Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 00:00

     Après avoir, la semaine dernière, traversé le Pont Charles, nous voici donc arrivés, vous et moi, ami lecteur, dans ce quartier ouest de Prague, Mala Strana, le "Petit côté", sur la rive gauche de la Vltava, en contrebas de la résidence royale et de la cathédrale Saint-Guy perchées sur la colline de Hradcany que je vous proposerai de découvrir dans le courant du mois de janvier.
 
205.-Pont-Charles--06-08-2009-.jpg

     Dès le XIIème siècle, déjà, des marchands inévitablement attirés par la cour décident de s'installer à la périphérie du château ; de nombreux colons allemands les suivent peu après. Le pont Judith autorisant un passage moins précaire que l'ancien pont de bois qu'il vient judicieusement remplacer permettra un trafic  commercial reliant ainsi de manière plus aisée la vieille ville de Staré Mesto à Mala Strana proprement dit.

     Malheureusement, ce quartier en pleine expansion sera  régulièrement l'objet d'incessants coups du sort : dans le premier tiers du XVème siècle, il est ravagé par les combats qui opposent les hussites, partisans du réformateur Jan Hus aux troupes royales : il est loin l'âge d'or du règne de Charles IV, l'empereur du Saint Empire romain germanique !

     Les habitants se ressaisissent néanmoins et rénovent leur quartier. Malheureusement, en 1541, un incendie le détruit à nouveau. Reconstruction oblige : les anciens édifices gothiques font alors place à des bâtiments de style "Renaissance".

     Le plus exceptionnel d'entre eux, un des chefs-d'oeuvre de l'architecture tchèque de cette époque, édifié entre 1555 et 1576 dans le plus pur style florentin, le mieux conservé aussi, devenu depuis peu Musée national de l'Art baroque de Bohême, est sans conteste le Palais Schwarzenberg, sur les hauteurs de Mala Strana, proche du château royal.


     Vous remarquerez, ami lecteur, qu'il présente la particularité d'avoir ses murs de façade



 
mais aussi ceux de la cour intérieure


décorés de sgraffites noirs et blancs de type nord-italien et vénitien datant, quant à eux, de 1567,


semblant répéter ad nauseam des bossages en pointes de diamants.

     En réalité, il s'agit d'un remarquable effet d'optique, d'un immense trompe-l'oeil fruit d'une décoration obtenue par application
d'un enduit de couleur claire sur un fond de stuc sombre que l'on gratte ensuite (sgraffia = gratter, en italien) afin d'obtenir le dessin recherché.
     Bluffé, j'ai évidemment passé la main sur l'un d'entre eux pour constater - déçu ? - que le mur était bien parfaitement plat.


     Si la technique du sgraffite - ou sgraffito (des sgraffiti, au pluriel) - fut un procédé artistique fort en vogue à la "Renaissance", il faut savoir qu'il fut remis au goût du jour au début du siècle dernier par les maîtres de l' "Art nouveau". De sorte que les exemples que j'ai pu dénicher dans mes pérégrinations pragoises - je prendrai d'ailleurs peut-être un jour le temps de vous en présenter quelques-uns -, n'ont nullement occulté ceux qui m'ont toujours émerveillé sur les façades de beaux et nombreux édifices bruxellois ; voire même liégeois, comme je viens de le découvrir tout récemment sur le bien intéressant blog d'une compatriote.
    
     Merci à Véronique pour la célérité avec laquelle elle m'a transmis l'autorisation d'importer l'exemple récemment rénové ci-dessous, vaguement égyptisant de surcroît !, qu'elle a "immortalisé" quai van Beneden, à Liège. 

 

     Après cette petite digression en terres belges, revenons, voulez-vous, à Mala Strana.

     En 1620, nouveau coup dur :  la bataille de la "Montagne blanche" ravage elle aussi le quartier. Nécessité donc, au sortir du conflit, de réaménager à la mode du temps, c'est-à-dire baroque.

     Cette fois, enfin, c'est la bonne : le "Petit côté" reprend vie, retrouve un essor perdu qui entraîne la construction de nombreux palais par quelques grandes familles nobles qui viennent s'installer à proximité ou en contrebas du château.



     Certains d'entre eux, comme ci-dessus déjà, ont de nos jours été dévolus aux services d'ambassades  étrangères : ainsi, le palais Buquoy, du nom d'une famille wallonne qui acheta le bâtiment en 1748 (Charles Bonaventure de Longueval, comte de Buquoy, fut le commandant en chef des troupes impériales durant la bataille de la "Montagne blanche")
et dont les descendants le revendirent à la France qui en fit son ambassade à partir de 1919.



     Mais le plus prestigieux, peut-être, fut celui qu'Albrecht de Wallenstein,
noble tchèque, commandant en chef des armées de Ferdinand II de Habsbourg durant la Guerre de Trente Ans,

  
se fit construire dans un style évidemment baroque entre 1623 et 1630 : encadrant de superbes jardins,  l'ensemble mesure 340 mètres de long et 172 de large.

     Derrière cette façade, la Tchéquie a décidé en 1992 d'abriter son Sénat.



     C'est par la visite des jardins intérieurs que je vous propose de terminer aujourd'hui, ami lecteur, notre première déambulation dans Mala Strana


      Vous noterez, sur le cliché ci-dessus, à l'arrière-plan de cette partie du palais Wallenstein, l'extrême fin des bâtiments du domaine royal, sur la colline de Hradcany, avec la tristement célèbre tour Daliborka, ou plutôt le donjon carcéral, qui doit son nom à son tout premier prisonnier, Dalibor de Kozojedy, dont la légende fut notamment chantée dans un opéra éponyme qu'écrivit Smetana.

     Promenons-nous à présent dans les jardins pour, notamment, admirer un resplendissant décor d'art topiaire que mettent encore plus en valeur les sculptures en bronze d'un style tout à fait maniériste, puisque nous nous trouvons alors à la charnière entre la Renaissance et le Baroque, d'Adrian de Vries (1556-1626), sculpteur originaire des Pays-Bas et ayant à l'époque ses entrées à la cour (pragoise) de l'empereur Rodolphe II de Habsbourg.
 
244.-Sala-Terrana--05-08-2009-.jpg

      Pour rendre à César ce qui appartient à César ou, plutôt, à Wallenstein ce qui lui est dû, je me dois d'attirer votre attention sur le fait que toutes ces sculptures sont en réalité des copies d'une remarquable fidélité ; et la cause n'en est nullement ici les conditions climatiques qui obligèrent la municipalité à mettre à l'abri, vous vous en souvenez, les statues baroques du pont Charles que nous avons traversé samedi dernier !

     Il faut en effet savoir que la ville se vit spoliée du Laocoon, du Bacchus, du Neptune et de maints autres Apollons par la soldatesque suédoise qui, en se retirant à la fin de la Guerre de Trente Ans (1648), emporta sans scrupule aucun toutes les oeuvres de de Vries. Elles agrémentent depuis le parc du château Drottningholm, à Stockholm.

     A Prague, aujourd'hui, nous devrons donc nous satisfaire des ersatz :


 




     Ce jardin, ces sculptures semblent en réalité constituer une sorte d'indispensable haie d'honneur à ceux qui, dans la perspective de l'allée centrale, se dirigent tout naturellement vers la construction ouverte par trois monumentales arcades : la Sala Terrana, sorte d'espace de transition entre l'intérieur du palais,  actuellement le Sénat, et l'extérieur, les jardins.

246.Jardins-Wallenstein---Sala-Terrana--05-08-2009-.jpg
  



     Sala Terrana, espace ouvert sur les jardins où guirlandes de fleurs et de fruits, anges porteurs et autres arabesques en stuc encadrent de manière grandiloquente des scènes mythologiques peintes à fresque sur les murs



mais aussi à même l'impressionnante voûte, le tout célébrant à l'envi la gloire et les vertus guerrières du comte de Wallenstein ...



      C'est là, dans ce décor aux antipodes de mes propres goûts esthétiques, que je prends congé de vous,  ami lecteur, non sans préalablement vous donner rendez-vous en janvier prochain et, surtout, sans vous avoir souhaité d'excellentes fêtes de fin d'année agrémentant ce congé scolaire bienvenu.

     Pour ceux qui, parmi vous, désirent me retrouver au Louvre, je fixe d'ores et déjà notre prochaine rencontre au mardi  5 janvier 2010 ; et au samedi 9 si vous entendez ici poursuivre la visite de Mala Strana ...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article

commentaires

Louvre-passion 26/12/2009 11:33


En attendant "EgyptoMusée, le retour" je souhaite à toi et tes proches d'excellentes fêtes de fin d'année.


Richard LEJEUNE 28/12/2009 11:03



Merci Vincent et bon passage à l'an neuf (en fait, l'an 10 de ce nouveau millénaire )
à toi et à tous ceux qui te sont chers.



Tifet 22/12/2009 20:35


Le "graffito" est un enduit italien que l'on apprend toujours ici en France, ns l'avons appris en stage en tant qu'artisan et c'est très intéressant de reproduire les mêmes gestes avec les mêmes
matériaux qu'à la renaissance, c'est un savoir-faire qu'il ne faut pas perdre !!


Richard LEJEUNE 23/12/2009 08:28



Merci, Tifet : j'ignorais complètement que cette "technique" faisait encore, en France à tout le moins, l'objet de stages de création artistique. Votre commentaire
vient ainsi judicieusement compléter les quelques notes que j'ai indiquées à propos des sgraffites pragois et belges.



FAN 22/12/2009 16:45


Quelle jolie promenade!! J'attends la suite de la visite!! JOYEUX NOËL A TOI!!! BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 22/12/2009 18:35



     Merci Fan : j'espère que la suite de cette promenade pragoise, les prochains samedis de janvier, ne vous décevra pas.
En attendant la reprise de ces visites, je vous souhaite de très agréables fêtes de fin d'année tout en comptant ne pas trop exacerber votre patience : serez-vous à même de tenir jusqu'au samedi
9 janvier 2010 avant d'à nouveau déambuler avec nous dans Mala Strana ???   





Louvre-passion 21/12/2009 21:05


Toujours de belles découvertes, j'ai bien apprécié les trompe l'oeil du Palais Schwarzenberg, l'effet est assez bluffant.


Richard LEJEUNE 22/12/2009 11:59



    Tout à fait bluffant, oui : et, comme je l'ai écrit, il a vraiment fallu que, à l'instar des enfants, je touche pour me persuader que ces murs ne
présentaient absolument aucun relief ...



Nat 21/12/2009 11:14


Après avoir apprécié toutes ces richesses qui abondent aux quatre coins de la ville de Prague, j'apprécie, avec le sourire, ces statues - même s'il s'agit d'ersatz - qui peuvent donner libre court
à l'imagination des lecteurs...
Iyi Noeller ve iyi seneller ! (Joyeux Noel et bonne année en turc)


Richard LEJEUNE 21/12/2009 12:20



Il est certain que c'est parce que je me suis documenté que j'ai appris qu'il s'agissait ici à nouveau de copies ! Car dans le jardin Wallenstein rien ne l'indique
et la magie joue devant chaque socle des oeuvres de de Vries, même si leur côté maniériste peut parfois déranger.
Mais ce qu'effectivement l'on en retient, c'est leur source d'inspiration : et la mythologie grecque  fascine souvent les gens.
Aussi, je veux bien comprendre que ton imagination s'envole vers le corps d'un Apollon tel que celui représenté par le sculpteur ...



colette 20/12/2009 11:30


Merci Richard de venir me voir encore de temps en temps, cela fait chaud au coeur. Prague est une ville que je n'ai pas pu visiter, dommage. Maintenant il est trop tard...ma santé ne s'arrange pas.
Mais je fais avec ce qui me reste...le cerveau et l'ordinateur.

Bonnes Fin d'Année pour vous et les votres.

Colette


Richard LEJEUNE 21/12/2009 07:42



Vous n'ignorez certes pas, chère Colette, qu'il n'est nul besoin de longues phrases pour comprendre que ceux qui vous estiment continuent de penser à vous, même
s'ils ne consultent pas quotidiennement votre blog ...

Heureuses fêtes de fin d'année à vous également.

Amicalement,
Richard



Jc & Lilly 20/12/2009 10:52


Nous risquons d'être nombreux, me semble-t-il, à Prague : l'envie de s'y rendre est communicative (Nous y pensons aussi). Signe distinctif qui permettra à tes lecteurs de se reconnaître parmi les
touristes présents : tes articles que nous emporterons avec nous ! Pas besoin d'acheter de brochure sur place, nous possédons la meilleure qui soit ; pardon, nous avons bien mieux !
Et, bien sûr : Joyeuses Fêtes et bonnes vacances à toute la famille.


Richard LEJEUNE 21/12/2009 07:39



Et si, plutôt que ses articles, vous emmeniez le "guide" avec vous ?
Car il reste encore beaucoup de choses à découvrir à Prague : ce que je présente ici n'est à mon sens qu'un aperçu, une première approche ...

Merci à tous les deux pour ce si gentil commentaire ; bonnes vacances et agréables fêtes de fin d'année également.

A bientôt ...



jean dethier 20/12/2009 08:45


j'ai une approche de l'egyptologie qui t'est chère en lisant les annales de Thoutmosis 3,j'ai ensuite aprécié la visite de Prague que je n'ai pas encore eu la chance de visiter merci d'avoir par
ton article et tes photos de procurer cette envie de si rendre Je vous souhaite un joyeux Noel blanc et bonne année jean


Richard LEJEUNE 20/12/2009 10:01



     Quelle bonne et belle surprise, cher Jean, de te retrouver ici, entre Karnak, le Louvre et Prague ... Et de constater qu'au fil des jours tu
apprivoises de mieux en mieux Overblog.

     Il m'est évidemment particulièrement agréable de savoir que mon modeste travail peut t'incliner à vouloir faire un saut jusque dans cette superbe capitale tchèque : en
avion, ce n'est jamais qu'à septante minutes de Zaventem ... 

Bon Noël et très heureuses fêtes de fin d'année à vous deux.



J-P Silvestre 19/12/2009 17:26


Ces photos de Prague sont toujours aussi dépaysantes...
Merci et bonne fin d'année cher Richard.


Richard LEJEUNE 20/12/2009 09:54



     Bonnes fêtes de fin d'année à vous aussi, Jean-Pierre ...



Alain 19/12/2009 14:18


Tu sembles avoir une relation presque charnelle avec cette magnifique ville. Tu nous la montres avec une précision et une passion qui ait la même que tes descriptions se rapportant à l’Egypte
antique. Impressionnant !
Dans le jardin, j'aperçois les sapins déjà recouverts de neige. Le Père Noël peut arriver.
A nouveau,excellente fin d’année.


Richard LEJEUNE 20/12/2009 09:52



     Merci Alain : ce commentaire me touche car correspond à ce que j'espérais être à même de faire en rédigeant ces articles sur Prague :
communiquer, partager mon ressenti ...
Et, peut-être, donner aussi envie à certains lecteurs d'aller découvrir sur place les "trésors" particuliers que recèle chacun de ses quartiers ...   



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages