Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 00:00

 

     Nous nous étions quittés vous et moi, souvenez-vous amis lecteurs, samedi dernier, avec pour objectif futur d'entre autres expliquer la dénomination Papyrus Prisse accordée par les égyptologues au plus important document contenant l'intégralité de l'Enseignement de Ptahhotep que je me propose de vous donner à lire, en partie à tout le moins, les prochains samedis.

 

 

      Achille Constant Théodore Emile Prisse d'Avennes (1807-1879) n'a que 20 ans quand, se joignant à une pléiade d'experts, ingénieurs comme lui, mais aussi techniciens, militaires et conseillers étrangers, essentiellement français, il  arrive à Alexandrie aux fins de participer, sous la férule du vice-roi d'Egypte Méhémet Ali, au redressement de l'économie et au développement général dans le sens d'une modernisation que ce dernier entend imprimer à son pays.

 

     Même si à quelques mois près, cinq années auparavant Jean-François Champollion le Jeune découvrait le sens des hiéroglyphes, rien, au départ, ne destinait le jeune ingénieur d'Avesnes-sur-Helpe à s'intéresser  véritablement à l'égyptologie : car ce ne sont que des propositions de travaux d'hydrographie - création d'un canal qui aurait dû relier Alexandrie au Caire, construction de ponts suspendus sur le Nil - que, dans un premier temps, il soumit au Pacha. Aucun de ses projets, en ce compris celui qu'il envisagea par la suite pour le transport, jusqu'à la Place de la Concorde, à Paris, de l'obélisque de Ramsès II que le souverain égyptien offrait à la France pour exprimer sa reconnaissance eu égard aux travaux philologiques de Champollion, n'eut l'heur d'aboutir.

 

     En outre, le khamsin tourne ! En 1836, Méhémet Ali entreprenant une restructuration de l'administration, se départ de nombre de Français qu'il avait pourtant précédemment accueillis bras ouverts. C'est l'opportunité que saisit l'Avesnois pour "changer de vie" : à presque trente ans, Emile Prisse devient Edris Effendi ; l'élégant jeune ingénieur du Nord va se muer en explorateur, en archéologue, en égyptologue et, vêtu  en Oriental, il décide de visiter la terre des pharaons.   

 

 

 

Prisse d'Avennes

 

 

     Mais à la différence de la grande majorité de ces hommes du XIXème siècle pour lesquels le Voyage en Orient et, plus spécifiquement selon la formulation de l'époque, le Voyage d'Egypte, constituait une étape obligée d'un parcours de vie ; ou de ceux qui n'y verront qu'un moyen de s'enrichir en pillant puis revendant à l'étranger les richesses archéologiques des rives du Nil, Edris Effendi que les travaux de Champollion ont définitivement convaincu de rallier l'égyptologie naissante, sillonne le pays dans un esprit éminemment encyclopédique : certes, il s'intéresse aux vestiges antiques - comment d'ailleurs les ignorer ? -, mais en faisant également la part belle à l'ethnographie, à l'anthropologie, à la minéralogie aussi, sans oublier la civilisation arabe qu'il découvre et dont il admire les monuments.

 

     Ce seront alors notes manuscrites, relevés, plans, croquis, calques, estampages, aquarelles, photographies de l'Egypte antique et de la contemporaine, pris in situ qui, huit années durant, matérialiseront à profusion ses déambulations du Delta à la Nubie et alimenteront par la suite des publications qui marqueront du sceau du progrès la balbutiante science égyptologique. Sans oublier de mentionner - apport non négligeable à l'Histoire littéraire -, que ses notes et dessins inspireront notamment son ami Théophile Gautier pour la composition, en 1858, de son Roman de la momie.  

 

     Et ce seront également la "Chambre des Ancêtres", du temple de Karnak, sur les murs de laquelle l'on voit Thoutmosis III  rendant hommage à soixante et un des souverains qui l'ont précédé sur le trône d'Egypte (E 13481 bis) ; un bas-relief (E 13482 ter) d'Amenhotep IV faisant offrande à Aton ; une stèle dite "de Bakhtan" (C 284), ainsi qu'une cuillère à fard (E 8025 bis) qui quitteront les rives du Nil pour entrer dans les collections du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.  

 

 

     Enfin, dernier élément mais non le moindre de la "maigre" provende qu'il ramène d'Egypte, un rouleau de quelque 7 mètres de long désormais connu sous le nom de Papyrus Prisse dont, à son retour en France en 1844 après 17 ans d'absence, il fera don à la Bibliothèque Royale. Dans ce qui est aujourd'hui devenu la Bibliothèque nationale de France, sur le site désormais appelé Quadrilatère Richelieu (entrée principale : 58 rue de Richelieu), il figure dans les collections du Département des Manuscrits (division orientale), sous la référence Egyptien 183-194.

 

     C'est précisément en cet endroit prestigieux que, du 1er mars au 5 juin prochains, se tiendra Galerie Mansart, une exposition menée conjointement avec le Louvre : judicieusement intitulée EGYPTE DE PIERRE, EGYPTE  DE PAPIER, sur base des documents rapportés par l'archéologue avesnois, elle mettra à l'honneur, en parallèle, les richesses de l'art pharaonique et celles de l'art islamique.

 

     A Richelieu, EGYPTE DE PAPIER honorera la partie de son oeuvre léguée à la Bibliothèque Royale de l'époque et notamment des documents sortis pour la première fois du fonds iconographique, tandis qu'au Louvre, aux mêmes dates,  tout à côté de la salle 12 bis du Département des Antiquités égyptiennes où l'on peut désormais admirer la reconstitution de la Chambre des Ancêtres, EGYPTE DE PIERRE nous permettra de découvrir des archives inédites à propos du transport du monument. 

 

     Cette nouvelle exposition égyptologique parisienne, outre sa conception duelle, se caractérise donc par une judicieuse volonté d'enfin rendre à Emile Prisse d'Avennes une aura  bien méritée au sein du  monde savant du XIXème siècle ...

 

     Peut-être, amis lecteurs, nous y rencontrerons-nous un jour de ce printemps ... 

 


 

 

(Thibaudault : 2006, 15-22)  

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Littérature égyptienne
commenter cet article

commentaires

Tifet 10/02/2011 20:34


Justement, cela laisse de la place à l'imagination ! contrairement à Jean Claude qui a besoin de plus de précision pour ses porte mines semble-t-il. quand on a qu'une photo de face très souvent, il
faut bien imaginer le reste, l'idéal bien sûr c"est de l'avoir en 3 D, ou des modèles vivants mais là !!!!......


Richard LEJEUNE 11/02/2011 08:17



     Votre réponse corrobore ce que j'attends donc : qu'une fois encore vous métonniez ...



Jc Vincent 07/02/2011 23:01


Non, Edris Effendi ne m'inspire guère (je veux dire pour le dessiner) ... A vrai dire, je n'aime pas trop le trait que je trouve un peu "grossier" et inabouti ... J'ai besoin de voir bien plus de
détails pour avoir envie de dessiner un portrait.
A propos, Richard, t'ai-je dit que j'ai dessiné un nouveau bas-relief égyptien ? Oui. Qui ? Je ne peux me taire. Quelqu'un, je crois, proche de Tiy ... très proche !


Richard LEJEUNE 08/02/2011 08:00



     J'avais gardé en mémoire - et viens de vérifier le bien-fondé de ce souvenir  - qu'après May et Ouret, tu avais effectivement annoncé cette
envie d'un jour encore te consacrer à un de ces sublimes bas-reliefs de la XVIIIème dynastie égyptienne. Mais sans autre détail.


 


     Je découvrirai donc ce nouveau dessin dans quelque trois semaines, à ton exposition ... car je présume que tu ne m'en diras guère plus d'ici là, préférant lui
offrir royalement les honneurs de la cimaise.  



JA 07/02/2011 22:24


Merci pour toutes ces informations.
Il y aura donc de belles visites à faire au Louvre ou à la BNF site Richelieu dans les mois à venir.
A bientôt
JA


Richard LEJEUNE 08/02/2011 07:28



J'espère, oui, que toutes deux seront à la hauteur de notre attente ...



Louvre-passion 06/02/2011 16:50


Bien évidemment j'attends cette exposition bi-localisée avec impatience, l'occasion pour moi de remettre les pieds dans le "site Richelieu" de la BNF.


Richard LEJEUNE 07/02/2011 08:17



     Je me doute qu'après la cure de rajeunissement qu'a connue la Vieille Dame de la rue de Richelieu, tu aies envie de la retrouver ; pour ma
part, ce sera la toute première fois que je la rencontrerai ... 



Tifet 06/02/2011 10:47


Pourquoi pas Richard, ce genre de travail m'attire, j'aime finalement beaucoup les têtes et les expressions qui s'en dégagent, c'est très difficile je sais mais je ne cherche pas la facilité, en
tout cas je trouve qu'il est intéressant, je fais actuellement la tête d'un Égyptien.....je n'en dis pas plus, j'ai encore beaucoup à faire.......


Richard LEJEUNE 06/02/2011 11:13



     J'imagine parfaitement que vous puissiez être attirée par ce genre de portrait, Tifet.


Et le néophyte que je suis comprendrait que, par exemple, mon ami Jean-Claude Vincent en fît un dessin dans la droite ligne de ses têtes hyperréalistes ; en
revanche, réfléchissant toujours en inculte en la matière, je ne vois pas comment vous allez procéder pour l'arrière, sauf à penser que votre imagination créatrice jouera dans ce cas d'espèce un
rôle considérable.


 


     Mais comme j'adore être étonné et que, par ailleurs, je fais entièrement confiance à votre talent, j'attends donc impatiemment le résultat
... 



Tifet 05/02/2011 17:40


Qui sait, peut-être irons-nous voir cette expo ?? en attendant Edris EFFENDI m'inspire beaucoup pour mon atelier de sculpture, je trouve qu'il a beaucoup d'allure !


Richard LEJEUNE 06/02/2011 09:06



Et donc, vous en feriez une terre cuite ?



FAN 05/02/2011 15:45


Encore une belle exposition que je ne pourrai visiter mais j'ai la chance de vous lire et comme je sais que allez vous y rendre, je sais que je prendrai un bon plaisir à lire vos compte-rendus!!
BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 06/02/2011 09:05



Merci de me faire confiance ...



etienne 05/02/2011 09:42


bonjour cher Richard,
merci de profiter de cette expo pour rendre hommage à ce fameux egyptophile!
le louvre nous offre cette petite expo cette année est à minima, mais espérons que cette expo soit belle!

cordialement


Richard LEJEUNE 05/02/2011 10:50



     Belle, je ne sais pas, Etienne : cette notion varie chez tout un chacun ...


Mais intéressante, je l'espère vraiment.


 


     N'oubliez pas qu'elle se décline en parallèle avec celle de la BnF où, entre autres, nous pourrons voir le Papyrus Prisse !



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages