Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 00:00

 

     Une momie égyptienne concrétise, indépendamment de toute considération physiologique, le message osirien de vie éternelle que la compréhension des hiéroglyphes que nous devons aux recherches de Jean-François Champollion nous permet maintenant, grâce à une meilleure connaissance des textes de rituels antiques que la civilisation des rives du Nil nous a transmis, de mieux appréhender.

 

     Et parmi eux, un document exceptionnel acheté par le Louvre en 1945 au comte Odet de Jumilhac, petit-fils du consul général de France à Alexandrie à l'époque de Napoléon III, Raymond Sabatier : le long papyrus désormais appelé Jumilhac (E 17 110)

 

 

Papyrus Jumilhac - (Louvre E 17 110 - Photo C. Décamps)

 

 

     Ce précieux rouleau découpé en 23 feuillets - malheureusement non exposés actuellement mais dont le cliché de l'un d'eux ci-dessus vous permet d'imaginer l'ensemble - fut traduit et publié en 1962, assorti d'une remarquable exégèse, par l'égyptologue français Jacques Vandier (1904-1973),  qui avait été jusqu'en 1945 Conservateur en chef du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.

 

     Rédigé en hiéroglyphes serrés à l'intérieur de colonnes  - et non en hiératique comme l'annonce faussement Wikipedia ! -, cet important manuscrit d'époque hellénistique doté de vignettes d'une grande finesse de traits constitue l'oeuvre d'un prêtre vraisemblablement de haute intelligence, savant bilingue, remarquable connaisseur du fait religieux et, de surcroît, excellent philologue : indéniablement, l'homme faisait partie de cette classe extrêmement restreinte - 1, voire 1, 5 % de la population - de lettrés, de gens qui avaient appris à lire et à écrire.

 

     Manifestement désireux de conserver trace de mythes et de rites en présentant un tableau à la fois documentaire et légendaire, il nous renseigne sur le panthéon et la géographie religieuse  du 18ème nome de Haute-Egypte en nous fournissant des listes canoniques, notamment de ses dieux, des épithètes d'Anubis, des noms des sanctuaires, des choses qui dans cette région étaient en abomination, etc.

 

     Le contenu du papyrus, dans la mesure où il évoque les rituels de la quête et de l'embaumement d'Osiris, est évidemment à mettre en relation avec des inscriptions - autres précieux témoignages à disposition des égyptologues - gravées à l'époque ptolémaïque sur les parois de temples tardifs comme ceux d'Edfou, Denderah et Philae, pour ne citer que ces trois exemples. En effet, des portions de murs de salles affectées à la célébration des Mystères osiriens, quotidiennement répétés par les prêtres officiants, font dans ces monuments allusion aux différents rites concernant le dieu et sa résurrection.

 

     C'est ce que les égyptologues ont pris coutume de nommer les Choses secrètes d'Abydos, en référence à la ville sainte qui, à l'époque antique, honorait Osiris. Cette expression, vous l'aurez remarqué, amis lecteurs, je l'ai retenue en guise de titre à cet addenda que j'ai promis de donner à mon intervention de samedi dernier, essentiellement pour répondre à un questionnement bienvenu d'un lecteur curieux et passionné.

 

 

     Dans la salle 64 du Département des Antiquités égyptiennes du British Museum, sous le numéro d'inventaire EA 32 751, le visiteur peut voir la reconstitution d'une fosse comme celles creusées à même le sable du désert égyptien bien avant que débute l'époque pharaonique : il y a 5 à 6000 ans, en effet, dans la mesure où ils s'étaient très vite rendu compte de la fonction dessiccatrice du sable sur le corps humain, c'était dans de semblables "tombes" qu'étaient inhumés, en position foetale, parfois dans une peau de bête, les premiers habitants des rives du Nil .

 

 

Momie de Gebelein (British Museum)

 

 

     Ici, à Londres, a été déposée la momie d'un homme mort vers 3200 avant notre ère mise au jour sur le site de la nécropole de Gebelein, à une trentaine de kilomètres au sud de Thèbes. Les égyptologues pensent que bien avant la fonction rituelle de la préservation des corps, c'est ce type de  découverte, ce type de "momie naturelle" que, parfois, déterraient les chiens sauvages du désert, qui aurait donné aux Egyptiens l'impression que leurs parents survivaient dans un Au-delà non identifié et, partant, qui leur aurait suggéré d'imaginer ces réelles méthodes de conservation des défunts que j'ai détaillées la semaine dernière. 

 

     En un mot, c'est ce type de trouvaille qui serait à l'origine de la momification.

 

     Lors de cette rencontre, souvenez-vous, j'avais indiqué que très tôt se répandit en Egypte la croyance que tous les hommes, pour autant qu'ils fussent reconnus justes par le Tribunal  d'Osiris, pouvaient prétendre à cette éternité dans l'au-delà que prônait le mythe.

 

     Permettez-moi d'à présent rappeler en quoi consiste cette légende que nous connaissons par plusieurs fragments de versions égyptiennes formant, comme l'écrit Jan Assmann, un fond commun d'allusions, dont celui du Papyrus Jumilhac, et grâce à une relation complète due à Plutarque, écrivain grec (46-125) qui, très probablement, fut personnellement initié aux Mystères égyptiens.

 

     Osiris, roi-dieu primordial qui avait succédé à son père Geb, était l'époux de sa soeur Isis. Ils avaient un frère : Seth, incarnation du chaos, du désordre, qui n'avait de cesse que tenter d'éloigner Osiris du pouvoir. Lors d'une fête, usant d'un subterfuge, il promit d'offrir un coffre de toute beauté - en fait conçu aux mensurations d'Osiris -, à celui qui parviendrait à s'y coucher aisément. Vous imaginez la suite : à peine  celui-ci étendu à l'intérieur, son frère haineux en referma le couvercle et s'empressa de jeter ce cercueil improvisé dans le Nil.

 

     Mise au courant, Isis, la pleureuse de son frère, comme la définissent les textes, partit à la recherche de son époux dont, après maintes péripéties, elle retrouva la trace à Byblos, en Phénicie. Après en avoir repris possession, elle le ramena en terre égyptienne aux fins de l'inhumer. Mais Seth veillait. Parvenant à subtiliser le corps, il le découpa en plusieurs morceaux qu'il dispersa à travers tout le pays. Ici, les versions diffèrent : selon le Papyrus Jumilhac, il y en eut 14 ; selon Plutarque, 36 ; et d'autres sources indiquent 42, c'est-à-dire un nombre correspondant à celui des nomes que comptait le territoire.

 

     Quoi qu'il en soit, l'épouse éplorée, à nouveau reprit sa quête, sillonnant inlassablement la terre d'Égypte. Elle réussit à récupérer les fragments corporels disséminés, hormis le sexe, avalé qu'il avait été par un  oxyrhynque. (Episode qu'ici, j'avais déjà très rapidement évoqué.)

 

     Grande de magie, elle les rassembla et, sous la forme d'un faucon battant des ailes au-dessus du corps divin recomposé par Anubis, le premier taricheute qui avait donc ainsi réalisé la toute première momie, parvint à se faire féconder.

 

 

Momification - Fécondation d'Isis (Photo Robert

 

     (Un tout grand merci à Robert Rothenflug qui a sympathiquement accepté que j'importe ici le présent cliché, ainsi d'ailleurs que le suivant, de son excellent corpus photographique consacré à Abydos.)

 

      Cette célèbre scène de la fécondation mystique d'Isis par Osiris fut gravée dans le temple de Séthi Ier, en Abydos, à gauche de la deuxième salle hypostyle, sur une paroi du mur du sanctuaire dédié à Ptah-Sokaris. Elle illustrait en fait, la formule (TP 366) des Textes des Pyramides :

 

     "Ta soeur Isis vient à toi, exultant de l'amour que tu inspires ; tu l'as placée sur ton membre pour que ta semence pénètre en elle."

 

 

     Le temps d'existence du dieu parmi les hommes étant terminé, sa seconde vie ne pouvait plus se dérouler que dans l'autre monde, dans l'Au-delà ...

 

     Assurant la continuité de la fonction royale, le petit Horus qui venait d'être engendré grâce à la magie d'Isis pouvait désormais venger son père des méfaits que Seth lui avait infligés et devenait parangon de tous les souverains égyptiens à venir : il avait en effet pour mission cardinale de faire respecter l'ordre divin établi dès les premiers instants de la création du monde ; ordre, j'aime à le répéter, incarné par la déesse Maât.

 

   

     Indépendamment de la notion de transmission de la puissance pharaonique par filiation - concept qui depuis, reconnaissez-le, associé à celui de primogéniture, fit florès dans l'histoire de tous les royaumes du monde -, le mythe osirien, apparu déjà vers 2600 avant notre ère dans les Textes des Pyramides, est porteur de notion de renaissance, de régénérescence : la vie sur terre n'étant, pour les Egyptiens de l'Antiquité, qu'une première étape, la mort ne peut être considérée comme une fin. Bien au contraire, elle prépare l'indispensable transformation permettant la seconde étape, celle de la vie future, de la vie éternelle là-bas, dans les Champs d'Ialou.

 

     Mais ce passage dans le bel Occident, se révèle problématique dans la mesure où les différentes composantes d'un être se dissociant, elles sont susceptibles de disparaître. Il fut donc grandement nécessaire de préserver l'enveloppe corporelle. De sorte que les pratiques d'embaumement mises en oeuvre eurent pour finalité, à l'image de celles, royales, pratiquées sur la dépouille de l'époux d'Isis, d'assurer une intégrité parfaite à l'ensemble des éléments constitutifs de l'entité humaine et, partant, de permettre à tout défunt juste de voix de posséder un corps qui plus jamais ne s'altérera, un corps qui sera vivant, éternellement ; bref, de devenir un nouvel Osiris.

 

     Ceci posé, en quoi exactement consistent les Mystères osiriens évoqués d'emblée ? Pour répondre à cette question, retournons, voulez-vous dans les temples ptolémaïques que je citai tout à l'heure pour y rencontrer 24 scènes - une pour chaque heure du jour et de la nuit - gravées dans certaines de leurs salles.

 

     De 18 H. un jour à 18 H. le lendemain - il faut savoir qu'en Égypte les 24 heures se comptaient à partir de 18 H. le soir, considérée de ce fait comme étant la première -, se déroulaient les différents rites effectués par une théorie de prêtres officiants qui, en fin de parcours, aboutissaient à la renaissance du dieu : libations ;  fumigations d'encens, ce "parfum qui divinise" ; sacrifices de victimes, vraisemblablement humaines au tout début,  notamment des prisonniers nubiens que l'on avait étranglés, et animales, un moindre mal,  par la suite ; résurrection d'Osiris ; hymnes d'adoration de sa personne. Enfin, on refermait les portes du temple ... avant de recommencer le cycle. Quotidiennement.

 

     Après l'exécution des premières phases de ce rituel, il était prévu que les dieux réalisent quelques miracles sur le cadavre d'Osiris : Mystère de la reconstitution du corps, Mystère du corps revivifié, Mystère de la renaissance végétale et Mystère de la renaissance animale : des animaux étaient en effet sacrifiés à la 5ème et à la 6ème heures du jour. Leur peau, que les textes nous apprennent  avoir appartenu à Seth, l'ennemi atavique de tout être osirien, servira de linceul pour envelopper le cadavre du dieu.

 

     Cette dépouille - souvent d'une vache, ce qui permet d'évoquer Nout, déesse-vache du ciel, mère d'Osiris -, sera en quelque sorte la couche dans laquelle il pourra renaître. Principe constitutif des Mystères : faire de la mort le berceau d'une vie nouvelle ! 

 

     Lors des fêtes abydéniennes, pour symboliser cette résurrection, le roi érigeait le pilier Djed, un des fétiches du dieu, symbole de la stabilité retrouvée, comme ici en bas-relief peint, à nouveau dans le temple de Séthi Ier en Abydos.

 

 

 

Erection du pilier Djed (Abydos)

 

 

     A tous ces rites présidait un dieu : Anubis, le propre fils d'Osiris. A l'instar du prêtre qui l'accompagnait, revêtu lui d'une peau de panthère, Anubis portait celle d'un des animaux sacrifiés : c'est ce qu'après les Grecs, le vocabulaire égyptologique nomme la nébride.

 

 

Nébride d'Osiris - Temple de Deir el Médineh - (Photo Al

 

     (Un tout grand merci à Alain Guilleux qui m'autorise une nouvelle fois à lui emprunter ses documents photographiques : celui-ci, d'abord, qu'il a réalisé dans le temple de Deir el Médineh, mais aussi le suivant, provenant de la tombe de Ramose.)

 

     Le Papyrus Jumilhac consacre un chapitre entier à cet insigne que vous découvrez ci-dessus entre Osiris momifié et la représentation des quatre fils d'Horus : d'après Jacques Vandier, il se compose d'un mortier contenant des remèdes prophylactiques, d'un bâton qu'il pense servir pour les réduire en poudre - car en réalité le texte ne précise rien à son sujet - et d'une dépouille d'animal renfermant les membres d'Osiris réunis par Isis après le geste séthien.

 

     Ce qui complique un peu les choses, c'est que l'on rencontre parfois dans les représentations pariétales de certaines tombes, comme ci-dessous dans celle de Ramose (TT 55), au-dessus du registre présentant les pleureuses de sa fastueuse procession funèbre, 

 

 

Tékénou

 

 

une masse sombre, de forme que l'on pourrait considérer comme vaguement humaine, avec ce qui semblerait être une tête à l'avant d'un des traîneaux du convoi funèbre, entre celui  du sarcophage tracté par des boeufs et celui des vases canopes : le tekenou (ou tikenou, selon certains). 

 

     L'égyptologue français Nicolas Grimal traduit le terme par "le voisin", ce qui, à ses yeux,  laisse supposer qu'il s'agit d'une puissance tutélaire de la nécropole qui aide le mort à triompher de ses ennemis au moment d'accéder au tombeau.

 

     Homme réel dans une peau animale ou mannequin, simulacre ?

Parfois, la face de ce vague "anthropoïde" présentait un visage découvert. Pour respirer ?

D'autres fois, le linceul recouvrait le tout. Principe de la burqa avant la lettre ?

 

     Pour certains égyptologues, ce tekenou présente l'aspect d'un foetus lové dans le sein maternel. Conception éminemment contemporaine pour une figuration antique.

 

     Alexandre Moret (1868-1938), titulaire de la Chaire d'Égyptologie au Collège de France, Président de la Société française d'Égyptologie, Directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes de Paris et Directeur honoraire du Musée Guimet qui, au début de XXème siècle, étudia magistralement les Mystères égyptiens, pense qu'à l'image d'Osiris qui, nous l'avons vu, lors de rites se couche dans une peau, le défunt - ou plus vraisemblablement à ses yeux, un simulacre -, est ici placé sous cette dépouille animale parce qu'elle est son lieu du Devenir, des transformations, de la vie renouvelée.

 

     Ensuite, s'extrayant de ce "placenta" - tel un nouveau-né -, le tekenou, entendez le défunt en faveur duquel le rite a été exécuté, naît au monde de l'Au-delà, tout naturellement. 

    

     Tu te couches et tu t'éveilles ; tu meurs et tu vis, peut-on lire, déjà, dans les textes de la pyramide de Pépi II, à Saqqarah.

 

     L'évolution des pratiques voudra, - ceci précisé pour tendre vers une certaine exhaustivité -, qu'à partir de la XIXème dynastie, c'est-à-dire de l'époque ramesside, ce sera un des officiants, à savoir le prêtre-sem qui avait pour fonction, lors du rite de l'ouverture de la bouche, de rendre ses sens au défunt, qui se couchera sur la peau, jouant le rôle de tekenou.

 

     Mais pourquoi ai-je précédemment avancé que cette masse peu esthétique compliquait un peu les choses ?

 

     Tout simplement parce que, désireux d'investiguer chez les égyptologues contemporains, j'ai trouvé, pour tekenou, une définition fort semblable à celle de la nébride que donnaient Alexandre Moret et Jacques Vandier réfléchissant à près d'un demi siècle d'intervalle sur des documents totalement différents quand ils affirmaient qu'elle contenait des morceaux du dieu démembré.

 

     En effet, l'égyptologue allemand Erik Hornung en 1989, rejetant une vieille hypothèse faisant de cet "objet" une réminiscence de l'inhumation d'un humain recroquevillé dans une peau de bête, estime que ce tekenou pourrait être un possible récipient qui renfermerait toutes les substances organiques que l'on avait retirées de l'abdomen du défunt et qui ne pouvaient trouver place dans les vases canopes, ainsi que tout ce qui avait été en  étroite relation - les tissus, par exemple - avec son corps pendant tout le processus de momification.

 

     Il me semble, conclut E. Hornung, que cette chose informe contenait tout ce qui, en l'homme, ne pouvait être momifié. De cette façon le corps du défunt était tout entier inclus dans le rituel de l'inhumation et pouvait participer à la résurrection dans l'au-delà.    

 

     En 2001, son confrère Jan Assmann, Professeur d'égyptologie à l'Université de Heidelberg, un des très grands spécialistes de la religion égyptienne, le cite pour affirmer lui aussi que l'énigmatique tekenou contenait vraisemblablement les résidus de l'embaumement emballés dans une peau de bête. Il serait dès lors à ses yeux l'incarnation des substances délétères (en égyptien : djout nebet = "tout mal") enlevées lors de l'embaumement.

 

     Toutes ces définitions fort peu péremptoirement assénées par les savants- remarquez les formulations qu'ils emploient : laisse supposer que ... ; pourrait être un possible récipient ... ; il me semble que ... ; contenait vraisemblablement ...- me laissent, probablement comme à vous amis lecteurs, comme à vous en particulier Etienne, un puissant arrière-goût d'insatisfaction ...

 

     Le seul point avéré par la documentation à notre disposition : la représentation de ce sibyllin tekenou disparut des scènes funéraires peintes sur les parois des tombes avec la XXème dynastie, à la fin de l'époque ramesside.

 

     Oui, mais pour quelle raison ?

 

     Le curieux paradoxe de la présente intervention répondant à des questions d'un lecteur : terminer moi-même par un point d'interrogation ...    

 

 

 

 

(Assmann : 2003, 47 et 443-56 ; Derchain : 1990, 9-30 ; Dunand/Lichtenberg : 1991, 28Goyon/Josset : 1988, 11-51 ; Grimal : 1988, 171 ; Hornung : 1998, 184 ; Mathieu : 2010, 98 ; Moret : 1922, 3-101 ; Vandier : 1945, 214-8 ; Yoyotte : 1962, 123-6)

 

 

ADDENDUM

 

     A propos du tekenou, une autre interprétation apportée dans cet article de 2013

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Mort et Au-delà ...
commenter cet article

commentaires

Nat 15/02/2011 08:12


Pourquoi les premiers habitants des rives du Nil étaient-ils inhumés en position foetale ? Et pourquoi certains se voyaient-ils habillés d'une peau de bête (sans doute pas pour ne pas prendre
froid...)


Richard LEJEUNE 15/02/2011 09:04



     Ce n'est nullement une exclusivité égyptienne : la position foetale fait partie des "rites" d'inhumation de la Préhistoire. Et ces premiers Egyptiens n'étaient jamais que des hommes préhistoriques
au départ nomades, devenus sédentaires grâce aux conditions favorables d'acquisition de nourriture qu'ils découvrirent dans la vallée du Nil ...


 


     Quant à l'apport d'éléments supplémentaires - de la peau de bête au puits funéraire d'un mastaba à 30 mètres de profondeur -, il est le
fruit d'une volonté de protéger le plus possible le défunt pour assurer l'intégrité de son corps essentielle à sa vie dans l'Au-delà ...


 


     C'est d'ailleurs ce que tu découvriras quand tu arriveras aux articles suivants ... 


 


     Bonne continuation, comme on dit dans certains restaurants.



Montoumès 07/12/2010 12:02


Bonjour Richard,

Deux autres photos pour complémenter le propos :
http://egyptopedia.fr/temp2/img-entrees/00033.jpg
http://egyptopedia.fr/temp2/img-entrees/00035.jpg

Amicalement


Richard LEJEUNE 07/12/2010 14:33



     Merci à vous, J.


 


     J'invite ceux de mes lecteurs qui s'intéressent à ce sujet en particulier et à l'égyptologie en général d'y aller jeter plus qu'un oeil
furtif ! 



Louvre-passion 06/12/2010 21:24


J'ai toujours été fasciné par la légende d'Osiris, avec ses personnages Osiris, Isis, Seth, Horus et ses variantes. Mes deux épisodes préférés sont la quête d'Isis et l'enfance clandestine d'Horus
dans les marais du Delta.


Richard LEJEUNE 07/12/2010 07:39



     Tu as raison d'ajouter " et ses variantes" car, effectivement, ce mythe prend souvent des tournures différentes selon les versions, au
demeurant jamais complètes, si elles sont d'origine égyptienne ; ce qui en accroît encore la difficulté de compréhension et, surtout, de rétention.


Le nombre de morceaux démembrés du corps d'Osiris que j'ai ci-dessus cité est un exemple parmi bien d'autres ...


 


     Si l'épisode de leur quête auquel tu fais allusion constitue probablement la partie la plus connue parce que la plus souvent répétée dans la
littérature égyptologique, je comprends que celui de l'enfance d'Horus dans les marais nilotiques aux fins de le protéger de Seth , moins ressassé, fasse partie de tes préférés.


J'y avais d'ailleurs succinctement fait allusion ce printemps dans un article de la rubrique "Décodage de
l'image" ...



J-P.Silvestre 05/12/2010 14:57


Ce que je retiens de votre exposé,cher Richard, c'est que les grands savants que vous évoquez se gardent d'être péremptoires à la différence de certains exégètes qui ne craignent pas d'affirmer des
choses qui ne pourront jamais être démontrées...


Richard LEJEUNE 06/12/2010 08:33



     Ce que j'apprécie particulièrement chez vous, cher Jean-Pierre, c'est votre extraordinaire faculté de transcender dans mes articles les
sujets purement égyptologiques qui, à vrai dire, ne constituent pas trop votre tasse de thé et de vous élever pour, dans votre commentaire, épingler le plus souvent LE point qui concerne
l'humaine condition, celui qui confine à l'universel de la pensée, celui dont on pourrait débattre quels que soient le lieu et le temps de la civilisation.



     C'est à nouveau aujourd'hui le cas. Certes, il y eut et y aura toujours des gens qui, dans tous les domaines, asséneront leur vérité sans
admettre de discussion aucune ; et d'autres, les vrais savants, qui reconnaîtront certaines limites à la science et surtout à leur savoir ...



     Merci à vous, vraiment, pour l'acuité de votre regard qui s'élève bien au-delà du sommet des pyramides.



Jean-Marie LETIENNE 05/12/2010 09:37


Merci pour votre réponse. Effectivement, je ne parle pas comme il le faudrait de la sœur d'Isis. Je vais y remédier. Pour l'instant je me suis totalement immergé dans la gaule romaine. Le lien avec
l'Égypte est très lointain, je vous l'accorde. C'est également passionnant.
Bon dimanche
Amicalement
Jean-Marie


Richard LEJEUNE 05/12/2010 09:59



     Excusez-moi, Jean-Marie, mais je ne comprends pas votre remarque : sauf à penser qu'elle s'adresserait à Fan qui m'a fait judicieusement
remarquer que j'omettais de citer Nephthys dans l'épisode osirien, je ne vous ai personnellement adressé idans ma réponse de tout à l'heure un quelconque reproche à ce sujet ...



FAN 04/12/2010 16:37


Kikou Richard, enfin, un week end où je peux vous lire!!(enfin dans mes news pénates)!!Votre post est très instructifs mais je me pose la question, comment peux-t'on mettre un corps mort en
position foetaL?? En revanche, d'accord pour la représentation!! Puis, en ce qui concerne la résurrection d'Osiris, n'oublions pas la soeur d'ISIS!! Nephtys, déesse de la résurrection, qui, sans
elle, Osiris ne serait pas revenu à la vie! Hormis, mes minis remarques, très beau papyrus conservé dont je suis épatée que l'on ait permis la photographie!!! Bon Dimanche Richard BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 05/12/2010 09:54



     Je ne suis absolument pas spécialiste en thanatologie, mais je présume que juste avant que la raideur cadavérique intervienne, il y a moyen
d'imprimer au corps d'un défunt la position que l'on souhaite ...


 


     Vous avez entièrement raison quant au rôle joué par Nephthys aux côtés de sa soeur Isis dans la quête de retrouver et réassembler toutes les
parties du corps de leur frère. Mais la relation que j'ai ici faite au départ du texte de Plutarque n'est évidemment qu'un très petit résumé de toutes les péripéties concernant l'événement
mythique : dans mes articles, déjà souvent relativement longs, je me dois d'essayer de rester succinct, tout en ne commettant pas d'erreur. Quant aux raccourcis, ils me semblent de temps en temps
nécessaires ...


 


     Pour répondre à votre dernière remarque : en règle générale, si vous présentez la flèche de votre souris sur les documents iconographiques,
vous en lirez l'origine. Ici, en l'occurrence, il s'agit d'un cliché de C. Décamps que propose sur le Net la base de données du site du Louvre. Je n'ai donc aucun mérite : tout le monde peut y
avoir librement accès.


 


     En règle générale, viens-je de préciser car, dans les autres cas, il m'arrive d'indiquer - ce fut d'ailleurs noté dans cet
article-ci -, le nom du propriétaire sous le cliché aux fins de le remercier personnellement.


Enfin, et ainsi j'aurai effectué le tour complet sur ce sujet, j'insère parfois mes propres photographies prises au Musée du Louvre : dans ce cas, mon nom figure le
plus souvent dans le coin inférieur droit.  



Jean-Marie LETIENNE 04/12/2010 08:20


Bravo et merci Richard pour cet article passionnant
Jean-Marie


Richard LEJEUNE 05/12/2010 09:20



     Merci pour votre appréciation ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages