Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 00:00

     Vous souvenez-vous, amis lecteurs, qu'en décembre, le dernier samedi précédant immédiatement les vacances scolaires de fin d'année, je vous avais présenté Mala Strana, véritable perle architecturale à l'ouest de la Vltava, essentiellement sous son aspect historique en vous proposant un très rapide résumé de son évolution à travers le temps ?

     J'aimerais avec vous, aujourd'hui, pénétrer plus intimement dans ses rues, et plus spécifiquement l'une d'entre elles, la plus connue des touristes parce que la plus typée, celle qui offre l'opportunité de mieux appréhender tout ce qu'a de baroque ce "Petit Côté" par rapport à la Vieille Ville proprement dite, celle qui nous permettra, samedi prochain, d'accéder au sommet de l'éperon rocheux
de Hradcany  et de découvrir son château séculaire : la très étroite, très escarpée et très fréquentée Nerudova ulice, la rue Nerudova ou plutôt, si je veux l'écrire en français, la rue Neruda.



      A Vysehrad, à l'extrême sud de Prague, nous avons un jour visité le cimetière national. Vous vous rappelez, je présume, que je vous y avais fait découvrir les tombes de Dvorak et de Smetana. Plus simple encore que cette dernière, celle d'un certain Jan Neruda que j'avais délibérément occultée à l'époque, préférant la réserver pour la présente visite.



     Au passage, j'attire une nouvelle fois votre attention sur cette particularité qui consiste à indiquer, un peu comme une fraction, le jour et le mois, intercalés au milieu des dates de la naissance et du décès.

- Qui fut ce Neruda ?

- Un très grand écrivain. Un très grand conteur ...

- Effectivement, oui. Vous avez raison : j'en ai déjà entendu parler.
Et il s'agit d'un poète,  LE poète chilien par excellence !
Mais pour quelles raisons est-il enterré à Prague ?
Et pourquoi une rue - et non la moindre, ici, à
Mala Strana -, lui rend-elle un aussi vibrant hommage en portant son nom ?
Mais ... en y réfléchissant bien, il s'appelait Pablo, non ? Pablo Neruda ; et pas Jan !
J'ai la nette impression de m'embrouiller, là ...
A moins que ... comme Kafka, l'autre jour en ce même cimetière de Vysehrad ...
N'y aurait-il pas deux Neruda par hasard ? Deux écrivains qui auraient le même patronyme ?

- Tout à fait exact. Ou presque ...

     En réalité, l'un, le Chilien, s'appelait originellement Neftali Ricardo Reyes Basoalto ; ce que quasiment tout le monde a oublié. Et, apparemment, il fut tellement impressionné par l'oeuvre et notamment les Contes de Mala Strana de l'autre, le Tchèque, celui qui vécut dans la seconde moitié du XIXème siècle - et non, comme on le lit pratiquement partout sur le Net, du XXème !!! -, qu'il décida très tôt dans sa carrière d'écrivain de choisir ce nom de Neruda en guise de pseudonyme. Comme une immense et perpétuelle reconnaissance de son talent ...

     Quant à Jan Neruda,  ce grand auteur tchèque nettement moins connu en francophonie, il faut bien l'admettre, c'est parce qu'il est né et a passé une partie de son enfance dans cette maison n° 47, dite "Aux deux soleils"


et dont une plaque en commémore dorénavant le souvenir


que la rue, jadis "des Luthiers", s'appelle désormais rue Neruda.

     Indépendamment de cette référence précise à une célébrité, bien d'autres bâtisses bourgeoises s'égrènent tout au long de cette rue qui, grimpant jusqu'au château, prend naissance sur la place de Mala Strana que dominent le dôme et la tour


de l'église baroque Saint-Nicolas, réalisée à la demande des Jésuites, par différents maîtres d'oeuvres de la famille Lurago, des Italiens très prolixes et très prisés en Bohême.



    
Avec leur enseigne colorée, la plupart des maisons de la rue Neruda, les unes parfois beaucoup plus étroites que d'autres, revêtent incontestablement un cachet tout à fait particulier qui ne peut que retenir notre attention : que ce soit, parmi tant d'autres, celle du n° 6, dite "A l'aigle rouge" ou du n° 12, "Aux trois petits violons"



ou du n° 14, ou encore du n° 43, "Au homard vert" ...







     Comme j'ai déjà eu l'opportunité de le mentionner précédemment, d'autres demeures, en fait des anciens palais, abritent de nos jours des ambassades. Ainsi, nouvel exemple ci-dessous, le palais Thun-Hohenstein, datant de 1725 et devenu celle d'Italie.

 
     De l'esplanade du château quand, à l'avant plan, votre regard embrasse les toits rouges de Mala Strana,



où rues et places se croisent et s'entrecroisent à flanc de colline
, pouvez-vous imaginer un seul instant, amis lecteurs, que cette architecture qui paraît aujourd'hui si homogène, si paisible représente en réalité le dernier avatar - car pratiquement plus rien n'a été construit depuis la fin du XVIIIème siècle ! -, de bien de vicissitudes, de bien de drames humains ? 

     Que de sang versé, que de larmes répandues pendant ces conflits politico-religieux de jadis pour, aujourd'hui, grandement ravir les amateurs de monuments historiques, les touristes curieux du passé que nous sommes ...

     Qui, parmi tous ceux qui ont donné tout ou partie de leur vie pour que Prague devienne le joyau architectural unanimement apprécié, au point d'être inscrite, depuis 1992, au Patrimoine culturel et naturel mondial de l'Unesco, eût  alors escompté semblable engouement pour sa ville, semblable reconnaissance universelle ?

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article

commentaires

Nat 13/01/2010 07:50


Sais-tu qu'en moyenne, on retient environ 20 % de ce qu'on lit... L'information concernant l'ambassade de France, évoquée l'an passé (histoire de faire paraître les souvenirs encore plus
lointains...)doit faire partie des 80 % restants...


Richard LEJEUNE 15/01/2010 11:08



     Non, je ne connaissais pas ces calculs basés sur je ne sais quelles tranches de la population ...

     Pour ce qui me concerne, si je n'avais dû, indépendamment même de mon métier d'Enseignant, ne retenir que le cinquième de mes lectures, je considérerais que j'aurais
perdu mon temps et complètement raté ma vie ...

Heureusement, on peut faire dire aux statistiques et le pire et le meilleur ...



Nat 12/01/2010 19:20


Les Ambassades de France et de Turquie se trouvent-elles là également ???


Richard LEJEUNE 12/01/2010 21:10



     Je n'ai pas fait allusion à l'ambassade de Turquie, dans la mesure où elle ne se situe pas dans Mala Strana, mais dans la périphérie de la
ville.
Et comme bien d'autres également, je ne l'ai pas vue ...

     En revanche - et là, ta question me laisse quelque peu pantois, chère Nat -, j'ai dans l'article du 19 décembre dernier à propos duquel, d'ailleurs, tu m'avais laissé un
commentaire, précisément présenté une photo du palais Buquoy, ayant préalablement appartenu à un Belge wallon et devenu, après la Première Guerre mondiale, ambassade de France à Prague.

Les effluves alcoolisés des fêtes de fin d'année et la magnificence des feux d'artifice qui ont illuminé Istanbul auraient-ils embué tes souvenirs ...



FAN 10/01/2010 17:23


Merci Richard, je suis encore toute émue de cette promenade, moi qui suis une incorrigible chauvine!!OH ma France,tu es si belle, pourtant, je te ferais bien quelque infidélité en prenant le rôle
de touriste à Pragues!!
BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 11/01/2010 08:36



     Vous avez évidemment raison, Fan, la France, par la diversité des styles architecturaux, par son riche passé historique offre à ceux qui
savent la regarder des villes, des quartiers, des châteaux, des ruines, même romaines, absolument magnifiques.

     Mais, et je suis heureux que mes quelques articles vous permettent de le constater, Prague est également une ville musée à ciel ouvert d'une richesse culturelle
époustouflante. Et encore n'est-elle pas la seule, croyez-moi : avez-vous jeté un oeil sur l'article du 19 septembre (http://egyptomusee.over-blog.com/article-35636653.html) grâce auquel je fais
rapidement visiter Bruges à mes lecteurs (parmi lesquels vous n'étiez pas encore, à ce moment-là, je pense) ?
     Là aussi un patrimoine de premier plan rend la ville attrayante, comme tout droit sortie du Moyen âge ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages