Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 00:00

 

     J'avais, souvenez-vous amis lecteurs, abordé au terme de notre rendez-vous du 25 janvier, le problème du massacre des chiens errant dans les rues du Caire, manifestement perpétré au nom de croyances religieuses contemporaines les considérant comme impurs.

 

     Mardi dernier, toujours au nom de la religion, antique cette fois, j'avais évoqué ici, devant la vitrine 3 consacrée aux animaux familiers que nous propose la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, la vénération dont ils furent l'objet en tant qu'hypostase, c'est-à-dire réceptacle d'une parcelle de divinités telles qu'Inpou (Anubis, pour les Grecs) et Oupouaout.

 

     Aujourd'hui, en vue d'apposer un point final à ces réflexions et avant de nous pencher sur les singes, autres  bêtes de compagnie des anciens habitants de la Vallée du Nil, je souhaiterais à nouveau attirer votre attention sur une pratique que, par ailleurs, nous avons déjà rencontrée concernant les chats et qui, pour les chiens, semble apparemment moins connue, alors que presque aussi répandue : il s'agit, vous l'aurez compris, de la momification réalisée sur grande échelle à Basse Epoque, c'est-à-dire à l'extrême fin de l'Histoire de la civilisation pharaonique proprement dite, en vue de fournir des ex-voto aux pèlerins qui invoquaient les dieux aux fins d'en obtenir l'un quelconque bénéfice.

 

     Comme la plupart des musées du monde présentant une collection de pièces égyptiennes, le Louvre propose, en salle 19, la dernière du parcours thématique avant de monter au premier étage pour découvrir  une Histoire déroulée suivant un ordre purement chronologique, une vitrine portant le numéro 8,       

 

 

Salle 19 - Vitrine 8 (A. Dequier)

 

 

dans laquelle ont été exposées différentes momies animales, dont celles de chiens.

 

     Permettez-moi de simplement ici rappeler que l'immense ferveur qui s'empara des populations des ultimes dynasties égyptiennes, puis de l'époque gréco-romaine, aboutit à concevoir, dans les enceintes de temples, des enclos d'envergure où les prêtres gardaient, élevaient, nourrissaient puis, en définitive, sacrifiaient un nombre considérable de jeunes animaux : chats, nous l'avons vu, mais aussi crocodiles, béliers, ibis, et bien d'autres encore ... ; et donc également des chiens. Et ce, pour assouvir les desiderata de dévots de plus en plus nombreux.

 

     Ceci posé, il appert que le personnel des temples affecté à l'entretien des canidés non seulement se révélait relativement peu imposant mais en outre, hiérarchiquement parlant, ressortissait à la strate la moins importante de la classe sacerdotale. Parfois même, ces éleveurs de chiens sacrés étaient de simples civils que le temple recrutait et rémunérait.

 

     L'honnêteté historique m'oblige aussi à préciser, au-delà de considérations qui, j'espère, n'auront rien de ségrégationnistes à vos yeux, que si, pour l'époque ptolémaïque, la documentation se révèle extrêmement prolixe à propos de ces élevages destinés aux sacrifices, elle reste en revanche bien muette concernant le Nouvel Empire. Ce qui signifie que, sans vouloir exonérer qui que ce soit de conceptions cultuelles ouvrant grand notre porte à bien des jugements négatifs, force m'est de constater que ces pratiques firent de toute évidence essentiellement florès aux derniers temps de la civilisation  des rives du Nil, c'est-à-dire à une époque où l'antique pensée religieuse déjà fortement amenuisée s'est diffractée sous la contamination de pratiques exogènes, métissage culturel inhérent aux différentes invasions des Perses, des Grecs, puis des Romains qui s'étaient succédé sur le sol égyptien ; et ceci, sans ajouter le délétère impact du christianisme, à tout le moins dans ses premiers moments d'existence ...


 

     A Assiout, je l'ai précédemment expliqué, en 1922, furent mises au jour dans le tombeau de Djefaihapi III non seulement une impressionnante quantité de stèles dédiées à Oupouaout mais, également, des momies de canidés.

 

     Celles-ci furent, vous l'imaginez sans peine, minutieusement analysées et nous apprirent, sans la moindre ombre d'ambiguïté - parce que les traces aux niveaux du larynx, des vertèbres et des premiers anneaux de la trachée accusaient d'elles-mêmes -, que toutes les victimes avaient été étranglées.

Au nom de la religion ! Au nom du mercantilisme qu'elle génère !

 

     A El-Deir, dans une nécropole d'époque gréco-romaine située à une trentaine de kilomètres au nord-est de l'oasis de Kharga, l'équipe "Alpha-Necropolis" exhuma, entre 1998 et 2005, quelque 500 momies de chiens là aussi sacrifiés en vue d'être vendus comme ex-voto dans un sanctuaire. Leurs radiographies démontrent qu'indiscutablement leur mort constitue le résultat qui d'une fracture du crâne, qui de la dislocation de la charnière crano-cervicale.

Au nom de la religion ! Au nom du mercantilisme qu'elle génère !

 

     Et même si ces sites paraissent moins nombreux que ceux dévolus aux petits félidés, ils constituèrent à Saqqarah, en Basse-Egypte ; au Spéos Artémidos d'Hatchepsout à Beni Hassan, en Moyenne-Egypte ; à Thèbes ouest, dans des tombes humaines abandonnées à Gournah notamment,  à Denderah, au sud-ouest du temple d'Hathor, à Abydos, à  Assiout, à Coptos, en Haute-Egypte, et  même dans le Delta, de véritables cimetières réservés aux canidés.

 

    

     Revenons un temps, voulez-vous, à Saqqarah. Nul n'ignore plus, après les  fouilles entreprises au Bubasteion par l'égyptologue français Alain Zivie, qu'une nécropole dédiée à la déesse Bastet fut là découverte. Peu, toutefois, savent qu'en 1897 déjà, Jacques de Morgan, un autre égyptologue français, releva des traces d'apparemment deux catacombes pour chiens.  

 

     En 2009, Paul Nicholson, directeur d'une mission sous l'égide de la Cardiff University-Egypt Exploration Society, reprenant les plans de J. de Morgan, retrouve l'emplacement de l'une d'entre elles sous le temple d'Anubis - d'où le nom d'Anubeion donné par les égyptologues - et en exhume des milliers de momies canines entreposées dans de nombreux petits tunnels adjacents à chaque côté d'un couloir central. La majorité d'entre elles avaient là aussi constitué des offrandes votives.

Au nom de la religion ! Au nom du mercantilisme qu'elle génère !

 

     Quelques chiens qui, en fait, auraient été élevés dans l'enceinte du temple, furent à un âge avancé inhumés dans des alcôves spéciales aménagées dans les murs des petits tunnels.

 

     Certaines de ces momies provenant de Saqqarah eurent l'honneur d'un cercueil ; participant actuellement à la richesse du Musée du Caire, ils en constituent les exemplaires les plus remarquables. D'autres furent déposées dans des vases en terre cuite rouge ; d'autres enfin n'eurent droit qu'à d'élémentaires cartonnages en guise d'ultime protection.

 

     A Antaeopolis, entre Akhmim et Assiout, en Haute-Egypte, ont même été découverts de petits sarcophages en calcaire : la raison de toutes ces différences d'inhumation n'a toujours pas trouvé, à l'heure actuelle, son explication plausible.

 

 

     Avec ces deux interventions de mardi dernier et d'aujourd'hui, vous aurez compris, amis lecteurs, que je voulais mettre en exergue le paradoxe égyptien concernant ces nombreux canidés considérés comme sacrés : ils étaient tout à la fois vénérés parce qu'ils recelaient une part de la divinité qu'ils symbolisaient mais, aussi, mutilés, sacrifiés et offerts en icône  à cette même déité.

 

     Cela me semble démontrer qu'en tant qu'hypostases divines, les momies avaient manifestement plus de valeur aux yeux des fidèles qui l'achetaient pour l'offrir à leur "idole" que le simple animal vivant.  Finalement, le chien ne devenait sacré qu'après sa mort ! A ce moment-là seulement commençait-il à faire l'objet de rites dont le premier consistait à le momifier de manière qu'il puisse devenir un nouvel Osiris, tout comme les êtres humains.

 

     Il n'en reste pas moins qu'évalués à l'aune de nos idéaux contemporains, tous ces zélateurs baignaient dans une incontestable hypocrisie qui voulait qu'ils fissent semblant d'ignorer les sacrifices d'animaux à si grande échelle que leur foi exigeait !!!

 

     Au nom de la religion ! Au nom du mercantilisme qu'elle génère ! 

 

     Ce sera toutefois sous la bannière d'une autre religion que ces pratiques, apparues à la XXVIème dynastie, cesseront à la fin du IVème siècle de notre ère grâce à l'empereur romain Théodose qui, imposant définitivement le christianisme à tout son Empire, fera fermer les temples égyptiens évidemment dès lors considérés comme païens.


      O tempora, ô mores !

 

 

 

(Charron : 1990, 209-13 ; ID. 2001, 7-22 ; Dunand/Lichtenberg : 2005, 75-87 ; Durisch : 1993, 205-21 ; Nicholson : 2010)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

FAN 09/02/2011 09:38


AH Richard, je suis encore une fois en colère contre la soi-disant "humanité"!! "Les droits de l'homme" (et la femme??)n'existaient pas, donc, encore moins ceux des animaux!! Je ne parlerai pas de
"religion" mon coeur saigne en son nom!!Pauvres humains qui ont toujours sacrifié humains et animaux en ce nom!!Mercantiles humains puisque qu'ils veulent toujours plus d'argent!!la vie, la mort,
peu importe la manière, le contenu ou le contenant! Je ne suis pas fière de ma race et je ne crois plus à son amélioration! BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 10/02/2011 08:11



     Que de pessimisme, Fan !!


 


     L'Homme est un être qui navigue entre le "bon sauvage" de Rousseau que la société finit par corrompre et l' "ingénu" de
Voltaire que l' éducation grandit ...



Un voyageur qui passe 08/02/2011 23:34


Les humains sont cruels avec les animaux et pas besoins de remonter à l'Egypte antique pour s'en rendre compte... aujourd'hui, nous ne faisons pas mieux dans de nombreux domaines et naturellement
nous avons toujours des excuses et des explications... un jour c'est mon grand souhait, l'humanité deviendra peut être meilleure et plus évoluée (et pourquoi pas végétarienne comme moi)et là, à
nous aussi, humains du passé on nous jugera !


Richard LEJEUNE 09/02/2011 09:09



     Vous avez entièrement raison de croire en l'Homme, mais eu égard aux événements historiques qui se sont succédé sur tous les continents
depuis qu'il est sur terre, je me pose la question de savoir si ce jour arrivera vraiment ...



etienne 08/02/2011 23:26


excusez moi Richard, je revenais sur le sujet entier, pas sur le billet d'aujourd'hui.

pour l'attentat de l'église copte, il paraît que c'est un coup commanditéé par l'ancien ministre de l'intérieur avec un groupe islamique qu'il dirigeait!
voir l'article du blog cris d'égypte:

http://crisdegypte.blogs.liberation.fr/cairote/2011/02/egypte-scandale-le-procureur-g%C3%A9n%C3%A9ral-degypte-met-en-examen-le-ministre-de-lint%C3%A9rieur-pour-son-implic.html

égytologiquement


Richard LEJEUNE 09/02/2011 09:05



Pas de problème, Etienne : j'avais mal interprété vos propos.


 


Grand merci pour votre lien vers le site du journal Libération : j'invite mes lecteurs à y jeter un oeil attentif ...



J-P. Silvestre 08/02/2011 15:25


C'est aussi au nom de la religion que les autorités cairotes ont fait massacrer tous les cochons élevés par les Coptes les privant d'une importante source alimentaire et les plongeant un peu plus
dans la misère. Mais comme les malfaiteurs n'ont jamais le courage de leurs opinions, ils ont prétexté l'atteinte par ces animaux de la grippe porcine alors que cette maladie n'a jamais pénétré en
Egypte. Une mesure qui a participé à l'exécration de Moubarak et de son clan.


Richard LEJEUNE 08/02/2011 20:56



Absolument d'accord avec vous, Jean-Pierre !


Et ceci ne constitue pas le seul élément à prendre en considération pour constater que les chrétiens coptes d'Egypte sont véritablement victimes du régime.


Rappelez-vous, entres autres exactions, l'assassinat de plus d'une vingtaine d'entre eux dans le périmètre d'une église d'Alexandrie, le 31 décembre dernier
...



etienne 08/02/2011 11:53


merci Richard de nous exposer ces faits meconnus par rapport aux chats, heureusement maintenant ces animaux sont mieux lotis qu'avant!

etienne


Richard LEJEUNE 08/02/2011 20:52



     Je ne suis pas vraiment d'accord avec vous pour ce qui concerne les chiens : rappelez-vous mon article qui évoquait leur situation
au Caire  ...



Tifet 08/02/2011 09:37


Oui Richard, mais je ne suis pas sûre que le christianisme n'ait apporté que des bienfaits !! .......ceci dit ce n'est que mon ressenti personnel, et toutes les religions, quelles qu'elles soient,
ont leur lot de barbarie et d'extrémisme......


Richard LEJEUNE 08/02/2011 10:19



     Le christianisme n'est jamais qu'une secte parmi d'autres, et qui a réussi un temps ...


 


     Le Professeur d'Histoire que je fus, agnostique de surcroît, partage donc entièrement votre opinion, Tifet : c'est d'ailleurs dans ce sens
que j'ai conclu hier le dernier article consacré à cette vitrine 3 et aux sacrifices rituels des singes à Basse Epoque, à paraître le 1er mars prochain.


 


(Article pour lequel, par parenthèse, j'ai sollicité, puis obtenu le soir même de Pascal - villa Gezira de Louxor -, la permission d'emprunter un de ses clichés.)
   



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages