Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 23:00

 

     Héliopolis, le 24 février 1912

 

     Mon cher Monsieur Warocqué,

 

     Vous avez dû recevoir ma lettre du 15 c[ouran]t, vous annonçant l'envoi du petit vase en verre, ainsi que l'enlèvement du buste de Cléopâtre et des deux mains.

 

     J'espère que le tout arrivera en bon état en Belgique.

 

 

Daninos

 

MRM - Archives Warocqué,

R 34 / F 26

 


 

 

 

     Une reine à Mariemont ?

 

     C'est la question que je posai mardi dernier et pour laquelle d'aucuns parmi vous évoquèrent quelques grandes dames de l'Histoire moderne ou contemporaine du pays. Mais qui, in fine, ne correspondaient nullement à celle à laquelle je pensais ...

 


    Cléopâtre à Mariemont ? C'est à elle que pourtant faisait allusion ce document autographe choisi d'emblée ce matin pour entamer notre rendez-vous et que, souvenez-vous, je vous avais déjà présenté.


 

MARIEMONT - Lettre d'Albert Daninos Pacha (24-04-2013)

 

 

     Cléopâtre ? Au château-musée des Warocqué à Mariemont ? Est-ce bien concevable ?

 

     Pour confirmer ou infirmer cette supposition, des investigations s'imposent.

D'envergure. Minutieuses. Difficiles, peut-être ; longues, assurément.

 

     Commençons, voulez-vous, par collecter des renseignements sur l'auteur de la lettre adressée d'Héliopolis à Raoul Warocqué le 24 février 1912 : elle est signée d'un certain Daninos.


 

Daninos-Pacha.jpg

 

 

     Voilà déjà une première indication non négligeable, intéressante même - car de cela au moins nous sommes assurés -, mais loin d'être suffisante : qui était-il ?

 

     Nécessité oblige, j'entreprends de fouiller dans ma documentation.

Et tout d'abord de feuilleter la deuxième édition que je possède de l'incontournable Who was who in Egyptology ?, de Warren R.Dawson et Eric P. Uphill.

 

     A l'entrée Daninos, j'avise la parenthèse qui suit son nom : c. 1840 - c. 1912.

 

     Avec ce petit c, abréviation du terme latin circa signifiant "environ" et les deux dates avancées, mes recherches commencent sous de bien mauvais augures puisque, selon d'autres sources plus récentes, les unes, - comme par exemple la Bibliothèque nationale de France (BNF) -, indiquent 1843-1925 quand d'autres, - notamment l'article de Madame Claire Derriks, Conservatrice des Antiquités d'Égypte et du Proche-Orient au Musée royal de Mariemont, introduisant le catalogue officiel des monuments égyptiens -, notent 1845-1925.

 

     Qu'elles soient ou non assorties de ce circa qui donnerait à penser que l'on ne sait pas exactement ni quand il est né ni, bizarrement, quand il est décédé, toutes ces approximations rencontrées accusent incontestablement des écarts notoires qui me paraissent, sinon inopportuns, à tout le moins étranges quand on veut bien prendre conscience qu'il s'agit là d'une époque pas très éloignée de la nôtre.

 

     Même si, vous en conviendrez, le détail ne se révèle pas d'extrême importance, il faudra qu'un jour je tente de rompre cette incertitude - peut-être en me procurant la quatrième édition revue et augmentée du Who was who ..., parue en juin 2012 sous la direction de Morris Bierbrier.

 

     Poursuivant ma lecture, je découvre, dans ce "dictionnaire" anglais, qu'Albert Daninos-Pacha était d'origine grecque. Oui, mais Madame Derriks à Mariemont le dit de naissance algérienne. Ce que, par ailleurs, confirme un site de généalogie sur le Net qui, si je le suis bien, me conduit jusqu'au célèbre écrivain Pierre Daninos (1913-2005) - petit-fils, donc, d'Albert Daninos-Pacha - et dont, adolescent, j'avais fort apprécié la lecture de ses succulents Carnets du Major Thompson.

 

      Je vous le concède : là n'est peut-être pas non plus l'essentiel.

 

     Toutefois, je commence doucement à m'impatienter face à toutes ces discordances et de dates et d'origine !

 

     Nonobstant que sur ses activités professionnelles, les sources paraissent mieux s'accorder, - ouf !, me direz-vous -, je prends la décision de ne point trop en tenir compte, de me passer d'intermédiaires et de mener mon enquête personnelle en ne consultant que des documents d'époque, rédigés soit par Daninos lui-même, soit par des égyptologues qu'il a côtoyés ou pour lesquels il a un temps travaillé.

 

     Si vous le permettez, je commencerai par une lettre de Gaston Maspero (1846-1916), alors Directeur général des fouilles et musées d'Égypte, datée du 25 mai 1899, proposée à l'entame de Les Monuments funéraires de l'Égypte ancienne (que vous pourrez vous aussi librement télécharger sur l'excellent site Gallica de la BNF), ouvrage que Daninos publia en 1899, chez l'éditeur Leroux, à Paris.

 

     Ce texte mentionne qu'avant de partir pour la terre des Pharaons, le jeune Albert Daninos entreprit des études d'égyptologie au Louvre sous la férule d'Adrien de Longpérier (1816-1882) et de Théodule Devéria (1831-1871).

       

     J'observe par parenthèse que dans sa notice, p. 28, Madame Derriks prête malencontreusement à Longpérier les dates de Devéria, qu'elle ne cite pourtant pas.

 

     Dans sa lettre, Maspero rappelle également que trente ans plus tôt - Daninos avait en effet quitté la France en 1869 pour rejoindre Auguste Mariette (1821-1881), Directeur du service de conservation des antiquités de l'Égypte, espérant poursuivre aux côtés de ce maître les études entamées au Louvre -, le destin avait quelque peu contrecarré ses plans puisqu'il travailla dans un Ministère avant de diriger des exploitations de canne à sucre.

 

     Mais atteint comme tant d'autres du "virus" de l'égyptologie, l'homme consacra son temps libre à mener un certain nombre de prospections archéologiques, notamment près d'Alexandrie, à Héliopolis et au Fayoum ...

 

     Au sein d'un court mais très instructif et passionnant rapport qu'il adressera à Gaston Maspero en 1886  (également disponible sur le site de la BNF), j'apprends qu'à l'invitation de Mariette précisément, alors fort occupé par les préparatifs de la représentation, lors des festivités d'inauguration du Canal de Suez, de l'opéra Aïda dont il avait rédigé le livret pour la musique de Verdi, - nous sommes en décembre 1871 -, Daninos fut désigné par le khédive Ismaël-Pacha pour diriger des fouilles à Meidoum ... dont il exhumera les célébrissimes statues de Rahotep et Nefret actuellement au Musée du Caire, groupe que j'avais évoqué et montré, rappelez-vous, à la fin d'un ancien article d'avril 2011. 


 

     Poursuivant mes recherches dans une série d'archives, je lis, dans le compte rendu de la séance du 3 mars 1899 de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres que publie le site Persée, ces termes prononcés devant l'assemblée par Gaston Maspero :


     La photographie dont j'ai l'honneur de soumettre un exemplaire à l'Académie


 

MARIEMONT---Tete-de-reine.jpg

 

 

représente la tête d'une reine d'époque ptolémaïque, coiffée en Isis ; un autre fragment montre deux mains serrées, l'une d'homme, l'autre de femme.

 


MARIEMONT - Mains royales (24-04-2013)

 

 

     C'est tout ce qui reste actuellement des colosses découverts à Alexandrie, sur l'emplacement de l'ancien faubourg d'Éleusis, par Mahmoud-Pacha el-Falaki, et déjà décrits par lui il y a près de trente ans.

      Comme il l'avait vu dès le premier instant, ces débris appartenaient très probablement aux deux statues érigées à l'entrée du temple de Déméter et de Proserpine et qui figuraient Antoine et Cléopâtre assimilés à Osiris et à Isis. Les morceaux du colosse masculin sont enfouis aujourd'hui dans les remblais du chemin de fer ; ceux du colosse féminin ont été remis au jour en 1892-1893, par Daninos-Pacha, et un moulage en a été transmis au Louvre en attendant qu'un musée européen se décide à les acquérir.

 

     (Le moulage de la tête constitue l'objet de la photographie ci-dessus que je me suis autorisé à extraire de la publication du compte rendu de la séance du 3 mars à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Volume 43, 2 (1899), p. 132., en vue de la reproduire ici pour vous.)

 

     Que voilà de bien intéressants propos de la part de l'égyptologue français mais dont, pour l'un d'entre eux, à l'aune d'autres documents anciens, je me dois d'apporter une importante correction.


     En effet, Maspero dit que la tête ptolémaïque fut mise au jour par ce Mahmoud el-Falaki dont je vous avais touché un mot le 21 mai dernier quand nous avions commencé notre visite des salles ceignant la Réserve précieuse : il s'agit de l'astronome mandé par le Khédive pour dessiner une carte d'Alexandrie destinée à l'empereur Napoléon III. Vous vous souvenez ?

 

     En réalité, il n'en est rien ! Ces fragments et bien d'autres, j'y reviendrai abondamment la semaine prochaine, furent découverts aux environs de 1840 par le consul anglais Anthony Charles Harris (1790-1869), collectionneur de papyri, dont les plus connus parce que recelant des textes littéraires d'importance, ont été nommés par les égyptologues : Papyrus Harris I, Harris II, Harris 500 ou encore Harris 501.

 

     Dans l'intervention de G. Maspero à l'Académie, nous apprenons également que le "redécouvreur" des pièces mentionnées fut Albert Daninos-Pacha à propos duquel, depuis ce matin, nous nous posons tant de questions.

 

     Nous y apprenons enfin qu'il semblerait que nous soyons en présence d'une reine Cléopâtre, apparemment LA reine Cléopâtre, septième du nom ; et qu'elle n'était point seule ...


     
     Cléopâtre ? À Mariemont, au château-musée des Warocqué ? Est-ce concevable ?


     C'est pour essayer de répondre à ces questions et probablement à d'autres encore que je vous propose de poursuivre cette enquête en ma compagnie, amis visiteurs, mardi prochain 18 juin.


      L'appel est lancé !

 

     Retrouvons-nous donc ici, voulez-vous, au Musée royal de Mariemont devant ce visage à l'oeil térébrant, au sourire immanent, adamantin, énigmatique, immarcescible ; devant ce visage éminemment sensuel : apollinien, pour l'exprimer d'un mot ...

 

 

  MARIEMONT---Visage-ptolemaique--24-04-2013-.jpg

 

 

   

(Daninos : 1886 ; Dawson-Uphill : 1970, 76 ; Derriks : 2009, 28 ; Maspero : 1899, 132-3)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article

commentaires

TIFET 15/06/2013 21:12

Je la trouve effectivement très belle et tellement plus expressive que les statues habituelles égyptiennes ! Merci à vous cher Richard de mener si minutieusement cette enquête pour nous aussi, le
temps me manque et je n'ai pu encore rattraper mon retard........

Richard LEJEUNE 17/06/2013 07:07



      A votre meilleure convenance, chère Tifet : vous savez que vous êtes toujours la bienvenue.


Mais priorité à vos petits-enfants ...



Christiana 15/06/2013 01:38

Quelque chose me dit que ce n'est pas LA Cléopâtre, même sans son nez... En tout cas, une enquête comme un puzzle dont les morceaux s'emboîteront petit à petit au fil des articles à
venir...Jusqu'au tableau final.

Richard LEJEUNE 15/06/2013 07:59



     Et quelqu'un m'a dit ... que ce tableau final en déconcertera certainement plus d'un !



Cendrine 14/06/2013 01:41

Vous êtes un enquêteur émérite et vos lecteurs s'en réjouissent. Il est très intéressant de montrer par quelles circonvolutions évolue la recherche et comment l'oeuvre nous tient en haleine à
travers une profusion de questions. Ce visage est si troublant... égérie du temps qui s'écoule dans de profonds sabliers, muse aux traits sensuels, reine dont le pouvoir rayonne à travers les
âges...

Encore une fois, merci Richard!

Bien amicalement

Cendrine

15/06/2013 07:56



     Merci Cendrine de me confirmer par vos propos que tout ce parcours, que tous les méandres de mes investigations dans les archives d'époque
peuvent intéresser mes lecteurs.


 


     Ce fut pour moi, n'en doutez point, de bien intéressantes et surtout passionnantes recherches ...


 


     Le plaisir de l'Historien à l'état pur !



Louvre-passion 12/06/2013 22:19

J'attends également le 18 juin pour en savoir plus à propos de cette mystérieuse Cléopâtre....

Richard LEJEUNE 13/06/2013 08:15



     Pour en savoir plus, L.-P., certes, mais pas encore, je le précise tout de go, pour en dévoiler tous les aspects : au moins deux nouvelles
interventions seront à cette fin encore nécessaires ...


 


     J'ai bien stipulé que ces miennes investigations seraient longues et difficiles.


 Patience, donc et à bientôt ...



etienne Rémy 12/06/2013 19:32

Bonsoir Richard,

Merci pour ces enquêtes muséologiques belges aux reflets antiques si charmants...

Et oui, quelle est cette Cléopâtre ptolémaïque, il y a eu plusieurs, même si tous ne parlent que de la septième!!!
D'ailleurs, le site du musée ne précise que "reine ptolémaïque" sans autres précisions...
Donc, Richard si tu as d'autres infos?

Tu parles de cet "auguste" égyptologue français qui créa le livret d'Aïda, j'aimerais: et ne dois pas être le seul; que cet événement fasse l'objet d'un article dédié; puisque c'est loin d'être
anodin je pense...et m'intéresse beaucoup puisque j'aime les opéras à thèmes antiques et bien sûr surtout égyptiens...

fidèlement,

etienne.

Richard LEJEUNE 13/06/2013 08:09



     Tout à fait, Etienne : et tu comprendras d'ici peu le sens de cette formulation relativement vague voulue par les égyptologues de Mariemont
...


 


     Tu as parfaitement raison de me solliciter au sujet de Aïda : quand l'opportunité d'être plus prolixe se présentera, je n'hésiterai pas à
évoquer ce sujet ressortissant, il faut bien le remarquer, à une certaine "égyptomania" qui fit florès après le retour de Bonaparte de sa Campagne d'Égypte et qui, d'ailleurs, peu ou
prou, connaît encore de nos jours, à tout le moins dans certains domaines, quelques flamboyantes lueurs. 



Musée royal de Mariemont 12/06/2013 14:02

Revoici mardi, le temps de notre rendez-vous hebdomadaire, toujours aussi agréable!

Ce qui m'étonnes c'est que tu aies pris autant de photos du Musée en si peu de temps; particulièrement prolixe! Comment t'es tu ainsi faufilé?

Autre admiration, la qualité de tes recherches... Au vu de la variété de tes sujets, dans ce cas sur « une » exposition (aussi riche soit-elle bien entendu!), on voit à quel point ce sujet te
passionne.
Merci de partager cela avec nous !

Richard LEJEUNE 13/06/2013 07:47



     Merci à toi pour cet aimable commentaire.



     C'est un plaisir, tu le sais, de partager ma passion de l'Histoire en général et de l'Égypte en particulier.


 


     Quand en outre, l'excellence d'une exposition le vaut amplement, je n'ai aucun scrupule à délaisser les salles du Département des Antiquités
égyptiennes du Musée du Louvre aux fins d'emmener mes lecteurs la visiter ...


 
     C'est aussi pour moi une manière de rester "dans le coup", même si je n'enseigne plus officiellement ...



     134 photos à mon actif, lors de deux journées à Mariemont : ce n'est, je t'assure, vraiment pas un record !!


     Faufilé ? Non, mais rappelle-toi, le second jour, celui du tournage de l'émission Télétourisme, je suis arrivé relativement
tôt  - vers 9,30 H., alors que l'équipe de la RTBF n'a suivi que pratiquement deux heures plus tard !


     Cela m'a laissé toute latitude pour déambuler de salle en salle, seul ou presque à cette heure-là, et de "mitrailler" tout à mon aise
...


 


     A bientôt.


     Amitiés,


     Richard


 


 



Carole 12/06/2013 00:20

Palpitante enquête. Et quelle surprise d'y voir apparaître Pierre Daninos... je suis sûre que tout cela lui aurait infiniment plu !

Richard LEJEUNE 12/06/2013 07:03



     Je ne sais, Carole, si cela lui aurait plu mais je pense que c'est avec un oeil et une verve bien plus goguenards que les miens qu'il aurait
rendu compte de la situation.



François 11/06/2013 19:07

Hercule Lejeunepoirot en personne !
Il ne te manque que la moustache, cher Richard...
Alors, oui, nous serons là, pour la suite en maugréant. Tant de temps à attendre pour avoir le résultat de l'énigme, c'est inhumain !

Impatiemment...
François

Richard LEJEUNE 12/06/2013 06:58



     Ouf ! Je l'ai échappé belle avec le patronyme que tu m'accordes : un malencontreux V ajouté, et me voilà catalogué "invétéré" .


 


     Aimable comme à l'habitude, ton commentaire me fait toutefois craindre le pire au niveau de tes réactions futures : en effet, mes investigations
se poursuivront mardi prochain, certes, mais ne se termineront pas ce jour-là ! 


 


    L'aube est encore lointaine qui verra poindre une solution pour cette énigme.


Et à vrai dire, en  existe-t-il réellement une ?     



J-P.Silvestre 11/06/2013 17:13

Loin d'être gravée dans le marbre, l'Histoire nécessite de nombreux ajustements. Le travail d'un historien n'est pas tant d'accumuler les témoignages que de savoir en tirer parti et de tenter de
déceler la vérité à travers les nombreuses contradictions. C'est valable pour toutes les époques même celles, récentes, qui nous ont légué des archives cinématographiques faciles à truquer. Je
sollicite l'approbation du passionné d'Histoire dont c'était le métier !

Richard LEJEUNE 12/06/2013 06:44



     Je ne puis évidemment que vous suivre dans cette voie, Jean-Pierre, en attirant toutefois votre attention sur un point qui me paraît capital dans
le travail de recherche et d'interprétation : sous prétexte d'accréditer l'une ou l'autre thèse, ne pas faire dire aux documents que nous dépouillons ce qu'ils ne disent pas !


 


     Ce qui, vous ne l'ignorez évidemment pas, conduit certains à un révisionnisme non seulement peu scientifique mais, surtout, débouchant sur une
dérive inadmissible ressortissant au domaine de la falsification des faits historiques.  



N@n 11/06/2013 15:01

Au premier "Daninos" lu dans ton texte de ce jour, Cher Richard, j'ai aussitôt pensé aux carnets du major... J'en relirais bien quelques pages !

Enquête passionnante, menée avec brio ! Merci Richard :-)

L'appel du 18 juin... Je réponds également présente ; c'est une date que je ne peux oublier... ma fille serait fâchée ;-)

Amitiés et bises,
N@n

Richard LEJEUNE 11/06/2013 22:14



     Tu peux, N@n : j'en ai relu quelques pages au soleil cet après-midi avec beaucoup de bonheur !


Ce portrait des Français que brosse ce bon Marmaduke peut paraître un peu suranné - surtout pour nos amis de France et de Navarre  -, mais il garde néanmoins à mon sens beaucoup de saveur.


 


     Je ne sais si je mène l'enquête avec brio mais je t'avoue que ces recherches entreprises me passionnent, probablement d'ailleurs parce que
je n'avais jamais "croisé" Albert Daninos-Pacha dans aucune de mes précédentes lectures et peut-être aussi à cause de toutes les données contradictoires rencontrées ...


 


     Sauf  à penser que tu as épousé un descendant du Général, je présume que ce 18 juin correspond, pour ta fille, à sa date anniversaire
de naissance ...


Dès lors, excellent anniversaire à elle.



Alain 11/06/2013 14:31

L’enquête dans laquelle tu nous entraînes s’annonce passionnante, surtout lorsqu’il s’agit de la mystérieuse Cléopâtre dont le nom a inspiré tant d’écrits.
Il faut dire que le visage de la dame que tu nous montres – s’il s’agit bien de cette reine – est d’une beauté intacte malgré son nez cassé : apollinien effectivement.
Etonnement, elle me fait penser à une autre jolie femme qui vient de faire une entrée remarquée au Louvre, offerte au musée par « Les amis du Louvre ». Tu dois connaître. Il s’agit de la superbe
statuette en bois recouverte de polychromie d’une femme nue du Moyen Empire appelée « Dame Henen ». Elle a été trouvée en 1903 dans la tombe du trésorier Nakhti dont la statue est également au
Louvre face à la gracieuse entrante.
Quel pouvoir de séduction ont ces femmes égyptiennes !

Richard LEJEUNE 11/06/2013 21:34



     Et si ce n'était pas LA Cléopâtre à laquelle tout le monde s'attend, Alain ?


Nous en reparlerons ...


 


     Oui, je "connais" cette très belle statuette en bois de l'épouse, il y a quarante siècles, du chancelier Nakhti que, grâce aux "Amis du Louvre",
- merci à eux, merci à L.-P., merci à toi -, nous pourrons désormais admirer aux côtés de son mari : je l'ai découverte cette semaine dans la dernière livraison du magazine "Grande Galerie.
Le Journal du Louvre".


 


    Au-delà de sa nudité franchement affichée, permets-moi toutefois de ne pas lui trouver une aussi puissante sensualité que le seul sourire du
visage ptolémaïque de  Mariemont.


Mais cet avis n'est évidemment qu'intimement personnel.


 


     Cela posé, j'adhère entièrement à tes propos de conclusion ...



Selkis 11/06/2013 07:53

C'est avec plaisir que la Suisse répondra exceptionnellement "présent" à l'appel du 18 juin !

Richard LEJEUNE 11/06/2013 20:58



     Merci à ses "Gardes" ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages