Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 00:00

 

     Après avoir, mardi dernier, évoqué avec vous, ami lecteur, les raisons et les conséquences de la présence tardive du cheval en territoire égyptien, je voudrais aujourd'hui plus spécifiquement me pencher sur les quatre fragments  présentés ici devant nous, à la gauche de l'ensemble de la petite collection d'ostraca  provenant du village des artisans de Deir el-Medineh, exposée dans cette vitrine 1 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre que nous avons successivement évoquée les  deux semaines précédant le congé de Toussaint (avec les bovidés et les simiens).





     De haut en bas, sur une étroite tablette, le Conservateur de la salle a d'abord disposé
un éclat de calcaire extrêmement intéressant, (E 12969), de 7, 50 cm de long, 6, 50 de large et d'une épaisseur de 2, 30 cm, sur un petit présentoir de manière que l'on puisse tout à loisir se rendre compte de ses deux particularités : il ne s'agit pas d'un fragment uniquement esquissé ou peint, mais bien d'un ostraca travaillé en relief de chaque côté de la pierre.
     

Recto



et verso
 


     Manifestement agrémenté de noir et de rouge à l'origine, ce petit monument  nous offre la représentation d'un cheval, tourné
vers la gauche sur une face et vers la droite sur l'autre, dans l'attitude que l'on soupçonne, d'après ce que l'on peut en voir, parfaitement conventionnelle des jambes antérieures s'élançant vers l'avant et postérieures rejetées en arrière. Aucun caparaçon pour attirer notre regard ; seules les deux lanières  de l'attelage nous autorisent à penser que l'animal ne gambade pas en toute liberté dans la nature.

     Simples et harmonieuses, les courbes que l'artiste a imprimées de part et d'autre de la pierre, tant pour la crinière et le dos de l'animal que pour sa tête, donnent véritablement vie à l'ensemble, même si ce que je considère comme le recto me semble plus élégant, plus abouti, moins rigide, moins "scolaire" que le verso.      
  
     Vous vous souvenez très certainement, ami lecteur, que dans mon intervention de la semaine dernière, j'avais très rapidement évoqué un petit scarabée en jaspe vert conservé au British Museum (BM 17774). Nonobstant le fait que l'égyptologue belge Jean Capart - que j'ai déjà eu ici maintes fois l'occasion de citer -, publiait dans un article de 1934 que c'était dans le temple de la reine Hatchepsout, à Deir el-Bahari, qu'il fallait voir le cheval figurer pour la première fois dans l'art égyptien, - il est vrai qu'il assortissait  sa phrase d'un point d'interrogation -, il semblerait actuellement que tous les égyptologues soient d'accord pour reconnaître qu'il n'en est rien et pour faire remonter cette première apparition à l'époque du propre père de la reine, Thoutmosis Ier.

      Toutefois, peut-être qu'un jour, un autre objet récemment découvert viendra-t-il aussi infirmer cette datation : l'Histoire est ainsi faite que l'archéologie, parfois, peut tout remettre en question ...
 
     Quant au scarabée londonien, en plus de nous  proposer la toute première figuration actuellement connue d'un cheval tirant un char dans lequel un souverain a pris place, il nous invite à découvrir ce qui allait devenir un des classiques de l'iconographie de la propagande pharaonique, à savoir : Pharaon guidant son attelage de pur-sang grâce à la seule (et bien improbable) souplesse de ses reins,  puisque de ses mains, il bande l'arc qu'il utilise pour combattre les
ennemis.

     A cette époque thoutmoside, les chevaux royaux ne portent pas encore, à tout le moins ni sur les monuments ni dans les textes, un nom propre. Il faut attendre
la XIXème dynastie avec le règne de Séthi Ier, le père de Ramsès II, pour que soit attribué un nom, le plus souvent téophore - (c'est-à-dire faisant intervenir une divinité) - à un des attelages royaux.

     En fait,
indiqué au-dessus des rênes, c'est le nom du cheval principal de la paire de pur-sang qui définit l'ensemble de l'attelage. Ainsi, pouvons-nous lire ici ou là sur des monuments ramessides : "Premier grand attelage de Sa Majesté, Amon-lui-assigne-la-vaillance".

     Si "Premier grand attelage de Sa Majesté" représente la prémisse incontournable de la formule consacrée,  il est bien évident que dans la seconde partie, d'autres patronymes définissent les chevaux des haras royaux, tels que "Amon-donne-la-force", ou "Celui-qui-piétine-les-contrées-étrangères", etc.

     Vous remarquerez, avec ce dernier exemple, que ce ne sont pas nécessairement  toujours des noms théophores qui sont attribués : ainsi, Ramsès II appelle-t-il un des attelages avec lesquels il combat les Hittites, à  la célèbre bataille de Qadesh : "Victoires-dans-Thèbes" ...  

     C'est semblable scène d'un personnage sur son char mené par deux pur-sang que, juste en dessous de l'ostraca "réversible" E 12969 que j'ai aujourd'hui évoqué d'emblée, propose l'esquisse rouge sur l'éclat de calcaire E 27660.







     Il me reste à présent, pour clôturer notre découverte de la vitrine 1 de cette salle 5, entamée le mardi 8 septembre, à considérer deux derniers fragments, des tessons de poterie cette fois, mis au jour dans une tombe non décorée de Deir el-Medineh, la 1095, fouillée par Bernard Bruyère lors de sa campagne de 1921-22.

     (Si je mets ici l'accent sur le fait que le caveau n'avait reçu aucune décoration murale, c'est simplement pour épingler une difficulté de datation précise : certes, les égyptologues peuvent avancer l'époque de la XVIIIème dynastie parce qu'il se situe dans un secteur du site occupé par une ancienne nécropole de cette période, mais l'on peut toujours considérer que des défunts des siècles suivants, accompagnés de leur mobilier funéraire, aient été réinhumés là pour diverses raisons, dont les pillages intervenus à partir du règne de Ramsès III, par exemple, ne seraient pas le moindre des motifs. Dès lors, cette réappropriation de la tombe pourrait en fausser les données chronologiques.)   

     Ces deux morceaux d'une coupe de terre cuite peinte, (E 12968), sont en fait trois : en effet, si le premier d'entre eux est répertorié dans l'inventaire du Musée sous le numéro E 12968 A





celui qui se présente immédiatement devant nous est constitué d'un morceau B auquel, manifestement, a été recollé à un petit éclat C. 


  


     Tous  firent partie de ce qui dut vraisemblablement être une grande coupe à pied dont seule une portion  reçut décoration d'une frise de quatre ou six chevaux. Sur ces éclats du Louvre, deux subsistent : le premier (E 12968 A), au repos, présente un corps complètement noir que seules une crinière et une longe peintes en rouge viennent agrémenter ; le second, apparemment plus élaboré au niveau de l'apposition des deux couleurs, nous rappelle l'attitude conventionnelle du cheval galopant, telle que je l'ai ci-avant décrite.

     Ce traitement différent des deux seuls équidés conservés de cette poterie laisse à mon sens présager que l'ensemble devait avoir été élaboré non pas dans une perspective de systématisme, comme l'on pourrait s'y attendre d'une frise à motifs répétés, mais avec toute la liberté que s'était à l'époque offerte l'artiste.
Mais nous ne le saurons probablement jamais.
A moins que ...
Le hasard des fouilles ...

     Car en fait, on n'a mis au jour que fort peu de céramique produite au Nouvel Empire qui comprenne une décoration  avec un motif chevalin ; et encore moins de peinture proposant ce type de vase réalisé à même la paroi d'un hypogée. Je n'ai trouvé trace que d'une seule occurrence : chez cet Ouserhat  auquel j'ai déjà fait allusion mardi dernier avec une scène d'
exploits cynégétiques présentant ce fonctionnaire d'Amenotep II chassant un troupeau d'antilopes dans le désert, (TT 56) et que Thierry Benderitter avait eu l'extrême gentillesse de me laisser importer ici sur mon blog ; qu'il soit tout également remercié pour le cliché ci-après.

     Sur la paroi ouest de la seconde salle, à droite de l'entrée donc, sont représentés des porteurs d'offrandes et de mobilier funéraire au registre inférieur, ainsi que des pleureuses au registre supérieur.


 

     Immédiatement en dessous des dernières pleureuses de droite se trouvent "plantés" sur un support en bois quatre vases à vin (ou à bière, peut-être) décorés d'une frise sur leur panse. Certes, ils sont dès le départ assez schématiquement reproduits sur la paroi murale ; en outre, l'éloignement du photographe qui désirait avoir une vue d'ensemble et qu'un gros plan de ces quatre récipients n'intéressait pas plus particulièrement font que ne sont pas vraiment visibles sur le cliché que je vous propose aujourd'hui les motifs décoratifs de chacun  d'eux. Il vous faudra donc bien me croire sur parole si je vous certifie que le troisième, en partant de la droite et en allant vers la gauche, c'est-à-dire en respectant le sens de la marche des personnages, est décoré en son centre d'une frise à l'intérieur de laquelle gambadent deux chevaux.


     Avec quatre seuls autres vases, intacts ou en fragments, soit au Musée du Caire, soit à celui de Berlin, les deux éclats que nous venons d'évoquer ici devant nous dans cette vitrine 1 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre constituent donc les rares exemples de poteries arborant un cheval comme motif principal. Heureusement que, pour mieux cerner le sujet, nous disposons de scènes peintes sur les parois de certaines tombes ...

     Sans nécessairement aller l'amble, il est temps d'à présent nous quitter, ami lecteur, non sans avoir noté l'éclectisme tout à la fois de support et de technique des ostraca sur lesquels nous nous sommes ce matin penchés : en effet, quand ceux consacrés aux bovidés et aux simiens que je vous avais présentés les deux derniers mardis avant le congé de Toussaint ne proposaient que des esquisses ou des dessins apposés sur des morceaux de pierre calcaire, les quatre fragments avec chevaux d'aujourd'hui
nous ont permis de constater que quand des artistes les avaient représentés miniaturisés en bas-relief, d'autres avaient continué à en peindre, mais cette fois sur des poteries dont il ne reste malheureusement que très peu de tessons.

     Nonobstant, pour les égyptologues, tous portent le même nom générique d'ostraca.

      Nous aurons d'ailleurs bientôt l'occassion d'en découvrir d'autres dans ce Musée, provenant également de
Deir el-Medineh, ne fût-ce que dans la vitrine 2, ici derrière nous, devant laquelle je vous donne rendez-vous dans quelques semaines seulement. En effet, comme je vous l'avais d'ailleurs précisé dans mon premier article après le congé de Toussaint, je vous propose ces prochains mardis d'exceptionnellement quitter cette salle 5 pour nous rendre dans la grande Galerie Henri-IV, salle 12 donc, plus spécifiquement dans la deuxième de ses trois parties, aux fins de découvrir en détail, immédiatement sur notre gauche, l'immense vitrine contenant d'imposants fragments du "Mur des Annales" de Thoutmosis III.   

           

(Caritoux : 1998, 21-6 ; Desroches Noblecourt : 1950, 37-46 ; Nagel : 1930,185-94 et 1949, 129-32)  

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Tifet 28/11/2009 17:14


Bonsoir Richard, longtemps absente de mes sites amis, je prends un peu de temps aujourd'hui, ces deux morceaux de poterie retrouvés dans une tombe de Deir el Médineh me paraissent presque
incongrues à cet endroit ! une réapropriation de tombe me parait plausible.......est-ce vraiment des ostraca??? je me pose la question, cela me fait penser aux Grecques !


Richard LEJEUNE 29/11/2009 11:09



Très heureux de vous retrouver, chère Tifet.
 
Et oui, indéniablement, ces tessons de poteries font penser aux vases athéniens, avec la petite restriction que j'ai ajoutée en réponse au commentaire de "Louvre-passion" ci-dessus et qui vaut
également pour votre propre commentaire.

Quant à votre interrogation de savoir s'il s'agit bien ici d'ostraca, je ne puis que vous répondre par l'affirmative dans la mesure où la définition même de ce terme - rappellez-vous mon article
du 13 octobre pour lequel vous aviez d'ailleurs été la première à réagir -, englobe tout à la fois des éclats de calcaire que l'on ramasse, paraît-il, très couramment en Egypte et des tessons de
poteries ...    



Alain 19/11/2009 13:11


L’esquisse en rouge d’un personnage conduisant son char de pur-sang et de haute volée. L’on ressent la puissance et la fougue des chevaux que l’homme maîtrise à grand peine.
Ces pleureuses et porteurs d’offrandes me font penser à ces pellicules de films décomposant le mouvement d’un personnage. Amusant…


Richard LEJEUNE 19/11/2009 15:56



C'est bien que l'artiste que tu es ressente l'opposition entre la puissance des pur-sang et les efforts de l'homme : car cet ostraca est finalement petit et ne
constitue qu'une simple esquisse sans grande prétention ; et malgré cela, très expressif à tes yeux.
Du grand art, en définitive ...

Amusant, effectivement, ce que tu imagines être une décomposition du mouvement ; et  finalement tout à fait plausible : mais je n'avais jamais envisagé cela de la sorte ...



Louvre-passion 17/11/2009 21:14


Très curieux ces fragments de coupe en terre cuite, pour moi ils évoquent irrésistiblement les céramiques Grecques. Ce sont surtout ces couleurs noires et rouges qui provoquent cette évocation.


Richard LEJEUNE 18/11/2009 15:41



Tu as tout à fait raison, Vincent, les couleurs pourraient faire penser aux céramiques athéniennes des VIIème et VIème siècles avant notre ère, à cette différence
près qu'en Grèce, les figures noires furent, dans un premier temps, réalisées sur le fond ocre rouge de l'argile du vase, puis, par la suite, ce fut exactement l'inverse : les motifs
apparaissaient en rouge sur le fond noir.



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages