Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 23:00

 

      Comme il est bien, dans la requête au Prince, d'interposer l'ivoire ou bien le jade

Entre la face suzeraine et la louange courtisane.

 

 

SAINT-JOHN PERSE

Amers, Invocation, 4

 

dans Oeuvres complètes,

Paris, Gallimard, La Pléiade,

p. 262 de mon édition de 1972

 

 

 

     Dans le pénultième épisode pré-programmé pour pallier mon absence, nous avons laissé Sinouhé, souvenez-vous amis lecteurs,  en compagnie d'Amounenchi, prince du Rétchénou supérieur, qui l'interroge  sur sa présence en Asie.

 

     L'Égyptien tente de la justifier en prétextant, dans un premier temps, la volition de son "coeur", comprenez son esprit, voire son inconscient qui l'aurait poussé à agir de la sorte suite aux propos interceptés concernant l'assassinat du roi Amenemhat Ier.

      Puis, dans un second temps, argument probablement plus prégnant à ses yeux, il invoque la volonté d'un dieu ... qu'il se garde évidemment bien de nommer.

 

     En prenant soin d'ajouter que personne n'a eu à lui reprocher quoi que ce soit, - ce qui constituait, selon l'auteur anonyme de ce roman, une assertion irréfragable -, Sinouhé, se montrant indiscutablement sous un profil le plus avantageux possible, souhaite en outre s'assurer qu'Amounenchi jamais ne le soupçonnerait d'avoir fait partie de ceux qui, au sein même de la Cour, ont fomenté l'attentat ; et, peut-être plus important encore, veut prouver qu'il ne s'est pas exilé aux fins de se soustraire à la justice de son pays.

La Maât est donc bien respectée ...


     Poursuivant son interrogatoire, Amounenchi s'inquiète de l'avenir de l'Égypte suite à la disparition du vieux roi : "Comment donc sera ce pays-là en son absence, sans lui, sans ce dieu puissant ?".  

 

 

     Pour ma part, je lui dis en guise de réponse : "Assurément, son fils (1) est entré dans le Palais après qu'il a pris possession de l'héritage de son père. C'est un dieu, certes, qui est sans égal ; personne n'a existé supérieur à lui. C'est un maître de sagesse, excellent quant aux desseins, efficace quant aux commandements, sur l'ordre duquel l'on va et vient.


 

 

Sesostris-Ier---Altes-Museum--Berlin.png


 

     C'est lui qui soumettait les pays étrangers tandis que son père était dans son palais. Il (lui) rendait rapport sur ce qu'il avait ordonné d'être fait. Certes, c'est un homme fort, agissant par la vigueur de son bras, un être actif qui n'a pas son pareil quand on le voit charger les troupes ennemies ou aborder la mêlée. C'est lui qui plie la corne (2)  et affaiblit les mains, (faisant en sorte que) ses ennemis ne peuvent se ranger en ordre de bataille.

 

     C'est un laveur de visage qui brise les fronts (3). On ne tient pas debout en sa présence. C'est un qui allonge le pas quand il détruit les fuyards : il n'y a pas d'échappatoire pour celui qui lui montre son dos. C'est un tenace au moment de repousser (l'ennemi). C'est un homme qui revient à la charge : il ne peut tourner le dos. C'est un homme vaillant, brave quand il voit la multitude. Il ne donne pas prise à la lassitude autour de son coeur (4) .

 

     C'est un hardi quand il voit les ennemis de l'Égypte ; c'est sa joie que refouler les troupes adverses. Quand il saisit son bouclier, il piétine (les ennemis). Il ne s'y prend pas à deux fois pour tuer. Personne ne peut échapper à sa flèche ; personne ne peut bander son arc. Les étrangers fuient ses deux bras comme la puissance de la grande déesse (5). Il combat comme s'il prévoyait le but, et ne se soucie pas du reste.

 

     C'est un possesseur de charme (6) , grand de douceur : l'amour a conquis pour lui. Sa ville l'aime plus qu'elle-même. Elle s'honore de lui plus qu'en son propre dieu. Hommes et femmes passent en exaltation grâce à lui, maintenant qu'il est roi

 

     Il a conquis étant encore dans l'oeuf : son visage est tourné vers cela depuis qu'il a été mis au monde (7). C'est quelqu'un qui multiplie ce qui est né avec lui. C'est un unique que donne le dieu. Combien se réjouit ce pays qu'il gouverne. C'est quelqu'un qui élargit les frontières : il conquerra les pays du Sud et ne tiendra nul compte des pays du Nord car il a été créé pour frapper les Asiatiques et pour écraser les Coureurs des sables.

 

     Dépêche (un messager) vers lui. Fais qu'il connaisse ton nom (8) ; ne blasphème pas loin de Sa Majesté. Il ne manquera pas de faire du bien à un pays qui sera loyal envers lui.

 

     Alors il me dit : Et assurément l'Égypte est heureuse, elle sait qu'il est puissant !

 

 

 

Notes

 

(1)  Son fils : Sésostris Ier, fils d'Amenemhat Ier.

 

(2)   C'est lui qui plie la corne : c'est lui qui fait ployer son adversaire, ici comparé à un taureau puissant ; métaphore d'ailleurs souvent attribuée à Pharaon lui-même, soit dans la littérature officielle, soit dans sa titulature : souvenez-vous quand je vous avais détaillé celle de Ramsès II gravée en creux sur l'obélisque situé Place de la Concorde, à Paris, et que nous y avions lu le premier parmi les cinq noms qui lui avaient été attribués : Horus, Taureau victorieux, aimé de Maât.

    

(3)  Un laveur de visage qui brise les fronts : un vindicatif. Il est ici fait allusion à la figuration, devenue elle aussi classique, du roi vaillant qui fracasse ses ennemis.

 

     A la lecture de tout ce passage, vous aurez évidemment compris que Sinouhé met particulièrement l'accent sur les qualités guerrières qui animent Sésostris Ier. Nous sommes là en présence d'une image récurrente des formules d'eulogie qui se renforcera par la suite, notamment quand, au Nouvel Empire, le souverain affirmera qu'il est un preux, un champion au-dessus de tous les autres.

 

(4)   Il ne donne pas prise à la lassitude autour de son coeur  : il ne se laisse pas vite décourager.

 

(5)   ... la puissance de la grande déesse  : il s'agit d'Ouadjet, sous la forme d'un cobra femelle censé protéger tout monarque égyptien de ses ennemis. Souvent, il figure frontalement sur leur coiffe : c'est ce que les égyptologues nomment l'uraeus.

 

 (6)   C'est un possesseur de charme : avant de revenir à des considérations ressortissant au domaine militaire, Sinouhé glisse ici quelques propos mettant l'accent sur l'affabilité du jeune roi.  

 

(7)   ... depuis qu'il a été mis au monde : Sinouhé fait ici comprendre à son interlocuteur que Sésostris Ier est né et régnera par volonté divine ; et d'ajouter ensuite que, nonobstant cette "prédestination", il sera apprécié de son peuple (Combien se réjouit ce pays qu'il gouverne). 

 

(8)   Fais qu'il connaisse ton nom : Sinouhé conseille à Amounenchi de se présenter au nouveau dirigeant. Rappelez-vous qu'Amounenchi, apprenant la mort d'Amenemhat Ier de la bouche même de l'exilé, s'inquiétait de savoir ce qu'allait devenir l'Égypte sans ce dieu puissant craint des Asiatiques. Cela donne à penser que  le prince du Retchénou et le vieux gouvernant se connaissaient. Et le présent conseil de Sinouhé autorise à croire que des liens, voire même une correspondance officielle, aient pu exister entre les deux hommes ; relations que le décès du roi interrompra automatiquement, sauf si Amounenchi prend l'initiative d'envoyer sans tarder des messagers à la Cour d'Égypte.

 

     Historiquement parlant, ce passage du roman se révèle capital non seulement parce qu'il nous fournit le terminus a quo, l'époque à partir de laquelle se sont établis des échanges épistolaires entre potentats égyptiens et asiatiques, échanges qui prendront une importance toute particulière à l'époque d'Amenhotep III et de son fils Akhenaton - j'ai déjà, souvenez-vous, eu l'opportunité d'évoquer les "Lettres d'Amarna" ; mais aussi parce qu'il nous précise le rôle d'ambassadeur, d'agent diplomatique que vraisemblablement joua Sinouhé hors des frontières de son pays. J'y reviendrai ...

 

 

 

     A suivre ... mardi prochain, en direct, puisque définitivement de retour, je pourrai enfin lire les commentaires éventuellement adressés ces derniers temps et y apporter réponses.


 

 

     (Je ne rappellerai jamais assez tout ce que cette mienne traduction doit à l'enseignement, aux conseils avisés et aux corrections pointues du Professeur Michel Malaise qui, voici près d'un quart de siècle, guida mes premiers pas dans l'apprentissage de la langue et de l'écriture égyptiennes.)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Littérature égyptienne
commenter cet article

commentaires

Améthyste 27/09/2012 14:34

"afin d'obtenir..."
Pardon.

Richard LEJEUNE 27/09/2012 19:02



     Cette absence de consonne m'avait échappé ! Preuve que l'on lit ce que l'on s'attend à lire !



Améthyste 27/09/2012 14:32

"Il ne donne pas prise à la lassitude autour de son coeur." Comme cette phrase est intéressante ! J'imagine la lassitude repoussée loin du coeur, et là je me souviens avoir lu dans votre précédent
article que le coeur jouait le rôle de conscience et qu'il était doté de bien d'autres capacités. Voilà donc la lassitude repoussée également loin des pensées, de l'esprit, "autour...", peut-être
du corps tout entier, ce qui transformerait le nouveau roi en guerrier presque invincible mentalement et physiquement.

En faisant un tel panégyrique de Sésostris Ier et en pressant Amounenchi de lui envoyer promptement un messager, je suppose que Sinouhé espère que ses propos louangeux seront rapportés à Sésostris
Ier et lui permettront d'être innocenté, de rentrer ainsi en grâce auprès du roi afin d'otenir son retour en Egypte et, surtout, de finir ses jours sur sa terre natale et d'y être enterré.

Grand merci, Richard, pour le bonheur toujours ravivé que m'apportent votre traduction de ce roman et vos notes explicatives !

Richard LEJEUNE 27/09/2012 18:59



     C'est exactement cela, Améthyste, c'est exactement cela !!


 


     Cet "Hymne" dédié à Sésotris Ier qui, ici, par cette seule phrase, entend démontrer à Amounenchi que, jamais, ce roi ne se
décourage devant l'adversité, met à l'honneur non seulement la force mais aussi le moral du souverain. 


 


     Il est par conséquent évident que les propos prêtés par le narrateur à Sinouhé sont gros d'une finalité précise ... que vous découvrirez
sans peine en poursuivant votre lecture.  


 


     Sans peine, pour la simple et bonne raison que, fine psychologue, vous me semblez en avoir déjà compris les tenants et les
aboutissants ...


 


     Quel plaisir pour moi de vous lire me lire !



Cendrine 27/08/2012 12:04

Bonjour Richard,
Je n'avais pas vu votre article mais je viens de le lire avec grand plaisir et d'apprécier tant votre traduction que vos riches explications.
J'aime beaucoup "celui qui plie la corne" et "le laveur de visage qui brise les fronts"!
Ce sont de très belles images qui témoignent de la richesse de la langue égyptienne.
Je vous souhaite une excellente journée, amitiés
Cendrine

Richard LEJEUNE 27/08/2012 12:16



     Vos appréciations laudatives me touchent beaucoup Cendrine non pas tant parce qu'elles se rapportent à ma modeste traduction mais parce
qu'elles épinglent avec acuité poétique les richesses littéraires de ce vieux texte antique.


 


     Merci pour cette fidélité à mon blog qui vous anime et vous amène à toujours m'adresser d'affables propos et de bien judicieuses
remarques.


 


     C'est pour moi, parmi quelques autres fervents, un réel plaisir de vous connaître en tant que lectrice.


 


     A tout bientôt.



Christiana 16/08/2012 10:44

Sinhoué se révèle un parfait ambassadeur...Et le fils du vieux roi, dans sa bouche a assurément toutes les qualités!

Richard LEJEUNE 21/08/2012 10:20



     Que Sinouhé "travaille" pour son pays natal, c'est effectivement, vous le découvrirez encore par la suite, ce que le romancier anonyme
voulut faire passer comme message ... qu'il faut évidemment traduire sur un plan plus général quant à la mentalité égyptienne d'alors.



etienne 15/08/2012 02:26

Oui, cette histoire redécouverte avec tes commentaires didactiques et ton superbe français m'auront encore appris bien des choses!
Bon retour chez toi parmi tes lecteurs: tes fidèles élèves toujours présents même à leur retour épuisant de cette superbe ville musée qu'est Prague!

Amicalement!

Richard LEJEUNE 21/08/2012 10:17



     Envoie-moi quelques impressions de "ton" Prague, Etienne ...



FAN 14/08/2012 15:39

Un roman dont la toile de fond est éternelle!!La guerre, les complots, les puissants, la prise de pouvoir, seules les divinités sont différentes!!Belle traduction, quel travail, cher professeur!!
Nous attendons votre retour!! BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 21/08/2012 10:15



     Merci, Fan ...


 


     Je suis maintenant de retour et un nouvel épisode des aventures asiatiques de Sinouhé vous attend dès ce matin.



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages