Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 00:00

 

     Avec notre rendez-vous de ce premier mardi de mars, amis lecteurs, j'escompte mettre un point final non seulement à mes interventions à propos des singes entamées le 15 février et poursuivies la semaine dernière, mais également à toutes celles qui, depuis le 14 septembre 2010, furent consacrées à cette vitrine 3 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, en évoquant, comme d'ailleurs je l'avais précédemment fait pour les chats, le 26 octobre et pour les chiens le 8 février, les pratiques cultuelles essentiellement inhérentes à la Basse Epoque et aux ultimes dynasties de la civilisation égyptienne dont les simiens, cercopithèques comme cynocéphales, firent l'objet.

 

     Même en évoquant les squelettes de babouins datant de la fin de la préhistoire (Nagada III) mis au jour en Haute-Egypte, à Hiérakonpolis exactement ou, à la toute première dynastie, ceux retrouvés dans le propre complexe funéraire du souverain Aha à Abydos dont, à vrai dire, il est très difficile de déterminer s'ils furent inhumés là au titre d'animaux de compagnie d'un maître décédé ou, déjà sacralisés, il est incontestable que ce ne sera qu'à Basse Epoque, en tant qu'hypostase, en tant qu'incarnation terrestre de certaines diéités dont Thot d'Hermopolis Magna, en Moyenne-Egypte, ne fut pas la moindre, que les simiens auront droit à une momification rituelle de manière à servir d'ex-voto à des dévots que nous avons vus de plus en plus nombreux à ces derniers moments de l'Histoire égyptienne mâtinée d'influences grecques et romaines, ainsi qu'à une inhumation dans une nécropole dont la plus importante fut sans conteste celle du ouadi Qubbanet el-Qurud.

 

 

Vallée des Singes (Pascal -Gezira Hôtel Louxor)

 

(Un merci tout particulier à Pascal P., de Louxor qui, avec beaucoup d'affabilité, m'a autorisé à lui emprunter ce cliché.)

 

     Vous comprendrez aisément que cette appellation que la langue arabe a donnée à l'endroit ne constitue nullement le fruit d'un hasard quand je vous traduirai le sens de ce toponyme : cimetières des singes. Raison pour laquelle les égyptologues l'ont eux dénommé "Vallée des Singes" pour conserver, je présume, une certaine cohérence sémantique avec Vallée des Rois, Vallée des Reines, Vallée des Nobles, Vallée des Artisans ...

 

     C'est à propos de ce site de la montagne thébaine, à l'ouest de Medinet Habou, que l'égyptologue britannique Sir John Gardner Wilkinson (1797-1875), qui l'avait  visité dans le premier tiers du XIXème siècle, note à la page 79 de sa Topography of Thebes and general view of Egypt parue à Londres en 1835, la présence d'un "Apes burial-ground".

 

     Mais ce ne sera qu'au tout début du siècle suivant que le botaniste, zoologiste, anthropologue et égyptologue Louis Lortet (1836-1909) accompagné du paléontologue et égyptologue Claude Gaillard (1861-1945), Lyonnais en missions sur les rives du Nil aux fins d'y étudier la faune antique, prospecteront le lieu  et découvriront, en 1905 et 1906, des centaines de tombes plus particulièrement regroupées près de la bouche de l'ouadi, contenant, notamment, ce qu'au départ ils croyaient être des momies osiriennes et qui, en définitive, étaient celles de simiens.

Certaines reposent actuellement dans le Département égyptien du tout nouveau Musée des Confluences de Lyon.

 

     Dans la nécropole des singes sacrés de Qubbanet el-Qurud, Lortet et Gaillard mirent au jour de nombreux petits cercueils de terre cuite ou de terre crue séchée au soleil dans lesquels les cercopithèques momifiés avaient été déposés vraisemblablement à l'époque impériale romaine. Car précédemment, depuis le Nouvel Empire à tout le moins, l'endroit - qu'il est aussi convenu de nommer "Vallée de l'Ouest"  (West Valley, en anglais) - avait servi de sépulture à des souverains tels qu'Amenhotep III (WV 22) et Ay (WV 23), l'éphémère successeur du tout aussi éphémère Toutankhamon.

 

     Certains internautes attribuent, faussement d'ailleurs, puisque Wilkinson déjà employait, souvenez-vous, les termes de "Apes burial-ground" -,  l'origine du nom de l'ouadi au fait que dans la tombe d'Ay, sur le mur nord de la chambre sépulcrale, l'on trouve une importante série de babouins peints évoquant la première heure du Livre de l'Amdouat .  


 

Tombe de Ay (singes) OsirisNet

 

 

(A nouveau, un tout grand merci à Thierry Benderitter de me permettre d'exporter ici de son excellent site OsirisNet certains clichés illustrant mes interventions, dont celui ci-dessus)

 

 

     Lortet et Gaillard, leur découverte faite, ne se privèrent évidemment pas, en tant que scientifiques de premier plan, d'effectuer de minutieuses études anatomiques sur ces momies simiesques .

 

      En compulsant les publications qui en découlèrent, je pense évidemment à la série des ouvrages qu'ils rédigèrent de conserve, La faune momifiée de l'ancienne Egypte, mais aussi à celui que Claude Gaillard publia en 1905 en collaboration avec l'égyptologue français Georges Daressy sur le même sujet dans  le cadre des volumes du Catalogue général des Antiquités égyptiennes du Musée du Caire, on constate très rapidement que beaucoup de cercopithèques étaient des femelles et qu'elles présentaient des canines limées, voire même arrachées : preuve s'il en est qu'elles n'avaient pas vécu en totale liberté mais avaient fait partie d'un cheptel captif dans les annexes des temples de la région thébaine pour, après leur momification rituelle, être inhumées dans des tombes en tant qu'ex voto.

 

     Grâce à l'usage de l'imagerie médicale particulièrement, dont Louis Lortet se fit un véritable pionnier dans la droite ligne des découvertes du physicien allemand Wilhelm Röntgen, on y apprend également que la tuberculose mais aussi  l'arthrite ou le rhumatisme chronique furent à l'origine de leurs importantes déformations.

 

    

     A plus petite échelle certes, à tout le moins mesurés à l'aune des actuelles connaissances archéologiques, mais toutefois tels les chiens et les chats, autres animaux de compagnie des Egyptiens aisés de l'Antiquité, les singes furent considérés parmi les bêtes à sacrifier au nom de rites religieux qui se perpétuèrent jusqu'à ce que, à la fin de l'époque romaine, le christianisme intervienne pour interdire ces pratiques jugées barbares et païennes.

 

     Néanmoins, plus personne n'ignore qu'au nom de la même religion chrétienne tout autant que d'autres aussi sectaires - car celle-là constitue elle aussi une secte qui, un temps, a simplement mieux réussi à s'imposer que ses voisines -, on inventa d'autres gestes, tout aussi sinon plus barbares encore puisqu'on s'y prenait là aux êtres humains qui refusaient de s'assujettir à l'un quelconque dieu érigé en parangon nécessaire pour assurer un bien hypothétique salut.

 

     Mais ceci est une autre histoire dont les implications se vivent encore malheureusement de nos jours aux quatre coins du monde prétendument civilisé ...

 

 

 

 

(Joleaud : 1931, 140-8 ; Goyon : passim ; Saragoza : 2009, 51-66)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

christiana 03/02/2015 09:45

Je ne sais pas si on peut dire que la Chine est "officiellement" un pays bouddhiste...?
C'est peut-être justement en tant que religion qu'elle est combattue?
De toute façon, il est impossible de raisonner avec des régimes comme celui de Pol Pot.

Richard LEJEUNE 04/02/2015 07:29



     La Chine se proclame en effet officiellement État laïc, Christiana, mais le bouddhisme y représente la religion principale matérialisée par des
milliers de temples ...


 


     Ceci posé, que ce soit n'importe où dans le monde, je trouve inadmissibles ces massacres perpétrés à toutes les époques historiques au nom,
précisément, dune religion. Quelle qu'elle soit !



christiana 02/02/2015 18:58

Je ne sais pas de quoi tu parles... Je ne suis pas au courant...
Je sais seulement que le bouddhisme était interdit par les Khmers rouges...

Richard LEJEUNE 03/02/2015 08:21



   Je voulais en fait mettre l'accent sur les pays officiellement recensés comme étant d'obédience bouddhiste et qui ont des attitudes totalement en
désaccord avec la philosophie du bouddhisme !


 


     J'ai pris le Cambodge comme exemple, parmi d'autres. Je te rappelle quand même que les Khmers rouges - des Khmers que l'on peut considérer comme
"dévoyés" de la philosophie bouddhiste car, au départ ces gens appartenant au peuple khmer proclamaient qu' "être khmer, c'est être bouddhiste car sans le bouddhisme, le Cambodge n'existerait
pas" -, eurent, à tout le moins dans les premiers moments de la guerre civile,  - et il s'agit là d'une position historique que tu ne peux nier, Christiana ! -, le soutien de plusieurs
personnalités de la hiérarchie du "clergé" bouddhiste du pays.





    "Parmi d'autres", notai-je tout à l'heure. Permets-moi aussi de te rappeler que la Chine est officiellement un pays bouddhiste ... qui brime
considérablement - c'est un euphémisme ! -, le Tibet, tout aussi bouddhiste. 


 


     De sorte que : oui au bouddhisme en tant que philosophie, non en tant que religion quand il a ce visage que l'Histoire présente au Cambodge de
Pol Pot ou en Chine actuelle ! 



christiana 01/02/2015 16:59

Soupir...
Je pense que seul, le bouddhisme n'a jamais versé de sang et ne considère pas les animaux comme inférieurs, donc assujettis au bon plaisir des hommes.

Richard LEJEUNE 02/02/2015 11:18



     Probablement oui, Christiana, en tant que philosophie ...


 


     En revanche, quand on le tient pour une religion, comme certains États, j'adhère moins à ton propos.


Pense, notamment, au Cambodge !



FAN 02/03/2011 09:03


Article de conclusion qui nous démontre bien que l'être dit "humain" peut toujours et encore tout sacrifier au nom d'une religion!!Je ne crois pas qu'un jour cela cesse, hélas, je ne crois plus
beaucoup à la paix universelle mais à ma liberté de penser et de pouvoir encore l'exprimer et ceci jusqu'à quand???BISOUS FAN


Richard LEJEUNE 02/03/2011 14:53



     Cela ne cessera effectivement jamais si, comme moi, derrière le terme "religion", vous n'entendez pas nécessairement croyance en un dieu
révélé et si vous considérez que suivre Hitler ou Franco ou Mussolini, ou ou ou ... signifie aussi entrer en religion, croire en un dieu terrestre  !



un voyageur qui passe 01/03/2011 20:30


Quel malheur tous ces sacrifices... ces sacrifices depuis la nuit des temps... a croire que c'est une des premières choses qua l'homme a aimé faire... !
Au moins quelques singes avaient des rhumatismes donc on peut en conclure que certains devaient vivrent vieux...


Richard LEJEUNE 02/03/2011 14:49



     Une des premières choses, oui. Souvenez-vous d'Abraham ...


N'est pas vous, d'ailleurs, qui l'expliquez sur votre blog avec l'exemple du plat de lentilles ?


C'est toujours mieux que de la viande, non ???


 


 



J-P. Silvestre 01/03/2011 18:55


La religion a toujours servi de prétexte à la vénalité. Ce n'est pas parce qu'ils divergeaient sur le dogme que les Catholiques massacrèrent les Protestants en 1572 (Saint- Barthélémy) c'était pour
s'emparer de leurs biens. Aujourd'hui, sunnites et chiites, séparés par la même religion, s'entretuent pour prendre le pouvoir dans plusieurs pays. Pouvoir signifiant confiscation des richesses au
profit d'une caste. Il nous reste à espérer que les révolutions en cours dans les pays arabes vont modifier la donne mais auront-elles un impact suffisant pour modifier en profondeur la nature
humaine ? Il est permis d'en douter...


Richard LEJEUNE 02/03/2011 14:40



     Sur la Saint Barthélémy voulu ou non par Catherine de Médicis, un des épisodes de ces guerres de religion qui ont meurtri la France, on peut
beaucoup discuter : les historiens de cette période ne se privent d'ailleurs pas de le faire et d'y voir deux thèses bien distinctes (qu'il serait ici trop long d'exposer ...).


     Permettez-moi de simplement vous faire remarquer que ces conflits qui ne s'éteindront partiellement qu'à la fin du XVIème siècle avec l'Edit
de Nantes avaient commencé par l'Affaire des Placards en 1534, sous François Ier, soit un quart de siècle avant le début "officiel" de la guerre civile !


Et je ne suis pas vraiment certain que cela trouve son origine sur l'envie de s'emparer des richesses des Protestants ! 


 


     En revanche, si nous retournons aux prémices du protestantisme, hors France donc, c'est-à-dire à Luther et à ses 95 thèses, vous
m'accorderez que le dogme y est prépondérant et certes pas, dans son chef, la volonté de spolier qui que ce soit.


 


     Quant à d'éventuelles modifications de la nature humaine, je doute aussi fortement que vous ...



Tifet 01/03/2011 09:24


Toutes les religions, quelles qu'elles soient, ont leur lot de barbarie.....c'est une sinistre évidence.
J'aurais pu Richard vous fournir des photos de cette vallée des singes car comme Pascal, nous sommes allés visiter la tombe d'Ay, en vélo, j'aurai l'occasion d'en reparler sur mon blog. à bientôt .
Tifet


Richard LEJEUNE 02/03/2011 14:21



Si j'avais su !





Cela étant, c'est également avec une extrême gentillesse que Pascal me donna son autorisation d'emprunter le cliché.



etienne 01/03/2011 01:07


merci Richard pour cette conclusion comparant les dérives religieuses antiques et actuelles!
les religions ont trop souvent étéé à l'origine de guerres et de massacres!


Richard LEJEUNE 01/03/2011 07:39



     Il est un fait que quand on connaît un tant soit peu l'histoire de l'Humanité aux quatre coins du monde, on n'a pas d'autre choix que celui
de déplorer cette regrettable constance ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages