Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 23:00


     Avec ce deuxième rendez-vous pré-programmé pour le mois d'août, je voudrais vous proposer, ami lecteur, un article de l'égyptologue belge Jean Capart, dont nous découvrons certains écrits depuis le début de ces vacances scolaires, publié par le journal Le Soir du 14 mars 1927.



     Nous revenons d'une visite au tombeau de Petosiris. Ne cherchez pas dans les guides d'Egypte, ni dans les programmes des agences de voyage; nulle part vous ne trouverez mention de ce beau monument. Comme cela arrive souvent en Egypte, il a été découvert par hasard. Les agents du Services des Antiquités ayant appris que les Arabes allaient chercher dans la montagne des pierres sculptées, purent intervenir à temps pour empêcher la destruction entière d'un des plus curieux tombeaux de la Vallée du Nil. Il est à craindre néanmoins, que le monument reste longtemps encore inaccessible aux touristes et même aux archéologues. 

     Pour nous y rendre, nous partons d'Abou Kerkas. Sur les routes, nous sommes surpris de croiser des autobus indigènes dont le nombre de places paraît limité. Il faut voir comme les gens s'y entassent, s'accrochent aux garde-boue, aux marche-pied, s'installent sur le toit. Après une heure et demie de course rapide en auto à travers les cultures florissantes, nous arrivons au Bahr Youssef, le grand bras de dérivation du Nil vers le Fayoum. Là, nous sommes accueillis par les notables du petit village de Deroua qui ont tout préparé pour le passage du canal et la course au désert.

     Notre petite caravane est des plus pittoresque et fait sensation dans les ruelles sordides qu'elle traverse. Elle ne se compose pas seulement de notre groupe mais encore de plusieurs personnages des environs qui tiennent à nous faire escorte, entre autres, un conseiller municipal d'Abou Kerkas qui a de belles cartes de visite libellées en français, bien qu'il ignore complètement cette langue. Nous emmenons en outre les nombreux indigènes qui nous prépareront tout à l'heure un repas pantagruélique suivant toutes les traditions de l'hospitalité arabe. Rien de plus amusant que le tableau formé par deux grands moricauds  à califourchon sur un petit baudet, et dont le premier porte solennellement le réchaud à pétrole qui servira de fourneau de cuisine.

     Les champs sont bientôt traversés et nous abordons la région désertique. Où est le tombeau de Petosiris ? Un grand geste vague vers l'horizon nous désigne un point de la montagne où se remarquent quelques rochers : c'est ce qu'on appelle Touna el Gebel.  A cet endroit s'attache un souvenir tragique : un jeune archéologue français s'y est tué, il y  a quelques années, en tombant du haut de la falaise.

     Ici, plus de route marquée. Nous cheminons à travers les dunes de sable, guidés par les gardes du Service des Antiquités, qui courent pieds nus devant les montures, le fusil en bandoulière.

     Après une heure de chevauchée, nous apparaît brusquement le tombeau de Petosiris. On l'a dégagé d'une colline artificielle formée par le sable que le vent chasse et qui s'amoncelle entre les constructions antiques. A quelques mètres en arrière, des coulées de sable viennent de mettre à nu l'angle d'un second monument du même genre.

     Ce qui donne une valeur exceptionnelle au tombeau que nous sommes venus visiter, c'est qu'il constitue la sépulture de famille d'un grand prêtre du dieu Thot, d'Hermopolis, une des capitales théologiques de l'Ancienne Egypte. Petosiris vivait à une époque particulièrement troublée, entre la deuxième domination perse et le commencement de l'ère des Ptolémées.

     Les inscriptions du tombeau retracent la carrière du grand prêtre, zélé restaurateur des temples et habile administrateur des biens de son dieu. Les scènes sculptées et peintes qui couvrent tous les murs montrent Petosiris et les membres de sa famille se livrant à leurs occupations journalières. Elles reproduisent également les funérailles, les rites compliqués qui les accompagnent et présente le catalogue des divinités des régions où parviennent les bienheureux. Plusieurs textes comptent parmi les plus précieux que nous possédions pour l'étude des idées religieuses et morales des Egyptiens. Le style des reliefs est une surprise pour les connaisseurs de l'art pharaonique, car on y relève de nombreuses particularités qui ne s'expliquent que par une influence de l'art grec.

     Au retour, nous sommes passés par les ruines lamentables mais pittoresques de la ville d'Achmounein qui fut autrefois la grande et prospère Hermopolis. Nous y avons vu les pierres croulantes et rongées par le salpêtre du temple de Thot, où Petosiris avait exercé le sacerdoce suprême.     


(Capart : 1927, 111-6

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article

commentaires

Christiana 30/08/2015 10:00

Je fais le tour des réponses à mes commentaires. Je suppose que ton séjour en Grèce est désormais terminé; le mien (en Italie) va pouvoir bientôt commencer :-)

Richard LEJEUNE 31/08/2015 07:28

Tout à fait, oui, Christiana : nous sommes maintenant rentrés au pays en ayant capitalisé le plus de soleil possible pour accepter la pluie et et l'hiver qui nous y attendent ...

Excellentes vacances à toi : je présume qu'il est dans tes intentions de glisser quelques sachets de terre d'impruneta dans un coin du coffre de la voiture ...

Christiana 11/08/2015 08:31

Il est à craindre néanmoins, que le monument reste longtemps encore inaccessible aux touristes et même aux archéologues écrivait Jean Capart en 1927, qu'en est-il aujourd'hui? Et le temple de Thot? A t-il été préservé et restauré?
Je suppose que toutes ces craintes de jean Capart au début du XXème s. ne se posent plus de nos jours mais ont été remplacées par d'autres... la destruction volontaire par des islamistes extrémistes...

Richard LEJEUNE 11/08/2015 20:06

Les craintes de Capart subsistent malheureusement, Christiana, parce que l'Égypte n'a pas l'argent suffisant pour réparer tout ce que le temps et les hommes ont détruit au cours des siècles.

Pour ce qui concerne le tombeau de Petosiris, bien que loin des circuits touristiques traditionnels, j'ai des amis et connaissances qui l'ont visité et m'en ont même offert quelques clichés.
Mais sa position excentrée fait qu'il reste peu connu du grand public.
Toutefois, outre la publication qu'en avait faite son inventeur, Gustave Lefebvre en 1924 - il l'avait "découvert" en décembre 1919 -, J.-Fr. Gout, J.-P. Corteggiani et l'égyptologue belge Nadine Cherpion ont publié le concernant un relevé photographique incontournable, en 2007, aux éditions de l'I.F.A.O. : de quoi satisfaire ceux qui n'ont pas eu - ou n'auront jamais - l'opportunité de le voir in situ.

Quant au temple de Thot, déjà partiellement détruit du temps de Capart, je ne pense pas qu'il ait été restauré. N'étant pas égyptologue de terrain mais simple amateur, je ne sais pas exactement comment il se présente aujourd'hui.
J'ai donc posé quelques questions dans mon entourage égyptologique et attends des réponses éventuelles ... que je te communiquerai si je les obtiens avant notre départ vers des cieux grecs où se déguste, notamment, un célèbre Muscat que j'adore ; ou après notre retour, à l'extrême fin du mois d'août, si les réponses tardent trop à m'être adressées.

A bientôt ...
Richard

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages