Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 00:00

 

 

     Dans le droit fil de mes précédentes interventions consacrées à différents animaux de l'Égypte antique tout à la fois révérés et sacrifiés, - la légitimation de semblables cruautés consistant à "transformer" ces pauvres bêtes en ennemis désireux d'attenter au bon ordre de la société tout entière ; rappelez-vous l'oryx ! -, je voudrais, avec vous amis visiteurs, aborder ce matin la raison de la présence de bovins dans l'iconologie de l'offrande alimentaire.

 

N 1393

(Louvre - Fragment Chapelle d'Ounsou N 1393 - © Photo RMN / Les frères Chuzeville) 

 

 

    Et pour ce faire, vous inviter à (re)lire un ancien article datant du 10 mars  2012.

 

     Avant d'envisager avec vous la représentation dans un futur proche de l'apport de produits spécifiques ne ressortissant plus au domaine de la nourriture, j'aimerais aujourd'hui, devant la vitrine 4 ² de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre exposant une quarantaine de fragments peints provenant du mastaba de Metchetchi,  poursuivre l'évocation d'offrandes au défunt semblables à celles que nous avons rencontrées, le 28 février dernier, évoluant toujours vers la droite ; c'est-à-dire, souvenez-vous, faisant partie des registres du mur sud de la pièce. 

 

     Permettez-moi de simplement rappeler que cette convention quant à la direction empruntée par ces défilés de serviteurs du ka était tributaire du fait que, sur le mur du fond, à l'ouest donc, c'est-à-dire là où se situait l'empire des morts, étaient gravées les stèles fausses-portes au pied desquelles certains membres de la famille se devaient de déposer les offrandes alimentaires sur une pierre destinée à cet effet.

 

     Et dans le droit fil de ce rendez-vous que nous eûmes précédemment pour expliquer les différentes manières de sacrifier un oryx, j'escompte, dans un premier temps, évoquer ce nouvel éclat de 15 cm de hauteur et 23 de long, (E 25535), malheureusement fort endommagé, dont nous devons le cliché à l'excellence de SAS, (Merci Madame),

 

 

47.-Fragment-E-25535--SAS-.jpg

 

 

et qui, manifestement, devrait éveiller en vous quelques souvenirs, récents ou plus anciens.

 

     Si d'une main, cet homme agrippe deux ou trois canards, c'est surtout de ce qu'il tient de l'autre qu'il m'intéressera dès ce matin de vous entretenir : vous distinguerez en effet qu'il porte une patte de boeuf. Comme celle, rappelez-vous, qu'un peu plus avant dans cette même vitrine, nous avions entraperçue chez un autre serviteur se dirigeant quant à lui vers la gauche, précédant son collègue portant un vase de sang. 

 

 

Fragments E 25530 et E 25536 (2009)

 

 

     Comme aussi, en la précédente salle 4, dans la chapelle funéraire du mastaba d'Akhethetep que nous avions visitée en octobre 2008.

 

 

Akhethetep.jpg

 

 

     Ce geste d'emporter le khepechpièce de choix, selon ce qu'affirment les textes, faisait partie intégrante d'une thématique iconographique récurrente au niveau des reliefs et des peintures funéraires : nous en avions vu un autre exemple en décembre 2008 dans la chapelle d'Ounsou, toujours en salle 4, au registre supérieur du fragment (N 1393) :

 

 

N-1393.jpg

 

 

il s'agit de ce que les égyptologues ont pris l'habitude de nommer scène de boucherie.

 

     Même si, à plusieurs reprises, les animaux vivant en hordes sauvages aux marges du désert firent l'objet de sacrifices - je pense à la gazelle, à l'antilope et surtout à l'oryx -, force est de reconnaître que, pour la plus grande majorité de ces figurations, ce fut celui du boeuf - animal apparemment le plus consommé par les classes aisées de la société -, que les artistes égyptiens nous donnèrent à voir.

 

     Semblables représentations, il faut le savoir, générèrent naguère cette antienne que tant je décrie : l'art égyptien ne serait qu'accumulation de poncifs. Que triste monotonie. Qu'insupportable tautologie !

 

     Faisons fi, une fois pour toutes, de ces exaspérants clichés dans le chef de certains critiques et abordons sans plus tarder le sujet précis pour lequel j'ai souhaité la petite introduction d'aujourd'hui.

 

     Mon propos, vous le constaterez, ne portera pas sur les différentes races de bovidés que connut l'Égypte dans la mesure où, en mai 2009 déjà, je vous en avais succinctement proposé une nomenclature - qu'il serait peut-être intéressant de vous remettre en mémoire. Aussi, me contenterai-je de simplement signaler que, le plus souvent, ce fut le boeuf ioua, engraissé en étables pour la circonstance, qui eut l'honneur de cet abattage frappé au coin du rituel ; le nega, boeuf des prairies, plus farouche, plus maigre aussi - ceci pouvant expliquer cela -, fut quant à lui bien plus rarement choisi. 

 

     Après de nombreuses années, les égyptologues ne se sont toujours pas accordés pour déterminer avec certitude si ces scènes de dépeçage rendent compte de ce qui se passait couramment dans les domaines d'un Ty, d'un Mererouka, d'un Metchetchi ou s'il s'agit d'un sacrifice ponctuel, c'est-à-dire effectué lors de l'enterrement du maître, voire à une quelconque date anniversaire commémorant son souvenir.

 

     Quoi qu'il en soit, leur récurrence au bas des parois des chapelles funéraires, l'abondance des détails qui les distinguent les unes des autres, tous ces signes prouvant l'importance qui leur était accordée appellent d'évidence quelques approfondissements bienvenus.

 

     Raison pour laquelle, amis lecteurs, il m'agréerait que nous nous revoyions ici dans quelques jours pour autant qu'une nouvelle évocation de sacrifices sanglants ne vous rebute pas trop ...     

 

 

 

(Vandier : 1969, 128-85 ; Ziegler : 1990, 134)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en France
commenter cet article

commentaires

Christiana 01/03/2015 17:54

J'ai essayé de cliquer comme tu as dit dans les rectangles prévus à cet effet mais rien n'est apparu... Le vide sidéral :-( J'ai de nouveau dû noter tout dans chaque case...
Il faut dire que tu n'as pas le privilège de cet inconvénient, chez hautetfort, j'ai le même problème avec Jean-Claude; je le lui avais signalé au début, quand il a déménagé son blog mais il n'a rien pu faire, hélas.

Non, je n'avais pas vu ta réponse à une de mes remarques de ces derniers jours concernant la publicité intempestive sur mon ordi, je vais essayer ça aussi.

Peut-être que tout cela s'arrangera avec le temps et que overblog va remédier aux inconvénients et faire des mises à jour...

Richard LEJEUNE 02/03/2015 09:31

Merci Cendrine.

Richard LEJEUNE 02/03/2015 09:16

Désolé, Christiana. Sur ton blog, ce matin, il a suffi que je clique deux fois sur les rectangles pour que mes coordonnées apparaissent. Comme d'habitude.
Pour ce qui concerne le mien, je ne puis t'indiquer rien d'autre que ce que je t'ai écrit ci-dessus. J'attends réponse d'un administrateur aux questions que j'ai hier réitérées ...

As-tu téléchargé Adblock plus ?
Si oui, je présume que cela a éliminé chez toi comme chez tous ceux auxquels je l'ai conseillé les publicités indésirables ...

Belle journée.
Richard

Cendrine 28/02/2015 21:13

Comment pourrions-nous être rebutés par ce qui jaillit de vos réflexions et de vos recherches, Richard? Quand on voit l'obscurantisme qui s'abat sur certains lieux de la planète et conduit des excités à détruire le patrimoine culturel commun on se dit que tous les sujets, abordés avec intelligence et sens du partage, sont des cadeaux alors merci à vous. Je vous souhaite un beau week-end, amicalement!
Cendrine

Richard LEJEUNE 02/03/2015 09:31

Merci Cendrine.

christiana 28/02/2015 19:35

ça me rebute un peu...mais... quand faut y'aller, faut y'aller!

Petite remarque sur les commentaires:
Malgré mon nouveau statut d'abonnée, je suis obligée de remettre chaque fois que je veux poster un commentaire, mon nom, adresse mail, adresse url, ce qui n'arrivait pas avant puisqu'ils étaient gardés en mémoire. C'est assez fastidieux! N'y a t'il pas un réglage à faire dans tes paramètres? Il n'y a même pas de case à cocher "se souvenir de moi"...

Richard LEJEUNE 01/03/2015 08:29

Je suis désolé, Christiana mais je dois bien admettre que la nouvelle version d'Overblog - qui tant m'agrée sur bien des points - pose l'un ou l'autre petit problème quant aux commentaires : indépendamment du fait que je ne trouve pas le moyen d'imposer la justification gauche/droite à la présentation des miens, Jean-Pierre, un de mes lecteurs m'a fait avoir qu'il ne recevait aucune notification des réponses que je rédigeais aux siens. Et ce matin, je constate que tu éprouve d'autres "difficultés" concernant ceux que tu souhaites m'envoyer.
De tous ces inconvénients, je suis marri mais, à nouveau ma page des paramètres consultée, je ne vois pas où, personnellement, je pourrais intervenir pour les pallier.
Je vais écrire à l'Administration et rendrai compte, si réponse je reçois car, je l'ai déjà fait pour mon "problème" de justification, et là, bizarrement, silence total ... alors que depuis le transfert de mon blog, nos échanges étaient excellents ...
J'aurais toutefois tendance à penser que la remédiation à ces quelques désagréments relève de la seule possibilité de l'administration d'Overblog.

Tout autre chose : as-tu lu ma réponse à une de tes remarques de ces derniers jours concernant la publicité intempestive sur ton ordi ?
A savoir : télécharger le logiciel gratuit et facile d'accès ADBLOCK PLUS ...
Chez moi, cela fonctionne à 100%. Plus une seule publicité !

Jean-Pierre 27/02/2015 17:46

Et si les sacrifices rituels étaient à l'origine de la boucherie alimentaire ?

Richard LEJEUNE 27/02/2015 21:35

Je pense que pour les Égyptiens de l'Antiquité, il s'agissait de deux choses distinctes, même si le résultat final pour l'animal est identique : il fallait d'une part nourrir les privilégiés (et les dieux) et, de l'autre, maintenir la Maât - l'ordre social - en sacrifiant des animaux pour que l'Égypte ne sombre pas dans le chaos, toujours susceptible de réapparaître ...

Richard LEJEUNE 27/02/2015 09:57

Merci à vous de le penser ... et de me l'écrire.

philae 27/02/2015 09:53

passionnant !

Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages