Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 23:00


     A la veille de prendre mes vacances, je vous avais annoncé, ami lecteur, la publication, pour tous les samedis de juillet et août, d'extraits de textes de l'égyptologue belge Jean Capart; articles évidemment que j'aurai préalablement programmés.

     En relatant abondamment dans plusieurs de ses écrits la découverte du tombeau de Toutankhamon, en 1922, Jean Capart offre un intéressant choix de textes concernant sa vision de l'événement. La semaine dernière, souvenez-vous, je vous avais donné à lire la raison pour laquelle il fit partie des privilégiés, des rares savants qui, à l'époque, descendirent au sein de l'hypogée royal, voire assistèrent à l'ouverture de la chambre funéraire, parce qu'invité par le roi Fouad en personne à accompagner la reine Elisabeth de Belgique et son fils, le prince de Brabant, futur Léopold III.     

     A l'aide d'extraits de lettres qu'il a incluses dans le principal ouvrage consacré au jeune souverain égyptien, je vous propose aujourd'hui, avec celle du 18 février 1923, d'entamer cette visite en sa compagnie ...


     Je rentre à l'instant de Biban el Melouk. Mes pensées sont si tumultueuses que j'ai peine à les ordonner et à exprimer ce que je ressens.

     Je voudrais dire tout d'abord l'immensité de la dette que les nations civilisées devront reconnaître à l'égard de lord Carnarvon et Howard Carter; leurs deux noms restent attachés à la plus grande découverte archéologique dont l'humanité ait gardé le souvenir. Je voudrais que tout le monde pût comprendre ce qu'il a fallu d'abnégation, de générosité pour entreprendre et poursuivre les travaux systématiques de déblaiement qui seuls ont réalisé ce miracle de retrouver, intacte, une tombe royale si bien protégée que les pillards n'ont pu l'atteindre malgré les trente-quatre siècles pendant lesquels la chasse aux trésors n'a pas été interrompue un seul jour. La cupidité et l'ignorance s'étaient coalisées pour empêcher que la postérité ne connût réellement la gloire de la civilisation pharaonique.

     Voilà un siècle que Champollion a découvert la clef qui devait permettre d'ouvrir le trésor et, depuis lors, les égyptologues avaient étudié, puis perfectionné la manière de s'en servir ... mais on pouvait craindre que le trésor ne fût déjà vidé. Carnarvon et Carter viennent de l'ouvrir et il est intact. Que dire alors des attaques haineuses et malhonnêtes dont ces deux hommes sont l'objet en ce moment ?
(...)

     Ces attaques sont abominables, d'autres sont simplement risibles. Certaines personnes sont prises de pitié pour le malheureux destin du pauvre roi Tout-Ankh-Amon, qui se voit troublé dans son repos séculaire par la curiosité des archéologues. A les entendre, il faudrait au plus tôt rétablir les murs de protection derrière lesquels il avait échappé à tous les chercheurs de trésors. Je suis prêt à admettre que si cette tombe n'apportait rien d'inconnu au monde, il serait inutile de l'explorer et d'étudier minutieusement tout son contenu. Mais on a dit que le privilège de l'homme sur la brute était de conserver le souvenir de son passé. Or, en ce moment, la splendeur d'un passé, d'abord complètement aboli, puis ressuscité d'une manière incertaine, apparaît à nos yeux éblouis. Il faudrait autre chose que des gémissements de neurasthéniques ou de toqués pour me convaincre que les égyptologues violent le secret de la mort, d'une main sacrilège. De nombreux textes funéraires de l'ancienne Egypte témoignent du souci qu'avaient les défunts de voir la postérité "faire vivre leur nom"; on y affirme que "celui-là vit dont on proclame le nom". Il y a quelques semaines, Tout-Ankh-Amon était totalement oublié, en dehors du petit cercle des spécialistes; aujourd'hui il est connu du monde entier. (...)

     Je ne décrirai pas  la première chambre où les deux grandes statues semblaient garder le mur intact qui portait encore les sceaux royaux. Aujourd'hui le mur est tombé, il n'en reste qu'un "témoin" à la partie de gauche. Tout l'espace ouvert est, en quelque sorte, bloqué par un immense panneau qui scintille. On ne voit au premier instant que de l'or et ce merveilleux bleu égyptien qui s'y allie harmonieusement. C'est le catafalque royal qui remplit toute la chambre; j'ai compris plus clairement que jamais pourquoi, dans les textes égyptiens, la salle qui renfermait le sarcophage s'appelait "la salle d'or" . Il y a, dit-on, cinq édicules emboîtés les uns dans les autres au milieu desquels repose, sans aucun doute, la momie royale, enfermée dans un sarcophage. On se demande par quel tour de force on a pu monter ces gigantesques panneaux, sur lesquels des signes à l'encre donnent des indications destinées à faciliter les assemblages. Mais, entre le mur, sur lequel on entrevoit des peintures assez sommairement faites, et le catafalque, il y a un espace où les personnes de corpulence moyenne peuvent se glisser à peine. 

     Me voilà devant les portes closes, munies encore de leurs verrous antiques : elles étaient entr'ouvertes au moment où Carter entra; derrière elles il vit les portes suivantes encore scellées. Quelques pas me conduisent à l'extrémité de la chambre où, entre le mur et le sarcophage, sont déposées les rames ayant peut-être servi à manoeuvrer le bateau qui fit passer le Nil à la dépouille royale. En ce moment, mon guide, qui est Mace, du Metropolitan Museum de New York, me dit de me retourner. Je ne puis retenir un cri et maintenant encore, j'ai la gorge serrée de l'émotion qui me saisit à la vue de ce que j'avais sous les yeux.

     Une porte coupée assez bas dans le rocher donne accès à une chambre de dimensions moyennes, remplie de tous les objets qui y ont été déposés il y a trente-cinq siècles. Personne n'est entré ici, aucun pillard n'y a fait un rapide butin, ni déplacé une seule pièce. C'est un de ces moments où l'on essaie de tout saisir d'un coup d'oeil, comme si on allait mourir et que la seule minute présente fût la dernière qui vous fût accordée. J'ai tout vu et maintenant que je suis sorti du caveau, il me semble que je n'ai rien vu et que des heures entières seraient indispensables pour comprendre ce qui a retenu mes regards pendant ces quelques secondes.

     A peu près tout ce que nous avions en fait d'art industriel égyptien n'était que de la pacotille, de la camelote, bonne à satisfaire la vanité de gens qui voulaient avoir dans leur tombeau un reflet de la splendeur royale. Seuls quelques meubles des beaux-parents d'Aménophis III approchent de ce que l'on trouve ici. Au centre est une caisse carrée aux formes élégantes  et qui est gardée, ou mieux protégée, par quatre délicieuses figures de déesses qui étendent leurs bras d'un mouvement gracieux. Il se peut que ce soit la boîte contenant les vases où étaient conservés les viscères du roi. On le saura plus tard, lorqu'on pourra briser les sceaux encore intacts. Combien de coffres, de petits tabernacles sont pour nous pleins de surprises; c'est le mystère qui ne pourra se dissiper que lentement. La responsabilité des fouilleurs à l'égard de la conservation des pièces est si lourde que les nerfs des curieux seront à rude épreuve pendant des mois, sinon des années : on dira tout ce que contenait la tombe, mais ce sera comme "au compte-gouttes".

     J'ai vu des boîtes si belles que je ne saurais les décrire, un char encore, de nombreux modèles de bateaux qui copient la flotte royale, et tant d'autres choses, pour notre émerveillement et pour notre modestie. Nous croyons trop facilement que nous, les derniers-nés de la civilisation, nous pouvons regarder en arrière avec le dédain des parvenus pour leurs ancêtres plus simples et plus modestes. Dans la tombe de Tout-Ankh-Amon on sent, mieux que nulle part ailleurs, que tout est recommencement, que les forces de décadence agissent souvent avec autant de vigueur que les forces de progrès. En un temps où notre civilisation chancelle, tout notre respect est dû à ces géants qui avaient atteint et gardé si longtemps les hauts sommets.                   


                                                                                            A suivre ...           

(Capart : 1943, 19-22
            

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article

commentaires

Jean-Claude VINCENT 30/07/2009 21:58

Dans ces extraits de textes de Jean Capart, j'ai été particulièrement sensible aux explications, évidemment pleines de sens et de réalisme, qu'il donne pour "jusitifier" ce que d'aucuns considèrent comme un pillage de tombeau funéraire.
"Mais on a dit que le privilège de l'homme sur la brute était de conserver le souvenir de son passé. Or, en ce moment, la splendeur d'un passé, d'abord complètement aboli, puis ressuscité d'une manière incertaine, apparaît à nos yeux éblouis. Il faudrait autre chose que des gémissements de neurasthéniques ou de toqués pour me convaincre que les égyptologues violent le secret de la mort, d'une main sacrilège."

Il continue par une seconde justification, faisant cette fois appel au but ultime recherché par ces défunts qui préparaient leur ultime demeure :

"De nombreux textes funéraires de l'ancienne Egypte témoignent du souci qu'avaient les défunts de voir la postérité "faire vivre leur nom"; on y affirme que "celui-là vit dont on proclame le nom". Il y a quelques semaines, Tout-Ankh-Amon était totalement oublié, en dehors du petit cercle des spécialistes; aujourd'hui il est connu du monde entier."

Vu sous cet angle, bien évidemment, Carter, Carnavon et tous ceux qu'ils ont invités ou autorisés à le suivre n'ont aucun remords à avoir !

Richard LEJEUNE 31/07/2009 10:01



Tu as judicieusement mis le doigt, mon cher Jean-Claude, sur un problème culturel, sur un point - encore parfois - sensible de la mentalité de certains
responsables égyptiens. Jean Capart, en écrivant ces lignes, faisait évidemment écho aux "dénonciations" qui commençaient à sourdre en 1923, au moment de la découverte et de l'exhumation des
milliers d'objets mis au jour dans l'hypogée de Toutankhamon et était évidemment loin de penser que cette opinion perdurerait : car - et c'est à cela que je voulais en arriver -, peut-être
sais-tu que sous son mandat, le président Anouar el-Sadate (1918 - 1953-1981) avait fait fermer la célèbre salle des momies du Musée du Caire arguant du fait qu'il estimait
"irrespectueux que les momies des grands rois d'Egypte soient réduites à l'état de curiosités touristiques".
En réalité, il faisait là plaisir à une grande partie de l'opinion publique, conservatrice, que semblable exposition des défunts heurte encore.

Et il faudra attendre pas moins de treize années avant que l'actuel Raïs, Hosni Moubarak, accepte, en 1994, que l'on ouvre à nouveau cette fameuse salle qui, il faut bien
l'avouer, fait partie, avec le trésor de Toutankhamon exposé dans douze salles du premier étage, de ce que les touristes les plus pressés recherchent dans cet immense musée.



Alain 21/07/2009 10:16

Cela a du être un choc pour ce savant !
Il rentrait dans la caverne d’Ali Baba,celle que tout égyptologue rêve de découvrir un jour.
Le silence et l’émotion devant tant de beauté devaient être impressionnant. On doit croire au miracle… ou au mirage… dans ces moments là.

Richard LEJEUNE 28/07/2009 14:05



Tu as parfaitement raison, Alain, ce fut un moment probablement extraordinaire. 
Jean Capart d'ailleurs, tout au long de ses écrits sur le sujet, ne cache pas l'immense émotion qui l'étreignit à la vue de tant de merveilles : c'était quand même la toute première tombe
d'un souverain égyptien que l'on retrouvait (quasiment) inviolée; et qui, dès lors, permettait au monde d'avoir quelques connaissances à propos du mobilier funéraire qui l'accompagnait dans
l'au-delà ...

Quand je songe à ce trésor et que je me dis que ce souverain décéda avant sa vingtième année, je n'ose imaginer les richesses que nous avons perdues pour d'autres pharaons : Ramsès II, par
exemple qui connut 66 ans de règne !    



Louvre-passion 20/07/2009 20:49

Un très beau texte sur la pertinence de la recherche égyptologique. Je remarque que ceci a sans doute été ecrit avant que les "toqués" ne s'emparent de la fameuse "malédiction".... Sinon il en aurait eu à dire !

Richard LEJEUNE 28/07/2009 13:54



La fameuse "malédiction" ... et les tonnes de pages que l'on a noircies à son sujet.
Ridicules évidemment. Mais qui font vendre de la littérature que seuls encore cautionnent des esprits bien crédules ...
Car enfin, si je ne prends que deux exemples :

Howard Carter - qui, en toute logique si l'on devait accréditer cette thèse, aurait dû être un des premiers touchés - atteint d'un cancer, mourut de la maladie de Hodgkin en 1939, à l'âge de 65
ans.

Et notre reine Elisabeth qui fut, avec Jean Capart, une des premières souveraines étrangères à être admise dans l'hypogée royal, s'éteignit paisiblement en 1965, à près de 90 ans
!      



elisabeth 18/07/2009 23:31

J'ai mis votre blog en lien sur le mien
@ bientôt au plaisir de vous lire

Richard LEJEUNE 28/07/2009 13:36



Merci à vous d'être passée me lire et d'avoir fait chez vous référence à mon blog.
Vous êtes la bienvenue.
A bientôt ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages