Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 00:00

 

      A un précédent rendez-vous, envisageant avec vous, ici devant la vitrine 4 ² de la salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Louvre, un ensemble de quatre fragments peints arrachés au mastaba de Metchetchi ayant des porteurs d'offrandes comme thème principal, j'avais attiré votre attention, souvenez-vous, sur uniquement les deux premiers d'entre eux, E 25530 et E 25536, en fait réassemblés par les Conservateurs qui furent chargés de la mise en valeur de cette collection que le musée venait d'acheter dans les années soixante du siècle dernier. Et je vous avais promis que nous reviendrions par la suite sur les deux autres éclats, de taille plus réduite, mais également en piètre état, E 25529 et E 25514.

 

     Commençons, voulez-vous, par le premier d'entre eux, E 25529, 

 

46.-Fragment-E-25529--SAS-.jpg

 

 

qui ne nous donne à voir - partiellement, puisqu'à peine conservés jusqu'à mi-corps - que deux des serviteurs de Metchetchi, probablement du même défilé, se dirigeant vers la gauche, et dont le second présente un plateau d'aliments dont j'ignore la teneur, les dégradations subies par la couche de peinture ne me permettant pas d'en déterminer les éléments constitutifs.


     L'aspect général de la composition laisserait supposer, d'un premier et rapide coup d'oeil, qu'un couvercle semi-sphérique protège un petit monticule de vivres. En réalité, je n'en suis pas persuadé. Car si j'établis un parallèle avec le tracé préparatoire visible pour dessiner la tête du premier personnage, je me demande si, ce que nous pourrions erronément prendre pour une "cloche à fromages" protectrice contre moustiques ou fortes chaleurs n'est pas tout simplement un arc de cercle corrigé par le maître d'oeuvre pour guider et inciter son scribe des contours en charge de la scène à respecter cette forme hémicirculaire à l'intérieur de laquelle il eût voulu que pains, fruits ou autres ingrédients prissent place ...

 

     Mais ceci ne constitue qu'une interprétation personnelle qui ne demande qu'à être confirmée ... ou infirmée.

 

     Dans le long meuble vitré accroché sur le mur nord de la salle 5,

 

 

Vitrines 4 - Gros plan (SAS)

 

 

le second et dernier fragment à propos duquel j'aimerais ce matin vous entretenir a été placé au-dessus à droite du précédent. Il porte le numéro d'inventaire  E 25514 .

   

 

47.-Fragment-E-25514--SAS-.jpg

 

 

     Même si la scène est incomplète, cet éclat me semble bien plus intéressant dans la mesure où cette fois l'homme conduit un animal vivant vers Metchetchi,  un jeune oryx, comme l'indiquent les hiéroglyphes encore lisibles au-dessus, - mahedj, "gazelle blanche", étant le nom que les Égyptiens lui attribuèrent  -, d'une beauté et d'une délicatesse de traits qui nous eussent probablement ravis davantage encore si la figuration nous était parvenue intacte, la finesse et le détail de ses longues cornes parallèles et incurvées vers l'arrière laissant présager la gracilité qu'eût pu nous revéler le corps entier ...

 

    Hormis ces considérations esthétiques, certes d'importance, ce qui me sied pour l'heure, c'est l'opportunité que m'offre la pièce d'évoquer pour vous, succinctement dans un tout premier temps, cet animal typique du désert africain, lourd de symboles mythologiques, qu'était l'oryx.

 

     Souvent associé à la gazelle, souvent aussi considéré comme antilope alors qu'il ne fait pas vraiment partie de sa famille, il fut, dès les temps archaïques, prisé à la Cour ainsi qu'au sein des classes aisées en tant que gibier, en tant que ressource alimentaire de premier choix non seulement pour les repas ici-bas mais aussi pour ceux de l'Au-delà, de manière à, comme le précisent les textes, nourrir le ka du défunt. 

 

     Plusieurs palettes scutiformes datant de la préhistoire ont d'ailleurs été mises au jour par les égyptologues sur lesquelles ont été gravées des scènes cynégétiques dans le désert où antilopes, oryx et autres gazelles deviennent la proie des chiens des chasseurs.

 

     Ainsi cet exemplaire en trois morceaux : celui de droite, au-dessus fait partie des collections du Louvre (Vitrine 2 de la salle 20 à l'étage, dédiée à l'époque de Nagada) ; les deux autres étant actuellement exposés au British Museum (EA 20790) où a été judicieusement "reconstitué" l'ensemble du monument.


 

Palette-de-la-chasse---Trois-fragments-reunis-au-British-M.jpg

 

 

     Toutefois, en fonction du dualisme inhérent à la pensée égyptienne sur lequel, souvent, j'attire votre attention, qui fait que les animaux peuvent être tout à la fois amis et ennemis, - je pense à l'oie du Nil, je pense aux canards, aux ânes, à l'hippopotame, au porc, je pense aussi à la tortue qui nous semble pourtant si inoffensive -, le sacrifice animal avait deux raisons d'être : pour certains, il s'agissait de pourvoir aux besoins alimentaires des privilégiés, je viens de l'indiquer ; pour d'autres, parce qu'ils étaient susceptibes d'être le réceptacle des puissances du mal, des forces néfastes du cosmos censées vouloir toujours détruire l'ordre (Maât) et rétablir le chaos (Isefet), l'on se devait de les annihiler aux fins de permettre à tous de vivre en harmonie et au défunt de jouir pleinement d'une vie post mortem sans entrave aucune.

 

     C'est de cette seconde raison que j'escompte vous entretenir, amis lecteurs, lors d'au moins deux rendez-vous que je vous fixe immédiatement après la semaine du congé qui, pour les établissements scolaires belges, commencera vendredi soir ; semaine, vous vous en doutez, entièrement dédiée aux festivités du carnaval ...

 

     Mais avant de nous quitter momentanément, je vous propose de m'accompagner, ce samedi 18 février, pour une petite incursion en Belgique où nous attendront de bien étranges personnes ... 

   

 

(Grand merci à SAS pour l'excellence des clichés ci-dessus réalisés à mon intention.)

 

 

(Germond : 1989, 51-5 ; Ziegler : 1990, 133)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Richard LEJEUNE - dans Égypte : ô Louvre !
commenter cet article

commentaires

christiana 16/02/2012 10:16

Chez eux "gazelle" n'est ni péjoratif, ni un compliment, c'est un synonyme de femme et ils l'emploient aussi pour les leurs.

Richard LEJEUNE 16/02/2012 20:30



     Si vous l'écrivez, c'est que vous avez raison, Christiana. Je vous fais entièrement confiance !


 


     Ceci posé, nous n'en avons jamais entendu aucun s'adressant ainsi à son épouse ...



FAN 15/02/2012 17:38

J'aime beaucoup la pierre sculptée où les personnages sont finement ciselés!! Ohhh il y a la fête en Belgique!!Carnaval?? BISOUS FAN

Richard LEJEUNE 16/02/2012 07:52



     Ces palettes datant du IVème millénaire avant notre ère constituent forcément une des premières formes d'art de l'Égypte prédynastique. Les scènes qui, souvent les décorent, font
l'objet d'études très poussées de la part des égyptologues, certaines d'entre elles permettant de notamment mettre en lumière les débuts de l'histoire politique du pays.


 


     A bientôt, chère Fan, pour un rendez-vous surprenant avant une semaine de congé : samedi près précisément ...



christiana 15/02/2012 17:17

La gazelle est extrêmement gracieuse! Est-ce pour cette raison qu'aujourd'hui encore dans les pays d'Afrique du Nord, les hommes comparent les femmes à des gazelles?
La pierre en 3 morceaux est belle aussi. Pourquoi est-elle gris-bleu? Elle n'a pas été peinte?

Richard LEJEUNE 16/02/2012 07:23



     J'ai remarqué, effectivement : j'avais d'ailleurs trouvé indélicat qu'un membre de l'aéroport de Marrakech un jour nous rende nos papiers
d'identité en tendant à mon épouse " ... ceux de la gazelle" ! Puis avais très vite compris que, même dans les souks, c'est ainsi qu'en permanence les hommes apostrophent les éventuelles
clientes ... étrangères.


     J'avoue que je n'ai jamais pris le risque de m'adresser à une Marocaine en ces termes !


Ni d'ailleurs à qui que ce soit ...


 


     Quant à la "Palette de la chasse", comme l'appellent les égyptologues, elle fut,
comme bien d'autres monuments d'ailleurs, réalisée en grauwacke ; d'où la teinte foncée qui
caractérise cette pierre fort prisée par les artistes égyptiens de l'Antiquité.



TIFET 14/02/2012 09:53

Pour ce qui concerne le premier fragment, je pencherai moi aussi vers votre thèse, sauf que on ne discerne pas vraiment bien si les traits sont noir ou rouge ??? du coup on ne sait pas si c'est une
correction du "scribe des contours" ??

Richard LEJEUNE 15/02/2012 07:15



     Permettez-moi de vous rappeler, chère Tifet, qu'au contraire des codes actuels dans l'Enseignement, les scribes des contours
égyptiens effectuaient leur esquisse en rouge et le maître d'oeuvre, si besoin était, corrigeait en noir.


C'est d'ailleurs ce que j'avais expliqué dans cet article du 26 novembre dernier.


 


     Ici, prenant comme exemple la tête du premier serviteur, il est manifeste que celle-ci a été "rétrécie" par le maître. Quant au plateau de
vivres, les traits rouges et noirs de la partie semi-circulaire s'entrelaçant, la rectification fit qu'il fut élargi d'un côté et réduit de l'autre ...


Mais seuls les noirs font état de cette correction.


 


     C'est en cela aussi que ces oeuvres me touchent : on y voit perçoit l'évolution du travail de l'artiste. On croirait presque que le maître
vient de passer mettre la dernière touche, juste avant que l'on arrive ...


 


 



Présentation

  • : EgyptoMusée - Le blog de Richard LEJEUNE
  • EgyptoMusée  -  Le blog de Richard  LEJEUNE
  • : Visite, au Musée du Louvre, au fil des semaines, salle par salle, du Département des Antiquités égyptiennes.Mais aussi articles concernant l'égyptologie en Belgique.Mais aussi la littérature égyptienne antique.Et enfin certains de mes coups de coeur à découvrir dans la rubrique "RichArt" ...
  • Contact

SI VOUS CHERCHEZ ...

Table des Matières (13-12-2012)

 

METCHETCHI

 

OU

 

Sinouhé - Hiéroglyphes

 

SINOUHE

Ou Encore ...

L' INDISPENSABLE



Les dessins au porte-mines

de Jean-Claude VINCENT

EgyptoMusée est membre de

Pages