Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 00:00

     Une prestigieuse université fondée en 1348 (Univerzita Karlova), une place (Karlovo Namesti), la plus grande de la ville, une rue, un hôtel (The Charles), un restaurant, une librairie commémorent son nom : Karel, en tchèque, Charles, en français.

         

     Né Wenceslas (Vaclav),
fils de Jean, comte de Luxembourg, roi de Bohême par son mariage avec Elisabeth Premyslovna, héritière du trône, Charles (1316-1378) qui a emprunté le patronyme de son oncle et parrain, le roi de France Charles IV le Bel et épousé, à 7 ans, Blanche de Valois devient, en 1355, empereur du Saint Empire romain germanique : et de Prague, ce mécène qui pratique tout à la fois le latin, l'allemand, le tchèque, le français et l'italien décide de faire le centre politique et culturel de son empire.

     Pour les nombreux touristes qui, les yeux émerveillés, découvrent à longueur d'années ce bijou architectural qu'est la capitale de l'actuelle Tchéquie, un pont essentiellement, LE pont, évoque Charles IV : Karluv most, l'oeuvre de Peter Parler, l'architecte principal de Nové Mesto, le quartier de la "Nouvelle Ville" mais aussi des parties gothiques de la cathédrale Saint-Guy, à l'intérieur de l'enceinte du château royal de Hradcany que nous visiterons en janvier prochain.


     Réservé aux piétons,



mais
aussi aux artistes et artisans proposant qui l'agréable matérialité sonore des cartons perforés de son orgue de Barbarie,



qui les traditionnelles caricatures permettant
aux chalands de rentrer au pays avec un souvenir "typique" de leur séjour à l'étranger,



cet ouvrage d'art qui, de la Tour de la "Vieille Ville" - ci-dessous sur un set de table d'un excellent petit restaurant typiquement tchèque - relie la rive droite de la Vltava à la gauche, permettant ainsi d'accéder à Mala Strana, puis au château, ne constitue certes pas, vous vous en doutez ami lecteur, le seul pont de Prague.





     Sur tout son parcours, la Vltava - cette rivière qui scinde la ville en deux parties et que les Allemands appellent "Moldau" -, est ainsi scandée de dix-sept ponts avant de se jeter dans l'Elbe, quelque quarante kilomètres plus au nord.

     

     Mis à part Jiraskuv most,



le pont Jirasek qui, de l'aéroport de Prague-Ruzyne, à la périphérie nord-ouest de la ville, permet aux touristes fraîchement débarqués d'accéder en son centre historique en passant près de Ginger, vous souvenez-vous ?, la plupart d'entre eux ignorent quasiment les autres possibilités de traverser la rivière, le pont Charles seul rencontrant tous les suffrages.

     Et pourtant, tout au nord de la ville, après le très banal Manesuv most, le pont Manes, du nom d'un peintre paysagiste tchécoslovaque de la fin du XIXème siècle, qui permet lui aussi de rallier Mala Strana, en voiture ou en tram,  



il faut absolument que je vous fasse connaître, ami lecteur, Cechuv most, le pont Cech, le dixième qui enjambe la Vltava et qui porte, quant à lui, le nom d'un poète ayant vécu dans la seconde moitié du XIXème siècle et au début du XXème.

     Reliant directement l'avenue de Paris qui vient de la place de la Vieille Ville en traversant Josefov, au gigantesque métronome de David Cerny, sur la colline de Letna, symbolisant, depuis 1991, la capacité de Prague de survivre au balancement des différents pouvoirs politiques qui s'y sont succédé,

 
 
le pont Cech, construction métallique à trois arches, typiquement "Art Nouveau", terminé en 1908, outre qu'il emporte le record d'être le pont le plus court de la ville - 169 mètres -,



offre les caractéristiques d'être non seulement décoré, comme ci-dessus à droite, d'une statue en bronze perchée au sommet de deux colonnes s'élevant à plus de 17 mètres et, comme ci-dessous, de deux  allégories d
e trois mètres de hauteur, réalisées également dans le même métal par Antonin Popp et représentant des "Victoires" brandissant des flambeaux.

 



     Nous aurions donc l'embarras du choix, samedi prochain 12 décembre, d'emprunter vous et moi, l'un ou l'autre de ces quelques ouvrages sur la Moldau pour accéder au quartier ouest, à Mala Strana ; mais je pense que, comme la majorité des touristes préférant s'y rendre à pied, je vous emmènerai vers le "Petit Côté" par une élégante passerelle, le traditionnel et néanmoins si typique pont Charles ...


Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article

commentaires

Nat 07/12/2009 18:19


Je dois dire que l'oeuvre de Van Gogh (mon peintre préféré) est si petite que je ne l'avais même pas observée de plus près... J'aime cette expression d'"ouvreur de chemins"...


Richard LEJEUNE 07/12/2009 18:54



     Je viens de t'envoyer un exemplaire un peu plus grand de cette toile de Van Gogh lors de son séjour à Paris.

     Quant à "l'ouvreur des chemins", il s'agit en fait d'une expression ressortissant au domaine de la mythologie égyptienne : Oupouaout (nom qui signifie donc « Celui qui ouvre les chemins », dieu tutélaire de la ville d'Assiout (Saout), capitale du XIIIe nome de Haute-Egypte, est souvent représenté en tête des cortèges
d'enseignes dans la mesure où, en tant que dieu « éclaireur », il est destiné à symboliquement écarter la moindre force malveillante sur le chemin des processions royales ou
divines.

Ce terme de "Oupouaout" fut également attribué par l'ingénieur allemand Kantenbrinck à son petit robot (http://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Upuaut) destiné à explorer la pyramide de Chéops :
peut-être as-tu, à l'époque, vu ce passionnant documentaire ? 



Louvre-passion 07/12/2009 16:09


Le métronome de David Cerny est vraiment curieux, cela dit il symbolise bien tous les travers auxquels ce pays et cette ville ont été soumis.


Richard LEJEUNE 07/12/2009 17:13



     Il est effectivement lourd d'histoire, cet immense métronome : outre le symbole que j'ai évoqué dans l'article, sais-tu qu'il a en fait été
installé, après la Révolution de velours de 1991 qui vit Tchéquie et Slovaquie se séparer dans l'harmonie que l'on sait, sur le piédestal laissé vide d'une statue géante du "petit père des
peuples", dynamitée en 1962 sur ordre de Khrouchtchev lui-même qui venait précisément de dénoncer les crimes de Staline ?   



Nat 06/12/2009 09:39


J'ai toujours eu un faible pour les ponts qui habillent de nombreuses villes ou villages, accessoire de beauté indispensable à mes yeux. Qu'ils s'agissent de petits ponts de bois ou
d'impressionnantes structures, ils unissent, relient et ont tous une histoire.


Richard LEJEUNE 07/12/2009 16:58



Tu as tout à fait raison, Nat : le pont est symbole de passage.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, tu l'auras probablement remarqué dans la colonne ici à droite, j'ai choisi une oeuvre peu connue de Van Gogh - Le Pont du Carrousel - qui traverse la
Seine devant le Louvre pour caractériser et mon blog lui-même et le fait que par mes articles consacrés à l'exceptionnel Département des Antiquités égyptiennes de ce musée,  - comme toute ma
vie d'Enseignant, d'ailleurs - je n'ai jamais visé qu'à être un simple "passeur de mémoire", un "ouvreur de chemins", comme il est dit en égyptien ... 



FAN 05/12/2009 08:41


Wouaouhh, belle promenade!! Le sculpteur Peter Parler a réalisé un Charles IV d'une magnifique prestance!! Ts ces ponts, c'est superbe et j'aimerai bien faire un tour sur le pont Cech afin
d'admirer ces belles"allégories"!!
Pas trop le temps de lire les posts sur l'Egypte, mais je le ferai!!! BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 05/12/2009 10:03



Pour les articles concernant l'égyptologie, prenez tout votre temps ; si vos yeux le permettent, évidemment.

Quant à la statue de Charles IV, je n'ai pas du tout laissé supposer qu'elle était aussi l'oeuvre de Peter Parler : et d'ailleurs, je n'ai rien précisé à son sujet. Erreur de ma part !
J'y ferai donc une brève allusion dans l'article de samedi prochain.

En fait elle date de 1848 et a été réalisée par Arnost Händel, sculpteur originaire de Dresde.



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages