Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 23:00

 

     Il me semble l'heure venue à présent, après vous avoir proposé, le 21 septembre, une première introduction sur le sujet en retraçant les origines possibles de ces petits félins, puis, le mardi suivant,  vous avoir donné à lire des textes d'auteurs anciens à propos de l'amour que leur vouaient les Egyptiens, et enfin, la semaine dernière, vous avoir entraînés dans quelques arcanes patronymiques, d'entamer véritablement l'évocation des figurines de chat que nous présente la vitrine 3 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.

 

Vitrine 3 - Devant

 

  (Un merci tout particulier à la conceptrice du blog Louvreboîte pour l'amabilité et la célérité avec lesquelles, à nouveau, elle a réalisé "sur commande"quelques gros plans de ce bloc vitré.)


 

      Il ne relève évidemment pas du hasard que, parmi ceux qu'elle mit à ma disposition, j'aie d'emblée choisi ce cliché car je voudrais dès aujourd'hui, amis lecteurs, prendre prétexte des quatre pièces de l'avant-plan, et plus spécifiquement, dans un premier temps, de la pénultième, en partant de la gauche, inscrite dans l'inventaire sous le numéro N 3930,

 

N 3930

 

simplement parce que sur son socle court une invocation à Bastet pour, dans la suite logique de ma précédente intervention consacrée à l'onomastique, quelque peu évoquer cette déesse.

 

     De sauvage, puis domestique qu'il fut au point de départ, le chat devint vite aussi, en Egypte antique, un animal sacré, révéré : c'est sur cet aspect particulier qu'il m'agréerait ce matin d'attirer votre attention. 

 

 

 

     ... des fouilles de sauvetage à Alexandrie, zone archéologique,  également sous la responsabilité de Mohamed, (...) ont révélé l'existence, jouxtant le site de Kom el-Dikka, du plus grand temple ptolémaïque connu jusqu'à présent dans cette mégapole de l'Antiquité : un "Bubasteion", sanctuaire de la déesse Bastet, dans lequel plusieurs cachettes remplies de centaines de statues de chattes allaitant viennent d'être mises au jour.


     C'est dans le trente-huitième et  ultime chapitre de ses mémoires publiées en avril dernier que l'égyptologue française Dominique Valbelle, évoquant le travail de Mohamed Abd el-Maksoud, un de ses anciens et brillants étudiants à l'Université Charles-de-Gaulle-Lille III, devenu Directeur des Antiquités pharaoniques de Basse-Egypte et du Sinaï, fait allusion à une récente et importante découverte relayée par la presse scientifique et le journal Le Monde, dans son édition du 19 janvier 2010 : il y est stipulé que quelque 600 statues d'époque grecque, de toutes tailles et de toutes factures, dont plusieurs à l'image de Bastet, la déesse de la joie et de la maternité, au visage de chat

 

 

Bastet - Alexandrie (Journal Le Monde)

ont ainsi été mises au jour par une mission de fouilles égyptienne dirigée par M. Abd el-Maksoud dans les ruines d'un temple datant du IIIème siècle avant notre ère, attribué à la reine Bérénice, épouse de Ptolémée III Evergète.

 

 

Temple Alexandrie

 

 

     Vous aurez très certainement remarqué, amis lecteurs, que dans son texte, madame Valbelle emploie un terme particulier pour désigner le sanctuaire nouvellement découvert à Alexandrie : Bubasteion.

Qu'entend-elle exactement par là ?

 

     En fait, dans le landerneau égyptologique, la connotation est flagrante : il s'agit d'une désignation tardive d'un promontoire formé par une falaise, à Saqqarah, au sud-est de la pyramide de Téti, dans laquelle, de nombreux tombeaux rupestres du Nouvel Empire ont été réutilisés à la Basse Epoque en tant que catacombes réservées à des chats.


 

Falaise du Bubasteion

 

       Réutiliser constitue bien le verbe approprié. Car il faut en effet prendre conscience, au risque de mener la vie dure à bien des idées reçues, que ce n'est qu'à l'extrême fin de l'histoire égyptienne proprement dite, à savoir dans la seconde moitié du premier millénaire avant notre ère, que la coutume s'imposa, essentiellement dans un esprit cultuel, de momifier, puis d'enterrer ces adorables félidés.

 

     Ainsi, exemple caractéristique de remploi : la tombe de Maïa, la nourrice du bébé Toutankhaton, pas encore Toutankhamon, dans laquelle une équipe de la Mission archéologique française du Bubasteion (MAFB) dirigée par l'égyptologue grenoblois Alain Zivie constata, en 2001, après les avoir complètement dégagées jusqu'au niveau du sol, que les trois chambres de l'appartement funéraire offraient de très nombreux  petits coffres et sarcophages en bois renfermant des chats momifiés. 

 

     N'attendez pas de moi, amis lecteurs, d'être peu ou prou renseignés sur la quantité de momies  félines que le Bubasteion a pu contenir : le dénombrement se révèle tout à fait impossible pour diverses raisons dont la première relève des nombreux dommages que le site a subis depuis l'époque gréco-romaine : naturels, avec tout à la fois les infiltrations d'eau et les incendies, mais aussi - et ce ne sont probablement pas les moindres - humains, avec les  pillages successifs dont il fut l'objet. Auxquels il n'est pas négligeable d'ajouter, pour le XIXème siècle, l'exportation de momies vers l'Europe, essentiellement la Grande-Bretagne où, finement broyées, elles servirent d'engrais pour amender les terres cultivables : Messieurs les Anglais, broyez les premiers !

 

     Ceci posé, me rétorquerez-vous, le terme Bubasteion dont fait usage madame Valbelle n'est toujours pas plus explicité !

 

     Patience, Patience, j'y viens ...

 

     Parce qu'en très grande quantité, les sépultures de chats de Saqqarah firent, à leurs inventeurs, immédiatement penser à celles, connues déjà, de la nécropole d'une cité située au nord-est du Caire actuel, dans le Delta oriental, au confluent de deux branches du Nil ; cité qui avait été à l'Antiquité chef-lieu d'un nome de Basse-Egypte, le dix-huitième et, historiquement plus important, la capitale du pays à la XXIIème dynastie, parce que fief de la famille des rois libyens Osorkon qui occupèrent un temps le trône d'Egypte. 

 

     Le nom que les Egyptiens lui donnèrent, Per Bast, devint Bubastis pour les Grecs ; Per Bast, j'oublierais presque de le souligner, signifiant "Maison de la déesse Bastet". 


     A partir de ce toponyme dérivé du nom d'une divinité-chat choisi pour désigner un cimetière où furent là aussi enterrés des milliers et des milliers de félins, en quelque sorte sacralisés par procuration, comme l'expliquait A. Zivie à des collègues pragois en 2000,  les Grecs créèrent  le terme Bubasteion.

 

     Voilà donc début de réponse à votre questionnement, amis lecteurs, mais il convient à présent de quelque peu préciser ces notions.

 

     Que diriez-vous, pour une seconde intervention, de nous retrouver ici, devant la vitrine 3 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, à la même heure, samedi prochain ?    

 

 

 

 

(Valbelle : 2010, 294 et 392 ; Zivie : 2000, 173-92 ; ID. 2003 )

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Cendrine 16/01/2015 00:28

Bien avant les trafics de reliques du Moyen âge les "religieux" se livraient à des escroqueries concernant les momies de chat, rien ne change jamais et chaque époque croit toujours tout
inventer!
La photo de la maman chat est magnifique, merci pour votre article Richard.
Cendrine

Richard LEJEUNE 17/01/2015 08:59



     L'homme semble ainsi fait, Cendrine, que de tous temps, il en escroqua d'autres, matériellement ou intellectuellement ...


 


     Le tout est de déterminer si c'est par nature ou par culture ! Vaste débat philosophique !


 


 


 


 



Latil 18/10/2010 06:53


J ai lu un de vos commentaires sur le blog Fille du midi au sujet des diapositives. J ai fais l expérience de les faire enregistrer sur des CD, mais cela Reviens trés cher, surtout quand on en a
des milliers. Quelqu un m a prété un appareil pour enregistrer les diapos sur une carte, mais la qualité est décevante.
Bonne journée Latil


Richard LEJEUNE 18/10/2010 07:09



Merci à vous pour ces quelques précisions ...



Louvre-passion 17/10/2010 13:53


Effectivement tu m'avais demandé si le personnage de l'alchimiste et nécromant Joachim Lodaüs était l'anagramme de Jacques Sadoul.
Je pense que c'est le cas dans la mesure où Jacques Sadoul qui a écrit des romans policier et de la fiction est aussi l'auteur d'ouvrages sur l'alchimie et l'astrologie.
Dans son "cycle de R" Lodaüs est un alchimiste qui vit depuis sept siècles son pouvoir est supérieur à celui des démons. Il réussit d'ailleurs à repousser une attaque de 8 princes démons qui se
sont ligués contre lui.


Richard LEJEUNE 18/10/2010 07:14



Sans connaître l'oeuvre de Jacques Sadoul, c'est bien ce qu'il m'avait semblé à propos de son anagramme.


Merci V. pour ton avis éclairé ...



Louvre-passion 17/10/2010 12:11


En relisant le dictionnaire de la civilisation Egyptienne de Georges Posener j'apprends que, selon certains érudits, le chat serait venu d'Egypte en Europe par la Grèce et "que nos authentiques
chats de gouttière seraient Egyptiens par hérédité".


Richard LEJEUNE 17/10/2010 12:33



     C'est effectivement ce que j'ai appris en préparant ce sujet et qu'en d'autres termes j'avais indiqué en conclusion de mon article
introductif du 21 septembre dernier.


 


     A la suite duquel, par parenthèses, j'avais répondu en terminant le commentaire que tu m'y avais laissé par une sorte de question en rapport
avec les ouvrages de science-fiction auxquels tu avais fait allusion. Réponse et question finale qu'apparemment tu n'étais pas revenu lire ...


Cela me ferait plaisir si tu pouvais consacrer un petit moment de temps à me donner ton avis sur ma remarque interrogative d'alors ...



Fille du Midi 14/10/2010 20:47


C'est avec plaisir que je poursuis la visite en votre compagnie...


Richard LEJEUNE 15/10/2010 07:32



J'en suis ravi ...



Montoumès 14/10/2010 09:01


Bonjour Tifet, bonjour Richard,

Tifet, je partage votre point de vue sur le Musée de Louxor (agréable à visiter, beaucoup d'espace pour se déplacer, et une conservation honorable). Comme l'a dit Richard, je parle essentiellement
du Musée du Caire, car jusqu'à l'ouverture du prochain musée, cela fait plus de 100 ans que les œuvres souffrent en silence...
Je l'ai dit également, je ne cautionne pas ce "pillage" en tant que tel, mais force est de constater que pour le moment, cela a bien desservi les œuvres. Quelques photos des réserves labyrinthiques
du Musée du Caire laissent à voir la quantité de poussière et le problème de conservation sous-jacent...
Amitiés :)


Richard LEJEUNE 14/10/2010 14:40



     Merci, J., d'avoir pris la peine de répondre à Tifet : un échange comme le vôtre ne peut que me ravir dans la mesure où il m'apprend
l'Egypte "de terrain", moi qui ne la connais que sous l'angle des documents de ma bibliothèque ...



Tifet 13/10/2010 15:00


Je ne suis pas tout à fait d'accord avec Montoumès quand il ou elle parle des conditions dans lesquelles les antiquités sont présentées au Caire, c'est vrai qu'il y aurait beaucoup à faire mais les
Egyptiens font des efforts, il n'y a qu'à voir le Musée de Louxor, il est très intéressant et les oeuvres y sont très bien mises en valeur, maintenant il faut des moyens financiers énormes et ce
n'est pas une raison pour que les pays riches pillent ces trésors qui ne leur appartiennent pas, ceci dit je ne soutiens pas non plus Z. Hawwas.......


Richard LEJEUNE 13/10/2010 16:05



     Je ne puis, vous le savez Tifet, prendre position en la matière dans la mesure où je ne suis jamais allé le visiter.


 


     Ceci posé, je n'ai pas trouvé exagérée l'opinion de Montoumes dans la mesure où, d'une certaine manière, il corroborait ce document, datant
de pratiquement 5 ans, dû à la plume de l'égyptologue Jean-Pierre Corteggiani :


 


http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/le_musee_du_caire_un_fabuleux_capharnaum_se_modernise.asp


 


 


 


 


 


 



Tifet 13/10/2010 14:52


En effet les travaux de la MAFB dans la tombe de Maïa ont permis de démontrer que plus de 300 de ces momies de chats avaient été vendues par les prêtres comme ex-voto aux fidèles qui venaient
rendre hommage à Bastet et que ds 80 % des cas c'était de véritables corps de chats sacrifiés pour la circonstance et dans 20 % des momies factices faites de cailloux et de glaise ! que penser de
tout cela ?? à samedi Richard .


Richard LEJEUNE 13/10/2010 16:37



     Vous avez entièrement raison d'attirer l'attention sur ces points, Tifet : ils figurent d'ailleurs dans un article de mon blog, en partie
déjà rédigé et à paraître probablement après le congé de Toussaint ...


 


     Ce que je pense des momies factices vendues comme ex-voto par les prêtres ?


 


     Tout simplement que le pouvoir ecclésiastique a de tous temps grugé d'une manière ou d'une autre ceux qui plaçaient en lui leur naïve
confiance ! Tout comme le pouvoir politique, d'ailleurs ...


 


     Et ce ne sont pas les deux mille ans d'histoire qui viennent de s'écouler qui me contrediront ! 


 



Montoumès 12/10/2010 17:37


Voila bien des paroles de sagesse, Richard. Lorsque l'on voit dans quelles conditions sont conservées les œuvres du Musée du Caire, et comment certaines ont été noircies de manière irrémédiable par
les mains des touristes, on ne peut qu'apprécier que les musées européens et américains aient "pillés" l'Égypte. Non pas que j'en fasse l'apologie, mais la conservation, au sens disciplinaire du
terme, n'est pas encore au point en Égypte. Le musée de Boulaq vieillit mal... ou s'adapte mal.
Au plaisir de vous lire dans vos pérégrinations au Louvre.


Richard LEJEUNE 12/10/2010 20:42



     Merci à vous, J.


 


     Nous sommes effectivement là au coeur même d'un grand débat et qui n'est pas prêt d'être résolu quand on songe à Zahi Hawass qui voudrait
voir revenir au Caire - mais pour être exposées où ??? - les pièces qui furent jadis illégalement sorties d'Egypte.



et5enne 12/10/2010 12:59


oui, je ne savais pas qu'après les momies utilisées en "mummia" ces fichus english avait exportés les momies de chats pour l'engrais de leur cottage!!!

satané english, en plus de nous voler la pierre de rosette et autres, ils ont encore plus pillé l'Egypte que je pensais!
au moins la majeure partie de ces pillages ce trouvent dans les musées et peuvent les yeux des égyptophiles anglais et européen!

merci encore cher Richard et nous attendons la suite avec impatience!

egyptophilement!

etienne


Richard LEJEUNE 12/10/2010 15:12



     Je pense effectivement, Etienne, que les Anglais, mais comme tant d'autres Européens, ont tellement "pillé" l'Egypte qu'il serait
manifestement très difficile d'établir des statistiques précises.


Qui, à mes yeux, ne serviraient strictement à rien et, surtout pas, à reprocher aux uns plus qu'aux autres !


 


     Contentons-nous, à défaut de nous rendre fréquemment au Musée du Caire, d'admirer les vestiges pharaoniques dans les établissements de nos
contrées où ils ont abouti ...



JEANNE 12/10/2010 11:49


Je vous envoie ce message pour vous dire que Jean-Pierre est en panne d'ordinateur.Il espère voir le dépanneur le plus rapidement possible. Jen ai profité pour regarder l'article sur les chats que
j'adore, superbe. Jeanne


Richard LEJEUNE 12/10/2010 15:05



     Ce cher Jean-Pierre n'a malheureusement pas de chance, ces temps-ci avec son PC (n'entendez évidemment pas : "Parti communiste" !)


 


     Heureux que vous ayez apprécié mon article et, surtout, que vous ayez pris le temps de me l'écrire. Plusieurs billets ont ainsi déjà été
consacrés à ces  figurines de petits félidés exposés dans la vitrine 3 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre ; et d'autres vont suivre.





Revenez les découvrir à votre meilleure convenance ...


 


Mes amitiés à Jean-Pierre ...



FAN 12/10/2010 08:56


Oh, les anglais et leur engrais à base de momies pamiou, cela ne m'étonne pas d'eux!!J'aime beaucoup la premier photo où le chaton de la déesse Bastet s'amuse avec elle!!Je ferai mon possible pour
suivre ces posts concernant les chats puisqu'en plein changement de rue, je ne sais jusqu'à quand j'aurai a utiliser mon pc et visiter mes blogs préférés!! Aussi, à bientôt Richard.... BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 12/10/2010 15:00



     Prenez votre temps pour déménager, chère Fan ...


 


     Revenez quand vous pourrez ; et soyez assurée que mon blog et moi restons bien de ce côté de la Wallonie - enfin, tant que la Belgique,
toujours à la recherche d'un gouvernement depuis la mi-juin, n'éclatera pas ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages