Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 00:00


     Dans un premier entretien que nous avons eu mardi dernier, vous et moi, amis lecteurs, devant l'imposante deuxième vitrine de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, nous eûmes l'occasion de constater que lors de ses expéditions en Egypte, le Nantais Frédéric Cailliaud séjourna à plusiseurs reprises dans la région thébaine et ce, dans l'intention première de copier ce qu'il découvrait tant sur les murs  intérieurs des chapelles funéraires que sur les parois des temples qu'il visitait.

     Peints ou gravés, peu lui chaut : ce qui manifestement l'intéressait, c'était de collationner le plus de documents possible ressortissant à ce que l'on a coutume, erronément, d'appeler "scènes de la vie quotidienne". Vous me permettrez de réfuter un peu plus tard dans les semaines à venir cette acception que, sciemment, j'ai  placée entre guillemets ...

     Dessins qui furent donc réalisés puis colligés en vue de la publication des ouvrages que j'ai déjà cités mais aussi d'un dernier volume intitulé
Recherches sur les arts et métiers, les usages de la vie civile et domestique des anciens peuples de l'Egypte, de la Nubie et de l'Ethiopie, suivies de détails sur les moeurs et coutumes des peuples modernes des mêmes contrées, dans lequel ne figurent que quelque nonante planches qui relèvent un très grand nombre de ce que l'on pouvait à l'époque admirer dans les hypogées de la Vallée des Rois et celle des Reines, dans les tombes des nobles à Gournah, à Beni Hassan et à El-Kab. Sans oublier, j'y faisais allusion il y a un instant, les scènes en relief de certains temples : ainsi au Ramesseum, celle de la bataille de Qadesh qui opposa Ramsès II au souverain du royaume  hittite.

     Mais ce qu'il me plairait plus spécifiquement aujourd'hui, ce serait de porter l'éclairage sur un hypogée qui, au moment où Cailliaud se trouvait à Thèbes, venait d'être tout récemment découvert à Drah Abou el-Naga, cimetière situé entre Deir el-Bahari et la Vallée des Rois proprement dite, soit au  nord-est de l'ensemble de la nécropole thébaine, sur la rive gauche du Nil : outre les tombeaux des souverains de la XVIIème dynastie, y furent mis au jour ceux des fonctionnaires des trois dynasties qui suivirent ; d
ont celui d'un certain Neferhotep, Directeur du Grenier sous Thoutmosis III et son fils Amenhotep II.

      Je dois à la vérité historique d'insister sur le fait que cette tombe n'eut jamais l'heur d'être le sujet d'une étude circonstanciée digne d'une science, l'archéologie qui, malheureusement, n'en était qu'à ses premiers balbutiements ; et qu'elle ne figura jamais non plus sur un quelconque plan, de sorte que plus personne actuellement n'est à même de la localiser. Seuls les écrits et les dessins originaux de Cailliaud nous fournissent quelques détails de sa décoration.

     Cette décoration, topos récurrent de l'art pharaonique que l'on retrouve souvent associé à une scène cynégétique figurant le défunt, ses serviteurs et ses chiens poursuivant de leur vindicte gazelles, chats sauvages, hyènes, oryx et autres autruches gambadant allégrement dans le désert, représentait une autre scène de chasse, dans de grouillants marais nilotiques cette fois, donnant la réplique, sur le côté droit d'un splendide fourré de papyrus détaillé à l'extrême, à une scène symétrique, mais de pêche : et là, il ne s'agit plus d'un boomerang lancé en vue d'attraper des volatiles, essentiellement des canards mais bien d'un harpon pour embrocher des poissons.

     Mieux qu'une longue description, le cliché ci-dessous que j'ai réalisé à partir d'un dessin reproduit par Bigant, un des artistes qui accompagna Bonaparte lors de sa Campagne d'Egypte, à partir de l'original de Cailliaud lui-même, vous permettra de mieux appréhender la scène en question :

      Neferhotep, à gauche du fourré de papyrus, s'apprête à lancer le boomerang
et le même, à droite, saisit un poisson avec son harpon.


Cailliaud---Tombe-Neferhotep-1.jpg


     Seuls
les écrits et les dessins de Cailliaud nous fournissent quelques détails de sa décoration, ai-je noté ci-avant à propos de l'hypogée perdu de Neferhotep.
     Vraiment ?

     Non ...;  pas tout à fait.
     Car même si au troisième
volume de son Voyage à Méroé ..., le Nantais, mentionnant cette tombe, au haut de la page 292, note simplement : qu'un petit hypogée dont l'entrée venait d'être découverte, m'offrit divers sujets curieux peints à fresque et d'une belle conservation. J'y remarquai des scènes de chasse, de pêche, de vendange, des groupes de musiciens. J'en dessinai une partie, m'attachant toujours à prendre les sujets complets (...), force m'est de constater que l'accusation que porte contre lui, dans un ouvrage intitulé A brief account of the researches and discoveries in Upper Egypt made under the direction of Henry Salt (pp. 106-7), le ressortissant grec Giovanni d'Athanasi, chasseur d'antiquités égyptiennes stipendié par le consul britannique Salt et qui avait, en toute confiance, renseigné et fait visiter la tombe à Cailliaud, me paraît sans appel :

     ... Not satisfied with having copied to his heart's content whatever caught his fancy, he sent a messenger to Luxor, on the opposite bank of the river, to procure some iron tools, with wich he forthwith set to work, detaching the crust of the wall into pieces which he began sending to his house.

     - Pourquoi sans appel ?,
seriez-vous en droit de me demander. Pourquoi être aussi péremptoire ? Pourquoi accréditer les paroles de l'un et rejeter celles de l'autre ?  

     - Mais tout simplement, amis lecteurs, parce que ce magnifique fourré de papyrus que Frédéric Cailliaud avait peint entièrement à l'époque,

-E-13101--Fourre-de-papyrus.jpg 

il en a
, dans un geste peu noble et inadmissible, bel et bien découpé, arraché une partie aux peintures pariétales de l'hypogée de Neferhotep puisque ...

E-13-101.jpg

vous pouvez l'admirer ici et maintenant, devant vous, bien en évidence dans la vitrine 2.


      - Mais pourquoi au Louvre, et non pas au Musée Dobrée de Nantes, la ville d'origine de Frédéric Cailliaud ?, s'interrogeront  assurément certains d'entre vous.

     - La réponse est simple, vous vous en doutez ; et témoigne d'un parcours qui n'a absolument rien d'anormal ...

      Rentré en France dans les bagages de Cailliaud, cette peinture fragmentée qui dénote chez l'artiste "scribe des contours" qui l'a réalisée un sens particulièrement pointu de l'observation de la nature, mais aussi de la composition et du coloris, fit partie de la collection du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale, à  Paris.

     A l'usage de ceux qui, parmi notamment mes lecteurs belges, ne seraient pas vraiment familiarisés avec l' Histoire de France, vous me permettrez d'ouvrir ici une petite parenthèse à propos de cet important lieu de mémoire parisien.

     Désigné en toutes lettres sous le vocable de Département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque Nationale de France, l'endroit abrite en fait la collection d'objets rares, donc précieux, tels manuscrits, pièces d'orfèvrerie, pierres gravées, monnaies antiques que, sous Philippe Auguste déjà (1165-1223), les rois de France se sont constituée au fil des siècles. De sorte que,  toute proportion gardée, ce "Cabinet du Roi" peut à bon droit se prévaloir du titre de plus ancien musée de France.

     Au XVIIIème siècle, le comte de Caylus, né, excusez du peu, Anne-Claude-Philippe de Pestels de Lévis de Tubières-Grimoard (cela ne s'invente pas !), au demeurant un des grands précurseurs de l'archéologie française, grand collectionneur aussi, rédigea un catalogue de l'ancien fonds : sept volumes furent ainsi édités entre 1752 et 1767. Publication qui, avec le temps, donna naissance à un inventaire complété, augmenté, mis à jour grâce auquel on peut maintenant se rendre notamment compte de la richesse de l'apport  au Cabinet du roi - Charles X à l'époque - que les deux séjours de Frédéric Cailliaud en Egypte et au Soudan permirent.


     La majorité des pièces égyptiennes qui s'y trouvaient réunies prirent un siècle plus tard, en 1922 très exactement, le chemin du 58 de la rue de Richelieu vers les quais de Seine, vers le Louvre tout proche ; et parmi elles, "notre" fragment E 13101.

     Enfin, pour être précis, il me reste à rapidement signaler à ce sujet que ce qu'il est maintenant convenu d'appeler à Paris le "Quadrilatère Richelieu", en fait le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France (BnF) va subir une série de transformations, voire de rénovations suite aux nombreux espaces laissés libres depuis le départ, en 1998, des collections d'imprimés, de périodiques, de documents visuels et informatiques sur le site François-Mitterrand, dans le quartier Tolbiac, sur la rive gauche de la Seine, en face de Bercy, dans le treizième arrondissement de la capitale.

     Cela devrait permettre un redéploiement de ce qui est resté dans le deuxième arrondissement, sur le site Richelieu : les manuscrits, les estampes, la photographie, les cartes et les plans, les monnaies, les médailles, les objets antiques, ainsi que les départements de la Musique et des Arts du spectacle ; et d'accueillir  aussi les bibliothèques de l'Institut national d'Histoire de l'Art et de l'Ecole nationale des Chartes.  



     Toutefois, c'est avec le geste répréhensible de Cailliaud que je voudrais clore ma présente intervention : il ne le cède en rien, vous en conviendrez, à ceux perpétrés sur des monuments plus connus comme le temple de Karnak d'où furent ramenés quelques-uns des blocs des Annales de Thoutmosis III auxquels nous avons longuement, cet hiver, accordé notre attention ; ou  celui de Denderah, d'où provient le célèbre "Zodiaque" qu'un jour nous découvrirons ici, exposé un peu plus loin, salle 12.

     Aussi, et aux fins de peut-être alimenter un débat dont les restitutions d'objets antiques célèbres exigés par d'aucuns à l'adresse de certains grands musées européens ne constituent que l'aboutissement, je vous propose, amis lecteurs, dans un troisième article à paraître le 9 mars prochain, de lire ce qui, au XIXème siècle, constituait une sorte de plaidoirie destinée à excuser ce type d'appropriation, de déprédation.

     A mardi, donc, pour découvrir ensemble un document d'époque particulièrement édifiant ...    



(Chauvet : 1989, 309, sqq. ; Dessoudeix : 2009, 273 et 285 ; Keimer : 1940 : passim ; Porter/Moss : 1985, 448-9)

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Louvre-passion 04/03/2010 17:41


Pour revenir au site de la BNF rue de Richelieu, les travaux de rénovation étaient devenus urgents à cause de la vétusté des lieux. L'ancienneté de l'installation électrique et les risques
d'incendies mettait en péril les pièce anciennes.


Richard LEJEUNE 04/03/2010 18:55



     Il était effectivement nécessaire que la "Vieille Dame" de la rue de Richelieu soit quelque peu "relookée", comme on dit de nos jours
...
Techniquement parlant, et aux fins d'assurer la sécurité des consultants, cela devenait une obligation de première nécessité.
Les travaux seraient prévus jusqu'en 2017 !

     Mais j'espère que tout le côté vieille dame, obsolète aux yeux de certains, mais tellement gros de charme aux miens - et je ne dois pas être le seul à penser cela ! -
immense patrimoine de l'architecture d'intérieur, sera entièrement conservé ...

Pour convaincre ceux parmi mes lecteurs qui n'y seraient jamais entrés, cette petite visite virtuelle où il suffit de cliquer sur l'un ou l'autre endroit pour découvrir des décors des plus
extraordinaires ... 

      Le rêve, probablement, pour tout manuscrit ancien désireux de finir sa vie dans un confort de toute beauté ...

http://multimedia.bnf.fr/visiterichelieu/promenade/ps.htm



tifet 04/03/2010 09:24


Bonjour Richard, pour répondre à vos questions sur la BNF, c'est l'éditeur qui doit envoyer 2 exemplaires du livre si celui-ci est tiré à plus de 300 exemplaires et non l'auteur, c'est obligatoire
même pour les livres numériques, pour les français, je ne sais pas si les belges sont soumis aux mêmes contraintes, peut-etre s'ils sont édités par une maison d'édition française ? en fait votre
ami Alain vous suggère le site de la BNF qui répond à beaucoup d'interrogations et il a raison car les contrats d'édition sont si peu explicites qu'il faut parfois aller chercher ailleurs les
réponses que l'on se pose, nous en savons quelque chose vu que Gérard, mon époux, a signé un contrat d'édition pour ses romans et que le monde de l'édition est très "obscur" j'en parlerai sûrement
un jour !


Richard LEJEUNE 04/03/2010 15:13



     Ce serait effectivement intéressant, Tifet, que parce que "vécu de l'intérieur", vous évoquiez ce sujet un jour sur votre blog.

     J'ai suivi l'excellent conseil d'Alain et ai évidemment beaucoup appris : le site informatisé de la BnF, à d'autres points de vue aussi d'ailleurs, constiture une
véritable mine.

     Ceci posé, le site lui-même, j'entends par là le complexe architectural érigé à Tolbiac sur les instances de François Mitterrand - ces quatre bâtiments d'angle, en verre,
figurant des livres ouverts, qui encadrent une végétation luxuriante, et auxquels on accède en gravissant d'énormes marches en bois exotique - imposante ascension vers LA Culture ; superbe
symbole ! - vaut lui aussi le déplacement.

     Un "défaut", à mes yeux, quand on arrive au-dessus des marches : le vent frais d'avril à Paris peut, parfois, s'y révéler plus que désagréable ...



FAN 04/03/2010 09:20


Merci Richard, ce post est très instructif! et l'hypogée de Nefertohep, une merveille!! Bravo pour le dessin de Bigant!Dommage que l'on ne puisse l'admirer totalementen couleurs!!Mais ne nous
plaignons pas et remercions toutes les personnes passionnées qui fouillent délicatement et ramènent des trésors!!Je vais de ce pas, visiter le site de la BNF en attendant d'y aller et admirer les
joyaux des collectionneurs!! BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 04/03/2010 14:57



     Au vu de ce que Frédéric Cailliaud a dessiné (ou ramené), et bien qu'incontestablement il n'atteigne pas la perfection de ceux de Nebamon
(dont on peut admirer des fragments au British Museum), de Nakht et quelques autres, il serait évidemment extrêmement intéressant qu'une équipe de fouilleurs retrouvât cet hypogée réensablé.

     Espérons ...



DonQuichutte 03/03/2010 20:57


Bonjour,

Je suis désolé d'utiliser cette zone de commentaire pour répondre à celui que tu as laissé sur le blog de ADMary mais c'est la seule solution qui me soit connue pour te laisser ce message de
remerciements.

La photo que tu as jointe à ton commentaire est elle aussi un bon exemple de la "transparence" de la pierre.

Je n'ai pas encore retrouvé la statue dont je parlais à Marie. Mais je suis assez têtu et dès que j'aurais mis la main dessus, je t'en enverrai une copie...

J'aime moi aussi beaucoup l'égyptologie, alors je vais revenir pour me promener chez toi car tes articles me semblent bien intéressants.

A bientôt...


Richard LEJEUNE 03/03/2010 21:20



Pas de problème : tu es évidemment le bienvenu sur mon blog, à ta meilleure convenance.

Si tu en as en mémoire, communique-moi d'éventuelles informations à propos de la statue que tu recherches, et je pourrai peut-être, si tu es précis, la retrouver dans ma bibliothèque ...

A bientôt.



Alain 03/03/2010 11:59


A la suite de tes questions sur les dépôts des œuvres de l’esprit, j’ai regardé l’excellent site de la BNF qui donne des infos précises sur ce dépôt légal :
http://www.bnf.fr/fr/professionnels/depot_legal.html
Cela permet de garder en mémoire le patrimoine culturel français. J’ai vu que des collectes automatiques sont faites par la BNF sur les sites Web à la façon des moteurs de recherche.


Richard LEJEUNE 03/03/2010 14:56



     Excellent site, en effet, et très complet pour ce qui concerne le dépôt légal : merci Alain d'avoir pris la peine de débroussailler le
terrain en me fournissant ce lien.



tifet 02/03/2010 09:50


Faudrait-il rendre à l'Egypte toutes les oeuvres qui se trouvent dans nos musées ??? c'est un grand débat......quant à la BNF, elle regorge de" trésors" dont un dont je suis très fière (je l'avoue)
un exemplaire des Géants du Nil, roman de Gérard, mon époux, puisque chaque oeuvre littéraire éditée est envoyée là et gardée précieusement......parmi des milliers d'autres


Richard LEJEUNE 02/03/2010 16:43



     C'est un débat, effectivement, que semble vouloir instaurer le très médiatique Zahi Hawass à la tête du CSA, tout en réclamant Nefertiti à
Berlin et d'autres et d'autres dans les plus grands musées du monde ; et tout en ayant déjà reçu en retour, notamment du Louvre, en décembre dernier ...

     Mais, si vous le voulez bien, Tifet, c'est un débat que j'aimerais qui s'instaure seulement après l'article de mardi prochain, pour les raisons que j'ai indiquées à
l'extrême fin de celui d'aujourd'hui. 

     En revanche, et dans un tout autre domaine, il m'agréerait que vous nous expliquiez ici quelques points qui m'intriguent par rapport aux dépôts d'oeuvres littéraires
faits à la BnF, maintenant sur le site F. Mitterrand : qui décide d'envoyer ? L'écrivain ou sa maison d'édition ? Est-ce obligatoire ? N'y a-t-il que les Français, ou les autres ouvrages
francophones sont-ils aussi admis ? Par exemple, les articles de mon blog belge pourraient-ils faire ainsi l'objet d'un semblable dépôt à la BnF ???

     Je blague, évidemment. Trève de plaisanterie : adresse-t-on le volume ou un support numérique ou un micro-film, que sais-je ? N'y a-t-il qu'un seul exemplaire d'une même
oeuvre ou plusieurs ?

     Bref, ce serait extrêmement sympathique de votre part si vous (ou votre époux, d'ailleurs), pouviez éclairer ma lanterne : voilà un domaine dont j'ignore complètement,
les arcanes, faute, probablement, de m'être vraiment renseigné ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages