Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 00:00

 

 

Bibliothèque

(© Richard LEJEUNE)

 

 

     J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres.

 Dans le bureau de mon grand-père, il y en avait partout ; défense était faite de les épousseter sauf une fois l'an, avant la rentrée d'octobre. Je ne savais pas encore lire que je les révérais, ces pierres levées : droites ou penchées, serrées comme des briques sur les rayons de la bibliothèque ou noblement espacées en allées de menhirs  ...

 


 

Jean-Paul  SARTRE

Les Mots

 

Paris, Gallimard, Collection Folio

p. 37 de mon édition de 1972 


 

 

 

     Je me plais à imaginer que cette confidence de Sartre pourrait cousiner avec cette autre, prêtée à l'immense Victor Hugo :  J'ai passé mon enfance à plat ventre sur les livres ...


     Sans hésitation aucune, à propos de l'un comme à propos de l'autre, j'oserais ponctuer d'un : moi également !

     Et dénué de toute modestie, compléterais alors l'assertion hugolienne par :

 

     ..., "mon adolescence, assis, pour en prendre notes et tout mon âge de raison, débout, pour les enseigner."

 

     N'envisagez-vous pas comme quelque peu réducteur d'ainsi résumer une vie à trois positions anatomo-physiologiques ? 

 

     Et si vous considériez que celée, latente, existait déjà, en un arrière-monde personnel, une philosophie de vie ?

 

     Au début d'un récent ouvrage dans lequel John Gerassi, Professeur de Sciences politiques à l'Université Queens College de New York livre la quintessence de quelques-unes des dizaines d'heures de conversations qu'il eut avec Jean-Paul Sartre, - à nouveau lui -, entre novembre 1970 et novembre 1974 - (Entretiens avec Sartre, Paris, Grasset, 2011) -, le philosophe français s'exprime sur le "lire" et l' "écrire".

 

     J'y épingle ceci, p. 45 : L'écriture a beau être un acte solitaire, elle suppose la solidarité car elle répond à la société dans laquelle nous vivons.

 

     Et cette société, - Sartre était je pense loin de s'en douter -, évolue à présent au sein d'un univers informatisé. De sorte que le concept de solidarité est devenu, grâce à Internet, aussi celui du partage des connaissances.   

 

     Passeur de mémoireOuvreur de cheminsAllumeur d'étincelles, voici trois des appellations qui me furent souvent attribuées ; et que traduit en partie ce célèbre tableau de Vincent Van Gogh, Le Pont du Carrousel et le Louvre


 

 vincentvangoghpontducarrouseliluwr

 

 

que j'ai choisi en tant qu'avatar informatique pour interpréter par l'image la volonté qui fut mienne trente-cinq années durant d'entraîner ceux qui m'étaient confiés à franchir le pont qui, partant de la rive d'une certaine méconnaissance, abordait à celle d'une meilleure connaissance.


     Le pont qui menait du point d'interrogation à celui d'exclamation. 

 

     Puis 2008 vint. Avec son 18 mars. Qui, dans les mémoires, n'aurait dû que banalement succéder au 17, et, truisme suprême, précéder un 19, mêmement insignifiant.

 

     Qu'eût-il pu avoir de supérieur aux autres, en vérité, ce 18 mars-là, si ce n'est qu'il m'offrit, judicieusement parrainé, il est vrai, par Louvre-passion, l'opportunité de timidement entamer sur Overblog la publication de ce qui, six années plus tard, jour pour jour exactement, prendrait la forme, mutatis mutandis, d'un "Grand Oeuvre" ?  

 

     Rassurez-vous, nul secret d'alchimiste, dans "mon Grand Oeuvre" : uniquement à ma disposition un somptueux athanor duquel retirer mes modestes "pierres philosophales" : le Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre ...

 

     Ce projet devenu belle réalité - appelons-le EgyptoMusée pour paraître moins présomptueux ! - que j'avais alors dédié à mon Petit Prince qui venait de naître quelques mois auparavant, n'est viable, soyez-en conscients, amis visiteurs que par VOTRE fidélité à lire les différentes interventions qui se sont ici succédé depuis ; que par VOS commentaires ; que par VOS questionnements. 


      Que par VOTRE apport d'idées ou d'hypothèses nouvelles, également, - ce dont j'avais rêvé dès les premiers instants et qui vient de magnifiquement se concrétiser par les échanges pointus et passionnants qu'a générés l'article du 18 février dernier à propos d'une table d'offrandes particulière ... 

(Encore un 18 ?! Les adeptes de la numérologie se plairont vraisemblablement à supputer ...)

 

     En un mot, ce projet n'est vivant que par le partage de NOS connaissances ...


     J'eusse pu toutes ces années aussi joyeusement ratiociner qu'il m'eût plu : sans public, sans auditoire, sans VOUS, assidus, attentifs, mon discours n'eût été que prêche parmi d'autres sur la Toile ...  


     Depuis six ans, vous m'offrez l'insigne cadeau de prolonger ma passion d'enseigner que la retraite officielle un temps contrecarra  ; vous m'offrez les propres chemins de ma liberté ...


     Pour tout ce bonheur, je ne vous remercierai jamais assez ...

 

     Ensemble, célébrons, voulez-vous, ces noces de chypre : puissent-elles, grâce aux agréables effluves qu'elles répandent, longtemps encore nous enivrer d'indispensables fragrances égyptologiques ...

 

     Pour ma part, j'espère sincèrement qu'un jour futur, mon Petit-Prince aura lui aussi envie de rédiger quelques mots dans l'esprit de l'incipit sartrien avec lequel je vous ai accueilli ce matin :

 

     J'ai commencé ma vie (...) au milieu des livres. 

     Dans le bureau de mon grand-père, il y en avait partout ...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans A propos de ce blog
commenter cet article

commentaires

Cendrine 26/03/2014 00:40

Je souhaite à votre blog, Richard, un très bel anniversaire! Merci d'être un passeur de connaissances, un ouvreur de chemins, merci d'honorer ce que vous aimez tant. Livres, chers livres dont la
soie palpite sous nos doigts avides, comme j'aime ces citations qui me rappellent mes amis d'encre et de papier, de terre glaise imaginaire distillant autour de nous leurs songes mystérieux. Une
bibliothèque est toujours dans le coeur. Elle ne sommeille jamais que d'un oeil, elle s'éveille dès que nous effleurons l'esprit des lieux. Comme il est bon d'être dans l'entre-deux...
Encore tous mes voeux, que ces Noces de Chypre soient radieuses!
Bises amicales
Cendrine

Richard LEJEUNE 26/03/2014 12:39



     Merci pour vos voeux, Cendrine, tout empreints de la beauté de cette langue que tous, ici, nous aimons tant.


 


     Permettez-moi, en guise de réponse, de faire miens ces mots de Prospero, dans La Tempête, de Shakespeare (Acte I, scène 2) :


 


     "Pour moi, pauvre homme, ma bibliothèque m'était un assez grand duché."



TIFET 24/03/2014 12:13

J'ai vécu, j'ai beaucoup lu, mais je n'aime pas trop écrire hélas cher Richard......à l'écriture je préfère la sculpture vous le savez et mes mains sont pour moi le moyen d'exprimer ce que je
ressens, alors là exceptionnellement je fais un gros effort pour vous remercier pour tout ce que vous faîtes pour faire connaitre l'Egypte, celle d'hier bien sûr, mais peut-être donnera-t-elle
envie de découvrir celle d'aujourd'hui !

Richard LEJEUNE 24/03/2014 13:55



     Ne me remerciez pas, chère Tifet, ce blog constitue pour moi un réel plaisir de partage ; je me suis suffisamment exprimé là-dessus !


 


    Et si effectivement, au-delà du contexte politique difficile actuel, nos visites virtuelles au Département des Antiquités égyptiennes du Musée du
Louvre pouvaient donner naissance à un séjour réel sur les rives du Nil, j'en serais plus que ravi !  



christiana 22/03/2014 15:37

Je me permettrais d'associer à celle de Sartre et de Hugo cette citation de Balzac que j'ai peinte sur le mur au-dessus de ma bibliothèque: J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un
mot...

J'ai aussi grandi au milieu des livres mais ils ne m'appartenaient pas, j'allais chaque semaine à la bibliothèque avec mes parents, c'était un jour magique. Plus tard, j'ai été frustrée de devoir
les rendre et vers quinze ans, j'ai commencé à les acheter avec mon argent de poche. Je voulais qu'ils fussent à moi!
A ceux qui se questionnent sur le devenir du livre papier au profit du numérique, je ne sais que répondre, j'adore le papier, le toucher, le respirer... mais il est possible que le numérique ne
soit pas une mauvaise chose. C'est peut-être une révolution qui doit changer la société comme Gutenberg l'a changée avec l'imprimerie? Seul l'avenir le dira...

Bon anniversaire "bloguistique" (ouf!) pour moi, ce blog me fait découvrir une civilisation que je savais si riche et si importante mais que je ne connaissais pas. Je ne savais comment l'aborder,
par où commencer et tu m'as pris la main pour me montrer le chemin.

Richard LEJEUNE 23/03/2014 09:01



     Tu as parfaitement raison d'ajouter ici Balzac, Christiana.


 


     Je ne sais trop que dire à propos de la lecture électronique, sinon qu'à tout prendre, mieux vaut encore cela que rien ! 


Mais, comme toi - et je me suis déjà là-dessus exprimé à maintes reprises -, j'aime cette intimité avec le livre qui convoque certains de nos sens.


 


     Et dire que d'aucuns ont passé quasiment toute leur existence sans avoir jamais rencontré ni Hugo, ni Balzac, ni Molière, ni Racine, ni
Chateaubriand ou Proust, Baudelaire ou Rimbaud ... et tous les autres grands - je n'évoque même pas la littérature étrangère : Dante, Goethe et Shakespeare par exemple : non
seulement,  à cause de ce manque, ils n'ont jamais appris à écrire mais en outre ils se sont privés de voyages à travers les continents de mots, pour faire allusion à ta citation
balzacienne.


Bref, ils n'ont jamais appris la Vie ...





     Je souscris à cette phrase du penseur français Guy Debord qui pourrait résumer mon propos :


     "Pour savoir écrire, il faut avoir lu ; et pour savoir lire, il faut savoir vivre." 


 


     Merci pour tout ton commentaire, et plus particulièrement la fin : si je puis encore ouvrir à quelqu'un l'un ou l'autre chemin égyptologique,
j'en suis et serai toujours fort aise ...



Françoise 21/03/2014 13:22

Merci
Quels sont les imbéciles qui ont l'outrecuidance de dire qu'internet ne sert à rien.
Cela crée des liens étonnants.
Bonne journée

Richard LEJEUNE 21/03/2014 13:30



     Que cela ne serve à rien, certainement pas.


     Mais il propose incontestablement et le pire et le meilleur. Même en égyptologie ! Aux utilisateurs d'être à même de faire la part des
choses.


Ce qui est loin d'être toujours le cas ...



Françoise 21/03/2014 12:25

Honnêtement j'ai été séduite par les deux. L'écriture est une passion...
L'année dernière j'ai découvert au Louvre la partie consacrée à l'Egypte.
Pourtant j'étais parisienne avant d'émigrer en province... et il a fallu attendre l'occasion d'y aller avec mes petits neveux et ma petite fille (20 ans quand même et qui est étudiante en
biologie/anthropologie) pour m'enamourer devant tant de merveilles. C'est donc avec plaisir que je suivrai vos publications sur votre super blog.

Richard LEJEUNE 21/03/2014 13:19



     Merci Françoise pour la célérité et la sincérité de votre réponse.


 


     Au Département des Antiquités égyptiennes du Louvre, je m'y promène depuis mars 2008, de salle en salle et de vitrine en vitrine. Comme l'a fait
remarquer mon ami François ici même, je ne suis arrivé qu'à la vitrine 6 de la salle 5 ...


Il reste encore bien des années de pérégrinations !!





     Mais j'ai des notes sur toutes les trente salles et donc encore beaucoup à dire, sauf si la Camarde a l'outrecuidance de décider pour moi
!


 


     Nonobstant, je vous souhaite un beau voyage à travers celles que j'ai déjà visitées avec mes lectrices et lecteurs et vous invite, si d'aventure
des points se tapissent pour vous dans l'ombre, à ne pas hésiter pour me poser des questions aux fins de les mettre en lumière ...


 


     Bien à vous,


     Richard 



Françoise 21/03/2014 11:38

Je vous découvre via le blog de Pat l'exeat
Je m'inscris à la newsletter ! Vous êtes passionnant.

Richard LEJEUNE 21/03/2014 12:07



     Bonjour Françoise.


     Bienvenue sur ÉgyptoMusée.


     Merci pour votre inscription à la lettre d'information de mon blog, ainsi que pour votre appréciation.


 


     Puis-je simplement vous demander dans un premier temps - et cela en fonction de ce que j'ai découvert sur le Net à propos de vos activités -, ce
qui vous passionne ici : le fond ou la forme ?


 


A bientôt.


Respectueusement,


Richard



FAN 20/03/2014 16:49

Bonne anniversaire à "EGYPTO-MUSEE" et à son papa Richard! J'espère que Petit Prince aimera,lui aussi, se vautrer sur le sol au milieu des livres qu'il aura sorti des étagères pour mieux choisir
celui qui le mettra en joie! Le livre est une valeur sensuelle que nulle image et texte sur écran ne peut remplacer! Même si nos aïeux ont commencé à réaliser des dessins sur les pierres des
grottes afin de communiquer leur présent pour le futur et si les premiers écrits étaient sur pierre tels les hiéroglyphes ou autre araméen, les égyptiens ont compris que le papyrus était un support
plus malléable et surtout transportable!Nous leur devons beaucoup et j'espère apprendre encore grâce à votre intérêt pour cette civilisation! Merci à Richard, cher passeur de mémoire BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 21/03/2014 07:32



     Merci chère Fan pour votre gentil commentaire.


 


     Vous avez entièrement raison d'insister sur l'aspect sensuel, intime qui existe entre le livre et nous ; ce qu'à mon sens jamais aucune tablette
ou autre instrument informatique ne réussira à nous communiquer.



Etienne Rémy 20/03/2014 00:29

Bel anniversaire à ton blog Richard,

je ne suis pas trop fan non plus de trop d'introductions, préférant comme François le vif du sujet en découvrant les vitrines du Louvre décrites avec ta plume, ta littérature.

Impatiemment,
Etienne.

Richard LEJEUNE 20/03/2014 07:13



     Merci pour ton commentaire nimbé d'impatience, Etienne.


 


     Mais dans l'Enseignement, introductions et leçons de synthèses constituent, quant à l'approche d'une matière, des jalons absolument
indispensables à mes yeux ...



François 19/03/2014 12:17

Ah là là !!!
C'est bien beau, tout ça, mais entre les congés, les auto congratulations, les anniversaires, me voilà privé de ma pitance hebdomadaire depuis bien trop longtemps...

Il faudrait peur-être se remettre au travail, non ?
Pour le rez-de-chaussée et son parcours thématique, il nous reste au moins quatorze salles à visiter...

Alors, fêtons, bien sûr le souvenir de la naissance de ce ÉgyptoMusée, mais n'oublions pas de nourrir ce bel adolescent qu'il est devenu et ses inconditionnels dont je suis...

Insatiablement !
François

Richard LEJEUNE 19/03/2014 22:07



     Oh !!!


     L'ami François - à tout le moins le voyais-je ainsi - qui, non seulement, stigmatise ce qu'il considère comme de la paresse nombriliste de ma
part mais, en outre, et sans avoir l'air d'y toucher, fait à tous remarquer qu'arrivé à un âge certain, je n'épuiserai jamais - sauf à m'épuiser moi-même -, toutes les salles à visiter encore à
ce niveau du Département des Antiquités égyptiennes du Louvre.


Heureusement, il affiche encore la délicatesse de ne pas évoquer celles de l'étage supérieur !


 


     Me voilà sans voix et sans bras ... tel le venu de Milo ...





     Quant à me remettre au travail, je pensais y avoir souscrit avec le "sep tepy", qui semble n'avoir pas eu l'heur
de répondre à ton attente ...



Alain 19/03/2014 11:04

Ton Petit-Prince doit déjà fureter dans la bibliothèque. Quelle chance d’avoir un grand-père qui le mènera vers la connaissance en franchissant le Pont du Carrousel, ou le Pont des Arts. L’image
aurait plu à Van Gogh.
Je trinque à ta santé. Excellent anniversaire, Richard.

Richard LEJEUNE 19/03/2014 22:14



     Merci Alain ...


 


     Il est exact que dès qu'il a marché, je lui ai "construit" une petite "biblithèque" comme il l'appelait alors - une petite étagère en
fait -, que j'avais disposée au pied de la mienne dans mon bureau pour qu'il puisse "lire" ses petits livres en gros carton aux côtés de Papy ...



Carole 19/03/2014 01:05

Je ne peux guère enrichir de connaissances votre blog très savant, mais je lui/vous souhaite un très heureux anniversaire, et une longue vie de recherches et de questionnements.

Richard LEJEUNE 19/03/2014 08:05



     Merci Carole ...


     Mais tous, nous avons quelque chose à apporter à l'Autre !


 


     Et je crois par exemple que comparaisons avec la langue et la culture japonaises que vous semblez connaître et apprécier pourraient être utiles
au sein de l'un ou l'autre thème.


 


     Ainsi, comment l'origine du monde, la Première Fois - sujet que j'ai développé en février dernier -, se conçoit-elle dans
cette civilisation ?


 


     Que ne voilà-t-il pas un beau terrain de discussions entre nous, non ?



J-P.Silvestre 18/03/2014 18:32

La lecture de plus en plus concurrencée par l'image.
C'est le sujet, coïncidence, de mon prochain billet !

Richard LEJEUNE 19/03/2014 07:56



     L'image, c'est surtout, Jean-Pierre, chez les Égyptiens de l'Antiquité, la première forme d'écriture ...


 


   Ce qui permettrait de "relire" quelque peu autrement l'assertion bien connue du Nouveau Testament : Au commencement était l'image.


 


     L'image, au coeur même de la civilisation égyptienne, en nette opposition avec l'élitiste exclusivité que représente une langue écrite, pouvait
 être "lue" par tout un chacun.


N'en est-il pas de même, de nos jours, avec les pictogrammes d'aéroport, pour ne prendre que ce seul exemple ? 


 


     L'image, selon l'égyptologue allemand Dietrich Wildung, constitue l'écriture de tous ceux qui ne savent ni lire ni écrire. Elle détient
un caractère éminemment démocratique que la langue écrite est loin de posséder.


 


     Il n'est pas anodin qu'en égyptien ancien, - je l'ai déjà souligné de nombreuses fois ici -, notre terme "dessinateur" se disait : "scribe
des contours". 



jamot 18/03/2014 09:18

Les livres: merveille de la création humaine.Songez à un processus ideatoire aussi complexe partant du réseau de mode par défaut avec son flou ideatoire qui ouvre tous les tiroirs de notre
expérience, tous les liens possibles et improbables permettant d'arriver à un choix ( loin d’être inconscient)sur lequel les zones attentionnelles se concentrent pour créer un processus complexe et
achevé qu'on nomme idées et raisonnements .Ceci passant au crible des copies d'efferences pour éliminer ce qui semble trop improbable à nos données conscientes.Puis ensuite le miracle de la
transcription de la pensée en deux dimensions pour qu'une idée saute d'un locuteur à un interlocuteur.Mais cette écriture ne doit elle pas passer tout d'abord par le dessin , le graphe , l'image
qui apporte en un seul registre une somme d'information considérable transcrite et interprétée à l'aune de chacun. Pastoureau et Golvin sont à relire dans leurs réflexions sur le que voulons nous
voir réellement dans une représentation graphique.Bonne journée

Richard LEJEUNE 19/03/2014 08:24



 


     "Mais cette écriture ne doit elle pas
passer tout d'abord par le dessin , le graphe , l'image qui apporte en un seul registre une somme d'information considérable transcrite et interprétée à l'aune de chacun",
 écrivez-vous, Monsieur Jamot.


 


     Ne voilà-t-il pas là résumé tout le processus de l'écriture égyptienne antique ?


C'est ce que je développe rapidement ici même à la suite du commentaire de Jean-Pierre ...


 


     Quant aux auteurs proposés dans votre dernière phrase, me permettez-vous d'y ajouter celui de feu le grand Historien de l'Art qu'était Daniel
Arasse, auquel, à plusieurs reprises, j'ai déjà fait mention sur mon blog ? 



Selkis-C@t 18/03/2014 08:06

Que le parfum chypré,exotique et oriental qui convient bien à ce blog nous charme encore pendant longtemps: bergamote, jasmin, rose, patchouli et ciste labdanum, notes animales, muscs, civette et
ambre, séparément ou ensemble, avec de la mousse de chêne, de l’iris et du souchet...
Olfathèquement... (oui je sais c'est pas dans le dictionnaire)

Richard LEJEUNE 18/03/2014 08:56



     Merci Selkis.


 


     Rassure-toi, je ne me promène pas en permanence avec le Petit Richard illustré sous le bras !


 


     Appréciant grandement Boris Vian, je ne puis qu'être réceptif aux néologismes, et à leur poésie ...


     J'aurais pu d'ailleurs citer Jean-Sol Partre, ici, ce matin ...


 


     Dans ton "olfathèquement" - qui mérite autant d'attention que les créations adverbiales d'un ami commun -, je retrouve, mutatis
mutandis, le pianocktail de "L'écume des jours". Car la bibliothèque de fragrances que tu m'offres ce matin est à la hauteur des ingrédients composant les boissons imaginées par
Vian ...  



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages