Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 23:00

     Vous les aurez très certainement aperçus lors de nos différentes interventions devant cette vitrine 2 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.

 

 

Gros plan vitrine 2

 

 

      Ils ont traversé la majorité des articles que j'ai rédigés à votre intention chaque mardi depuis le 30 mars, notamment dans la rubrique "Décodage de l'image".

    

     Vous ne leur aurez peut-être pas accordé toute l'attention qu'ils méritaient dans la mesure où, d'autorité, je vous proposais d'emblée des reliefs ou des ostraca figurés que j'avais estimé plus utiles à détailler.

 

     Et pourtant, sans eux, chasse et pêche qui tant importaient pour l'homme égyptien de l'Antiquité n'eussent pas été possibles : je veux évidemment parler des différents instruments et ustensiles exposés ici et là devant nous et qui lui permirent de capturer les animaux convoités.

 

 

     Aussi, avant d'à nouveau envisager d'autres pièces sculptées ou gravées de scènes cynégétiques, j'ai pensé aujourd'hui, amis lecteurs, de simplement les répertorier sans plus m'appesantir sur des explications que je vous ai déjà abondamment fournies ...

 

     Vous me permettrez de commencer par la gauche, simplement parce que, la semaine dernière, souvenez-vous, à propos de la plus ancienne pièce égyptienne actuellement connue associant un chien à l'évocation d'une chasse - une coupe exposée au Musée des Beaux-Arts Pouchkine de Moscou  - j'avais précisé que l'on voyait un personnage muni d'un arc et de flèches, et qui maintenait quatre lévriers en laisse.

 

     C'est donc par les différentes flèches arimées sur le mur du fond de la vitrine que je vous propose d'entamer notre visite de ce mardi. 

 


 

N-1450---51---E-592---10-fleches.jpg

 

     Ce premier "éventail" en comprend 10 façonnées à partir de roseau, référencées  N 1450 3, 5, 11 et 13 ; N 1451  2, 3, 5 et 6 ; N 1452 et E 592 3.

 

     En bois, certaines pointes épousent la forme d'une massue quand d'autres sont munies de un, deux, voire trois fragments de silex. A l'autre extrémité, une fente permettait un empennage d'époque qui, depuis, a disparu.

 

     Semblables armes furent retrouvées en abondance dans les tombes du début du Moyen Empire (soit vers 1900 avant notre ère).

 

     Tout au-dessus à droite, une onzième, esseulée : E 105 4.

 

E 105.jpg

    

     Elle est également constituée d'une tige de roseau (57, 20 cm) au bout de laquelle a été rapportée une pointe en bois.

 

     Et entre cet ensemble de flèches, un arc simple (N 1435 (2) ) en bois de jujubier de 176 centimètres de long.

 

Arc-egyptien.jpg

 

     Il semblerait, d'après la base de données du Musée du Louvre accessible sur le Net, que l'oeuvre ne soit plus actuellement visible dans la vitrine ... 

 

 

     Toujours sur le mur du fond, à la droite du bas-relief ramené par Frédéric Cailliaud : un bâton de jet (AF 6 595) - que, parfois, d'aucuns appellent aussi boomerang. Il est en bois, mesure 46, 7 cm de long et 4, 8 de large et date du Nouvel Empire.

 

AF-6-595.jpg

 

 

     Vous aurez évidemment compris que les deux types d'armes que nous venons de considérer ressortissent au domaine de la chasse.

 

     Pour ce qui concerne la pêche, c'est plutôt vers notre droite qu'il faudra nous diriger, et nous arrêter devant les deux pointes de harpon en bronze AF 6 559 

 

AF 6559.jpg

 

     et E 11 362

E 11362.jpg

 

        Nonobstant le fait que j'aie annoncé tout de go que je ne m'épancherai pas en détails abondants, je vous dois toutefois une petite précision : l'éminent égyptologue français Jacques Vandier (1904-1973) a bien insisté, dans le quatrième tome de son Manuel d'archéologie égyptienne, que le harpon n'était pas une arme de jet, tel le javelot par exemple, mais  une arme de choc : plusieurs figurations pariétales tendent en effet à prouver qu'il fut plutôt utilisé comme un épieu, à un ou plusieurs crochets, avec lequel on frappait sa victime, que ce soient des poissons - comme je l'ai précédemment expliqué dans un article de la rubrique Décodage de l'image consacré à la pêche dans les marais nilotiques -, ou que ce soit l'hippopotame que l'on chassait dans le même environnement palustre : autre scène tout aussi symbolique que l'on rencontre de manière récurrente dans les tombes égyptiennes ...

 

 

      Dans le même alignement que les crochets de harpon sur le panneau à l'arrière de la vitrine, cet hameçon (E 5 454), également en bronze.

 

E-5-454.jpg

 

 

     Enfin, et pour clôturer - ou presque - cette courte et rapide  nomenclature, j'attirerai votre attention sur le filet de pêche E 286, sans mention de date ni d'origine, déposé dans le coin inférieur droit : en lin et parsemé de  chapelets de poids en terre cuite, il ne mesure que 65 centimètres de long.

 

E 286.jpg

 

 

     Quand d'aventure, en rédigeant mes articles, j'estime avoir employé trop souvent le même terme, si aucun synonyme ne me vient de prime abord à l'esprit, j'aime me plonger dans l'une ou l'autre des quelque deux mille quatre cents pages du Robert historique de la langue française ou, plus simplement, de me tourner vers un autre membre de cette famille, le Petit Robert : ce sont toujours de nouvelles découvertes qui viennent accroître mes connaissances et surtout me prouver, à l'instar de Socrate auquel la tradition attribue ce trait, que "je sais que je ne sais rien ..."

 

     Pour l'heure, je viens de lire non seulement les différentes acceptions du terme filet lui-même mais, et c'est là que je suis resté pantois, les multiples synonymes qui sont siens.

 

     Que de richesses notre langue recèle !

 

     Rassurez-vous, je ne suis pas un fanatique de la liste, comme Umberto Eco invité à l'automne dernier à précisément donner en ces murs, salle 33 de l'aile Denon, une conférence concomitante à l'exposition "Mille e tre" sur ce sujet particulier, et dont mon collègue dans la blogosphère, Louvre-passion, a fort à propos rendu compte dans un de ses billets

 

     Simplement, j'aimerais que nous nous posions la question : comment définir cet ustensile de pêche devant lequel nous nous trouvons ?

 

     Un ableret, un ablier, une araignée, un carrelet, pour autant qu'il soit carré ou à mailles carrées ?

 

     Une balance, une caudrette, un langoustier, une pêchette, une puche (non, je n'ai pas de défaut de prononciation !), un truble, pour autant qu'il servît à capturer des crustacés ?

 

     Un bolier, un chalut, pour autant qu'il fût  tiré par une embarcation ?

 

     Certainement pas une drège ni un thonaire ni un trémail : notre spécimen est bien trop petit.

 

     Pourquoi pas un épervier ? Cela nous permettrait de nous envoler vers d'autres cieux lexicologiques.

 

     Une folle ? Non, les mailles ici ne sont pas assez grandes.

 

     Alors une gabare, un guideau, un havenet, un haveneau, un picot, une seine, un vannet, un verveux  ?

 

 

     Vous conviendrez, amis lecteurs, que vous n'avez que l'embarras du choix si tant est qu'il vous faille compléter le cartel peu disert qui accompagne le filet de la vitrine 2 ...

 

 

 

(Vandier : 1964, 726-33)

Partager cet article

Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Tifet 19/06/2010 11:14


Bonjour Richard, il est étonnant de voir que l'arc que vous présentez correspond aux proportions du Longbow que mon mari Gérard a actuellement, même longueur 1,76 m, par contre il est en
palissandre, sa forme laisse toutefois à penser que sa puissance devait être réduite.....ou alors ils étaient plus performants (les hommes) à l'époque !


Richard LEJEUNE 20/06/2010 09:50



     Simple hasard de mesures, probablement, Tifet.





     Quant à la supériorité des performances des hommes de l'Antiquité, je vous laisse seule  juge : je n'ai nullement envie d'avoir maille
à partir avec votre époux !



Michel 17/06/2010 07:36


bonjour Richard et autres habitués du blog
Je pense que l'utilisation du terme boomerang pour désigner le bâton de jet est une erreur: le boomerang, spécifiquement australien, est conçu pour revenir vers le lanceur s'il n'atteint pas sa
cible ce qui n'est pas du tout le cas du bâton de jet égyptien (utilisé aussi à la guerre). Tu n'as pas cité l'arc de la vitrine, je n'arrive pas à savoir quelle est son origine (lieu de trouvaille
et datation).


Richard LEJEUNE 17/06/2010 08:56



     Bravo Michel ! Je reconnais là l'acuité du regard d'un grand connaisseur.





     Effectivement, j'ai oublié de l'insérer dans mon article : la raison en est simple, il ne figurait pas dans les notes qu'en son temps
j'avais prises.


Et s'il se trouve bien sur la photo de la vitrine 2 que j'ai proposée, dans la base de données accessible sur le site du Musée,
il n'y est en réalité pas repris avec les autres objets. Ce n'est qu'en tapant "arc égyptien" qu'on peut le visionner avec son numéro de référence.


      Tu as parfaitement raison, aucune précision quant à son origine n'est fournie.


En plus de l'indication du matériau dans lequel il a été confectionné et ses mesures, il est simplement noté que l'oeuvre n'est pas visible actuellement dans les
salles du musée.





      Sauf complément d'information d'amis lecteurs travaillant ou fréquentant régulièrement le Louvre, je ne puis rien ajouter
d'autre.





      Grand merci à toi de m'avoir signalé cet oubli : sans toi, mon article n'eût pas été exhaustif. Je vais donc immédiatement rectifier
le tir (si je puis me permettre ...)


 


     Un dernier point : je suis entièrement d'accord avec toi concernant l'acception du terme boomerang. Mais comme je l'ai brièvement souligné
dans l'article, certains égyptologues semblent préférer cette terminologie à celle de bâton de jet ...





A bientôt.


Richard



Absalon 15/06/2010 14:26


Je suggère que, pour l'époque, c'était considéré comme une arme de destruction massive susceptible de déclencher l'intervention des Indiens d'Amérique !
Pardonnez-moi cette mauvaise plaisanterie...


Richard LEJEUNE 15/06/2010 17:22



      Je pense, cher Jean-Pierre, que vous avez beaucoup trop lu notre Tintin national !



colette 15/06/2010 11:54


Cher Richard,

Je ne suis pas une fervente lectrice de votre blog. Mais je ne vous oublie pas, je pense à vous Belge wallon qui traversez un moment bien difficile de votre histoire...!Que va devenir la Belgique ?
Bon courage à vous tous.

Amicalement,
Colette


Richard LEJEUNE 15/06/2010 12:46



     Que c'est aimable ! Quelle délicatesse de votre part, chère Colette.


     Mille fois merci pour votre sollicitude.





     Je vous ai répondu de manière plus détaillée en privé.





     Portez-vous bien.





     Richard



FAN 15/06/2010 09:08


Bravo Richard pour ts les homonymes d'un filet de pêche mais ce qui m'étonne le plus c'est le "comment est-ce possible qu'il ait résisté jusqu'à nous?" D'ailleurs il n'y a aucune précision de date
et origine!!Le lin serait-il promis aussi à une vie éternelle??BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 15/06/2010 12:54



     Vous avez peut-être raison d'être étonnée, chère Fan : l'absence de précisions accompagnant ce filet m'intrigue également ; raison pour
laquelle, vous l'avez compris, j'ai en passant mentionné cette carence, sans toutefois oser prétendre qu'il n'est pas d'époque ...





     Quant au lin, une des récoltes qui, avec le blé, constitue une scène récurrente dans la décoration des parois des tombes - d'où son
importance -, il ne faut pas oublier qu'il était à la base même des "kilomètres" de bandelettes qui momifièrent les Egyptiens des classes aisées. Il était donc, à leurs yeux, effectivement promis
à une vie éternelle !



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages

EgyptoMusée publie aussi sur Eklablog.