Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 23:00

 

Que reste-t-il de ton passage, Ulysse ?
Un vieux chant grec auquel nous avons bu.
Ulysse ! J’aurais tout aussi bien pu
Dire César, Hannibal. Le temps glisse
Lentement sur les rails de leurs exploits (...)


Tout passe.
Tout est passé. Nous sommes encor là
Comme y furent César, Ulysse et la
Reine, laquelle était-ce ? Tout s’efface ...

 


Liliane WOUTERS

 

Que reste-t-il ?

 

Extrait de État provisoire

  Paris, Ed. Luneau Ascot


 

 

 

 

 

      Une reine à Mariemont ?

 

     Mais bien évidemment, répondront certains d'entre vous : il s'agit de Marie, archiduchesse d'Autriche et infante de Castille (1505-1558), soeur cadette de Charles Quint,

 

 

Marie-de-Hongrie--en-1520-.jpg


 
épouse promise, à 17 ans, de Louis II, roi de Bohême et de Hongrie ; et veuve quatre années plus tard.

 

     Après avoir un temps assuré la régence de son royaume par alliance en tant que jeune reine douairière, Marie de Hongrie - c'est l'appellation sous laquelle elle est désormais plus connue - est mandée par son frère Charles Quint - devenu roi d'Espagne et empereur du Saint-Empire romain de la nation germanique - pour administrer provisoirement nos régions, principauté de Liège exceptée.

Ce qu'elle fera près d'un quart de siècle durant !

 

     Devenue gouvernante des Pays-Bas espagnols - ainsi étions-nous dénommés à l'époque -, elle reçut de son frère deux domaines en apanage : celui de Turnhout et celui de Binche où parce qu'elle avait obtenu en parallèle le privilège d'y tenir Cour royale, elle entreprit de se faire construire un palais dans le plus pur style Renaissance.

 

     De ce dernier dépendait le territoire giboyeux de Morlanwelz sur le coteau duquel elle souhaita bâtir un pavillon de chasse dominant la Haine, rivière qui donnera son nom au comté de Hainaut, partant, à la province actuelle.

 

     Vous aurez plus que certainement compris, amis visiteurs, la raison pour laquelle cette petite colline sur laquelle Marie aimait venir chasser et résider prit le nom de Mariemont.

 

 

    Une reine à Mariemont ?

 

     Mais bien évidemment, me rétorqueront d'autres : il s'agit d'Élisabeth de Wittelsbach, duchesse en Bavière (1876-1965) devenue (la plus populaire) reine des Belges par son union avec le roi Albert Ier.

 

     Sur le document ci-dessous datant de 1957, - trois ans avant que le château-musée fût la proie des flammes -, elle est assise à un des bureaux de la riche bibliothèque aux côtés de la Directrice d'alors, Germaine Faider-Feytmans.


 

Reine-Elisabeth-a-Mariemont--MRM-.jpg



     Raoul Warocqué, on le sait, était un proche de la famille royale, et plus particulièrement peut-être de la reine Élisabeth, très admirative de la civilisation égyptienne : en 1911, déjà, elle avait effectué un premier voyage, privé celui-là, avant d'y retourner officiellement en 1922, accompagnée de Jean Capart, ami personnel, aux fins de visiter le tombeau de Toutankhamon tout nouvellement découvert ; sans oublier - je l'ai rappelé dans un article précisément dédié à ce premier grand égyptologue belge - qu'elle accepta de donner son nom à ce qu'il fut longtemps convenu d'appeler la Fondation égyptologique Reine Élisabeth (la F.E.R.E.) - actuellement renommée l'A.E.R.E. (Association égyptologique Reine Élisabeth).

 

     Et puisque l'actualité récente m'y autorise, j'épinglerai également - parmi les nombreuses "passions" à l'actif de cette souveraine d'exception - qu'amie du grand violoniste liégeois Eugène Ysaye, elle instaura un - maintenant unanimement considéré comme redoutable - concours de violon, d'abord, de piano ensuite (CMIREB - Concours musical international reine Élisabeth de Belgique), dans le but de promouvoir de jeunes musiciens ; manifestation annuelle portant évidemment son nom, réservée ce printemps 2013 à la session piano, 


 

CMIREB.jpg

 

 

remporté par l'Israélien Boris Giltburg et dont le deuxième prix, lors de la proclamation des résultats, samedi soir un peu avant minuit, fut attribué au benjamin du concours, le Français, Rémi Geniet.

 

 

 

     Une reine à Mariemont ?

 

     Mais bien évidemment, ajouteront d'autres : la comtesse espagnole Fabiola di Mora y Aragon (1928) - précisément la vieille dame que vous venez de voir saluer le public du haut de la loge royale du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, au tout début de la vidéo du palmarès que j'ai proposée à l'instant, - devenue reine des Belges par son union avec le roi Baudouin qui, le 8 octobre 1975, quatre ans après la fin de construction du musée que vous apprenez à connaître en ma compagnie, quinze après l'incendie qui avait ravagé le château Warocqué, vint à Mariemont


 

MARIEMONT---Vue-aerienne-du-Musee.jpg

 

pour inaugurer le tout nouveau bâtiment imaginé par l'architecte belge Roger Bastin dans ce domaine qui avait successivement connu la résidence de chasse de Marie de Hongrie, le château des archiducs Albert et Isabelle, celui, complètement reconstruit dans le goût du temps, du prince Charles de Lorraine, gouverneur des Pays-Bas (devenus autrichiens depuis 1714) au début de la seconde moitié du XVIIIème siècle et, enfin, après la Révolution française qui le laisse en ruines, celui que rebâtiront et aménageront les membres de la famille Warocqué ...

 

 

MARIEMONT---Reine-Fabiola---P.H.A.109.jpg

 

 

     La reine Fabiola, en 1975, devant un tableau représentant le château de Charles de Lorraine à Mariemont.

 

 

     Une reine à Mariemont ?

 

     Tous, vous avez eu raison, amis visiteurs, de citer ces souveraines successives.

Mais en réalité, ce n'était pas à elles que je pensais.

C'est dans l'Antiquité, égyptienne évidemment, que je souhaitais vous emmener.

Et plus précisément encore, cela me paraît s'imposer, à Alexandrie, pour y admirer cette beauté de pierre, cette reine au doux et énigmatique sourire, parèdre d'un époux qui est demeuré au pays, là-bas, en bordure de Méditerranée.


 

MARIEMONT - Buste féminin (18-04-2013)

 

 

     Qui est-elle ? Et que diantre fait-elle ici, seule, à Mariemont ?

 

     Voilà ce que je me propose de vous faire découvrir, lors de quelques prochains rendez-vous que je vous fixe en ce Musée, notamment le mardi 11 juin, pour autant que l'histoire de cette belle étrangère vous intéresse.

 

     Ou, plutôt, pour autant qu'enquête à son sujet vous intéresse ...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en Belgique
commenter cet article

commentaires

Cendrine 14/06/2013 01:39

Tant de reines à Mariemont, cette illustre galerie est passionnante! J'ai cru me promener dans la mémoire d'un château et contempler des portraits qui me soufflaient à l'oreille des moments de leur
histoire.

Le portrait de pierre de cette reine d'Egypte est d'une énigmatique et ensorcelante beauté. Il y a comme un voile invisible entre elle et nous et nous attendons d'en soulever un coin ou deux. Merci
Richard, je m'empresse d'aller lire la suite.

Je vous souhaite une excellente journée, bien amicalement

Cendrine

Richard LEJEUNE 15/06/2013 07:34



     L'intégralité de mes articles d'investigation aux fins de rechercher l'identité de cette beauté de pierre est, vous le pensez
bien, déjà rédigée et préprogrammée pour les mardis à venir.


 


     Quelle ne fut pas ma surprise de lire aujourd'hui votre phrase commençant par : Il y a comme un voile invisible ...


 


     Permettez-moi de ne pas vous en expliquer la raison : vous la comprendrez à la lecture du dernier article, le 25 juin.


 


     Mais c'est pour moi très troublant ...


 



J-P.Silvestre 07/06/2013 15:05

Quand j'ai écrit "revenir à" cher Richard, j'avais conscience de pouvoir être accusé de commettre une erreur historique mais, dans mon esprit, ce verbe s'appliquait à un régime que la Belgique n'a,
effectivement, jamais connu mais que je situais dans la temporalité ; un peu comme si j'avais dit : "La France risque de revenir à un régime fasciste" alors que, officiellement, elle n'en a jamais
connu. Formulation grammaticalement contestable, j'en conviens...

Richard LEJEUNE 08/06/2013 08:13



     Sauf à évoquer ici un pays dans lequel de tels régimes sont récurrents, votre formulation est effectivement contestable, Jean-Pierre, - que
ce soit pour la Belgique ou pour l'exemple que vous donnez concernant la France, simplement à cause de l'acception du verbe "revenir à" qui ne souffre aucune ambiguïté ...



J-P.Silvestre 06/06/2013 19:11

Que de reines ! Et si peu de gouvernants... Pour sortir définitivement de la crise, la Belgique reviendra-t-elle à la monarchie absolue ?

Richard LEJEUNE 07/06/2013 08:00



     Pourquoi "revenir à", Jean-Pierre ?


Une monarchie absolue, la Belgique ?


 


     Depuis sa création en 1830, le pays indépendant s'enorgueillit d'être une monarchie constitutionnelle ; ce qui nous protège
de bien des dérives semblables à celles que vous avez connues, en France, à partir de déjà François Ier et jusqu'à la Révolution de 1789, avec un incontestable et dramatique acmé au "siècle" de
Louis XIV !! 


 


    Quant à conserver ce système monarchique, voilà une grande question qui semble opposer Flamands et Wallons ... à tout le moins, leurs hommes
politiques.



François 05/06/2013 11:21

Oups ! Un S s'est échappé !!!

Malencontreusement !
François

Richard LEJEUNE 06/06/2013 08:17



     Bah ! Ne te tracasse pas pour si peu ...



François 05/06/2013 11:19

Ah, bon ? Ça transparaît à ce point ? :)

Mais cette gentille ironie ne retire rien à l'intérêt de ce que tu m'as fait apprendre sur ces illustres dame dont j'avoue avoir ignoré jusque-là pratiquement tout de ce que j'ai, une fois de plus,
appris ici !!!

Amicalement !
François

Richard LEJEUNE 06/06/2013 07:59



     Bien sûr, mon bon monsieur, que cela se sentait "à plein nez" !


 


     Toute modestie bue, je pense effectivement qu'un article comme celui de ce mardi en apprend beaucoup aux lecteurs français car à la
différence de votre Enseignement, les cours d'histoire prodigués en Belgique brassent celle de bon nombre de pays voisins dans la mesure où, tu l'auras compris par l'une ou l'autre allusion dans
mon texte, nous fûmes, avant notre indépendance de 1830, amalgamés à pas mal d'entre eux.


 


     De sorte qu'alors que vous, Français, vous n'apprenez pratiquement que l'histoire de France, nous, Belges, sommes amenés à nous pencher en
parallèle sur celle des peuples qui nous dominèrent ou nous annexèrent.


 


     Mais je présume - sauf à penser que tu ne t'intéresses nullement à la musique dite classique -, tu avais déjà entendu parler du Concours
musical international Reine Élisabeth de Belgique que l'actualité m'a invité à très rapidement évoquer ...


 


     Ceci posé, petite anecdote. Quand ton compatriote, l'extraordinaire pianiste (autiste de naissance, paraît-il) Pierre-Alain Volondat
remporta ce prestigieux concours voici trente ans, un journaliste français, pourtant  de France 3 Musique mais apparemment très mal renseigné - ou malencontreux lapsus - fit allusion à la
reine Élisabeth ... d'Angleterre !


 


     Si tu as le temps, regarde les trois minutes de la vidéo ci-jointe pour juger de l'attitude extrêmement particulière de cet artiste lors de
la proclamation de son Premier Prix, attitude que, d'après les médias, il fallait mettre au crédit de sa maladie :


 


http://www.sonuma.be/archive/cmireb-1983-l-ann%C3%A9e-volondat  



N@n 05/06/2013 10:30

Toujours un grand plaisir de te lire, Cher Richard, pour apprendre ou se rappeler toutes ces pages d'Histoire... Après cette royale introduction, ma curiosité est à son comble !
Vivement la suite :-)
Je rejoins l'avis de François: vrai qu'elle est délicieuse, cette belle reine... ou du moins en a-t-elle l'air ;-)

Amitiés et bises,
N@n

Richard LEJEUNE 06/06/2013 07:26



     Merci N@n : j'espère qu'à la hauteur de ton attente sera la suite ...



François 04/06/2013 18:55

Notre Richard à la tête d'une revue des têtes couronnées !!!

Délicieuse, cette reine ptolémaïque... Un sourire charmant auquel ta photo rend fort bien grâce !

Dire qu'il faudra attendre encore une semaine pour en savoir plus sur elle...

Impatiemment !
François

Richard LEJEUNE 05/06/2013 07:23



     Suis-je mal réveillé, cher François, ou ai-je raison de penser qu'il point dans ta première phrase une certaine touche d'ironie ?


 


     Je te rassure tout de go : je ne brigue de poste ni à Gala ni à Point de vue ; et ne souhaite en aucun cas me substituer à
Stéphane Bern ...



SiM 04/06/2013 09:35

Merci pour ces informations.
J'attends la suite impatiemment.

Richard LEJEUNE 05/06/2013 07:14



     Merci à vous SiM.


 


     En tant qu'abonné, je présume que, depuis le 23 avril dernier, vous suivez cette visite que je consacre à l'exposition de Mariemont : sachez
que, de mardi en mardi, elle se poursuivra plusieurs semaines encore ...


 


     A bientôt donc.



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages