Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 23:00

 

     Mardi dernier, souvenez-vous amis lecteurs, je vous ai entraînés dans un certain nombre de considérations philologiques et calligraphiques à propos de deux titres attribués à Metchetchi, ce haut fonctionnaire à la cour du pharaon Ounas de la Vème dynastie (Ancien Empire) en vous promettant - et ce sera le but de notre rendez-vous d'aujourd'hui - d'aborder d'une point de vue historique et social la fonction de khenty-she.

 

 

Metchetchi - Directeur du bureau des Khentiou-she du palais

 

     Il faut savoir qu'à l'Ancien Empire, à la Vème dynastie - mais assurément déjà sous Snéfrou, à la précédente, si j'en crois les assertions avancées par l'égyptologue française Madame Paule Posener-Kriéger dans sa remarquable étude des archives du temple funéraire de Neferirkarê-Kakaï à laquelle j'avais il y a pratiquement un an consacré quelques lignes -, on donnait le nom de khentyou-she à deux catégories distinctes de personnages : les uns étaient attachés au complexe funéraire royal et, comme nous l'avions vu avec Qar Junior rencontré l'année dernière dans la nécropole d'Abousir fouillée par les missions égyptologiques tchèques, ils assumaient les tâches les plus diverses pour assurer le meilleur fonctionnement à ce domaine : cultivateurs, administrateurs du temple, prêtres, etc.

 

     Les autres, serviteurs palatins, avaient en charge la protection du roi, sa toilette, sa garde-robe, ses loisirs musicaux, l'approvisionnement de ses repas et, surtout, un certain nombre de tâches administratives, comme par exemple celles de gardien du sceau du palais, de chef des documents relatifs au domaine royal, etc.

 

     Cela posé, bien qu'assumant des fonctions au départ distinctes, les khentyou-she du palais, membres de l'Administration centrale, bénéficiant assurément d'un statut privilégié par rapport à leurs homologues du domaine funéraire royal, pouvaient aussi parfois être requis pour s'occuper de la gestion cultuelle du temple ; ce qui, par parenthèse, n'était pratiquement pas possible dans l'autre sens.  

 

     Tous vivaient dans ce qu'il est convenu d'appeler une "ville de pyramide", c'est-à-dire des installations dont la superficie pouvait varier entre 150 et 400 mètres de côtés  - celle de Mykérinos, à Guizeh, mesurait 150 x 180 mètres -, qui soit, se situaient autour du temple-bas (ou temple de la vallée), au titre de centre cultuel, soit dans le périmètre du palais royal - la Résidence, comme le notent les textes -, selon les besoins administratifs et privés du souverain.

 

     Les premières "villes" connues de ce type furent celles de Snefrou, à Meidoum et à Saqqarah : elles abritaient à la fois de très hauts fonctionnaires auliques issus de sa propre famille - princes et enfants royaux promus prêtres, prophètes ou administrateurs du complexe funéraire - mais aussi des "employés", les khentyou-she du linteau (E 25681) de la première des deux vitrines 4 de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, devant lequel, ce matin encore, nous nous retrouvons, et qui pouvaient tout aussi bien être cultivateurs qu'artisans ou policiers du désert destinés à garder l'agglomération. 

 

     Mererouka, gendre et vizir du roi Téti au début de la VIème dynastie, dont j'ai eu souvent sur ce blog l'opportunité de citer le nom, portait également parmi ses quelque 80 titres réels et honorifiques, celui de khenty-she de la ville de la pyramide de son souverain.

 

     Selon Madame Posener-Kriéger, qu'ils gèrent les biens du palais ou ceux d'une pyramide, beaucoup d'entre eux furent khentyou-she de manière héréditaire, voire même désignés comme tels dès leur naissance : en effet, un grand nombre porte un patronyme dans lequel figure celui du souverain et ce, parce qu'ils étaient nés sur  un de ses domaines qu'un jour ils géreraient éventuellement ...

 

     La fonction, vous l'aurez compris amis lecteurs, fut d'importance  pour certains  dignitaires de l'Ancien Empire. C'est à ce point vrai qu'est exposé au Museum of Fine Arts de Boston, sous le numéro d'inventaire 68.115, un sceau-cylindre ayant appartenu à un khenty-she de la pyramide de Djedkarê-Isési, pénultième souverain de la Vème dynastie : il est tout simplement en or !

 

     C'est donc - et je reviens à lui - l'ensemble de ces serviteurs attachés à la personne d'Ounas que, selon ce que "disent" différents monuments, Metchetchi dirigeait.

 

 

     A présent que nous avons un peu mieux compris en quoi consistait  la vie professionnelle de ce haut fonctionnaire de l'Etat, je vous propose de nous retrouver mardi 5 avril prochain pour ensemble découvrir ce qu'à l'Ancien Empire, l'on entendait précisément par la notion d'imakhou ..., épithète, souvenez-vous, qui figure également gravée sur les monuments de Metchetchi. 

 

 

A mardi ...

 

 

(Baud : 1996, 13-49 ; Posener-Kriéger : 1976,  576-81 ; Stadelman : 1980, 65-77)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

Cendrine 25/01/2013 11:40

Je continue de cheminer avec plaisir, guidée par vos remarquables explications, et je me souviens de ces moments émerveillés de découverte, devant les vitrines égyptiennes du Louvre, même si ma
destination première était les salles de peinture française du XVIIIe siècle.
Je suis une « adepte » de votre Table des Matières, merci cher professeur!

Cendrine

Richard LEJEUNE 25/01/2013 14:13



     Prenez bien votre temps, Cendrine ; et n'hésitez surtout pas à me solliciter si zones d'ombre devaient se profiler à votre horizon
hiéroglyphique ...



christiana 31/03/2011 14:44


Et me voici avec un peu de retard pour la suite du feuilleton...Des informations bien instructives mais, hélas, je doute que ma mémoire puisse les ressortir dans une conversation... Tant pis,
j'aurai quand même appris quelque chose aujourd'hui.


Richard LEJEUNE 31/03/2011 18:26



     Ne mésestimez pas votre mémoire : je suis certain que si, d'aventure, nous nous rencontrions devant les dessins "égyptiens" de Jean-Claude
lors d'une exposition à Liège par exemple, elle se piquerait, en ma présence, d'évoquer l'un ou l'autre aspect de la civilisation égyptienne que vous rencontrez par l'intermédiaire des articles
que vous commencez à découvrir sur mon blog ... 



JA 31/03/2011 10:08


Merci pourles précisions,mais comme je connais votre blog que depuis 2010, j'ai du boulot.....
A bientôt
JA


Richard LEJEUNE 31/03/2011 12:49



     Permettez-moi d'espérer que ce ne sera pas à vos yeux que "du boulot" mais, plutôt, un plaisir de découvertes que vous effectuerez
au gré de vos temps libres, de vos envies, des sujets qui vous intéressent plus que d'autres ; bref, une agréable déambulation en ma compagnie ... 



JA 30/03/2011 21:57


Bonjour,
finalement une organisation assez carrée et des neurones qui fonctionnent bien: la photo du sceau-cylindre est de mauvaise qualité mais on voit quand même.
vous avez bien fait de mettre un lien avec la chronologie car une novice comme moi peut vite se perdre.
quant au papyrus du musée égyptien de Turin que j'ai visité étant adolescente je ne m'en souviens pas , malgré tout ce musée m'avait laissé une très bonne impression....


Richard LEJEUNE 31/03/2011 08:27



     Bonjour à vous,


 


     La photo du sceau-cylindre, effectivement floue, n'est pas ma propriété ; j'en ai fourni le lien simplement pour étayer mon propos.


 


     Vous ne vous souvenez pas du Papyrus érotique et satirique de Turin parce que vous ne l'avez point vu ! Ni vous ni aucun visiteur, en fait,
depuis plus de soixante ans !


C'est ce que j'ai eu l'opportunité de mentionner dans l'un des quatre articles consacrés au Musée de Figeac et à
Jean-François Champollion, les mardis du 2 au 23 septembre 2008 et dans lequel, d'ailleurs, j'y avais inséré une photo ...  



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages