et à mesure que la page s'ouvre sur la table, on pose sur elle des lames de verre.

     Déjà les premiers signes de la seconde page apparaissent. Je lis des mots ou plutôt j'essaie de deviner des phrases, impatient de préciser la teneur du texte. Soudain, je reconnais les cartouches du roi Sekhemreshedtaoui, fils de Ra, Sebekemsaf.
(...)

     Je fis chercher dans la bibliothèque le catalogue des papyrus de Lord Amherst. Il y avait, en effet, en Angleterre, un document qui, depuis la mort de Lord Amherst, a passé dans la bibliothèque Pierpont Morgan à New-York. Ce document, connu sous le nom de Papyrus Amherst, a conservé partiellement le protocole de l'enquête sur le pillage de la pyramide de Sebekemsaf. Le passage le plus extraordinaire contenait les aveux du principal coupable.

     On jugera de notre surprise, de notre stupéfaction, lorque nous constatons, par un simple regard jeté sur une des planches du catalogue
(...) que le bord inférieur de notre nouveau papyrus se juxtaposait exactement au bord supérieur du papyrus Amherst et que, là où celui-ci ne laissait apercevoir que quelques fragments de signes, la pièce que nous étions en train de dérouler donnait leurs compléments. (...)

     On comprendra l'impatience que nous éprouvions tous maintenant à compléter l'histoire dont on n'avait pu lire, jusqu'à présent, que quelques lambeaux. Le déroulement s'acheva sans accroc et nous donna quatre belles pages où, sauf au début, il n'y avait pas la moindre lacune. Avant la fin de la semaine, le papyrus était encadré et photographié et dès le lundi suivant, j'en avais terminé la transcription, aidé par mon ancien élève, M. Baudouin van de Walle. Les passages mutilés du début pouvaient être restitués facilement, car les personnages qui s'y trouvaient énumérés étaient tous connus déjà par le papyrus Abbott.

    
(...) Le Duc de Brabant visita pour la première fois l'Egypte en 1854. Il est vraisemblable que c'est alors que le demi rouleau lui fut offert, tandis que l'autre moitié fut achetée au Dr. Lee par Lord Amherst en 1868. Notre fragment a sans doute été placé dans la statuette de Khay par le marchand indigène en vue de le garantir contre les dangers du transport. (...)

     De temps en temps l'étude des antiquités nous met en contact presque direct avec les hommes qui vivaient il y a des milliers d'années. Je n'ai jamais éprouvé ce sentiment d'une manière aussi vive qu'en lisant le papyrus qui, dorénavant et avec la permission de S.M. le Roi, sera connu dans la science sous le nom de Papyrus Léopold II."

(
Capart : 1935)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article

commentaires

Christiana 30/08/2015 09:56

Le problème c'est que je ne suis pas avertie quand tu publies une réponse aux commentaires...Heureusement, je suis revenue voir et j'ai eu ton lien sur le site de Redu... Effectivement, ce n'est pas limité aux fêtes de Pâques; ainsi, j'ai vu que l'artisan du papier à l'ancienne existe toujours. Il faudra que j'aille y faire un tour pour me réapprovisionner en beau papier aquarelle, j'y ai pris goût après Fontaine-de-Vaucluse!

Richard LEJEUNE 31/08/2015 07:38

Je vois très bien où se situe cet atelier de fabrication de papier à l'ancienne : nous l'avons déjà visité.
Pour info, sur le dépliant que je viens de relire, il est indiqué qu'il est ouvert pendant les vacances scolaires, puis qu'il n'ouvre que les samedis et dimanches.

Toutefois, des réservations de visite sont possibles pour un groupe de plusieurs personnes en téléphonant au 061 656699 ; ou à l'adresse suivante :
info@haute-lesse.be

Carole 18/08/2015 23:44

C'est toujours "par hasard "qu'on les trouve, ces livres qui nous importent. Je crois que celui-ci vous cherchait.

Richard LEJEUNE 27/08/2015 09:23

Immodeste présomption, j'ai souvent effectivement pensé, Carole, que certains des livres découverts lors de déambulations chez des bouquinistes belges et français n'attendaient que moi pour leur donner une nouvelle vie ...

Christiana 18/08/2015 18:00

Un article plein de découvertes; celle de Jean capart et son Papyrus Léopold II et TA découverte de la découverte... J'ai connu Redu à ses débuts également et j'y ai parfois déniché quelques livres d'une grande importance... pour moi. C'est là aussi que j'ai eu l'envie de fabriquer du papier, après avoir visité une fabrique artisanale. Mais pourquoi ai-je oublié Redu? Est-ce le week-end de Pâques?

Richard LEJEUNE 27/08/2015 09:19

Redu est loin de se résumer aux seules festivités pascales, Christiana !

Le lien suivant te permettra de comprendre qu'il s'y passe toujours bien un petit événement, sans oublier les librairies ouvertes les samedis et dimanches ...

http://www.redu-villagedulivre.be/fr/

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages