Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 23:00

 

     Vous espérant fidèles au rendez-vous, frais et "requinqués", comme on dit en Belgique, après de profitables vacances, je vous propose aujourd'hui, amis lecteurs, d'entrer dans le vif du sujet précédemment annoncé : la troisième vitrine de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre que les Conservateurs, à la différence notoire des deux précédentes que nous avons détaillées tout à loisir une année durant et qui nous ont permis de mieux connaître l'animal en tant que providence de l'homme, - selon le titre que donne l'égyptologue suisse Philippe Germond à un des chapitres de son magnifique Bestiaire -, ont choisi de dédier cette fois aux animaux familiers des Egyptiens de l'Antiquité.

 

 

 

Vitrine 3

 

 

     Dans notre monde contemporain, qui dit animal de compagnie sous-entend presque exclusivement les chiens et les chats, amis de millions d'hommes. Cette acception sied évidemment aux habitants des rives du Nil même si, comme nous le constaterons dans quelques semaines, il convient d'y ajouter les singes.

 

     Aujourd'hui, vous me permettrez d'uniquement considérer ces petits félins que sont les chats, non pas certes parce que sur le chemin de notre retour de vacances en France  nous avons eu l'opportunité de traverser, sous  une pluie battante, Saint-Sauveur-en-Puisaye, dans l'Yonne, la patrie de Colette ou que, amateur d'histoire et de littérature, je ne peux manquer d'ignorer que certains d'entre eux sont devenus les complices de grands personnages célèbres : de  Louis XV à Charles de Gaule en passant par Colbert, Clémenceau, Churchill ou Bill Clinton ; mais aussi de Montaigne à Jean Cocteau, sans oublier Malarmé, Malraux, Georges Sand, Hemingway - qui en eut une trentaine - et Paul Léautaud, quelque trois cents ...

 

     Evoquant les chats dans cette introduction, je ne puis passer sous silence l'oeuvre d'une artiste que j'apprécie énormément parce qu'elle vogue à la frontière du symbolisme et de ce surréalisme que l'on vit quasiment au quotidien en Belgique : il s'agit de Leonor Fini qui n'a cessé de les représenter sous diverses formes d'art.

 

Chats (Leonor Fini)

 

 

     Non, mon choix d'entamer par le chat l'étude des pièces exposées dans cette vitrine résulte tout simplement du fait que je n'ai  point encore eu l'opportunité de précédemment l'évoquer, à la différence du chien et du singe, sur lesquels, néanmoins, je me propose de revenir dans de prochains rendez-vous ...

 

 

     Alors qu'il semblerait qu'aucune représentation de chat ait été découverte dans les grottes ornées européennes datant de la Préhistoire, il appert qu'entre cette époque et la période romaine à laquelle il est introduit chez nous pour, bizarrement, devenir au Moyen Âge, à tout le moins aux yeux de l'Eglise qui le condamnera, un des suppôts de Satan (!!), le petit animal, apprécié, domestiqué, divinisé même fit partie intégrante des mammifères que les Egyptiens en un temps donné momifieront, auxquels ils éléveront des temples et pour lesquels ils aménageront des cimetières aux fins de les inhumer dans des cercueils en bois,  voire en bronze qui peu ou prou épouseront leur silhouette.

 

     Sans certitude aucune en vérité, sans source éthologique définitive quant à ses origines véritables, il est de nos jours communément admis que le chat africain - Felis chaus, selon la terminologie savante - figure parmi les ancêtres potentiels, tout comme d'ailleurs le Felis silvestris libyca.

 

     Pour compliquer les choses, aux chats que nous connaissons actuellement, certains scientifiques veulent voir une origine asiatique, indienne en fait, qui serait issue du chat orné (Felis silvestris ornata). Quoiqu'il en soit, africain ou asiatique, l'animal, d'évolution en mutation, de l'état sauvage à celui de domestiqué, a aujourd'hui donné naissance à plus de trois cents races distinctes.

 

     Ceci posé, je résumerai  en notant simplement, suivant en cela la classification que proposait  le Professeur  Georges Thines, de l'Université de Louvain, qu'à partir du chat sauvage Felis silvestris, trois sous-espèces ont évolué :

 

* Felis silvestris ornata (steppes d'Asie)

* Felis silvestris silvestris (chat sauvage d'Europe centrale)

* Felis silvestris libyca (chat sauvage d'Egypte - ancêtre de notre chat domestique)

 

     C'est donc de ce dernier qu'il va essentiellement être question dès mardi prochain 28 septembre ...

 

 

 

 

(Kesteloot : 1989, 8-9 ; Thines : 13-5)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Cendrine 15/01/2015 12:14

Une introduction très savoureuse avec cette belle réminiscence du talent de Léonor Fini qui me rappelle un merveilleux séminaire de cours en Littérature et Arts intitulé "Mythologies féminines et
métamorphoses félines".
Le Chat de Geluck est aussi pour moi un festival de bonheur à savourer, je suis fan.
Belle journée Richard, amitiés
Cendrine

Richard LEJEUNE 17/01/2015 08:05



     Nous aussi, en Belgique, nous suivons Philippe Geluck avec bonheur ...



Nat 10/10/2010 11:11


Pas si longtemps que ça... et je ne suis pas retraitée...


Richard LEJEUNE 11/10/2010 08:10



     Et toc !!



Nat 09/10/2010 14:55


Les chats font aussi parler d'eux en Egypte et le culte qui leur a été voué est particulièrement intéressant à connaître... ou à redécouvrir de manière plus approfondie.
Les raminagrobis de Turquie aussi sont adulés et je ne manquerai pas d'y revenir d'ici quelques temps...


Richard LEJEUNE 10/10/2010 10:52



     Depuis le temps que tu me la promets cette étude concernant les chats turcs !!



JA 24/09/2010 21:53


Bonsoir, je me disais aussi, anomalie d'ordinateur, erreur, où bien Philippe Geluck et Jean-Claude Vincent la même personne ,non une histoire belge.....a bientôt JA


Richard LEJEUNE 25/09/2010 07:57



     Exactement, une histoire belge !



jide 24/09/2010 13:28


Tu trouvera en date du 18 mai sur mon blog un article qui relatte les différentes races qui comme tu l'annonce descendent des Egyptiens Amicallement jean


Richard LEJEUNE 24/09/2010 14:01



Merci, je l'ai lu avec toute l'attention qu'il mérite.


 


Pourrais-tu m'indiquer, comme je viens de te le demander à l'instant sur le commentaire qui précède, les références de l'ouvrage que tu as consulté ?



jeandethier 24/09/2010 12:00


a l'heure présente je te suggere un bon apéro j'ai bien aimé ton intervention sur la montagne de notre ami J C

Peut etre verra tu d'autres choses, mais c est peu probable car contrairement au Nil notre ciel est tout bouché,sur tout cela je te souhaite ainsi qu'a Liliane une bonne journée de plus je suis
tres attentif aux chats d'Egypte amicallement jean


Richard LEJEUNE 24/09/2010 13:58



Merci Jean.


Comme je te l'ai écrit par ailleurs, j'ai trouvé très intéressant l'article de ton blog, daté du 18 mai, consacré aux différentes catégories de chats.


Dans le commentaire que je t'ai laissé, j'ai oublié de te demander les références des ouvrages que tu as consultés pour le rédiger ...


Là ou ici, pourrais-tu accéder à ma requête ? 



FAN 22/09/2010 09:18


Cher Richard, vous avez oublié de citer Richelieu et ses 14 chats!!J'adore ce tableau de Léonor Fini, elle aussi était fervente des chats surtoutla race des "Persan" Nous sommes nombreux (ses) à
aimer ce félin, aussi, j'attends de lire votre post de Mardi prochain!!ps: Grâce à vous,j'ai compris pourquoi le chat de "Titi et ro minet" se nomme Sylvestre!! BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 22/09/2010 10:08



     Bien évidemment, chère Fan, que j'en ai oublié, et d'aussi célèbres ... Mon énumération n'avait en fait rien d'exhaustive. Mais vous aurez
aussi noté que je ne l'ai commencée qu'avec Louis XV, Richelieu ayant vécu sous Louis XIII et XIV ...


 


     Voilà donc que grâce à l'égyptologie se dévoile ce que vous preniez pour un mystère : n'est-ce pas intéressant de constater que l'Histoire
peut parfois, avec un détail aussi anodin d'apparence qu'un nom de héros de bande dessinée, intervenir dans notre quotidien ?



Louvre-passion 21/09/2010 20:22


A propos des chats désignés comme suppôts de Satan connais tu "le cycle du Domaine de R." de Jacques Sadoul ?
Il imagine un "monde des rêves" où vivent des "maîtres chats" doués de parole. L'un d'entre-eux, Aïd-Moloch étant passé dans notre monde pour devenir le compagnon d'un des personnages de la saga,
l'alchimiste et nécromant Joachim Lodaüs. (petite parenthèse un peu éloignée de l'égypte...).


Richard LEJEUNE 22/09/2010 09:56



     Eh non, L.-p., je suis loin d'avoir ta culture en matière de romans de science-fiction notamment, que je n'ai pratiquement jamais lus - mis
à part Lovecraft que j'ai adoré et dévoré durant toute mon adolescence ; et quelques autres comme Isaac Azimov, Ray Bradbury bien sûr et Alfred E. Van Vogt avec son Monde des non-A que
j'ai découvert grâce à une traduction de Boris Vian dont, à l'époque, je suivais tous les écrits ; et dont je viens de me rendre compte, en jetant ce matin un oeil rapide à la version en édition
J'ai Lu que je possède, que des passages révisés et la postface avaient été quant à eux traduits par Jacques Sadoul en question.


Mais cela mis à part, je n'ai jamais rien lu de lui ...


 


     En revanche, en prêtant attention à ton commentaire ci-dessus, m'a frappé le fait que le patronyme qu'il donne à un de ses personnages,
LODAUS, constitue la parfaite anagramme de son propre nom (si j'en excepte, bien sûr, le tréma).


Je présume que ce n'est pas anodin ... 



J-P Silvestre 21/09/2010 15:56


Impressionné par le commentaire de Philippe GELUCK dont je goûtais fort les interventions et les dessins sur France 2.
Je ne voudrais pas ternir votre admiration réciproque pour les chats mais à votre énumération de personnages célèbres, grands complices de la race féline,permettez-moi d'opposer une liste
d'individus, non moins célèbres, qui souffraient d'ailurophobie, la phobie des chats. Il s'agit de : Alexandre le Grand, Charles IX, Henri III, Jules César, Napoléon Ier, Elisabeth Ière,
Shakespeare, Ronsard, Maupassant, Brahms, Eisenhower...
En ce qui me concerne, je ne puis rester insensible à une certaine apparence de parenté avec Felis "Silvestris"


Richard LEJEUNE 22/09/2010 09:37



     Malheureusement, je suis bien obligé de vous détromper, cher Jean-Pierre : Ph. Geluck n'a pas la chance de me connaître .


 


     Il s'agissait ici, ni plus ni moins, d'une usurpation de patronyme que s'est autorisée, pour l'occasion, mon ami Jean-Claude Vincent.


Et d'ailleurs, si vous avez été attentif à la construction de mon texte, vous aurez très probablement remarqué cette évocation détournée que je fais de son nom au
travers de ce petit jeu de mots mis en italique : "... me vint cent fois à l'esprit ..." ; ainsi que son prénom, Jean-Claude, que j'inverse en début de ma réponse ...


C'est évidemment notre vieille amitié qui nous permet ces traits d'humour que parfois, et c'est logique, certains lecteurs ne comprennent pas.


 


     J'ai beaucoup apprécié votre liste de personnages hostiles à ces petits félins. Je n'avais absolument pas pensé y faire allusion.


Juste un mot : avez-vous remarqué que la majorité des hommes d'Etat que vous citez furent d'invétérés sanguinaires ? Tonton Sigmund aurait très probablement quelque
chose à dire à ce sujet ...


 


     Quant à cette expression savante, d'origine latine, pour définir les chats, je me doutais bien qu'elle vous interpellerait !



Philippe Geluck 21/09/2010 06:58


Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, j’espère te faire bien rire, mais … à la belge !

J’aurais pu t’écrire comme un chat l’a un jour griffonné : « Ce qui m'intéresse dans les articles qui ne m'intéressent pas, c'est que je ne les lis pas. Cela me laisse plus de temps pour lire les
autres. »
J’aurais aussi pu t’écrire, dans un miaulement : « Si les chats étaient plus sympas avec les souris, les souris n'auraient plus peur des chats. Et ce serait vachement plus facile de les attraper
».
J’aurais pu te prononcer ces mots, sous ma moustache, même si ça peut paraître de mauvais goût : « Le chat est comme la sauce bolognaise : il retombe toujours sur ses pâtes ».
Mais je me contenterai de t’écrire ces mots qu’on me miaule dans l’oreille : « Il y a un proverbe chinois qui ne dit rien. Il m'arrive de le citer quand je n'ai rien à dire (sauf, dans le cas
présent, que les œuvres de Leonor Fini sont superbes, et que je me réjouis d’en apprendre plus sur le Felis silvestris libyca ...) ».


Richard LEJEUNE 21/09/2010 08:28



     Mon cher Claude Jean-Philippe Geluck,


 


     C'est, vous n'en doutez point, toujours un "bonheur" de vous lire et d'admirer vos traits de crayon ou de portemine, colorés ou
non.


 


     Quand je vis votre nom ce matin, me vint cent fois à l'esprit l'idée que mon modeste blog et plus spécifiquement l'article du jour,
avaient retenu votre attention.


 


     Mais quand je lus et appréciai les quelques aphorismes que vous avez retenus pour le commenter, je compris tout de go qu'au travers de cet
humour surréaliste qui vous caractérise, vous me faisiez comprendre que vous attendiez plus des futurs articles que de celui-ci qui, en définitive, ne vous apprenait pas grand chose.





     Vos voeux seront exaucés dès mardi prochain, mais peut-être pas encore dans le sens où vous l'espéreriez. Il vous faudra donc encore un peu
patienter : à mon âge, on déambule lentement dans un musée ...  



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages