Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 23:00


     Notre découverte de la deuxième vitrine de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre nous a amenés, souvenez-vous, amis lecteurs, à ne délibérément considérer jusqu'à présent que des fragments de bas-reliefs : le E 13101 le 16 mars et le AF 452  le 27 avril derniers ; sans oublier toutes les interventions annexes qu'il m'a semblé opportun d'ajouter aux fins de vous permettre de mieux appréhender les contextes historiques et symboliques inhérents à ces monuments.

 

     C'est au troisième d'entre eux qu'aujourd'hui j'aimerais consacrer mon intervention. 

 

      A droite de cet AF 452 qui nous a retenus les deux denières semaines, placée sur un socle, je vous propose de détailler la pièce référencée  E 11247  A


E-11-247-A-copie-1.jpg

 

 

 

     Elle constitue un autre très beau bloc de calcaire gravé en léger relief , puis peint, de 43, 60 cm de haut et 41 cm dans sa plus grande largeur, provenant  vraisemblablement, selon le cartel qui  ne fournit aucune autre précision d'origine, de la tombe d'un certain Ouahka.

 

     Il faut savoir qu'il y eut, au Moyen Empire, à la XIIème dynastie plus précisément, sous les règnes d'Amenemhat II et III, soit entre 1900 et 1800 avant notre ère, deux gouvernants, deux "nomarques" comme on désigne en égyptologie ceux qui sont à la tête d'une des provinces du pays appelées "nomes", qui portèrent le même patronyme. Ces deux Ouahka dirigèrent le dixième nome de Haute-Egypte.

 

     Leurs tombes - la n° 7 et la n° 18 selon la classification communément adoptée -  furent découvertes dans le courant des années vingt à Qaou el-Kébir, la Tjebou des Egyptiens, l'Antaeopolis des Grecs, sur la rive orientale du Nil à une petite cinquantaine de kilomètres au sud d'Assiout ;  puis publiées en 1930 par leur inventeur, W.M. Flinders-Petrie.

     

      Malgré les différents morceaux brisés, nous distinguons sans peine trois niveaux de représentation délimités soit par une ligne  de séparation, soit par un chromatisme adapté :  ainsi, au registre inférieur, si ce n'était la présence effective des poissons, la couleur bleu tendre presque arrivée intacte jusqu'à nous indique que nous sommes dans un milieu aquatique. Y évoluent, de gauche à droite, un mormyre oxyrhynque au profil si typé  et une tilapia nilotica : tous deux semblent avoir (momentanément ?) échappé au harpon d'un pêcheur.

 

      Simplement pour rappel, le mormyre constituait le poisson sacré de la ville d’Oxyrhynque, la "Per Medjed" des Egyptiens, à l'ouest d'un des bras principaux du Nil au sud de l'oasis du Fayoum, dans la province de Minieh, à environ 160 kilomètres du Caire et 300 d'Alexandrie.

 

 

 

Oxyrhynque---Carte.jpg

 

 

 

 

     Cette ville antique datant de l'époque ramesside, située à un important carrefour de voies caravanières et fluviale,  devint l'Oxyrhynchos des Grecs, étymologiquement à cause du museau quelque peu busqué et effilé du poisson tellement révéré dans le XIXème nome de Haute-Egypte qu'un temps furent engagés combats contre ceux de l'autre rive parce qu'ils affichaient la malencontreuse habitude de consommer leur dieu. 

A notre époque, l'endroit porte le toponyme arabe de el-Bahnasa.


      Pour quelle raison s'interrogeront peut-être certains d'entre vous, ai-je qualifié cet animal de sacré ? Simplement parce que, selon la mythologie égyptienne, c'est un oxyrhynque qui aurait avalé le phallus d'Osiris  dont le corps avait été dépecé par son frère Seth qui en avait ensuite dispersé les différentes parties dans le Nil. Et ce ne fut qu'au terme d'une longue quête qu'Isis, sa soeur et non moins épouse, les retrouva et les  reconstitua.

 

     Sombre histoire comme il s'en passe dans de nombreuses familles ... divines. 

 

      Vénéré dans tout le pays, celui que l'on nomme aussi brochet du Nil, incarnait la déesse Touéris, annonciatrice de la bienfaisante crue du Nil, partant, de la renaissance annuelle de la végétation.

 

     Quant  à nous, cet oxyrhynque ne nous est point inconnu puisque, si vous vous rappelez, nous l'avions déjà rencontré en 2008, grâce aux deux exemplaires en bronze, N 4 014 A et E 14 364, datant de Basse Epoque, exposés dans la grande vitrine centrale de la salle 3. Nous y avions également découvert la tilapia sur laquelle, tout dernièrement, j'ai à nouveau eu l'opportunité de vous entretenir : je m'autorise donc aujourd'hui à ne point y revenir.


 

     Au registre médian, par ailleurs délimité du précédent par un bandeau initialement peint en vert - nous sommes donc sur une rive du Nil, vraisemblablement pas très loin des fourrés de papyrus dont nous connaissons à présent toute la symbolique -, nous percevons des canards et un flamant rose capturés dans une sorte de piège de mailles quadrangulaires : probablement reconnaîtrions-nous, s'il n'y avait cassures des deux côtés, le typique filet hexagonal.

 

     Enfin, le petit morceau du dernier registre tout au-dessus de ce relief, laisse entrevoir quelques volatiles déjà trucidés qui pendent en attendant d'être dépecés et consommés.

 

     M'est-il à nouveau besoin d'insister sur la précision des traits des artistes de l'époque qui permet de nos jours aux scientifiques de déterminer avec justesse les catégories animales ici représentées ?  

 

     Mardi dernier, en conclusion de l'article dans lequel, précisément, j'avais évoqué la capture d'oiseaux migrateurs aquatiques à l'aide du filet hexagonal, j'avais laissé sous-entendre que, à défaut d'être consommés dans de brefs délais, ces volatiles capturés pouvaient très bien se retrouver dans des fermes destinées soit à leur permettre de se reproduire, soit à être engraissés.

 

   Certains d'entre vous, amis lecteurs, ont probablement déjà eu l'heur de se rendre au mastaba de Ti, à Saqqarah, - cette tombe de l'Ancien Empire  que j'ai souvent citée et dont vous pouvez par ailleurs avoir un aperçu plus que détaillé grâce à la visite que nous en propose OsirisNet (merci Thierry, une fois encore). Il vous aura peut-être été donné, en fonction du guide qui, ce jour-là vous accompagna, d'admirer, sur la partie de droite de la paroi sud du portique - à gauche en entrant donc, ce que les égyptologues sont maintenant convenus d'appeler la ferme aux volailles - en fait, deux tableaux distincts qui nous renseignent avec précision, légendes hiéroglyphiques à l'appui, sur les locaux réservés, suivant leur finalité différente, aux oiseaux aquatiques.

    Grâce à une analyse descriptive pointue qui en a été faite par l'égyptologue français Pierre Montet, nous savons maintenant que deux établissements différents - les "chétébou" et les "hérout" -, leur étaient destinés.

    Les hérout correspondaient en fait, si j'en crois les parois de ce tombeau, mais aussi de celui de Kagemni, à un ensemble avicole comprenant, en plus d'un logement destiné aux membres du personnel, l'enclos dans lequel évoluaient les volatiles : rectangulaire, ceint d'une palissade avec, en son centre, un bassin entouré d'herbes dans lequel s'épanouissaient des fleurs de lotus.

     Simple petite remarque sémantique qui a néanmoins son importance : le déterminatif qui  finalise le lexème "hérout" représente le signe de l'eau. Les philologues eurent tôt fait d'en déduire qu'une pièce d'eau constitua l'élément cardinal de ce type de ferme. Et donc, je poursuis ce raisonnement, que dans ces "hérout", les volailles bénéficiaient d'une relative liberté semblable, en définitive, à celle qui était la leur dans les marais nilotiques.

    En revanche, et toujours en détaillant les scènes pariétales du mastaba de Ti, notamment au niveau du troisième panneau du mur ouest, il est indéniable que la quotidienneté que vivaient ceux des animaux parqués dans les "chétébou", était tout autre : là, dans des cabanes fermées par un grillage, ils étaient rassemblés pour y être manifestement engraissés, gavés avant que, dans une petite cour, ils aient tout loisir d'aller s'ébattre quelques instants post-prandiaux, puis de réintégrer leur cabane en attendant le prochain repas. 

    Il nous suffit d'ailleurs de traduire les légendes hiéroglyphiques accompagnant ces tableaux pour rapidement nous en convaincre : cuire le pain et le préparer en boulettes, propose l'une ; préparer des boulettes de pain pour le nourricier des oiseaux, précise l'autre ; engraisser les grues, gaver les grues, ajoutent les dernières, avant de mentionner, in fine : promener canards et oies blanches après le repas" ...  

 

      

     Si à présent nous nous déplaçons légèrement vers la droite de cette  vitrine encastrée,

 

 

 

Gros plan vitrine 2

 

il ne nous reste plus, pour épuiser l'ensemble des reliefs et avant d'évoquer d'autres objets choisis en vue d'illustrer le thème de la chasse et de la pêche, qu'à nous pencher sur les deux derniers fragments exposés en son extrémité.

 

     C'est, amis lecteurs, ce que je vous réserve pour mardi prochain, si toutefois l'aventure vous tente ...

 

 

 

(Dessoudeix : 2008, 683 ; Favry : 2004, 47-8 ; Montet : 1925, 116-25)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

FAN 13/05/2010 10:45


Cher Richard, si vous chercher le pourquoi "blog d'ISIS' vous trouverez quelque peu sur mon blog crée il y a quelques temps déjà,: en 2009, le 15/10 puis le 11/11 - le 12/11 et plus près le 17/12
des posts qui pourront vous éclairer. Au départ de ce blog, je voulais partager mon petit savoir et intéresser les lecteurs (trices)avec des articles un peu littéraire mais pas beaucoup de
commentaires, aussi, j'ai changé et je ne fais désormais que des posts un peu légers pour éviter la pub et avoir des commentaires sympathiques!! Isis, mère universelle, aime partager avecle monde
entier sa façon de penser! Je ne développerai pas plus plus sur cette page!! AMITIE à vous BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 14/05/2010 11:21



     J'ai jeté un oeil sur les billets que vous m'indiquez et ai effectivement mieux compris. Mais je persiste et signe : vous pourriez très bien
reprendre, de temps en temps, la voie que vous vous étiez tracée avec ceux concernant l'archéologie, par exemple.


Et tant pis si tous vos lecteurs (trices) ne vous suivent pas de manière régulière.


Pour moi, là n'est pas l'essentiel ! Me faire plaisir d'abord en partageant mon modeste savoir - ce fut ma superbe vie d'Enseignant, en fait -, reste mon objectif
cardinal.


Et peu me chaut si le tableau des statistiques calculées par Overblog ressemble parfois aux montagnes russes ! 



FAN 11/05/2010 17:50


Merci Richard de votre intervention de courtoisie sur le blog d'ISIS. Sans être puriste, j'aime que les textes que certains chanteurs empruntent aient leur vraie place,et grâce à Internet, je peux
"chercher" et découvrir agréablement des auteurs que l'on ne m'a pas appris à l'école!! BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 11/05/2010 20:22



     Détrompez-vous, Fan !


     Si j'adhère pleinement à l'esprit de votre deuxième phrase ci-dessus, je réfute sans discussion aucune la notion de visite de "courtoisie"
que vous m'imputez.





     Me connaissant un peu plus, vous auriez très vite compris que je ne fais pratiquement QUE ce que j'ai envie de faire : ce fut entre autres
ainsi, et fort heureusement, dans les 33 années de bonheur de ma vie d'Enseignant ...


     Et je m'organise pour que ce le soit encore ici, sur le Net. Actuellement dans l'adolescence de la vieillesse, vous pensez bien que j'estime
avoir passé l'âge d'accepter des concessions, des compromissions ; de consulter des blogs aux fins que l'on vienne consulter le mien ; d'éventuellement laisser un commentaire de manière que l'on
agisse de même avec moi !





     Aussi, chère Fan, soyez assurée que si, de manière sporadique je vous le concède, je viens chez vous, c'est parce que j'en ai envie, et que
j'attends quelque chose.


     Permettez-moi même de vous donner une des motivations qui, à mon sens, doit être aux antipodes de celles de vos autres lecteurs : j'attends,
à chaque visite, de comprendre la raison pour laquelle vous vous intitulez "Blog d'Isis" ; j'attends un article d'égyptologie ; j'attends que chez vous aussi, comme ici, nous puissions confronter
nos points de vue sur un sujet - quel qu'il soit - qui justifie le nom de blog que vous vous êtes attribué.





     Je consulte de temps en temps votre site en espérant une réponse à ma question : pour quelle raison "Blog d'Isis" quand rien, finalement,
n'aborde l'égyptologie ?





Mais n'est-ce pas déjà une excellente raison ?


 


Très amicalement, chère Fan.


 


Richard


 



FAN 11/05/2010 13:57


De nouveau, je comprends mieux le filet pour attraper les grands oiseaux qui servaient à la nourriture! Nous ne mangeons plus de grands oiseaux en Occident mais les Ortolans restent un mets
apprécié et je suis contre la manière de les chasser! J'aime bien le mot "nourricier" pour la personne chargée de "nourrir": A présent, on n'emploie plus ce terme, c'est dommage!! J'attends Mardi
prochain pour le plaisir de vous lire BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 11/05/2010 17:06



Vous faites allusion aux matoles, je présume, chère Fan ?





Bossuet parlait jadis des "nourriciers" de l'Eglise ...


Vous vous doutez, je pense, que ce n'est pas de cela qu'il s'agit ici.


Mais bien qu'il soit quelque peu devenu obsolète, comme vous le regrettez si justement, j'aime beaucoup ce terme qui, en notre si belle langue, et dans ce cas
précis, traduit parfaitement ce qu'exprimaient les textes égyptiens antiques ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages