Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 00:00

 

     Le 12 février dernier, avant de prendre congé de vous, amis visiteurs, aux fins de me réserver une semaine d'effervescenceS - celle d'un peu de carnaval et celle, nettement plus ambrosiaque, de délicieuses dégustations rémoises ; d'où ce pluriel accentué à "effervescence" qui n'était évidemment en rien une erreur orthographique ou une faute de frappe ! -, nous "abondonnions " à son bien triste sort un petit veau que nous avions croisé à l'exposition du Louvre-Lens, lové sur les frêles épaules d'un jeune moscophore égyptien.

 

     Délaissant l'esprit du vin, il me siérait, à partir d'aujourd'hui, de reprendre celui de nos précédents rendez-vous et d'évoquer pour vous la famille de ce tout jeune animal en portant, dans un premier temps, l'éclairage sur le travail essentiel que l'Égypte antique agricole attendait d'un bovidé ; puis, dans un deuxième temps, de brosser un tableau général des différentes races de bovins qu'elle connut.

 

     Premier volet, donc : ce modèle (E 27069) à Lens jusqu'au 9 mars prochain 

 

Labours-E-27069.jpg

 

 

mais que nous avions déjà admiré le 29 septembre 2009 dans la vitrine 11 de la salle 4 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, à Paris.

 

     Raison pour laquelle je vous invite à cliquer sur mes propos d'alors.

  

     Je vous en  souhaite excellente (re) lecture.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jean-Pierre 24/02/2015 14:41

Je trouve la représentation du personnage, raide,, sans grâce ! Je suis incapable de m'extasier devant les expressions artistiques de l'Egypte antique. Pouvez-vous m'expliquer, Richard, ce qui manque (entre autres) à ma culture...

Richard LEJEUNE 24/02/2015 15:36

Comme je n'ai nullement l'habitude de me défiler à une question posée - même si mes propos peuvent gêner, voire fâcher, je vais vous répondre franchement, Jean-Pierre.
Mais avant, autorisez-moi une petite parenthèse.

En milieu de matinée, devant mon refus récurrent d'obtempérer aux injonctions des administrateurs d'Overblog de migrer vers leur nouvelle version, il m'a été indiqué par courriel qu'ils fermaient momentanément l'accès à mon blog aux fins de leur permettre de procéder eux-mêmes à ce transfert.

Cela signifie que votre présent commentaire constitue le premier qui m'arrive sur mon blog nouvellement "refardé". A l'exception de quelques photos que je pourrai sans difficulté aucune retrouver là où j'avais pris la précaution de les y stocker, cette nouvelle version ne m'apparaît pas de prime abord très différente de la précédente. Ainsi, il semblerait qu'ils aient tenu leur promesse matinale de faire en sorte que je ne sois pas dépaysé par rapport à mon environnement habituel. Depuis une petite heure maintenant, je visite et m'initie aux possibilités que cette version me propose pour continuer à m'exprimer comme avant. Je m'aperçois par exemple, - détail, m'objecterez-vous, que je ne trouve pas la méthode qui me permettait d'inscrire mes réponses en rouge, de manière à bien les distinguer des questions de mes interlocuteurs.
Mais grâce à de nouvelles explorations et beaucoup de patience, je vais tenter de remédier par la suite ...

Revenons, voulez-vous, à votre interrogation.

Je ne pense pas qu'il faille incriminer un manque quelconque dans votre culture.
Je crois plutôt qu'il s'agit de tempérament, de perception, de sensibilité devant ce que représente l'oeuvre d'art : et cela, on l'a ou on ne l'a pas.

Ce modèle de scène de labour est-il "beau" ?
Non à vos yeux. Et je m'incline devant cet avis puisque je considère que l'esthétique, comme la beauté - rassurez-vous, je ne vais pas vous faire un cours sur Kant -, sont affaire de goût ; partant, peuvent différer chez chacun d'entre nous, chaque avis étant respectable.
Raison pour laquelle, petite parenthèse, j'appris à mes Étudiants à dire : "je n'aime pas", puis de tenter de motiver leur assertion plutôt que de péremptoirement fermer la porte à toute discussion par un tranchant "c'est laid" !

En revanche, si l'on se place sur un autre plan, à savoir celui de la réalisation elle-même, rudimentaire, avec quelques petits morceaux de bois taillés, puis peints ; si l'on considère que quelque quatre millénaires nous séparent de la vision d'un artiste égyptien et de la nôtre, de la conception d'une époque et de la nôtre, de la valeur socio-philosophique - certains diront, socio-religieuse -, dont cette pièce est porteuse, à savoir permettre à un défunt, grâce à la magie de l'image à laquelle les Égyptiens étaient sensibles, d'être convaincu qu'en l'emportant dans sa tombe, il bénéficierait de nourriture pour l'éternité, alors là, oui, Jean-Pierre, cette réalisation est belle ; et même au-delà : elle est éminemment émouvante de beauté !

christiana 23/02/2015 15:44

Un bon retour en arrière vers des explications que je n'avais pas eu le plaisir d'avoir en 2009; Madame tout-le-monde a bien compris le sujet :-)

Cela pourrait presque faire penser à un jouet pour enfant, un genre de Play mobil égyptien, Play mobil au labour...

Bon retour parmi nous Richard.

Richard LEJEUNE 23/02/2015 21:15



     Je n'y avais pas pensé, mais tu as raison, Christiana : avec sa tête ainsi coiffée, l'on se croirait en présence d'un Playmobil ...


 


     Il serait intéressant de discuter avec le concepteur de ces petits bonshommes pour connaître les raisons de ce choix de couvre-chef ...



Présentation

  • : D' EgyptoMusée à Marcel Proust- Le blog de Richard LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

Archives

EgyptoMusée est membre de

Pages