Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 23:00

 

      Le mur de droite de l'avant-salle dans laquelle nous avons ensemble samedi dernier, amis lecteurs, pu voir deux portraits d'Emile Prisse d'Avennes est, quant à lui, consacré à la présentation de deux lignes du temps comme en arborent - ou devraient en arborer - tous les locaux réservés au cours d'Histoire des établissements scolaires.

 

     Sur la partie supérieure du mur se déroule un premier parcours chronologique qui vise en fait à nous fournir une succincte biographie de l'orientaliste français : elle débute par 1798, date du départ de l'Expédition de Bonaparte en terre égyptienne et se termine par 1880, celle de la création de la mission archéologique française permanente en Egypte (Ecole du Caire).

 

     Entre les deux, à l'extrémité gauche, 27 janvier 1807 : Naissance d'Emile Prisse d'Avennes à Avesnes-sur-Helpe et, à l'extrémité droite, 10 janvier 1879 : Mort d'Emile Prisses d'Avennes à Paris, bornent les grandes étapes de sa carrière professionnelle.

 

     En dessous de ces précisions biographiques, un deuxième déroulement : commençant bizarrement en 3007 avec l'Epoque prédynastique, il énonce les grandes dates de l'Histoire de l'Egypte et s'achève en 1801 par les termes : Occupation française.

 

     A la droite de ces panneaux éminemment didactiques, dans un renfoncement le long du mur d'entrée, trois encadrements précèdent une carte historique, physique et politique de l'Egypte réalisée en 1828 par le Chevalier Pierre Lapie, Premier géographe du Roi, Officier supérieur au Corps royal des Ingénieurs géographes, dans le droit fil de celles que vous pouvez consulter sur ce site.

 

     Quant aux trois cadres évoqués à l'instant, les deux premiers protègent chacun une aquarelle de Prisse d'Avennes : l'une réalisée sur papier vélin représentant Le sphinx ensablé,


 

Affiche-BnF---Visions-d-Egypte.jpg

 

 

(Fonds PA, 19-II-2, f. 3)

 (Le document ci-dessus fut choisi pour devenir à la fois l'affiche officielle de l'exposition et la couverture du catalogue.)

 

 

et l'autre, sur papier vergé, Le Plateau de Gizeh

 

 

Plateau-de-Gizeh.jpg

 

 

(Fonds PA, 19-II-1, f. 2)

 

 

      Selon la notice de la p. 39 du catalogue d'exposition édité par la BnF, cette deuxième aquarelle servit en réalité de carte de voeux de Nouvel An adressée à  l'écrivain Joseph Méry, au verso de laquelle Prisse écrivit : Peint au désert des Pyramides, le 1er Janvier 1832 / Prisse à son ami Méry.

 

(Pour une distinction entre papier vélin et papier vergé, ce site.)


     Enfin, le troisième et dernier tableau expose une photographie sur papier albuminé intitulée Départ de la caravane au pied de la Citadelle du Caire. Le cliché est probablement dû à Edouard Jarrot (1835-1873) -  "probablement" dans la mesure où la légende, dans l'ouvrage susmentionné, assortit son nom d'un point d'interrogation mis entre parenthèses. Jarrot est ce jeune photographe parisien qui accompagna Prisse en Egypte lors de sa courte seconde mission. J'y reviendrai plus tard.

 

(Fonds PA, 26-II,1, f. 15) 

(Vous en trouverez une reproduction à la page 6 de ce fascicule librement téléchargeable : toutefois la référence, parce que la même que pour la Jeune Nubienne assise de la page précédente, est forcément dans ce cas-ci complètement erronée. Et pour ceux d'entre vous qui disposeraient du catalogue officiel, voir illustration 60, p. 124.)


 

     Au pied de ces trois documents encadrés, deux tables-vitrines distinguent déjà les principaux centres d'intérêts du savant avesnois : l'égyptologie et l'art arabe ; passions qui seront développées à l'envi dans la Galerie Mansart proprement dite, comme nous le verrons lors de nos prochains rendez-vous.

 

    Dans la vitrine de gauche, un grand manuscrit a été ouvert à la date du 17 avril 1836 : il s'agit d'un des journaux tenus par Prisse ; à la droite de ce précieux document, quelques feuillets épars tout aussi émouvants : des fiches de travail, des notes autographes et de superbes dessins de hiéroglyphes colorés ...

 

     Quant à celle de droite, c'est à l'art arabe qu'elle est plus spécifiquement dédiée puisqu'elle présente un autre ouvrage de sa main qui permet de découvrir des croquis relevés d'après des intérieurs de maisons du Caire et de Rachîd (nom arabe de Rosette, ville où fut découverte la célèbre pierre éponyme qui, entre autres documents, permit à Champollion de définitivement déchiffrer les hiéroglyphes.)

 

     Et juste à côté de ce grand livre, réalisée au crayon sur une feuille de vélin avec des ajouts de découpes de papier rosé, une composition en miroir : il s'agit de la calligraphie du nom Prisse transposé en langue arabe - Brîss - élégamment dessinée sur fond de rinceaux. Un peu comme de nos jours les touristes qui aiment se faire graver leur prénom sur un cartouche en or, les Européens du XIXème siècle qui visitaient l'Egypte  s'offraient volontiers un objet artisanal sur lequel leur patronyme avait été ainsi calligraphié.

 

     Dans le catalogue, cette harmonieuse arabesque se trouve p. 102, illustration 38 ; et dans la banque d'images du site internet de la BnF, vous pourrez l'admirer ici

 

 

     Armé de cette solide introduction à l'exposition qui se déploie tout à côté, je me propose à présent de quitter cette avant-salle et de pénétrer dans la prestigieuse Galerie Mansart.

 

M'y accompagneriez-vous, amis lecteurs ?

 

Si tel était le cas, je vous convie à une nouvelle rencontre samedi  17 septembre prochain ...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans L'Égypte en France
commenter cet article

commentaires

christiana 15/09/2011 18:23


Partante pour la prestigieuse Galerie Mansart... A samedi 17.


Richard LEJEUNE 15/09/2011 21:29



     Plus que quelques dodos ...



artigue 15/09/2011 17:26


Merci de me remémorer cette belle exposition, j'avais beaucoup apprécié les aquarelles que vous montrez dans votre article, rénovées certes, mais vraiment très belles.
A bientôt
JA


Richard LEJEUNE 15/09/2011 21:28



     Il est indéniable que Prisse d'Avennes avait énormément de talents (multiples !)



Louvre-passion 13/09/2011 20:48


Bien sûr que je suivrais ta visite, c'est toujours intéressant de revoir quelque chose avec un autre point de vue.


Richard LEJEUNE 13/09/2011 21:45



     Sur cela, je suis aussi entièrement d'accord avec toi.


Nonobstant, un dialogue en direct serait plus vivant que ces rencontres virtuelles, par commentaires interposés ...



TIFET 13/09/2011 17:08


oui aussi !! mais je crois que cela devait être tellement incroyable de découvrir ce pays à cette époque là, encore aujourd'hui quand je me balade dans le désert près de la montagne thébaine et que
j'aperçois un trou, un rocher bizarre, j'imagine ce que cela devait être passionnant de parcourir le pays.....évidemment, faire partie d'un atelier amarnien !!! ......pour réaliser la tête de
Néfertiti !! vous m'en croyez capable ?? bien que Néfertiti soit très belle, bizarrement je n'ai pas pour le moment envie de le faire, elle ne m'inspire pas, elle est trop "lisse", peut-être trop
"froide", oserais-je dire "sans expression".......ou du moins sans le "regard qui m'accroche", qui me fait réagir, bref, non, peut-être plus tard ??


Richard LEJEUNE 13/09/2011 17:31



     Que le visage de Nefertiti ne vous inspire pas, je peux le concevoir ...


Quant à me demander si vous en êtes capable, la question ne se pose même pas !


 


     Et pour rester dans la famille : vous avez réalisé la tête de sa belle-mère, que je sache !



TIFET 13/09/2011 14:39


Bonjour Richard, j'aurais aimé vivre au temps d'Emile Prisse d'Avennes afin de découvrir cette Egypte que j'aime tant mais en couleur !! à bientôt !


Richard LEJEUNE 13/09/2011 16:25



     J'aurais plutôt pensé que vous eussiez préféré vivre là-bas au temps d'Akhénaton : vous auriez, par exemple, pu vous retrouver dans un
atelier amarnien, à la place de Thoutmose, pour réaliser la tête de Nefertiti ..., après celle de votre grand-maman ou celle de Lalibela. 



etienne 13/09/2011 01:01


bonjour Richard,
ravi de vous retrouver pour cette visite virtuelle si intéressante, je me replonge ainsi dans mes propres souvenirs de cette expo!
vivement la suite samedi!
vous avez donc modifié le programme des mardis et samedis pour les thèmes du blog?

amicalement,

etienne


Richard LEJEUNE 13/09/2011 07:42



     Heureux, Etienne, que ce compte rendu vous rappelle de bons souvenirs égyptologiques parisiens. J'espère qu'il en sera ainsi par la suite
...


 


     Comme je l'avais expliqué dans l'article qui se terminait par le petit référendum concernant l'avenir de ce blog, nos
visites à la Bibliothèque nationale de France s'effectueront et les mardis et les samedis consécutivement pendant ce mois de septembre et le tout début d'octobre ; comme
d'ailleurs déjà, souvenez-vous, celles que nous avions consacrées, en juin dernier, à la salle 12 bis du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, elle aussi, le temps d'une
exposition, entièrement dédiée à Emile Prisse d'Avennes. Il n'y a donc présentement point encore de modification puisque le même rythme de publication se retrouve dans les deux séries.


 


     Quant aux réflexions de mes lecteurs par rapport aux questions que j'avais posées le  30 août, elles seront résumées dans un article
que je publierai dès la fin de cette série concernant la BnF et avant de rentrer définitivement au Louvre : j'y présenterai ainsi le "nouveau" portrait - mais rassurez-vous, ce ne sera pas une
révolution ! -, d'EgyptoMusée.


 


     A tout bientôt ... et merci pour votre indéfectible fidélité. 



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages