Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 23:00

 

     Vous sachant fidèles, je ne doute pas que vous m'avez emboîté le pas, amis lecteurs, depuis le 22 juin maintenant, pour admirer les quelques objets de toilette exposés dans la vitrine 2 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre.

 

     Nous poursuivrons aujourd'hui leur découverte en évoquant les deux cuillères  thériomorphes arrimées sur le mur du fond, en dessous de l'arc que nous avions vu récemment : elles ont été groupées avec la petite boîte à onguents que je vous avais présentée la semaine dernière.

 

 

Objets de toilette (M. Sancho)

 

(Grand merci à Michel Sancho pour m'avoir fait parvenir un cliché d'une portion de la vitrine 2 me permettant d'en agrandir ce détail présentant les cuillères.)

 

      Lors d'un précédent passage en salle 3, en mai 2008, j'avais eu l'opportunité d'attirer votre attention sur celles déposées dans la vitrine 2 qui, toutes, présentaient les courbes plus qu'agréables d'une nageuse, et d'insister sur le fait que si les égyptologues leur donnent des noms divers - cuillers à parfum, cuillers à fard, cuillers à onguent -, en les inscrivant donc par la même occasion dans la catégorie des ustensiles de toilette, il n'en demeure pas moins que certaines d'entre elles ont manifestement été utilisées au cours de cérémonies cultuelles, religieuses pour, par exemple, contenir des produits odoriférants destinés à être brûlés, tels l'encens et la myrrhe  ... 

 

     Qu'elles n'aient jamais servi dans le quotidien, comme le pensent certains savants qui les classent alors parmi les objets empreints de symbolisme que tout défunt désirait emporter avec lui dans sa tombe afin que soit  pleinement assurée sa régénération dans l'Au-delà ; qu'elles aient été employées à des usages domestiques ou sacrés ; qu'elles aient accompagné les gestes des prêtres des temples procédant chaque jour à la toilette de la statue d'un dieu ou ceux d'une belle et riche Egyptienne dans ses appartements privés, il n'en demeure pas moins vrai, - et j'espère que mon intervention de ce matin vous y rendra sensible -, que ces petits objets considérés par d'aucuns comme participant de ce qu'ils nomment volontiers les "arts mineurs", sont d'un raffinement et d'une élégance irréfragables.

 

     Ainsi la première d'entre elles (N 1665) qu'exceptionnellement, je vous propose d'admirer recto (comme au centre de la photographie ci-dessus)

 

 

N 1 665.jpg

 

  et verso.

 

N-1-665---revers.jpg

 

 

     Provenant de la collection des quelque 4000 pièces rassemblées par Henry Salt, (1780-1827), consul général britannique au Caire, et achetée par la France sur les instances de Jean-François Champollion tout fraîchement nommé par Charles X Conservateur de la section des monuments égyptiens de son musée royal, cette délicate petite pièce date, sinon de l'époque ptolémaïque, très probablement de la dynastie saïte dans la Basse Epoque qui la précède.

 

     Elle entra au Louvre en 1826, en même temps que des monuments plus imposants comme les blogs enlevés, à Karnak, au Mur des Annales de Thoutmosis III, que nous avons vus en salle 12, et bien d'autres grandioses merveilles de ce musée qu'il serait évidemment maintenant hors de propos d'évoquer. 

 

     D'une longueur d'à peine 11, 5 cm et d'une largeur de 4, 5 cm, elle a été réalisée en faïence siliceuse et figure un bouquetin couché, les pattes entravées sous le ventre.

 

     Nonobstant le respect que le monde scientifique doit à l'éminent égyptologue belge Jean Capart, force est de constater que la théorie qui fut sienne en 1943, à savoir que les cuillères représentant une bête ainsi ligotée remplaçaient symboliquement les animaux sacrifiés, égorgés ou mutilés, destinés à la table d'offrandes du mort, est à présent devenue obsolète aux yeux des savants.

 

     Je pense qu'il faut simplement y voir la représentation d'un animal capturé :  en effet, bouquetins, oryx, gazelles et autres  herbivores des confins désertiques de l'Egypte constituèrent dès les temps les plus anciens une réserve de choix qu'il devint intéressant d'engraisser aux fins de bénéficier d'un apport alimentaire non négligeable quand, d'aventure, une chasse ne rapportait pas le butin escompté.

Premier pas vers une sorte de domestication avant la lettre ...   

 

     Notez ici le détail de la tête complètement retournée vers l'arrière - attitude que l'on retrouve d'ailleurs plus souvent dans des figurations de canards : ce pourrait constituer ce que l'égyptologue suisse Philippe Germond appelle un "marqueur imagé de la renaissance" d'un défunt. En effet, l'onguent prophylactique que la coupelle creusée dans le corps de l'animal aurait alors contenu permettait d'envisager une éternité post mortem des plus précieuses pour le trépassé qui avait choisi cette pièce pour l'accompagner à jamais.



     La seconde cuillère (E 3678), comme la précédente, date de la XVIIIème dynastie. 

 

 

E 3 678.jpg

 

 

     Mesurant 12, 9 cm de long et 5, 5 de large, elle figure un oryx couché, peut-être lui aussi entravé : en fait,  ses pattes ont disparu dans la cassure et seul le haut de sa cuisse est resté intact. Il présente des cornes très légèrement courbées dans le prolongement du museau, touchant le dos de leur extrémité, poursuivant de la sorte et terminant, avec la queue, la courbe élégante de l'ensemble voulue par l'artiste.

 

     Cette pièce fut réalisée en grauwacke, c'est-à-dire dans une pierre que souvent l'on confondit avec le schiste, voire même le basalte : elle fut fort prisée des Egyptiens, notamment pour sa couleur relativement foncée, et ses reflets dus à la présence de cristaux fins et brillants.

 

     C'est essentiellement dans le désert oriental, entre la Vallée du Nil et la mer Rouge, au Wadi Hammamat très exactement, qu'ils allaient chercher cette roche à laquelle ils donnèrent le nom de "Pierre de Bekhen" : dès les époques pré-dynastiques déjà, ils la travaillèrent pour confectionner de petits objets, récipients et palettes à fards essentiellement, que l'on retrouve aujourd'hui en abondance dans les différentes collections des musées du monde entier.

 

     Avec d'autres, dont la célèbre statue guérisseuse de Padimahès, (E 10777), également en grauwacke, exposée dans la vitrine 4 de la salle 18, elle entra au Louvre en 1898, donation effectuée suite au décès du collectionneur et comte polonais Michel Tyszkiewicz (1828-1897).

 

 

     Tout naturellement, nous arrivons vous et moi, amis lecteurs, au terme de notre "exploration" de cette vitrine, engagée le 23 février dernier. De sorte qu'avant de vous donner congé pour quelques semaines et de personnellement me diriger vers d'autres cieux estivaux, je vous invite à me retrouver pour un ultime rendez-vous en cette salle mardi prochain, le 20 juillet, à la veille de la fête nationale belge ...

 

 

 

 

(Capart : 1943, 277 ; Germond : 2008, 223 ; Klemm : 1990, 26 ; Vandier : 1972, 30)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

J-P Silvestre 15/07/2010 16:23


Nous sommes réduits à des supputations quant à l'usage de ces objets. La seule certitude, c'est que nous pouvons en admirer l'esthétique...


Richard LEJEUNE 15/07/2010 16:45



     Ce sont effectivement de très belles petites pièces, et plus encore à mon sens celles en forme de nageuse que dans l'article je conseille
d'aller revoir en salle 3, vitrine 2.





     Peu me chaut en réalité qu'elles aient ou non servi, qu'elles aient été utilisées par des prêtres ou des particuliers : il faut simplement
les considérer comme des objets que tout défunt d'une certaine catégorie sociale désirait emporter dans son matériel funéraire pour  agrémenter sa vie post mortem ...



michel sancho 15/07/2010 16:17


désolé Richard, cette vitrine ne me dit rien, que contient-elle?


Richard LEJEUNE 15/07/2010 16:38



     La vitrine 3 est en fait un socle vitré en hauteur, posé juste derrière toi quand tu as photographié l'arc de la vitrine 2 et contenant des
statuettes d'animaux familiers : chats, chiens, singes ...





     Mais ne te tracasse pas, je connais au moins une personne dans "la place" que je solliciterai au besoin.



Michel 15/07/2010 08:03


j'en reste abasourdi:j'avais pris la photo et je te l'avais envoyée pour l'arc, et je n'avais même pas remarqué les palettes!Il est vrai que pendant mes 6 heures passées à prendre près de 600
photos, je n'avais que les armes dans mon objectif!


Richard LEJEUNE 15/07/2010 09:20



     Comme l'on entend ce que l'on a envie d'entendre - c'est ce que d'aucuns appellent l'audibilité sélective -, on voit ce que l'on a envie de
voir : toi les armes, dans ce cas précis, moi, les cuillers à fards.





     600 photos ! Quelle mine !





     Je sais pertinemment bien qu'aucune arme ne s'y trouve exposée, mais aurais-tu, par hasard, des clichés de la vitrine 3 de cette même salle
5 dans ta riche collection ?  Chacune de ses quatre faces vitrées, par exemple ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages