Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 00:00

 

       Vous vous souvenez assurément, amis lecteurs, qu'en vous quittant samedi dernier après une intervention préliminaire concernant les serviteurs funéraires dont tout défunt voulait s'entourer dans sa tombe aux fins de ne pas être astreint à des corvées dans l'Au-delà, j'avais, en évoquant les différents aspects qui furent leurs tout au long de la civilisation égyptienne, gardé en suspens un détail  d'importance : dans la chambre sépulcrale d'Iufaa, les fouilleurs oeuvrant pour l'Institut tchèque d'égyptologie en mirent au jour 408 semblables à celui que nous aurons à nouveau loisir d'admirer dans un instant. 

 

 

     Mais avant de la détailler, je voudrais simplement mentionner qu'au Moyen Empire, le défunt  ne possédait le plus souvent qu'une, voire, dans quelques cas rares, deux statuettes. Leur nombre s'accrut néanmoins un peu avec le temps, mais en quantité raisonnable, hormis une exception notoire au Nouvel Empire sur laquelle je ne manquerai pas de revenir.

 

     A partir de la XIXème dynastie,  puis quand  sous Ramsès II s'invitèrent les premières figurines de contremaîtres - tenant un bâton ou un fouet à la place des outils aratoires classiques qu'étaient la houe, le hoyau ou le pic -, l'effectif augmenta considérablement et ce, jusqu'à Basse Epoque.

 

     Idéalement mais, selon le papyrus EA 10800 du British Museum, seulement à partir de la XXIème dynastie, l'équipement d'un défunt d'une famille aisée pouvait atteindre, quand il était complet, 401 figurines : en effet, une était prévue pour chaque jour de l'année - 365 corvéables donc -, et 36, considérées comme étant des chefs d'équipes. Appelés parfois "Grand des Dix"dans la littérature égyptologique ou "Dizeniers", ces dirigeants avaient en charge une dizaine d'ouvriers agricoles.

 

     Quant à l'exception mentionnée ci-avant, il s'agit, vous vous en doutez, des  statuettes funéraires de Toutankhamon. Selon l'égyptologue anglais Nicolas Reeves, Howard Carter retrouva en effet dans son hypogée 413 statuettes : les 365 de base, les 36 contremaîtres et 12 chefs supplémentaires, apparemment un par mois de l'année, surveillant la totalité du contingent.


      (Pour la petite histoire, d'aucuns, comme le français Jean-Luc Bovot, avancent le nombre de 417, en comptabilisant 4 statuettes hors troupe retrouvées dispersées ailleurs dans la tombe du jeune souverain.)

 

    Une nouvelle fois, je ne puis qu'être interpellé - je l'ai à plusieurs reprises déjà signalé - par les similitudes existant entre le mobilier funéraire du pharaon adolescent de la XVIIIème dynastie et celui du fonctionnaire royal de la XXVIème qu'était Iufaa ...


 

     Pratiquement : il n'est nul besoin d'envisager de vous rendre au  Musée du Caire pour y admirer ces petits personnages en faïence siliceuse bleue, sauf à penser que vous désirez absolument  rencontrer ceux d'Iufaa. Outre le Louvre, maints musées, fussent-ils de provinces, en France comme en Belgique, vous en proposent à l'envi.

 

     D'ailleurs, à l'entre-sol du Hall Napoléon, précisément,  sous la Pyramide du Louvre, eûtes-vous peut-être la chance, au printemps 2003, de visiter l'exposition Chaouabtis, des travailleurs pharaoniques pour l'éternité qui leur avait été dédiée. Là, désirant matérialiser une théorie de serviteurs funéraires momiformes, véritables petits chefs-d'oeuvre de Basse Epoque, les concepteurs de la manifestation décidèrent de présenter un ensemble exceptionnellement sorti des réserves et ayant appartenu à deux personnalités différentes qui, comme notre Iufaa, vécurent à la XXVIème dynastie. 

 

     Si ce ne fut pas le cas, il vous sera toujours loisible, quand nous reviendrons ensemble au Département des Antiquités égyptiennes du Louvre, de simplement diriger nos pas vers la salle 17.

 

     Sur les plus de 4500 exemplaires détenus par le Musée, c'est-à-dire pratiquement 9 % de l'ensemble de ses  antiquités égyptiennes, 71 sont ici alignés dans la première des vitrines.


 

Ouchebtis - Salle 17 - Vitrine 1

 

     Et vous vous direz alors, en tentant peut-être de les dénombrer, que Toutankhamon et Iufaa en disposèrent chacun de pratiquement 6 fois plus ...

 

 

     Mais revenons, voulez-vous, précisément à un des 408 serviteurs funéraires d'Iufaa retrouvés dans sa tombe d'Abousir.

 

 

 

Iufaa - Oushebti (Photo Milan Zemina)

 

   

     Tous pratiquement semblables, leur hauteur mise à part, en céramique siliceuse émaillée bleue, ils présentent bien un aspect momiforme, enfermés qu'ils sont dans la gaine de leur linceul d'où ne sortent que les mains tenant, l'une un pic et l'autre une houe travaillés en léger relief.

 

     Ils sont coiffés de la perruque tri-partite traditionnelle des dieux, avec retombée de chaque côté du visage, laissant libres les oreilles et, évidemment, la troisième masse de cheveux recouvrant la nuque. Ils portent également la barbe postiche des dieux, longue, tressée, arrondie et recourbée en son extrémité.

 

     Serein, leur visage arbore ce fameux sourire caractéristique de la XXVIème dynastie, appelé "sourire saïte" par les égyptologues.

 

     Terminons, si vous le voulez bien, par quelques notions philologiques.

 

     Le devant du corps présente une seule colonne de hiéroglyphes incisés dans un encadrement rectangulaire : d'emblée, vous aurez aisément compris qu'elle ne peut évidemment pas contenir le texte intégral du chapitre VI du Livre pour sortir au jour que je vous ai récité samedi dernier :

 

Formule pour faire qu'un chaouabti exécute les travaux pour quelqu'un dans l'empire des morts.

 

      Paroles dites par N. Qu'il dise : "O ce chaouabti de N., si je suis appelé, si je suis désigné pour faire tous travaux qui sont faits habituellement dans l'empire des morts, eh bien ! l'embarras t'en sera infligé là-bas, comme quelqu'un à sa tâche.

Engage-toi à ma place à tout moment pour cultiver les champs, pour irriguer les rives, et pour transporter le sable de l'Orient vers l'Occident.


      "Me voici !", diras-tu."

 

 

     Pas plus, d'ailleurs, que le traditionnel incipit que vous connaissez pour l'avoir ici maintes fois déjà rencontré : Offrande que donne le roi ... pour le Ka de N. [= le nom du défunt] .

 

     Bien plus simplement ici, l'inscription quatre cent huit fois répétée de statuette en statuette martèle ce que je  pourrais appeler, faisant fi de l'anachronisme évident : "carte d'identité" du défunt.

 

  Iufaa - Inscription Oushebti - Administrateur des palais  

     En effet, l'en-tête propose son titre officiel : Administrateur des palais.

 

    

 

 

  Iufaa - Inscription Oushebti - Son nom  

     Les quatre signes hiéroglyphiques qui s'ensuivent fournissent tout naturellement son patronyme : Iufaa.

 

    

 

  Iufaa - Inscription Oushebti - Nom de sa mère Ankhtes  

 

     Et la colonne de se terminer par le nom de sa propre mère : Ankhtes, précédant le déterminatif de la femme assise.

 

 

 

     Texte très réduit donc, vous en conviendrez, que fut celui adopté par le défunt pour ses propres serviteurs funéraires. Probablement représentait-il simplement ce qu'il voulait que l'on sache de lui dans l'Au-delà, partant du principe que la présence des statuettes était déjà amplement suffisante pour l'assurer de n'être pas contraint à y effectuer les corvées agricoles imposées à tous : nul besoin dès lors, à ses yeux, d'y faire graver un texte invocatoire comme celui du chapitre VI du Livre pour sortir au jour ... 

 


 

( Barguet : 1967, 42 ; Bovot : 2003, 9 ; ID. : 2008, 67-72 ; ID. 2009 : 389-90 ; Reeves : 1995, 136-9)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte à l'Est
commenter cet article

commentaires

JA 08/12/2012 15:35

je faisais des recherches sur ces fameux serviteurs funéraires qui m'avaient attirée au Louvre-Paris, et je trouve votre article très détaillé sur le sujet:
ceux qui ont été vus à la télé le soir de l'inauguration paraissaient blanc-crème, mais il y en a 4200 à 4500 en stock!!!!!
j'ai lu aussi que la pierre turquoise provenait du mont Sinai
En lithothérapie cette turquoise a beaucoup de vertus, notamment apaisantes, ce qui convient bien à nos serviteurs funéraires....
merci
A bientôt
JA

Richard LEJEUNE 10/12/2012 10:44



     Heureux que vous ayez pu trouver chez moi de quoi quelque peu répondre à vos interrogations, Jocelyne.



Nat 23/03/2011 08:22


Comme quoi...


Richard LEJEUNE 23/03/2011 08:52



Et oui ...



Nat 22/03/2011 19:52


Je ne pense pas qu'on jouait aux échecs à l'époque sinon ces statuettes auraient pu servir aussi...


Richard LEJEUNE 23/03/2011 08:09



     Tu auras certainement compris en me lisant  que ces statuettes ne sont porteuses d'aucune connotation ludique, tout au
contraire.


 


     Ceci posé, pour le reste, il faudra te départir d'idées préconçues : la proprension des Egyptiens à pratiquer des jeux de société est bien
plus grande que ce que tu crois : une salle entière au Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre est dédiée aux loisirs et comporte quelques vitrines dans lesquelles tu pourras
retrouver des exemples, notamment du jeu de senet (comme représenté ici
sur une peinture d'une tombe thébaine).


 


     Je n'affirme pas que les règles équivalent à celles du jeu d'échecs, mais quant à la représentation
graphique, nous n'en sommes pas très éloignés !



FAN 19/12/2010 16:02


Cher Richard, j'ai réussi à lire votre message dans la communauté du Louvre!!J'ai crée une galerie photos "personnages egyptiens" et le premier est "Ramosé" qui me semble très intéressant!! Voilà!
je débute!! A bientôt! BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 30/12/2010 09:46



Comme je vous l'ai écrit là-bas, c'est un très intéressant début.


Et j'attends la suite ...



JA 18/12/2010 10:55


Merci pour toutes ces précisions sur ces magnifiques statuettes des serviteurs funéraires(elles attirent le regard au Louvre) Bonne journée avec le sourire saïte...
JA


Richard LEJEUNE 30/12/2010 09:45



     Je pense que c'est leur nombre et leur couleur qui essentiellement retiennent l'attention des visiteurs ...



FAN 18/12/2010 10:28


Oulala, que de serviteurs!!! Pas de chômage dans l'au-delà!! Je ne connaissais pas du tout cette entreprise!!Merci Richard!!!BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 30/12/2010 09:43



J'aime l'humour qui se dissimule derrière votre terme "entreprise" ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages