Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 00:00

     Vous vous souvenez, je présume ami lecteur, qu'avant le congé de Toussaint, j'avais pour vous évoqué de manière essentiellement historique le quartier de Josephov, s'étendant du nord de Staré Mesto et de sa Place de la Vieille Ville jusqu'à ce méandre de la rivière Vltava et de part et d'autre de Parizska, l'Avenue de Paris.

     Après avoir longé la synagogue Vieille-Nouvelle, bâtiment de culte en style gothique primitif construit dans le dernier quart du XIIIème siècle auquel,  quelques années plus tard, furent ajoutés de chaque côté deux pignons vaisseaux de briques rouges si caractéristiques, et dans lequel, de nos jours encore, se tiennent des offices religieux, nous avions immédiatement pris, sur notre gauche, la petite ruelle médiévale s'enfonçant plus avant dans le quartier.

     Comme vous l'aurez très probablement remarqué, au même petit croisement de rues, juste en face de la synagogue Vieille-Nouvelle donc, s'élève l'ancien hôtel de ville de Josefov qui, pour l'heure, abrite
un restaurant casher, ainsi que les bureaux de la Communauté juive.




     Ce n'est pas tant son architecture rococo que l'horloge ornant la façade nord graduée en
hébraïque qui le caractérise : il faut savoir que parce que l'hébreu - comme souvent les hiéroglyphes égyptiens, d'ailleurs -, se lit de droite à gauche, les aiguilles tournent ici dans ce même sens, inversement donc à celui de nos instruments horlogers traditionnels. 



     Après avoir ensuite dépassé deux représentants des forces de l'ordre en plein travail, un rabbin et ses "téfilines" disposées sur une table pliante, sans oublier les boutiques de souvenirs que l'on comprendrait mieux sur les quais de la Seine qu'ici, je vous avais donné rendez-vous ce samedi pour découvrir de conserve, tout au fond de la ruelle, deux importants bâtiments de l'ensemble des synagogues pragoises : à droite, d'abord, la Salle des Cérémonies de la Confrérie du Dernier Devoir, érigée en 1911-1912 dans un style néo-roman assez réussi.




     A l'intérieur se décline actuellement la deuxième partie d'une exposition portant sur les traditions et coutumes juives, plus particulièrement ici centrée sur la médecine, la maladie et la mort ; sans oublier l'évocation des activités de la dite Confrérie, fondée en 1564. 

     A la gauche de cette construction, la synagogue Klausen pour laquelle ci-dessous je vous propose une vue de la façade arrière donnant sur le cimetière dont l'un des accès se trouve précisément entre ces deux bâtiments ; façade bien plus esthétique que, dans la ruelle, celle de l'entrée proprement dite.


 

     Construite à l'extrême fin du XVIIème siècle, cette synagogue dont le nom provient de "Klaus" qui, en allemand, signifie "petite bâtisse", lui même formé à partir du latin "claustrum", bénéficia jadis d'une extrême popularité aux yeux de la communauté juive de Prague dans la mesure où elle constituait le plus grand  espace du ghetto réservé aux membres de cette Confrérie du Dernier Devoir.

     Actuellement, elle abrite la première partie de l'exposition que je viens de rapidement évoquer :  au rez-de-chaussée sont définis le rôle d'une synagogue, ainsi que la signification des fêtes juives, alors que l'étage présente la vie quotidienne d'une famille juive et les coutumes en rapport avec la naissance, la circoncision, le mariage, le divorce ...

     A l'opposé, de l'autre côté de Parizska qui, pratiquement sépare Josefov en deux portions, je vous  invite à découvrir deux autres lieux de culte juifs.

Tout d'abord, la synagogue Maïsel


 

     Mordechaï Maïsel, alors maire de la cité juive, par ailleurs ministre des Finances de Rodolphe II  et à la tête d'une fortune imposante, décida l'édification de ce bâtiment entre 1590 et 1592,  en plus de la contribution financière qu'il apporta pour la construction d'autres monuments tels que l'hôtel de ville et la synagogue Klausen.

    
A la suite de divers endommagements subis aux cours des siècles, dont l'incendie de 1689 qui ravagea le quartier, cette synagogue qui porte son nom parce qu'au départ uniquement destinée à sa propre famille, fut finalement reconstruite en style néo-gothique en 1905.

     Elle abrite aujourd'hui la première partie d'une exposition essentiellement consacrée à l'histoire des Juifs tchèques, depuis leur arrivée en Bohême et en Moravie au Xème siècle et ce, jusqu'à la Renaissance. D'importants ouvrages de cette époque, dus à des rabbins et des directeurs d'écoles talmudiques de ces deux régions, sont mis en évidence dans les vitrines de son espace muséal.

     Quant à la seconde partie de l'exposition relatant l'histoire des communautés juives tchèques et moraves,  évoquant cette fois l'époque qui court du Siècle des Lumières jusqu'à nos jours, en ce comprises les années noires de la Deuxième Guerre mondiale, elle est visible dans la synagogue espagnole, toute proche.

     Bizarrement, humoristiquement (?), vous y serez d'abord accueilli, ami lecteur, par l'inquiétante (?) statue haute de quatre mètres de cet être acéphale, sans plus de mains que de pieds, portant sur ses épaules Franz Kafka, l'incomparable romancier tchèque dont le pouvoir communiste, dans sa grande bonté de gérer l'intelligence, interdit la lecture pendant de nombreuses années.



     Après avoir, devant ce monument commémoratif à la mesure de l'oeuvre même de l'écrivain, un temps réfléchi sur l'étrangeté de la condition humaine, vous pourrez pénétrer dans la somptueuse synagogue espagnole proprement dite.


      

     Erigée en 1868, dans un flamboyant style hispano-mauresque, elle ne fut achevée que vingt-cinq ans plus tard. A l'intérieur : une imposante nef centrale dont les décorations s'inspirent manifestement de thèmes orientaux stylisés répétés à l'envi sur les boiseries des balustrades, des murs, des portes et des galeries.



  
     Pour définitivement clôturer ce circuit des synagogues pragoises, et avant de pénétrer, samedi prochain 21 novembre, dans ce si particulier cimetière juif, je voudrais à présent - en dehors de toute logique géographique, puisqu'en effet nous allons une nouvelle fois traverser Parizska, pour nous retrouver du côté des deux premiers monuments que nous avons visités ce matin -,  évoquer très succinctement  celui qui à mes yeux représente indubitablement le plus important de tous : la synagogue Pinkas.

  



     Ce n'est certes pas le bâtiment en lui-même, datant originairement de 1535 et restauré depuis dans un style gothique tardif qui motive mon sentiment, mais plutôt ce qu'il recèle : le Mémorial des  femmes et des hommes d'obédience juive de Bohême et de Moravie qui eurent à payer de leur vie l'insupportable barbarie nazie. Depuis 1996, en effet, se développant sur deux niveaux sont inscrits, classés d'après leurs communes d'origine, quatre-vingt mille noms assortis de leur date de naissance et de celle de leur disparition. Quatre-vingt mille victimes de la Shoah ...
Quatre-vingt mille sacrifiés sur l'autel de la répugnante imbécillité humaine ...

     A l'étage, plus insoutenable encore, des vitrines renferment les dessins des enfants de Terezin, cette ville  ghetto à une soixantaine de kilomètres au nord de Prague, devenue une sorte de camp de transit vers Auschwitz dans laquelle, avec leurs familles, quelque 10 000 enfants de moins de 15 ans vécurent en attente d'être déportés : 8 000 le furent ; 242 en revinrent ...


     Il est absolument impossible de ressortir indemne de la synagogue Pinkas : ces dizaines de milliers de noms peints à même les murs intérieurs, ces centaines de dessins d'une naïveté belle et si déconcertante, le plus souvent uniques témoignages de ceux qui n'ont pas échappé à l'Horreur, nous interpellent. S'ils ont certes ému l'historien que je suis, ils ont bien plus encore bouleversé les simples parents et grands-parents que nous sommes, mon épouse et moi ; ainsi que les quelques touristes qui, dans une atmosphère hiémale que seul  l'un quelconque sanglot vite refréné venait à peine réchauffer, visitaient cette exposition en même temps que nous ...



"Le sentiment de notre existence dépend pour une bonne part du regard que les autres portent sur nous : aussi peut-on qualifier de non-humaine l'expérience de qui a vécu des jours où l'homme a été un objet aux yeux de l'homme".

Primo Levi
Si c'est un homme

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans RichArt
commenter cet article

commentaires

Jc Vincent 20/11/2009 12:02


J’aime particulièrement la synagogue espagnole d’influence orientale, avec toutes ses arabesques témoignant d’un travail artistique tout en élégance, finesse et précision.

Ton article ravive ma mémoire… Enfant, pas encore adolescent mais capable de comprendre, je n’étais pas sorti indemne non plus d’une visite « en famille » au premier camp de déportation créé par le
IIIe Reich, celui de Dachau près de München. Ce qui m’avait le plus impressionné, outre l’horreur indicible du lieu, c’était cette chape de silence que personne n’aurait osé briser.


Richard LEJEUNE 20/11/2009 13:33



Ce silence, effectivement, fit aussi partie de la lourdeur de "l'ambiance" qui régnait dans cette synagogue ...

Personne ne commenta quoi que ce soit, aucun nom gravé, aucun dessin d'enfant.
Aucun murmure de totale désapprobation - même si notre envie était grande de manifester notre compassion - : les membres des rares couples présents là comme nous donnaient même l'impression de ne
pas se connaître, d'être chacun seul dans sa peine et sa douleur refrénées.

Et j'ajouterai que, dehors, il nous fallut un temps certain, à mon épouse et à moi-même, pour recouvrer l'envie d'à nouveau discuter ensemble ...     



Nat 18/11/2009 07:34


Je suis surprise par la diversité des styles architecturaux de toutes ces synagogues, chacune avec ses particularités. En lisant ton évocation de la visite de la synagogue Pinkas me reviennent en
mémoire des images du camp du Struthof en Alsace, visité la première fois lorsque j'étais adolescente et bien plus tard, une exposition sur le sujet dans la citadelle de Besançon. Je n'étais pas
ressortie indemne non plus...


Richard LEJEUNE 18/11/2009 15:51



Différence de styles architecturaux, tu l'auras compris, inhérente aussi à l'origine géographique de la communauté juive émigrée à Prague au fils des siècles.

Je n'ai jamais visité ce camp en Alsace, ni d'ailleurs aucun parmi les plus connus en Allemagne, en Pologne ou en Autriche ; et pas plus Oradour sur Glane : mais il est évident que cela doit être
plus insupportable encore que ce que nous avons vu dans cette synagogue Pinkas de Prague ...



J-P Silvestre 15/11/2009 16:56


Merci, cher Richard, de nous faire poursuivre la visite de Prague. Votre dexcription de la synagogue Pinkas nous fait douter de l'existence de ces individus qui persistent à nier la Shoah. Après la
découverte du vaccin contre le sida que l'on espère prochaine, il serait bon d'orienter la recherche vers celui permettant d'éradiquer la connerie...


Richard LEJEUNE 15/11/2009 20:33



Cher Jean-Pierre,

Les négationnistes Le Pen et autres Faurisson ont finalement peut-être moins d'impact que l'on pourrait le croire : on les lit peu, on les entend peu ...

En revanche, et malheureusement, la relève semble assurée avec des humoristes (ah bon !, vous avez dit "humour" ???) ultra-connus, ultra-médiatisés comme ce minable Dieudonné !


Tout autre chose. Vous avez parfaitement compris que cette visite à la synagogue Pinkas, dans un contexte de vacances à l'étranger, fut un moment extrêmement douloureux pour mon épouse et moi :
j'ai longtemps refusé à y faire allusion ; j'ai longtemps hésité sur le bien-fondé d'un tel billet ; longtemps cherché
mes mots ; longtemps pesé chacun d'entre eux ; puis, me suis dit qu'il n'y avait aucune raison que je censure et notre visite et nos sentiments.

Et surtout, pour d'une certaine manière rendre un vibrant hommage à une Germaine Tillion, à un Primo Levi, à un Robert Antelme, à  une Simone Veil et bien d'autres plus anonymes qui ont
permis aux générations d'après Shoah de lire ce que fut l'horreur humaine, je voulais faire savoir par cet article que ces murs aux milliers de noms gravés existent, que ces vitrines aux
centaines de dessins exposés attendent notre regard.

Simplement.

Merci à vous de l'avoir lu.
Et d'y avoir réagi ...    



Maurice Thoumsin 14/11/2009 11:56


Cher Richard,
Encore toute mon admiration pour tes articles et tes photos!
Je me permettrai de te comparer à un Château Yquem...Tu ne fais que bonifier(le mot est bien faible) au fil des ans.
Continue à nous enchanter et ...à nous cultiver!
Maurice


Richard LEJEUNE 15/11/2009 09:42



     J'ignorais complètement, cher Maurice, que tu restais de ceux qui, exceptionnellement à Bruges et à Prague ou plus habituellement au
Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, m'accompagnent dans mes visites virtuelles. Inutile d'ajouter que cela me fait extrêmement plaisir ...

     Et quand en prime tu t'autorises une aussi savoureuse comparaison - même si, en la matière, mes préférences se porteraient plutôt vers une Romanée-Conti (mais bon, on ne
peut pas tout avoir ...) -, je l'apprécie d'autant plus que, de ta part, elle doit véritablement constituer le "moût" de ta pensée ...

Grand merci à toi, et à bientôt.

Amicalement,
Richard



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages