Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 00:00

 

     Saille ici la suprême habileté de l'art égyptien : donner l'illusion du naturel à une vision artificieusement reconstruite du monde.

 

Pascal VERNUS 

 

Dictionnaire amoureux de l'Égypte pharaonique

Paris, Plon, 2009

p. 958

 

 

 

     Parmi les quarante-trois fragments peints provenant du mastaba de Metchetchi achetés dans le commerce des antiquités en 1964 et maintenant exposés ici dans la vitrine 4 ² de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre, après celui de ses domaines agricoles personnifiés par d'élégantes jeunes femmes, nous avons mardi dernier découvert, souvenez-vous amis lecteurs, un premier défilé de porteurs d'offrandes tournés vers la gauche, s'avançant donc vraisemblablement à l'origine eux aussi sur le mur nord de la chapelle funéraire, vers le défunt assis, tournant le dos aux stèles fausses-portes présentes du mur ouest au pied desquelles ils étaient censés déposer leurs victuailles aux fins de lui assurer l'éternité de sa nourriture post mortem

 

     Ce samedi, à leur propos, je me suis autorisé un petit excursus pour réfuter, concernant l'art égyptien en général et cette scène en particulier, une antienne qui dénonce un manque de diversité, une monotonie peu digne des artistes qui réalisèrent le programme iconographique des chapelles funéraires. 

 

     C'est donc avec toujours la volonté de mettre fin à cette malencontreuse impression que je vous propose quatre nouveaux fragments qui ressortissent également à ce thème de l'apport des victuailles destinées à nourrir le ka d'un défunt.

 

     Bien que deux d'entre eux, réassemblés, soient malheureusement très endommagés et deux autres relativement petits, de sorte qu'en définitive la surface peinte vous paraîtra inévitablement restreinte - tout cela pour cela ?, pourriez-vous même ironiser -, il me sied de vous les présenter de manière qu'ainsi vous ayez une première vue générale, quasiment exhaustive, des différents dépôts d'offrandes alimentaires des serviteurs masculins de Metchetchi occupant le mur de droite en entrant dans la pièce.

 

 

Fragments-E-25530-et-E-25536--2009-.JPG

 

 

    Les deux premiers auxquels ce matin nous accorderons notre attention, E 25530 (28 x 34 cm) et E 25536 (28 x 22 cm), - à la gauche d'un ensemble exposé au début de la seconde moitié de notre vitrine 4 ² -, 


 

Vitrines-4---Gros-plan--SAS-.jpg

 

 

sont, comme je vous l'indiquai à l'instant considérablement détériorés : en fait la couche de peinture s'est détachée du mur, laissant à nu de larges portions du support de mouna.

 

 

     En les examinant attentivement, vous vous rendrez très vite compte qu'ils ne nous proposent plus, au registre supérieur, que quelques "bribes" puisque ne nous sont conservées que les jambes d'un homme et les pattes graciles des deux bêtes qu'il emmène. Des gazelles, probablement.

 

     Au registre inférieur figurent trois personnages orientés vers la gauche, à peine apparents ou, pour le dernier, uniquement jusqu'à mi-corps. Portant la perruque courte traditionnelle, celui-ci,   probablement vêtu à l'instar des deux qui le précèdent du seul pagne, classique pour l'Ancien Empire, que nous avons rencontré à notre dernier rendez-vous, empoigne fermement un volatile par les ailes.

 

     Ce qui subsiste de la scène complète laisse entrevoir que le premier homme maintient, dans le creux du coude, l'extrémité d'une patte antérieure de boeuf déposée sur l'épaule, et qui eût tout aussi bien pu être portée à bras le corps. Cette pièce que les Égyptiens appelaient khépech constitua vraisemblablement la partie "noble", le morceau de viande qu'ils préférèrent à tout autre.   

 

     Quant au personnage central - celui qui mobilisera notre attention pour terminer notre rendez-vous d'aujourd'hui -,

 

 

Fragment E 25530 - Porteur de coupe en pierre (2009)

 

 

il s'avance une coupe pansue blanche à gorge mince dans les mains, apparemment destinée à contenir le sang de l'animal sacrifié, - si je m'en tiens à l'indication hiéroglyphique Transporter un vase de sang qui accompagne le porteur d'un récipient de ce type dans une scène de sacrifice d'un bovin dans le mastaba de Ty.

 

     Ce récipient est clos par un couvercle de vannerie, probablement en jonc, comme ce fut souvent le cas à l'Ancien Empire. Quant à la raison pour laquelle il est orné, de part et d'autre de sa boucle de préhension, de deux fleurs ouvertes de lys blanc, je l'ignore complètement, n'ayant personnellement jamais rencontré de parallèle dans d'autres tombes ... à moins qu'il faille déjà y voir un symbole lié à la régénération du mort ??

 

     Pour ce qui concerne plus spécifiquement ce qui recouvre la main gauche de notre porteur, je pense que Madame Ch. Ziegler se trompe quand elle y voit un linge semble posé sur sa main. A la lecture de ce qu'indique le Profeseur Richard-Alain Jean, se référant à la tombe d'Ankh-Ma-Hor, à Saqqarah, je crois qu'il s'agit plutôt du long et souple "filet" de boeuf, muscle statique amortisseur, isolé puis levé comme "viande de choix".

  

     Ce vase - probablement en calcite, comme des milliers d'autres mis au jour -, était en réalité une transposition dans la pierre de poteries analogues en terre cuite, essentiellement réalisées pour le mobilier funéraire : en effet, les Egyptiens considérant la pierre comme le matériau idoine pour l'éternité, semblable jatte gageait aux défunts un ravitaillement pérenne.

 

     Il faut savoir que, parallèmement à l'artisanat de la céramique, celui des vases lithiques constitua dès les époques pré-dynastiques déjà un des secteurs florissants de l'activité économique du pays : les sépultures de l'élite, souverains et hauts-fonctionnaires confondus, en ont fourni de multiples exemples, entiers ou brisés. L'égyptologue français Jean-Philippe Lauer ne cite-t-il pas le nombre quasiment incroyable de quarante mille vases de pierre évidés retrouvés dans le seul complexe funéraire de Djoser, souverain de la IIIème dynastie ? Et son homologue anglais, William Matthew Flinders Petrie, n'a-t-il pas, après la fin de ses fouilles menées en Abydos - où furent notamment inhumés tous les souverains de la Ière dynastie et les deux derniers de la IIème -, adressé aux Musées Royaux d'Art et d' Histoire de Bruxelles une centaine de caisses en bois contenant, selon les estimations, au moins cinquante mille fragments de récipients en pierre ?     

 

     Bols, plats, coupes, vases cylindriques, avec ou sans anses, tous ces ustensiles - nonobstant que certains d'entre eux, parce que réparés à l'antiquité déjà, aient réellement servi dans la vie quotidienne -, furent principalement dévolus à des fins funéraires, soit pour contenir des produits censés alimenter les trépassés dans l'Au-delà, soit, si j'accrédite l'étude ici déjà souvent citée de Madame Jeanne Vandier d'Abbadie concernant les objets de toilette du Louvre, pour renfermer des produits cosmétiques, huiles et onguents, nécessaires au rituel du culte.  

 

    Leur nombre donc, mais aussi la variété de leurs tailles, de leurs formes décrites et classées par Petrie lui-même, les différents matériaux utilisés - ainsi, les trois catégories de roches égyptiennes (magmatiques, sédimentaires et métamorphiques) figurent-elles dans cette importante collection bruxelloise -, tout concourt à démontrer l'importance et l'excellence que détint cet artisanat des premiers temps. Importance telle que maints ateliers de production furent mis au jour dans le périmètre immédiat des plus anciens temples du pays ; ce qui tendrait à prouver que, là aussi, exista un monopole d'Etat. Et excellence telle que le foreur de vases, de pierres dure - schiste, granite, quartzite ... -, autant que de pierres tendres - calcaire, grès ... -, nous apparaît comme le maître incontesté de son art. 

 

       Mais, vous interrogerez-vous très certainement, comment les Egyptiens de l'Ancien Empire fabriquèrent-ils tous ces éléments de vaisselle lithique ?

 

     Anticipant votre question, c'est exactement ce que je me propose de vous expliquer, ce samedi  11 février si, toutefois, il vous agrée d'à nouveau me suivre dans le dédale des techniques artistiques de l'antique Kemet et dans celui de ce Musée : rendez-vous cette fois salle 21.

 

     Vous n'oublierez pas, j'espère ? Salle 21, à l'étage supérieur ...

 


 

  Immense merci à un de mes lecteurs, le Professeur Richard-Alain Jean, de la Délégation Régionale à la Recherche Clinique de l'Assistance publique des Hôpitaux de Paris, pour m'avoir aimablement fait parvenir la maquette de son étude à paraître concernant La chirurgie en Egypte ancienne. A propos des instruments médico-chirurgicaux métalliques égyptiens conservés au Musée du Louvre, dans laquelle il mentionne la présence, sur un bas-relief du mastaba d'Ankh-Ma-Hor à Saqqarah, du "filet" de boeuf auquel j'ai ci-dessus fait allusion.


 


(Arnold./Pischikova : 1999, 112-8 et 324 ; Hendrickx/Eyckerman : 2009, 299-304 ; Hendrick : 2009 : 101 ; Jean : 2012, 16 ; Simon-Boidot : 2008, 37-46 Vandier : 1964, 114-5 ; Ziegler : 1990, 133)

 

   

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

christiana 11/02/2012 10:25

J'ai pris du retard dans ma lecture...
Des bribes, des fragments, certes, mais passionnants.
La façon de cuire que vous expliquez à Tifet est encore aujourd'hui celle qu'utilisent de nombreux artistes et artisans africains. J'ai un ami qui effectue régulièrement des séjours au Mozambique
pour cuire ses terres mais aussi pour couler ses bronzes de cette façon.

Richard LEJEUNE 12/02/2012 09:04



     De la pérennité de certaines techniques ...


 


     Merci Christiana pour cet éclairage contemporain.



TIFET 09/02/2012 09:44

Merci Richard de vous être "cassé" la tête à rechercher dans votre documentation (qui doit être abondante) les explications que je vous demandais........si tous les profs étaient comme vous !!! à
bientôt !

Richard LEJEUNE 09/02/2012 10:20



     Croyez bien, Tifet, que cela reste toujours un plaisir de répondre aux questions pertinentes de mes lecteurs : j'ai ainsi l'impression
d'avoir toujours l'auditoire qui tant plut au professeur en activité, qui tant manque au retraité.



TIFET 07/02/2012 17:36

et savez-vs Richard comment ils faisaient cuire tout cet artisanat ? peut-être y puiserais-je des idées pour faire cuire mes sculptures ?...........

Richard LEJEUNE 08/02/2012 09:43



     Avant de vous répondre, Tifet, permettez-moi d'attirer l'attention de tous sur le fait qu'il est nécessaire d'établir une distinction
concernant l'art de la fabrication des récipients entre le matériel lithique - le seul vraiment évoqué dans mon intervention de ce mardi et celle à venir ce prochain samedi qui
en exposera la technique - et le matériel céramique, sujet spécifique de votre question.


 


     Dès la préhistoire de l'Égypte, les potiers furent à même de maîtriser des techniques telles qu'ils réalisèrent - tous les musées, le Louvre
évidemment compris, le prouvent qui s'intéressent à la période prédynastique -, des milliers de récipients, ornés ou non, rouges ou noirs, rouges avec ou sans bords noirs, etc., selon les époques
(Badari, Nagada I, Nagada II, Nagada III ...)


 


     Au départ, c'est-à-dire dans la première moitié du IVème millénaire, la matière première était constituée de cette terre alluviale ramassée
dans la vallée, sur les bords du Nil après la crue ou sur ceux des canaux d'irrigation qui sillonnaient les terres à cultiver.


 


     Riche en silice et en fer, elle offrait une couleur évoluant entre le rouge et le brun-rouge quand l'artisan la cuisait en atmosphère
oxydante ne dépassant pas les 860°. Parce que poreuse, à cause du relativement faible degré de cuisson, la céramique était alors polie.


 


     En ces premiers temps, la vaisselle était cuite dans des fours en fosse à ciel ouvert dans lesquels elle était en contact direct avec le
combustible.


 


     Ainsi, pour vous donner un exemple, vous avez probablement déjà vu ces vases rouges dont le bord supérieur est noir. Pour en arriver là, il
était nécessaire de placer un premier lit de combustible, très fin, dans le fond de la fosse, sur lequel la pièce à cuire était déposée à l'envers. Dans la partie haute du four, tout autour du
récipient retourné, était placé un combustible plus grossier.





     Le four était alors allumé par le haut : une cuisson oxydante avait d'abord lieu ; le combustible fin se compactait en crépitant, de sorte
que la partie supérieure du vase, dans ce milieu réducteur, devenait noire, tout le corps devenant rouge.


 


     A cette époque également, l'Égypte ne connaissait pas encore le tour de potier. De sorte que les différentes formes de cette vaisselle en
céramique résultaient des techniques employées : soit vases montés au colombin, soit réalisés à partir de plaques de terre, soit moulés.


 


     Permettez-moi de préciser que j'ai puisé ces quelques indications à votre intention dans un article de Claire Derricks, chef des travaux au
Département des Antiquités d'Égypte et du Proche-Orient au Musée royal de Mariemont, publié aux pages 282-6 du très beau catalogue des pièces
égyptiennes de ce musée belge, publié en 2009 ; ainsi que dans un des guides archéologiques du Musée du Magré-tout, à Treignes, également en Belgique : "Aux origines de Pharaon", datant lui aussi de 2009 et paru aux éditions du Cedarc : à
la page 99 s'y trouve expliquée la cuisson des vases rouges à bords noirs sous la plume de Stan Hendrickx que j'ai référencé au bas de mon article. 


 


     En outre, j'ajouterai que, pour l'Ancien Empire plus particulièrement, sur cette page du site d'OsirisNet, dans le dossier dédié au
mastaba de Ti, vous aurez un paragraphe consacré à la poterie avec
d'intéressantes explications, ainsi que photos et dessins ...


 


     J'espère, chère Tifet, qu'avec cette longue réponse avoir quelque peu rencontré votre attente. Quant à vous avoir appris des choses
permettant de vous donner des idées pour l'art dans lequel vous excellez, je n'y crois pas une seule seconde !



TIFET 07/02/2012 17:31

comment peut-on confondre un linge posé sur un bras et un morceau de filet de boeuf ??? cela me semble invraisemblable déjà par la couleur non ? croyez-vs que les artistes de l'époque représentait
de la même couleur un morceau de tissu et un morceau de viande ? moi je ne discerne pas très bien cette peinture, pouvez-vs nous expliquer Richard ?

Richard LEJEUNE 08/02/2012 09:58



     Vous aurez remarqué, Tifet, que le fragment ici étudié est en relativement mauvais état et minuscule.


En outre, l'agrandissement que j'en ai réalisé se révèle finalement de mauvaise qualité.


Enfin, ce qui constitue l'objet de l'interprétation différente des deux intervenants est à peine visible sur la main gauche du porteur du vase : seules quelques
lignes descendent de part et d'autre de son poing pour figurer qu'y est déposé ce que Madame Christiane Ziegler a pris pour un linge et ce que Monsieur Richard-Alain Jean estime être un fin filet
de viande, se référant à ce qu'il sait d'une scène semblable d'un autre mastaba ...


 


     J'accrédite sa thèse, d'autant plus que par rapport au fond blanc du reste de peinture encore présente sur cet éclat, il me semble
distinguer un ton légèrement plus rosé entre les quatre minuscules traits verticaux en question.


 


     Il me faudrait en réalité retourner devant la vitrine 4 ² pour, de visu, vérifier
ce détail au niveau des teintes.





     Au printemps prochain, peut-être ...



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages