Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 23:00

 

 

     Si, voici quinze jours - puisque samedi dernier, j'avais cru bon de consacrer mon intervention à l'exposition Toutânkhamon qui se tient à Bruxelles jusqu'à l'automne prochain -, nous avions relu trois maximes successives de l'Enseignement de Ptahhotep à la lumière de deux traductions distinctes, je vous propose ce matin, amis lecteurs, de reprendre le cours normal de notre découverte de ces préceptes moraux de l'Egypte antique, avec le cinquième apophtegme dans lequel ce père aborde un  nouveau cas d'espèce pour l'impétrant, son fils, qu'il veut aiguiller sur la voie de la sagesse dans sa profession future et ses relations avec autrui.

 

     Il évoque également, pour la première fois, un concept cardinal - la maât - qui régit toute la société égyptienne et traverse d'ailleurs l'ensemble de l'oeuvre .


 

Maat---Louvre-E-4436---Salle-18-Vitrine-1--C.-Decamps-.jpg


 

     Traditionnellement matérialisée par une plume ou sous l'aspect d'une femme portant une plume sur la tête, comme ci-dessus la petite statuette (E 4436) exposée dans la vitrine 1 de la salle 18 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, cette notion complexe que l'on traduit régulièrement en français - pour faciliter notre compréhension - par "Vérité-Justice-Ordre", nous fait toucher du doigt l'essence même de l'idéologie égyptienne antique ; elle constitue la base du bon fonctionnement de la société, partant, l'équilibre du monde créé. Ainsi, un pays dont le souverain ne respecterait pas la maât s'exposerait inévitablement au chaos (isefet, en égyptien ancien).

 

     En revanche, aligner sa conduite sur la maât assure non seulement à l'homme la bonne marche de sa propre vie et le respect d'autrui mais, et c'est capital pour le devenir de tout un chacun après l'ici-bas, lui permet de ne pas totalement disparaître, de se perpétuer pour l'éternité dans la mémoire de ceux qui l'ont côtoyé ...  

 

 

 

Si tu te trouves être un dirigeant

Donnant des directives à une multitude,

Cherche pour toi la perfection dans chaque cas,

De sorte que tes directives ne comportent définitivement pas de défaut.

La maât est puissante, et de perpétuelle efficacité d'action.

On ne peut la perturber depuis le temps d'Osiris.

On inflige un châtiment à celui qui transgresse les lois.

C'est ce qui échappe à l'attention de l'avide.

(Certes), c'est la vilenie qui s'empare par la force des richesses,

(Mais) jamais le mal-agir n'a mené son affaire à bon port.

[L'avide] Il dit : "Je veux faire du profit à ma convenance personnelle !"

Il ne saurait dire : "Je veux faire du profit en fonction de mon travail."

(Mais), s'il y a une fin, la maât (au contraire) est perpétuelle.

Que l'homme n'aille pas dire : "C'est mon patrimoine !"

 

 

 

 

(Vernus : 2001, 78)

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Littérature égyptienne
commenter cet article

commentaires

J-P. Silvestre 15/05/2011 16:42


Le maât semble être un précurseur mais pas un inspirateur des religions "modernes". Ces dernières étant élaborées sous le contrôle des puissants afin de préserver leur pouvoir et de maintenir le
peuple en esclavage...


Richard LEJEUNE 16/05/2011 07:47



     On pourrait effectivement envisager l'actualisation de ce concept antique sous cet angle mais, comme vous le soulignez, cher Jean-Pierre, ce
n'est pas lui qui inspira - et j'en suis heureux ! -  certaines des dérives des monothéismes que nous connaissons.


 


     Dans cette optique, je vous conceille de vous plonger dans la littérature vétéro-testamentaire, notamment ce que prévoit comme malédictions
le Deutéronome au chapitre 28, à partir du paragraphe 13, à ceux qui auraient l'outrecuidance de se tourner vers d'autres dieux : c'est édifiant et, très très loin des principes de la
maât !!!


A tout hasard, si cela vous intéresse, en voici le lien.


 


     Et je ne fais pas encore ici allusion à l'appel franc à la violence que, l'on rencontre dans le même Deutéronome, au chapitre 13, notamment
aux paragraphes 6 à 10 !


  


 



JA 15/05/2011 11:04


Bonjour, de nos jours c'est vrai que cela parait illusoire, car tout est devenu compliqué: les mots ordre, dirigeant etc... font peur à certains, tout part un peu à volo, c'est un peu inquiétant
pour l'avenir
La petite statuette est vraiment charmante.
Au fait merci à la Belgique pour les 12 points donnés au chanteur français de l'Eurovision.....

A bientôt
JA


Richard LEJEUNE 16/05/2011 07:13



     Et pourtant, sans évidemment souscrire à un Etat policier, il serait bon que certaines valeurs jadis véhiculées par la maât fussent
remises à l'honneur ...



Sushi 15/05/2011 11:02


Oups, j'ai écrit deux fois déesse, désolée.


Richard LEJEUNE 16/05/2011 07:11



     Aucun problème : il suffit d'ajouter une petite virgule après Maât et voici ce que vous preniez pour une tautologie devenu une
figure de style !



Sushi 15/05/2011 10:59


Apparemment, la maât s'est dissipée dans l'atmosphère depuis bien longtemps...
Mais j'ai toujours cru que Maât était une déesse. Donc, est-ce qu'il existe une déesse Maât déesse qui personnifie le concept de maât, ou pas du tout (je ne sais pas si je suis bien claire) ?


Richard LEJEUNE 16/05/2011 07:08



     Bien sûr, oui : la déesse Maât, que les textes d'époque considèrent comme étant la fille de Rê, incarnait l'équilibre de l'univers qu'avait
désiré le démiurge au moment de la création. 



FAN 14/05/2011 15:49


J'ai copié l'image de la Maât, elle est superbe et j'aime sa signification Vérité-Justice-Ordre!! Le texte de "bonne conduite" me fait quelque peu penser à Kipling et son "Tu seras un homme mon
fils" Sans doute fut-il inspiré du Maât!! L'esprit de Salomon serait-il passé dans celui de ces deux hommes??? Merci Richard BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 15/05/2011 09:36



     Je ne sais, Fan, si Kipling s'inspira du concept de la maât si chère aux Egyptiens ou de l'esprit de Salomon ; en revanche, ce qui
est indéniable, par simple chronologie, c'est que la sagesse de ce roi d'Israël n'aurait pas pu être à l'origine de celle de Ptahhotep puisque les maximes de l'Enseignement, rédigées au
XXème siècle avant notre ère, étaient censées avoir été celles d'un sage ayant vécu approximativement 400 ans plus tôt.


Et Salomon, quant à lui, vint bien après tout cela : Xème siècle avant notre ère. Et c'est donc peut-être lui qui fut influencé par la philosophie égyptienne, et non
l'inverse.



TIFET 14/05/2011 13:48


Je pense que nos gouvernants respectifs devraient s'inspirer de la "Maât" !!! peut-être le monde irait-il mieux..........


Richard LEJEUNE 15/05/2011 09:08



     Vous ne croyez pas si bien dire, chère Tifet, en employant le verbe "inspirer", même au pronominal !


 


     En effet, selon les Egyptiens de l'Antiquité, la maât se trouvait dans l'atmosphère permettant ainsi aux hommes de bien vivre ...
 



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages

EgyptoMusée publie aussi sur Eklablog.