Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 07:45
Musee-du-Caire.jpg

 

 

    Paru dans l'édition du journal Le Monde de ce matin, publié sur le Net, un article de l'égyptologue français Jean-Pierre Corteggiani.

 

 

Qui sont donc les pillards du Musée du Caire ?


     Que s'est-il réellement passé au Musée du Caire dans la nuit du 28 au 29 janvier, et qui sont les vandales qui se sont introduits dans l'immense bâtiment jouxtant la place Tahrir ? Ce n'est certes pas en lisant les déclarations et les mises au point successives publiées par Zahi Hawass, le trop médiatique patron des antiquités égyptiennes, qu'on pourra le savoir !


      En effet, bien qu'il ait troqué son costume d'Indiana Jones pour le complet sombre d'un ministre, allant même jusqu'à abandonner son "célèbre chapeau" - l'expression est de lui - pour arborer devant les caméras le visage grave imposé par cette nouvelle fonction dont il a tant rêvé, ses déclarations ne sont que contradictions et invraisemblances.


      Il est surprenant que quelqu'un soit aveuglé au point d'être incapable de réaliser qu'une image peut révéler beaucoup de choses. Et que, même si on a voulu leur tournage, il vaudrait mieux ne pas laisser diffuser des vidéos montrant ce qu'on préférerait cacher, à savoir, entre autres, qu'une exceptionnelle statue de Toutankhamon, représentant le pharaon en harponneur, a été massacrée par des brutes ignares. Bien qu'on ait évité d'en parler pendant deux semaines, cela sautait hélas aux yeux de quiconque regardant les séquences tournées dans le musée et visibles, entre autres, sur Al-Jazira ou YouTube.

 

     La lecture chronologique des rapports sur "l'état des antiquités égyptiennes" donnés sur le site Drhawass.com laisse rêveur, tant elle est révélatrice de la plus grande confusion. Le nouveau ministre a beau affirmer qu'il "ne faut pas écouter les rumeurs" puisqu'il est la "seule source de vérité", on a vite le sentiment que celle-ci est faite de "vérités" successives, pour ne pas dire de contrevérités ; contentons-nous de souligner les plus flagrantes.

 

     Qui peut croire qu'une foule d'un "millier de personnes", présentée comme assez naïve pour dévaliser la boutique de souvenirs en croyant piller le musée, se réduise tout à coup à une dizaine de pillards entrés comme Batman dans le bâtiment principal en passant par les verrières du toit dont on nous dit un jour qu'elles se trouvent à 4 mètres du sol et le lendemain à 9 mètres ? Pourquoi les caméras ne nous montrent-elles pas davantage les cordes censées avoir été utilisées que les verrières cassées ? Comment ont-ils fait pour couper l'électricité et neutraliser ainsi les "caméras de la salle de surveillance" ?

 

     N'est-on pas tenté de croire Wafaa El-Saddik, récemment encore directrice générale du musée, quand elle a déclaré - ce qui a déclenché la fureur de son ancien patron - à un journal allemand que les auteurs du pillage étaient "nos propres gens, les gardiens du musée et les policiers", ou du moins certains d'entre eux ?

 

     De nombreux indices, en particulier le fait que sur les vues prises après le pillage on distingue ensemble des objets que le hasard seul n'a pu faire tomber côte à côte, poussent à penser qu'on a affaire à une "mise en scène" destinée à discréditer les manifestants anti-Moubarak de la place Tahrir. Mais aussi, peut-être, à masquer un vol très ciblé car on est frappé, en prenant connaissance de la liste des pièces volées, qu'on s'est enfin décidé à publier le 12 février, après avoir martelé à plusieurs reprises que "rien n'avait été volé", par l'extrême qualité des pièces disparues, impossibles à négocier sur le marché de l'art.

 

     Peut-on écrire que ceux qu'on qualifie de "criminels" n'ont pas "reconnu la valeur de ce qui était dans les vitrines" parce que le musée était plongé dans l'obscurité, alors que, semblant faire preuve d'un goût très sûr, ils ont complètement vidé celle qui contenait les magnifiques statuettes funéraires de Youya, le père de la reine Tiyi ?

 

     On pourrait presque se demander si ce sont réellement les mêmes individus qui ont partiellement détruit trois des statues en bois doré de Toutankhamon, tant certaines destructions semblent faites au hasard. Avait-on vraiment besoin du rapport d'une commission pour s'apercevoir de la disparition de telles merveilles ? Faut-il craindre qu'un inventaire en cours mette en évidence d'autres vols et d'autres dégâts qui viendraient s'ajouter au bilan actuel qui, selon Tarek El-Awadi, l'actuel directeur général du musée, n'est que de 13 vitrines brisées et de 70 objets cassés qui "pourront être restaurés" ?

 

     On aimerait savoir à quoi s'en tenir. En effet, comment peut-on affirmer un jour qu'une statuette d'Akhenaton n'a subi que des dommages mineurs quand la vitrine qui l'abritait a été fracassée, pour avouer un peu plus tard qu'elle compte au nombre des dix-huit pièces volées et annoncer enfin qu'elle aurait été retrouvée à côté d'une benne à ordures sur la place Tahrir ?

 

     Si les voleurs ont été arrêtés dans le musée, quand et comment les pièces disparues ont-elles quitté le bâtiment - n'oublions pas les manifestants et les tanks qu'il y avait dehors cette nuit-là -, et pourquoi certaines ont-elles été abandonnées dans le jardin, comme l'a prétendument été le Scarabée de coeur de Youya, pourtant facile à glisser dans une poche ? Curieux comportement que d'abandonner ce dont on vient de s'emparer !

 

     On attend les mises au point à venir avec impatience, en espérant qu'elles cesseront d'être émaillées d'affirmations erronées (le musée abriterait 4 500 pièces, dit-on, alors qu'il en expose... 140 000 !) et qu'elles apporteront de bonnes nouvelles. A moins qu'il ne suffise de convoquer une conférence de presse au Musée du Caire, et de se faire photographier, la mine réjouie, à côté du masque d'or de Toutankhamon (le 16 février), pour faire croire "au peuple du monde", puisque Zahi Hawass entend s'exprimer désormais urbi et orbi, qu'il ne s'y est rien passé de grave puisque cette pièce mythique est intacte ?

 

     Enfin, pour s'en tenir à ces quelques remarques sur la prose ministérielle qui brille par la pratique quotidienne de la méthode Coué - tout est "sécurisé", partout ! -, quel cas fait-on de la fierté qu'on prétend "rendre" à ses compatriotes avec des arguments nationalistes d'un autre âge ?

 

     Quand on ose répondre à un journaliste égyptien, pour un quotidien égyptien (Akhbâr al-Adab du 13 février), qu'il "n'y a pas de pièces volées" au musée et que "la collection de Toutankhamon est complète et intacte", alors qu'on reconnaît ailleurs des vols et d'irrémédiables déprédations, et que l'on se sent obligé d'essayer d'expliquer les raisons pour lesquelles on a d'abord déclaré que rien ne manquait (blog du 16 février), n'est-ce pas tout simplement du mépris ?

 

     "Le Sphinx est triste", paraît-il. On le serait à moins ! Quel dommage que la malédiction des pharaons ne soit qu'une fable à laquelle on ne puisse ajouter foi ! Certains auraient eu du souci à se faire !

 

 

 

Jean-Pierre Corteggiani, égyptologue  

Article paru dans l'édition du 24.02.11

Partager cet article
Repost0

commentaires

Montoumès 02/03/2011 10:49


Je me demande si l'art n'est pas perçu (en règle général, pas spécifiquement pour l'Égypte) comme élitiste, et trop vite rapproché d'un loisir d'une certaine classe aristocratique dirigeante, qui
"justifierait" ces dégradations volontaires... que moi je ne justifie pas bien sûr !
En Égypte précisément par contre, en dehors des dégradations, il y a un appât du gain je pense. Tout le monde dit que les œuvres n'iraient pas bien loin, mais "quand on veut, on peut", et des
collectionneurs privés les ajouteraient certainement à leur "tableau de chasse", surtout si c'est amarnien ou de Toutankhamon...
Ce n'est que mon avis :)


Richard LEJEUNE 02/03/2011 15:00



     Et c'est très bien de donner votre avis, J., car, personnellement, je ne suis jamais parvenu à comprendre les raisons pour lesquelles quand
conflit il y a dans le monde, il faut  dégrader le patrimoine historique ...



etienne 28/02/2011 12:38


je voulais juste dire qu'il n'avait plus de poste officiel, mais évidement chacun et libre de continuer à travailler en écrivant des livres ou articles.
être retraite ne signifie pas ne rien faire.
je crois que je me suis donc mal fait comprendre.
mes excuses donc!

amicalement!


Richard LEJEUNE 01/03/2011 07:34



     Ne vous excusez pas, Etienne : je pensais en fait que vous aviez lu quelque part qu'il avait officiellement annoncé une retraite définitive
; et je voulais simplement en savoir plus ... 



Louvre-passion 26/02/2011 21:34


Cela dit, compte tenu de la situation en Egypte, il faudra attendre un bon moment avant de savoir ce qui s'est réellement passé.


Richard LEJEUNE 27/02/2011 08:34



Oui, et je pense que le jeu en vaut la chandelle !



Louvre-passion 26/02/2011 16:53


On espère qu'au final le dégât se révèlera mineur, car il me semble que la grande majorité des égyptiens est attachée à son patrimoine, lequel est une source de revenus non négligeable.


Richard LEJEUNE 26/02/2011 18:06



     C'est l'évidence même : rappelle-toi ces manifestants qui faisaient barrage devant le Musée du Caire.





     Et si Jean-Pierre Corteggiani est dans le vrai - ce que personnellement je crois depuis le début -, endommager volontairement des pièces de
la collection pour déconsidérer le sens même de la manifestation anti-Moubarak constitue à mes yeux une honte qu'il faudrait très sévèremment punir ...



FAN 26/02/2011 09:07


Il n'y a pas que le Sphinx qui est triste!!!! Nous vivons une période très difficile où la violence est partout!! Quant aux objets volés ou déterriorés, il nous reste à attendre que tout se
calme!!! restons calmes!!!! BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 26/02/2011 11:50



Et la violence gratuite qui consiste à déteriorer le patrimoine national est tout aussi répréhensible  !


Et si, en plus, comme le mentionnait J.-P. Corteggiani dans un entretien radiophonique datant du 3 février dernier, les déprédations au Musée du Caire ne seraient
qu'une mise en scène voulue par les autorités pour discréditer les manifestants anti-gouvernementaux, on ne sait plus à qui faire confiance !!!



Nat 26/02/2011 08:54


Il n'y a pas que le Sphinx qui est triste...


Richard LEJEUNE 26/02/2011 11:35



Je le pense aussi ...



etienne 25/02/2011 17:43


j'avais oublié, je suis fier qu'enfin un égyptologue français ai enfoncé le clou!
il avais déjà manifester ses doutes sur rtl et confirme ici au monde!
domage qu'un retraité doive prendre seul la parole, les autres n'osent pas parler!
c'est comme sur communauté Louvre, où ils ne se sentent pas concerné!

etienne


Richard LEJEUNE 26/02/2011 11:00



     Bonjour Etienne.


D'où tenez-vous l'information que J.-P. Corteggiani est retraité ?


Certes, il n'assume plus ses fonctions à l'Ifao depuis 2007, mais un égyptologue - tout historien, d'ailleurs - peut toujours publier à propos de ce qui fut sa
passion, et ce, jusqu'à l'article de la mort ...


 


     Je ne pense absolument pas que les autres égyptologues ne se sentent pas concernés mais ils craignent peut-être que leurs prises de
positions clairement affirmées entraînent un refus catégorique de la part du pouvoir actuellement en place en Egypte de les laisser encore venir y travailler.


Rappelez-vous au début des années '50 quand, lors de la nationalisation du Canal de Suez par Nasser et les conflits qui suivirent, les Français furent persona
non grata sur la terre des pharaons ! 


 


     Quant à la Communauté Louvre, ce fut un beau rêve dont il fallut vite déchanter ...



etienne 25/02/2011 12:36


bonjour,

maintenant les pilleurs n'ont plus aucunes limites voir cet article avec traduction automatique de la tentive de vol d'une statue de ramsèsII restée gisant dans une carrière d'assouan et qui est
encore dans le sol!!!

http://www.microsofttranslator.com/bv.aspx?from=&to=fr&a=http%3A%2F%2Fenglish.ahram.org.eg%2FNewsContent%2F9%2F40%2F6374%2FHeritage%2FAncient-Egypt%2FLooting-of-King-Ramses-IIs-colossus-thwarted.aspx

hallucinnant!

etienne


Richard LEJEUNE 25/02/2011 16:26



Incroyable, oui ...



un voyageur qui passe 24/02/2011 23:51


Certain que d'autres mensonges vont faire surface d'ici peu... (évident que beaucoup d'objets d'art ne doivent pas être perdus pour tout le monde


Richard LEJEUNE 25/02/2011 09:27



Ce me semble être une triste réalité, effectivement ...



J-P. Silvestre 24/02/2011 18:18


Malheureusement, il semble que l'ampleur d'une révolution se mesure à celles des dégradations qui l'accompagnent. En France, nous avons connu la petite révolte de mai 68 avec, seulement, quelques
dizaines de voitures brûlées et, beaucoup plus importante et conséquente, la révolution de 1789 et les innombrables oeuvres d'art mutilées ou détruites...


Richard LEJEUNE 25/02/2011 09:26



     Je n'ai jamais compris ce qui motivait les hommes, lors d'un conflit, à s'en prendre aux oeuvres d'art ...   



Présentation

  • : D' EgyptoMusée à Marcel Proust- Le blog de Richard LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

Archives

EgyptoMusée est membre de

Pages